ARDSL Association Rail Dauphiné Savoie Léman

Le blog des usagers

Posts Tagged ‘Didier Rambaud’

Grenoble : inauguration lundi 17 septembre de l’agence de mobilité

Posted by ardsl sur 10 septembre 2012

Lundi 17 septembre, l’agence de mobilité de Grenoble sera inaugurée. Présentation.

Cette agence multimodale se situe au n° 15 du boulevard Joseph-Vallier. Accès par le réseau TAG :

  • tram C et lignes de bus 1 ou 17 à l’arrêt Vallier – Jaurès
  • tram C et ligne de bus 32 à l’arrêt Vallier – Docteur Calmette

Elle sera inaugurée par Éliane Giraud (vice présidente de la Région Rhône-Alpes), Marc Baïetto (président de Grenoble-Alpes Métropole), Michel Issindou (président du SMTC, député-maire de Gières), Richard Samuel (préfet de l’Isère), Michel Destot (député-maire de Grenoble) et Didier Rambaud (vice-président du Conseil Général de l’Isère chargé des  transports).

L’agence est un lieu de conseil en mobilité, de vente de titres « Tous transports », et de promotion des nouveaux moyens de déplacement. Elle concerne principalement la Région Urbaine Grenobloise, mais des services peuvent être proposés sur un périmètre plus étendu, notamment grâce à la billetique OùRA. Il ne s’agit donc pas d’une agence « TAG » ou « Transisère » ou « SNCF » ou « Métro-Vélo », … mais de la combinaison de tous ces services et d’autres au sein d’un même lieu. Cette agence multimodale est la première d’un réseau qui se construira au cours des prochaines années.

Portée par le SMTC, elle a été réalisée en partenariat avec tous les gestionnaires des réseaux de déplacement de la Région Urbaine Grenobloise (Région, Conseil Général, Métro, …).

En libre-service, vous trouverez de la documentation sur l’offre existante de transport, une borne d’information permettant d’accéder aux sites internet des gestionnaires de réseaux de déplacements, d’acheter et d’imprimer des titres « en ligne ».

Au guichet, vous pourrez auprès des conseillers obtenir un conseil en mobilité  pratique et pédagogique. Par exemple, des trajets ou modes de déplacement auxquels vous n’avez pas pensé, des explications sur la tarification … Mais aussi comment utiliser les sites internet relatifs aux déplacements, comment lire une grille horaire, comment utiliser une Métro vélo box, comment acheter des titres de transport, comment ….

Pour les professionnels, l’agence vous aide à promouvoir les modes alternatifs :

  • accompagner votre entreprise pour son PDE (Plan de Déplacements Entreprise)
  • mettre en place de pédibus et/ou vélobus dans votre école,
  • accompagner, initier des manifestions en faveur des nouveaux moyens de déplacement, …

L’agence est ouverte de :

  • de 8h30 à 18h30, du lundi au vendredi.
  • de 9h à 17h, le samedi.
Publicités

Posted in Isère | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Isère : la réforme des transports scolaires contestée

Posted by ardsl sur 3 septembre 2012

Au rayon des nouveautés de la rentrée 2012, la réforme des transports scolaires en Isère fait grincer des dents. Deux raisons principales : la fin de la gratuité pour l’ensemble du département, avec une participation financière calculée selon le quotient familial. Puis une modification d’itinéraires et d’horaires sur trois lignes : 1040, 1050 et 1060. Elles relient les cantons de Pont-de-Chéruy et Crémieu à Bourgoin-Jallieu. Un millier d’élèves sont concernés.

De nombreuses familles, réunies en collectif, ne comprennent pas cette réforme, à l’étude depuis un an au conseil général.

Des correspondances impossibles

« Nos enfants vont être traités comme des colis, c’est inacceptable », clame Valérie Queyroi, mère de famille de Saint-Romain-de-Jalionas. La réforme rend certains trajets impossibles. « Pour un trajet Chatelans – Lycée Saint-Marc, mon fils arrive à Crémieu à 7h14 alors que la correspondance part à 7h04 ! » L’allongement des temps de trajet est également critiqué. « Ma fille va mettre près de cinquante minutes supplémentaires pour rentrer du lycée Saint-Marc », déplore Valérie Queyroi. « La mienne doit prendre quatre bus différents« , ajoute Audrey Matias, à l’initiative d’un collectif de parents en colère. « Je prie pour qu’elle attrape sa correspondance et ne se fasse pas renverser en route … »

Un arrêt de bus jugé dangereux

Car l’inquiétude est là aussi. Un arrêt de bus sur la D18, le Lichoud, cristallise toutes les craintes. « C’est un dépôt où nos enfants doivent attendre leurs correspondances à destination de Bourgoin-Jallieu. L’endroit est désert, en bord de route, sans aucun abri ni éclairage. Et bien sûr, aucune sécurité. J’ai peur pour mes enfants », avoue Audrey Matias. « La ligne n’étant plus directe, nos enfants doivent attendre une dizaine de minutes dehors, le matin, à cet arrêt fantôme du Lichoud. À l’inverse, le soir, ils n’ont qu’une minute pour descendre du bus, trouver leur correspondance et repartir. »

Un véritable imbroglio pour des parents désemparés, qui n’ont pour l’instant aucune réponse. « J’ai participé à une réunion vendredi au lycée Saint-Marc. Des représentants du Conseil général devaient être présents. On ne les a pas vus », regrette Valérie Queyroi. Les familles ont toutefois reçu le soutien d’élus, parmi lesquels Louis Daïna, maire de Dizimieu, et Alain Moyne-Bressand, député-maire (UMP) de Crémieu. Ce dernier l’assure : « j’ai alerté le Conseil il y a deux mois en demandant une suspension de séance. Il faudrait revenir à l’ancien système, celui de la ligne directe. C’est un dossier urgent de la rentrée. »

Des ajustements fin septembre

Du côté du Conseil général de l’Isère, la fin de la gratuité est expliquée par une volonté de justice sociale. Les changements d’itinéraires et d’horaires sur les lignes 1040, 1050 et 1060 résultent quant à eux « d’une volonté d’optimisation de lignes jusqu’alors inefficaces et illisibles« , explique Nicolas Fontaine, directeur des transports scolaires au Département. « Nous avons souhaité ouvrir ces lignes à un public adulte et salarié. Ce ne sont pas des lignes scolaires mais départementales. » Didier Rambaud, vice-président du Conseil général en charge des transports, assure avoir entendu les plaintes des parents d’élèves et observera la mise en place du nouveau réseau : « tout changement est anxiogène. Nous ne sommes pas opposés à des ajustements, fin septembre, en cas de dysfonctionnements avérés. »

(Avec Le Dauphiné Libéré).

Posted in Isère, Tarification | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Une décision en décembre sur le devenir de l’aéroport de St-Etienne-de-St-Geoirs

Posted by ardsl sur 30 octobre 2011

« Je souhaite qu’en décembre, on prenne une décision douloureuse et quasi définitive sur l’aéroport ». Cette phrase a été prononcée jeudi 27 octobre par le président du conseil général de l’Isère, André Vallini, qui répondait à une question du conseiller général du canton de St-Geoires-en-Valdaine, André Gillet concernant « l’avenir incertain de l’aéroport de Saint-Étienne-de-Saint-Geoirs », après l’attribution d’une nouvelle enveloppe (1 310 000 €) pour la remise aux normes du site.

Il faut noter que décembre sera le mois du vote du budget du Département. Un budget, contraint par la crise, où des choix restrictifs pourraient être faits…

350 000 passagers sont passés, en 2010, par l’aéroport de Grenoble-Isère contre 500 000 en 2008. Le Conseil Général de l’Isère est propriétaire de l’aéroport de Grenoble. Aucune ligne régulière ne dessert cet aéroport.

En période estivale, il n’y a presque aucune liaison commerciale. L’aéroport ne fonctionne réellement que l’hiver, lorsque les charters et liaisons low-cost déversent dans l’aérogare leurs skieurs (essentiellement britanniques). Ce trafic est insuffisant pour garantir la viabilité commerciale de la plate-forme aéroportuaire.

L’aéroport coûte même très cher au Conseil général de l’Isère, son propriétaire. Celui-ci verse, chaque année, rappelle Didier Rambaud, vice-président chargé des transports, « entre 2,5 M€ et 3 M€, comprenant notamment les travaux de mises aux normes, et la redevance versée à la SEAGI (1)».

Certains avancent l’idée de positionner Saint-Etienne-de-Saint-Geoirs comme une “3e piste de l’aéroport de Saint-Exupéry« .

Didier Rambaud s’interroge sur l’éventuel arrêt des activités commerciales voire la fermeture définitive. « Cela crée quelques problèmes politiques. Il n’y a pas de réponse, mais cela pourrait être l’avenir ». Certes, rappelle Didier Rambaud, « hors les lignes commerciales à vocation touristique, l’activité de la plate-forme est assurée également par les vols de loisirs de l’aéroclub du Dauphiné, et du paraclub, les services publics comme les douanes, Météo France, la base de l’école nationale de l’aviation civile, une école privée de pilotage et de photographie aérienne. Si les lignes commerciales ne génèrent que 10 % de l’activité aérienne annuelle de cet aéroport, soit environ 4 000 mouvements d’avions par an sur 40 000, elles représentent 90 % du trafic. » De quoi justifier, quoi qu’il en soit, « le souhait du président Vallini », explique Didier Rambaud, « de mettre à plat le dossier ».

Or donc, trois options sont aujourd’hui envisageables. Deux qui tiendraient la corde : « D’abord, l’arrêt de l’activité commerciale l’été qui pourrait permettre au Conseil général de diminuer sa contribution de 1 M€ par an. Associée à un plan de sauvegarde de l’emploi pour le personnel permanent de la société d’exploitation de l’aéroport ». Ensuite, « certains parlent de l’arrêt complet de toute activité commerciale de l’aéroport. Sur ce point, je ne suis pas sûr que les trois aéroports proches, ceux de Genève, Saint-Exupéry et Chambéry, aient alors la capacité d’absorber le report du trafic hivernal de Grenoble, tout particulièrement en période de pointe ». « Enfin, la dernière option : la fermeture complète de l’aéroport. Mais, à mon avis, l’Etat ne pourrait autoriser cette fermeture car cela priverait la région d’un aéroport de délestage et de secours. À mon avis, le débat porte d’abord sur les deux premières options. »

(1) Depuis 2004, l’aéroport est géré, dans le cadre d’une délégation de service public, par le groupement Vinci Airports (mandataire)/Keolis à parts égales, via la SEAGI, société d’exploitation de l’aéroport de Grenoble-Isère. Et ceci jusqu’en juin 2023.

(Avec Le Dauphiné Libéré).

Posted in Aéroports, Isère | Tagué: , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :