ARDSL Association Rail Dauphiné Savoie Léman

Le blog des usagers

Posts Tagged ‘David-Xavier Weiss’

Hausse des tarifs SNCF le 3 janvier 2012

Posted by ardsl sur 3 janvier 2012

Les prix des billets TGV ont augmenté mardi 3 janvier 2012. Cette hausse est en bonne partie liée au relèvement de la TVA décidé par le gouvernement, qui tombe mal pour SNCF après ses promesses de conserver des tarifs accessibles au plus grand nombre.

À compter du 3 janvier 2012, les tickets pour les trains à grande vitesse mais aussi les trains interrégionaux Téoz et les trains de nuit Lunéa coûtent 3,2 % plus cher.

Cette hausse s’explique pour près de la moitié par le relèvement du taux réduit de la TVA de 5,5 % à 7 %, décidé par le gouvernement dans le cadre du second plan de rigueur présenté en novembre.

La répercussion de cette mesure représentera « une augmentation moyenne de 60 centimes d’euros pour les voyageurs TGV », selon la compagnie ferroviaire.

Pour en atténuer l’effet, SNCF a indiqué qu’elle allait geler les prix des réservations pour les abonnements « forfaits » valables pour les voyageurs prenant tous les jours le TGV, ainsi que pour les abonnements étudiants, élèves et apprentis.

Le reste de la hausse est imputable à la majoration tarifaire voulue par SNCF. « L’ajustement annuel des tarifs TGV (deuxième classe plein tarif) sera de 1,7 % en 2012, soit strictement le taux de l’inflation prévue pour 2012 », indique la compagnie ferroviaire dans un communiqué.

L’opposition estime que le gouvernement est en partie responsable de la hausse des tarifs

La nouvelle ne passe pas. Les membres de l’opposition mettent en cause la responsabilité du gouvernement.

SNCF est régulièrement critiquée pour l’augmentation de ses tarifs. En 2011, elle avait obtenu une revalorisation de 2,85% pour le TGV, arguant du fait que celle-ci était nécessaire pour faire face au renchérissement des péages qu’elle verse à Réseau Ferré de France (RFF). Mais cette année, elle n’est pas la seule en ligne de mire. Le gouvernement, avec la hausse du taux réduit de TVA décidée dans le cadre de son second plan de rigueur, est aussi mis en cause. D’autant que c’est le ministère des Transports qui homologue les hausses de prix demandées par la compagnie ferroviaire publique.

Pour le socialiste Roland Ries, responsable du pôle transports dans l’équipe du candidat François Hollande, cette mesure est « la responsabilité de Nicolas Sarkozy et du gouvernement« . « Cette annonce est un nouveau coup dur porté au pouvoir d’achat des Français« , a-t-il estimé.

Les usagers « payent deux fois, à la fois la hausse de la TVA et la hausse des prix« , a aussi critiqué Manuel Valls, directeur de la communication de la campagne de François Hollande, sur RTL. « Il y avait là d’autres choix à faire de la part de la SNCF et je m’étonne que le gouvernement n’ait pas réagi« , a ajouté Manuel Valls pour enfoncer le clou.

Au ministère des Transports, on met en avant le fait que SNCF n’avait pas d’autres options que de répercuter l’augmentation de la TVA pour ne pas perdre de l’argent.

Mais pour Cécile Duflot, secrétaire nationale d’Europe Écologie-Les Verts, le gouvernement se fait de l’argent dans le dos des usagers. « Ce service public doit donner lieu à un équilibre financier, pas au dégagement de bénéfices qui sont finalement une manière pour l’État de récupérer encore de l’argent« , a-t-elle déploré sur RTL.

Même son de cloche auprès du souverainiste Nicolas Dupont-Aignan pour qui le gouvernement fait porter aux Français les conséquences de la crise. « Après avoir voulu, les années précédentes, préparer le passage à la concurrence ferroviaire par des hausses supérieures à l’inflation, la SNCF et le gouvernement obligent cette année les Français à sauver un système financier à bout de souffle qui ne fait que ruiner notre pays« , a-t-il commenté.

Une hausse « tout à fait raisonnable » pour l’UMP

Forcé de s’expliquer, l’UMP, par l’intermédiaire de son secrétaire national, David-Xavier Weiss, a assuré que cette hausse « est tout à fait raisonnable et correspond à deux éléments simples : la hausse de la TVA de 5,4% à 7% proposée par le gouvernement dans le cadre de la réduction des déficits, et une amélioration du service proposé par la SNCF« .

La FNAUT dénonce la hausse de 3,2 %

La Fédération nationale des usagers des transports (FNAUT), qui fédère 150 associations régionales en France, rappelle « que les tarifs du TGV et des trains Téoz et Lunea sont considérés comme excessifs par les familles et par les voyageurs obligés d’organiser leurs déplacements en dernière minute et d’acquitter alors le prix fort ». Elle estime également que estime que la compagnie ferroviaire publique doit renoncer à la réservation obligatoire sur les trains Téoz.

SNCF a beau faire valoir que cette hausse représentera «une augmentation moyenne de 60 centimes d’euros pour les voyageurs TGV», ou encore que cette augmentation de 3,2 % s’explique pour 1,5 % par le relèvement du taux réduit de la TVA de 5,5% à 7%, décidé par le gouvernement dans le cadre de son deuxième plan de rigueur et à hauteur de 1,7 % par sa propre majoration tarifaire, soit « strictement le taux de l’inflation prévue pour 2012» ; la pilule a du mal à passer.

Face à ces hausses à répétition -en janvier 2011, la hausse avait été de 2,85 %, soit plus que l’inflation, la FNAUT « demande que la SNCF maintienne, parallèlement aux lignes à grande vitesse, un minimum de services ferroviaires Intercités, plus lents mais aux tarifs plus accessibles -et renonce à mettre en place des services d’autocars qui ne répondent pas aux besoins de confort des voyageurs et ne relèvent pas de la mission de la SNCF ».

Depuis plusieurs années, le débat sur SNCF et ses missions bat son plein en France. La politique de développement de lignes à grande vitesse est critiquée car, selon les syndicats, elle se fait au détriment des lignes moins rentables, utilisées par des voyageurs aux revenus souvent plus modestes. La hausse de 1,7% imputable à SNCF «nous sert à mieux investir dans le train, à maintenir la qualité de service et il est indispensable qu’on puisse acheter du matériel neuf comme on vient de le faire par exemple sur le TGV Rhin-Rhône», a plaidé Agnès Ogier, directrice marketing de voyages-sncf, au micro de RTL.

Grille tarifaire compliquée

Autre critique récurrente : la complexité de la grille tarifaire. L’an prochain, SNCF annonce qu’elle sera simplifiée. Les prix des trajets directs en TGV seront arrondis, soit à la hausse, soit à la baisse et les centimes après la virgule supprimés, une évolution «neutre pour les consommateurs», promet SNCF. La gamme tarifaire sur un même trajet (variable en fonction du moment où le client achète son billet et de la possession ou non d’une carte de réduction) sera réduite de 30%. Cette mesure sera effective dès janvier sur 60% du trafic puis sur l’ensemble des lignes TGV.

Pour atténuer l’effet de l’annonce de la hausse de ses tarifs, la compagnie ferroviaire a indiqué qu’elle allait geler les prix des réservations pour les abonnements «forfaits» valables pour les voyageurs qui prennent tous les jours le TGV, ainsi que pour les abonnements étudiants, élèves et apprentis. «Il s’agit de la plus faible hausse depuis 1999», tente d’arguer SNCF.

Enfin, les prix d’appel des billets Prem’s -qui représentent 10% du trafic TGV -s’articuleront en 2012 autour de quatre tarifs pivots : 15, 20, 25 et 30 euros, ce qui se traduira une réduction sur des destinations comme Paris-Lille, Paris-Lyon, Paris-Marseille ou encore Paris-Nancy.

(Avec europe1.fr et Les Échos).

Posted in Politique, Tarification | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , | 1 Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :