ARDSL Association Rail Dauphiné Savoie Léman

Le blog des usagers

Posts Tagged ‘Evian’

Lihsa : une tarification plus attractive depuis le 2 avril

Posted by ardsl sur 1 octobre 2012

Les conseillers généraux de la Haute-Savoie se sont réunis en séance publique lundi 19 mars. Ils ont adopté une nouvelle grille tarifaire pour les lignes interurbaines.

Un car Lisha, le réseau de transports interurbains du Conseil général de la Haute-Savoie

Officiellement, le Département de la Haute-Savoie entend :

  • offrir une alternative modale de déplacement. Cela passe d’abord par une tarification lisible, avant une restructuration du réseau Lihsa.
  • lutter contre la congestion urbaine et périurbaine. Pour cela, il est prévu d’aménager des sites propres dédiés aux transports collectifs. Cela devrait se concrétiser dès 2015 pour la desserte de Sillingy et la Balme-de-Sillingy
  • développer les modes doux de déplacement.

Dans sa communication, le Conseil général de la Haute-Savoie indique que : « le développement des transports en commun est au cœur du dispositif mis au point par le département pour un développement durable des territoires. »

En modifiant profondément la tarification du réseau Lihsa, le Conseil général espère :

  • renforcer l’attractivité des transports.
  • gagner des nouveaux usagers et les fidéliser par des formules d’abonnement très incitatives.
  • convertir les automobilistes en clients des transports publics.

Autant dire que la tâche est immense vu la situation initiale. Le réseau Lihsa transporte seulement 3000 voyageurs par jour (en dehors de la clientèle scolaire).

La tarification en vigueur jusqu’au 1er avril

Il existait près de 300 tarifs différents sur le réseau Lihsa. Cela rendait les tarifs des cars départementaux opaques, incompréhensibles et parfois même dissuasifs.

Les tarifs n’étaient même pas mentionnées sur les fiches horaires (voir nos critiques sur le réseau Lihsa).

La nouvelle tarification à partir du 2 avril

Des tarifs simplifiés

Les usagers paient :

  • pour un trajet unique : 1,50€, 3,50€, 6€, 8€, 10,50€ ou 15€.
  • pour un abonnement mensuel : 30€, 70€, 120€ ou 160€.

Le trajet unique à 1,50€ et l’abonnement mensuel à 30€ sont appliqués sur les lignes suivantes :

Le trajet unique à 1,50€ et l’abonnement mensuel à 30€ sont également appliqués pour la plupart des courts trajets. Quelques exemples :

Le trajet à 3,50€ et l’abonnement mensuel à 70€ sont appliqués pour les trajets de moyenne durée. Quelques exemples :

Le trajet à 6€ et l’abonnement mensuel à 120€ sont appliqués pour les trajets de longue durée. Quelques exemples :

Le trajet à 8€ et l’abonnement mensuel à 160€ sont appliqués sur les trajets très longs. Quelques exemples :

Le trajet à 10,50€ est appliqué sur certains trajets vers Genève. Quelques exemples :

Trajets à 15€ :

La nouvelle tarification, ne s’applique pas à la ligne T74 (Saint-Gervais – Genève).

La communication du CG74 pour accompagner la réforme tarifaire du réseau Lihsa. Le Conseil général a même acheté des espaces publicitaires sur les urbains de la Sibra.

Des tarifs en baisse pour la plupart des usagers

Le Conseil général a fait des estimations sur les évolutions des tarifs payés par les usagers. Les abonnés doivent économiser en moyenne 43€ par mois. Les usagers occasionnels doivent bénéficier d’une baisse du prix du trajet d’environ 1€.

69% des usagers doivent payer moins cher leur utilisation du réseau Lihsa.

Pour 28% des usagers, les tarifs n’évoluent pas. Cela concerne essentiellement les lignes autoroutières et les dessertes des stations de ski.

Enfin 3% des usagers subiront à une hausse estimée à 10 centimes. Il s’agit essentiellement des trajets qui coûtaient moins d’1,50€ avec la tarification actuelle et qui passent à 1,50€, le nouveau tarif minimal du réseau Lihsa (pour un trajet plein tarif).

Des tarifs en baisse qui devraient attirer de nouveaux usagers

Les études menées par le Conseil général tablent sur 196 000€ de recettes supplémentaires générées par une probable hausse de la fréquentation.

Dans le même temps, la baisse des tarifs pour les usagers actuels devrait entraîner une baisse des recettes de 380 000€.

Les calculs du CG 74 montrent que la majorité des usagers bénéficiant des tarifs en baisse sont concentrés sur les lignes Annecy – Duingt – Albertville, Annecy – Talloires, Annecy – Thônes – Le Grand-Bornand / La Clusaz.

Le Conseil général prévoit de prendre en charge 100% des pertes de recettes subies par les transporteurs en 2012. Pour 2013, ce taux est fixé à 75%. Il descendra à 50% en 2014.

Si la nouvelle tarification se traduit par une hausse des recettes :

  • jusqu’à 20%, le transporteur conservera les recettes supplémentaires
  • entre 20% et 30%, le supplément de recettes sera réparti à part égale entre le transporteur et le Département
  • de plus de 30%, le transporteur et le Département décideront d’une adaptation du service.

Posted in Bassin annecien, Chablais, Genevois, Tarification, Vallée de l'Arve | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 1 Comment »

Vers une autoroute pour le Chablais ?

Posted by ardsl sur 1 octobre 2012

Christian Monteil, le président DVD du Conseil général de la Haute-Savoie défend toujours la construction d’une autoroute dans le Chablais.

Christian Monteil a participé à une réunion publique mercredi 19 octobre 2011 à Thonon-les-Bains. Le président du Conseil général de la Haute-Savoie est allé droit au but, hier, sur le dossier de la 2 X 2 voies entre l’A40 et Thonon-les-Bains. «La solution qui se dessine tourne en faveur d’un adossement du tronçon en question à la A 40 et à la société ATMB. »

Christian Monteil prône une répartition sur trois axes : recours au péage payant à la connexion A 40-Carrefour des chasseurs, la gratuité de la liaison Carrefour des chasseurs – Machilly et le recours aux fonds privés et publics pour Machilly – Thonon-les-Bains.

Ce dossier se chiffre à près de 250M€ (contre 160M€ en 2006). Pour Christian Monteil, ce dossier est urgent : « si on n’avance pas avant mai 2012, on est cuit pour longtemps, très longtemps ».

L’ARDSL regrette l’attitude d’une grande partie des participants à cette réunion. Ils n’ont pas voulu entendre les personnes qui défendaient d’autres solutions.

La présidentielle passée, Christian Monteil n’abandonne pas ce dossier

Contrairement à ses propos publics du 19 octobre 2011, où il laissait entendre qu’il abandonnera le dossier d’une nouvelle infrastructure routière dans le Chablais, si Nicolas Sarkozy n’était pas réélu, Christian Monteil est à nouveau monté au créneau sur ce dossier.

Le président du Conseil général de Haute Savoie a rencontré les collaborateurs du ministre des Transports Frédéric Cuviller lundi 24 septembre 2012 à Paris. Il n’a pas été reçu par le ministre qui recevait au même moment Guillaume Pépy, le président de SNCF.

Le projet de voie rapide entre Machilly et Thonon adossé à une nouvelle déclaration d’utilité publique restreinte pour avis sur le péage est toujours à l’étude. On parle d’un délai de 3 mois au moins. Ensuite, une mission parlementaire arbitrera les investissements autoroutiers à venir en France, il y en a une quarantaine de projets, pour un résultat au printemps 2013.

Lors de sa présentation au ministère, Christian Monteil a renouvelé sa démonstration de bouclage du budget passant par un financement de l’ATMB. Mais il reconnaît que ce montage pose un problème au nouveau gouvernement sur l’attribution des concessions autoroutières.

De l’A40 à Thonon-les-Bains

Le tracé reliant l’A40 à Thonon-les-Bains est en fait composé de trois tronçons. De Nangy au carrefour des Chasseurs, soit la liaison avec l’A40, la solution serait un adossement à la concession de l’A40. Le Conseil d’État a rendu un avis favorable en juin 2011. Ainsi, ATMB se chargerait de construire et d’exploiter cette extension de son réseau. Reste à décider entre trois variantes possibles. Le préfet de Région est chargé de faire son choix. Jean-François Carenco devrait trancher courant octobre ou novembre.

Du carrefour des Chasseurs à Machilly, un cofinancement entre l’État, à hauteur de 30M€, et le Conseil Général (13,5M€) doit permettre d’assurer la construction et la gratuité de ce tronçon.

Enfin, entre Machilly et Thonon, c’est donc l’option de la route à péage qui est  soutenue par le Conseil général. «L’Etat s’est désengagé du dossier. Si on ne veut pas perdre encore des années, le péage est la seule solution», rabâche Christian Monteil.

Pour Christian Monteil, la création d’une autoroute dans le Chablais est une nécessité économique.  Visiblement, la pollution de l’air n’entre pas en compte dans le raisonnement de Christian Monteil.

La possibilité de développer le trafic ferroviaire dans le Chablais (avec un report modal de la route vers le rail) avec la réalisation du CEVA n’est pas toujours envisagée par le Conseil général de la Haute-Savoie, qui a de tout de même décidé de financer partiellement la nouvelle liaison ferroviaire Annemasse – Genève.

(Avec La Tribune de Genève).

Posted in Autoroutes, Chablais | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Travaux sur les lignes Lyon – Genève, Chambéry – Genève et Bellegarde – Évian du 15 au 26 octobre

Posted by ardsl sur 29 septembre 2012

Des travaux sont programmés du 15 au 26 octobre (sauf week-end) sur les lignes Lyon – Genève et Bellegarde – Évian.

Ces travaux impactent les TER ci-dessous.

  • 96608/9 (Valence 6h41 – Genève 9h57) : supprimé uniquement entre Chambéry et Genève du 22 au 26 octobre.
  • 96634/5 (Genève 9h59 – Valence 13h18) : supprimé uniquement entre Genève et Chambéry du 22 au 26 octobre.
  • 96612/3 (Grenoble 11h55 – Genève 14h00) : supprimé uniquement entre Chambéry et Genève.
  • 96638/9 (Genève 11h59 – Grenoble 14h05) : supprimé uniquement entre Genève et Chambéry.
  • 96558/9 (Genève 9h29 – Part-Dieu 11h22) : supprimé. Mise en place de 3 cars de remplacement.
  • 96562/3 (Genève 11h29 – Part-Dieu 13h22) : supprimé uniquement entre Bellegarde et Lyon. Mise en place de 2 cars de remplacement.
  • 96510/1 (Part-Dieu 12h38 – Genève 14h27) : supprimé. Mise en place de 3 cars de remplacement.
  • 96512/3 (Part-Dieu 14h38 – Genève 16h27) : supprimé uniquement entre Lyon et Bellegarde. Mise en place de 2 cars de remplacement.
  • 884674/5 (Saint-Gervais 12h03 – Bellegarde 13h51) : supprimé uniquement entre Annemasse et Bellegarde.
  • 884574 (Évian 12h34 – Bellegarde 13h51) : supprimé uniquement entre Annemasse et Bellegarde. Mise en place d’un car de remplacement.
  • 884326/7 (Évian 13h09 – Chêne-Bourg 13h55) : supprimé uniquement entre Évian et Annemasse. Mise en place d’un car de remplacement.
  • 884521 (Bellegarde 14h09 – Évian 15h30) : supprimé. Mise en place de 3 cars de remplacement.
  • 884620/1 (Bellegarde 14h09 – Saint-Gervais 15h55) : supprimé uniquement entre Bellegarde et Annemasse.
  • 884678/9 (Saint-Gervais 14h03 – Bellegarde 15h51) : supprimé uniquement entre Annemasse et Bellegarde.
  • 884578 (Évian 14h30 – Bellegarde 15h51) : supprimé uniquement entre Annemasse et Bellegarde. Mise en place de 2 cars de remplacement.
  • 884525 (Bellegarde 16h09 – Évian 17h26) : supprimé. Mise en place de 3 cars de remplacement.
  • 884624/5 (Bellegarde 16h09 – Saint-Gervais 17h55) : supprimé uniquement entre Bellegarde et Annemasse.
  • 884384/5 (Chêne-Bourg 17h05 – Évian 17h55) : supprimé uniquement entre Annemasse et Évian. Mise en place de 3 cars de remplacement.
  • 884680/1 (Saint-Gervais 16h03 – Bellegarde 17h51) : supprimé uniquement entre Annemasse et Bellegarde.
  • 884580 (Évian 16h34 – Bellegarde 17h51) : supprimé. Mise en place de 3 cars de remplacement.
  • 884338/9 (Évian 17h06 – Chêne-Bourg 17h55) : supprimé uniquement entre  Évian et Annemasse. Mise en place d’un car de remplacement.

Télécharger les horaires des cars de remplacement :

Posted in Ain, Chablais, Genève, Genevois, Rhône, Travaux, Vallée de l'Arve | Tagué: , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

La Haute-Savoie ratera-t-elle l’arrivée du CEVA ?

Posted by ardsl sur 24 septembre 2012

La gare d’Annemasse raccordée à celle de Genève Cornavin : tel est le but du CEVA.

Le canton de Genève poursuit la réalisation du raccordement ferroviaire des gares de Cornavin, des Eaux-Vives et d’Annemasse (CEVA) approuvé à 63% lors de la votation populaire qui lui était consacré. Ce raccordement fera tomber le mur de Berlin ferroviaire de la cité de Calvin.

Longtemps considéré comme un RER de l’agglomération genevoise, cette réalisation représente également un enjeu majeur pour la Haute-Savoie. En effet, des trains directs sont prévus toutes les heures entre Genève, Évian, Annecy et Saint-Gervais, via la gare d’Annemasse.

Certains opposants français au projet invoquent que leurs commune vont devenir des dortoirs de Genève, or les transfrontaliers sont déjà là et vont actuellement à 90% à leur travail en voiture. Avec CEVA et le RER franco-valdo-genevois, la Haute-Savoie bénéficiera de la venue des Suisses sur son territoire permettant d’y développer toute l’économie régionale. Les stations de sports d’hiver comme Saint-Gervais ou Chamonix seront accessibles depuis Genève en train avec un temps de parcours semblable aux stations valaisannes. Or lorsque l’on sait qu’un habitant suisse sur deux possède un abonnement de chemin de fer, on constate la nette préférence des helvètes au transport ferroviaire.

Les dessertes internes à la Haute-Savoie bénéficieront également de meilleures dessertes sur l’ensemble des étoiles de La Roche-sur-Foron et d’Annemasse avec un cadencement au moins deux trains par heure et par sens sur Annemasse – La Roche-sur-Foron et Annemasse – Évian et au moins un train par heure Annemasse – Bellegarde, La Roche-sur-Foron – Saint-Gervais et La Roche-sur-Foron – Annecy et à l’heure.

L’ARDSL recommande l’inscription au prochain contrat de projet État – Région (CPER) de mesures complémentaires pour augmenter les bénéfices apportés par CEVA et le RER franco-valdo-Genevois à la Haute-Savoie.

Il convient de moderniser l’étoile ferroviaire de La Roche-sur-Foron. Nous demandons donc que la ligne Annemasse et La Roche-sur-Foron (commune aux trains desservant Annecy et la vallée de l’Arve) soit dotée d’une signalisation moderne (BAL, block automatique lumineux) et de points de croisements supplémentaires (en plus de celui existant à Reignier). Dans une seconde étape, il faudra moderniser les deux autres branches de l’étoile de La Roche-sur-Foron. Cela passe notamment par la réalisation d’un shunt près de La Roche-sur-Foron (avec création d’une halte La Roche-sur-Foron nord à la sortie du shunt côté Annemasse ; dans un premier temps ce shunt pourrait être monotube le shunt étant utilisé pour le matin pour le sens Annecy – Genève et le soir pour le sens Genève – Annecy, la voie ferrée actuelle continuant de servir pour le sens inverse de circulation).

Par ailleurs, il est vital de compléter les dessertes CEVA par la réouverture des 17 kilomètres séparant Évian et Saint-Gingolph (ligne du Tonkin) pour permettre la création de relations directes tant depuis Genève que depuis Annecy vers Martigny et Sion via Thonon-les-Bains.

Il faut également signaler que le projet CEVA France s’inscrit pleinement dans la logique du Grenelle de l’Environnement en offrant une alternative crédible au tout routier, d’autant plus que la vallée de l’Arve dépasse largement les seuils annuels de pollution de l’air.

Enfin, l’ARDSL souligne que dans le cas où les élus, voire la population de la vallée de l’Arve seraient majoritairement opposés au projet, il n’est pas à exclure que les dessertes soient  davantage concentrées sur l’axe Annecy – Genève au détriment de la vallée de l’Arve. Une telle situation serait pour le moins dommageable.

Posted in ARDSL, Bassin annecien, CEVA, Chablais, Genevois, Haute-Savoie, Valais, Vallée de l'Arve | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 9 Comments »

Les défenseurs de la ligne du Tonkin exigent sa réouverture

Posted by ardsl sur 23 septembre 2012

Une « rame Domino » avec Samuel Pellissier aux commandes a franchi le passage à niveau de Meillerie samedi 22 septembre 2012.

Vieille de 125 ans, la ligne ferroviaire du Tonkin, entre Évian et Saint-Gingolph, a symboliquement rouvert samedi 22 septembre 2012, 14 ans après sa fermeture.

La ligne ferroviaire entre Saint-Gingolph et Évian, surnommée ligne du Tonkin, est fermée au trafic régulier de voyageurs depuis 1938. Les trafics marchandises et touristiques ont subsisté jusqu’en 1998. Elle a symboliquement rouvert samedi 22 septembre 2012. L’événement était organisé par l’Association franco-suisse « Sauvons le Tonkin » qui exige de réhabiliter le train sur la rive sud du Lac Léman. Une maquette de rame Domino a parcouru sur 50 mètres le passage à niveau de Meillerie, à 9 kilomètres de la frontière.

Une centaine de personnes étaient présentes lors de cette démonstration, dont William Lachenal, président de l’AEDTF et de l’ARDSL, ainsi que quelques personnalités suisses comme Georges Mariétan, secrétaire régional de Chablais Région, et Margrit Piccan-Furrer, présidente de Port-Valais.

Une rame Domino à son terminus en gare de Saint-Gingolph.

La volonté d’intégrer la ligne au CEVA

Si le projet de réouverture est à nouveau d’actualité, c’est grâce au projet ferroviaire du CEVA, entre Cornavin et Annemasse. « Il ne manque que 17 km pour compléter le réseau ferroviaire autour du lac« , relève Benoît Grandcollot, président de l’association.

La ligne d’Évian-les-Bains à Saint-Gingolph pourrait être facilement intégrée dans le RER franco-valdo-genevois. En 2009, une étude co-financée par la région Rhône-Alpes, l’État du Valais et l’Union européenne avait conclu à une réouverture possible de la ligne.

La ligne du Tonkin, vieille de plus de 125 ans, est interdite à toute circulation ferroviaire depuis 1998 en raison de son mauvais état.

Voir également le reportage de Canal 9.

(Avec ATS).

Le Nouvelliste, 11 octobre 2010

Posted in ARDSL, Associations, Chablais, Suisse, Valais | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Des TGV Paris – Évian tous les week-ends et toute l’année

Posted by ardsl sur 11 septembre 2012

Parmi les nouveautés du service 2013 (qui entre en vigueur le 9 décembre), des TGV assureront 3 allers-retours entre Paris et Évian tous les week-ends. Explications et décryptage par l’ARDSL.

Sous réserve de confirmations, les TGV suivants devraient circuler tous les week-ends à compter du 9 décembre 2012.

Paris > Évian

  • 6503 (Paris 10h11 – Bourg-en-Bresse 12h02/04 – Bellegarde 12h59/13h15 – Annemasse 13h54/14h10 – Thonon 14h32/39 – Évian 14h46) : tous les samedis, dimanches et jours fériés. Au service 2012, ce TGV ne circule pas les dimanches d’avril à juin et de septembre à mi-décembre.
  • 6511 (Paris 16h15 – Bellegarde 19h02/14 – Annemasse 19h54/58 – Thonon 20h21/24 – Évian 20h33) : tous les vendredis. Au service 2012, ce TGV a circulé uniquement à partir du 4 mai.

Évian > Paris

La gare de Thonon-les-Bains sera desservie par TGV tous les week-ends à compter du 9 décembre 2012. Les départs de Paris se feront à 16h15 le vendredi et à 10h11 les samedis et dimanches. Les départs de Thonon se feront à 13h38 le samedi et à 16h59 les samedis et dimanches.

  • 6508 (Évian 13h28 – Thonon 13h35/38 – Annemasse 14h08/15 –  Bellegarde 14h54/15h02 – Bourg-en-Bresse 15h54/56 – Paris 17h49) : tous les samedis et jours fériés. Au service 2012, ce TGV a circulé les samedis uniquement jusqu’à fin avril.
  • 6504 (Évian 16h48 – Thonon 16h56/59 – Annemasse 17h29/36 – Bellegarde 18h07/10 – Paris 20h49) : tous les samedis, dimanches et jours fériés. Au service 2012, ce TGV ne circule pas les samedis d’avril à juin et de septembre à mi-décembre.

En outre, des renforts hivernaux seront mis en place comme les hivers précédents.

La mise en place d’une desserte TGV les vendredis, samedis et dimanches toute l’année avait notamment été réclamé par le président du Conseil général de la Haute-Savoie (lire). Christian Monteil a donc été entendu par les dirigeants de SNCF. Reste à mettre des cars Lihsa vers les stations des Portes du Soleil (Morzine, Les Gets, Avoriaz et Châtel) toute l’année en correspondance avec ces TGV.

L’ARDSL avait interrogé la directrice régionale SNCF sur la mise en place d’une desserte TGV tous les week-ends entre Paris et le Chablais. Josiane Beaud avait alors expliqué que le remplissage des TGV existants étaient satisfaisant et donc que cette desserte serait généralisée à tous les week-ends dès le service 2013.

Posted in Ain, ARDSL, Chablais, Genevois, Loisirs, Service 2013 | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , | 17 Comments »

Archamps : une femme se donne la mort en s’allongeant sur la voie ferrée

Posted by ardsl sur 7 août 2012

Le drame s’est produit au passage à niveau d’Archamps, un endroit isolé du réseau secondaire en pleine campagne genevoise.

Une femme, habitante de Saint-Julien-en-Genevois, âgée d’une cinquantaine d’années est morte vers 10h30 mardi 7 août au passage à niveau n°33 à Archamps, percutée par les TER 884509 (Bellegarde 10h09 – Évian 11h30) et 884608/9 (Bellegarde 10h09 – Saint-Gervais 11h55 – rame ZGC n°27671).

La ligne a été suspendue entre Saint-Julien et Annemasse, le temps de permettre aux services de secours et de sécurité d’évacuer dignement le corps de la victime. Le train a été stoppé pendant deux heures sur la voie longeant la zone commerciale d’Archamps.

Pompiers et gendarmes ont été rapidement dépêchés sur les lieux de l’accident pour organiser l’évacuation du corps de la victime coincé sous le train au niveau du milieu de la double rame du TER. Il s’agissait de la première intervention sur le terrain pour le capitaine Stéphane Lhyvernay qui a pris depuis quelques jours le commandement de la compagnie de Saint-Julien-en-Genevois. L’intervention des pompiers n’a pas été facilitée par la violence du choc qui a engendré le blocage du corps de la victime sous le train.

Selon les premiers éléments recueillis par les policiers auprès du conducteur du TER, la femme se serait allongée sur les rails à une soixantaine de mètres de l’arrivée du train. Le freinage d’urgence enclenché à l’approche du passage à niveau d’Archamps n’aura pas permis d’éviter la catastrophe. La femme décéda sur le coup.

Un car affrété par SNCF a été dépêché sur place pour prendre en charge jusqu’à la gare d’Annemasse les quelques dizaines de voyageurs présents dans le train. Les voyageurs au départ d’Annemasse et des gares suivantes ont été acheminées par des trains de remplacement.

Selon les premières constatations, la femme était chaussée de petites sandalettes aux semelles en liège.

(Avec ledauphine.com et latribunerepublicaine.fr).

Posted in Genevois, Passage à niveau, Retards / Suppressions | Tagué: , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Rémi Walbaum, président de la CGN : « il est impératif de lancer de nouvelles lignes »

Posted by ardsl sur 4 août 2012

Le 16 mai dernier, Rémi Walbaum, 53 ans, a été élu président de la Compagnie générale de navigation (CGN). Entrepreneur suisse, le nouveau président de la CGN n’est pas issu du milieu. Il a été appelé pour « rénover » l’entreprise.

Il livre ses ambitions pour l’entreprise.

Quel a été votre parcours avant d’arriver à cette présidence ?

« Je suis entrepreneur de métier. Je suis le fondateur du site de vente en ligne leshop.ch (premier supermarché en ligne de Suisse), qui a été racheté par Migros. J’ai également lancé une chaîne de boulangerie, « Fleur de pains ». »

Comment êtes-vous arrivé à la CGN ? Aviez-vous déjà un pied dans l’entreprise ?

« Le conseiller d’État qui est venu me chercher a sûrement été intéressé parce que j’avais déjà rénové deux métiers traditionnels, l’épicerie et la boulangerie. En revanche, je n’avais pas du tout de pied à la CGN auparavant. Je suis également professeur à HEC Lausanne et directeur à l’école hôtelière. Je ne suis même pas marin… mais alpiniste ! »

Quel regard portez-vous sur cette entreprise ?

« Il y a beaucoup de passionnés à la CGN… Mais c’est bien d’avoir un peu de recul, d’apporter un autre regard, extérieur. Et puis : je suis binational (suisse et français). C’est important dans les relations avec les autorités françaises ! La CGN, c’est d’abord un magnifique patrimoine historique. J’aime dire que si on pouvait faire payer à chaque fois qu’un bateau de la compagnie est pris en photo sur le lac, ça rapporterait plus que la vente des billets ! »

Quel regard portez-vous sur la division de la flotte en deux entités distinctes : d’un côté une filiale pour le transport public, de l’autre pour les bateaux Belle-Époque et la flotte plus touristique ?

« Les choses sont plus simples : c’est le payeur qui commande. Il est normal que celui qui détient le capital détienne les droits de vote. Avant, les trois cantons n’étaient pas majoritaires, ce n’est plus le cas maintenant. Ils détiennent plus de 57 % des parts, avec en face un autre partenaire, l’ABVL (l’Association des bateaux à vapeur du Léman). Ce sera donc à travers la CGN Belle Époque que nous devrons trouver les fonds pour rénover les bateaux anciens. »

Reverra-t-on des bateaux Belle Époque sur les rives françaises ?

« Bien entendu, comme c’est déjà le cas actuellement avec des croisières vers Yvoire notamment. Six bateaux sur huit fonctionnent, les lignes ont peu de latitude à changer. »

Où en sont aujourd’hui les différentes liaisons transfrontalières ?

« Le transport public est une obligation pour la société. L’augmentation du nombre de frontaliers, la pression immobilière assez forte en France, tout ceci impacte durablement la CGN pour les années à venir. L’augmentation du trafic est déjà monumentale : plus 20 % entre 2011 et 2012. L’engorgement des routes, côtés suisse et français, est une réalité autour de ce lac dont nous sommes tous riverains : le bateau permet d’éviter cet engorgement. Nous avons tous le même problème : partout il y a des montagnes derrière les berges. Sur le peu d’espace qu’il reste, il faut caser les maisons et les routes. Si on peut se déplacer autrement pour accéder quelque part, ça évite la saturation générale ! »

Y aura-t-il de nouveaux bateaux, pour la ligne Thonon – Lausanne, par exemple ?

« Oui, sûrement. Mais le rythme ne sera pas celui auquel tout le monde s’attend. On n’augmente pas une flotte en cinq minutes. La société n’a pas les financements pour acheter seule des bateaux. »

Quel développement envisagez-vous pour ces liaisons ? De nouvelles destinations, à l’est notamment (Évian – Montreux, etc.) ?

« Cela fera partie des études. Mais nous ne sommes pas tout seuls, il faut aller voir les autorités françaises et suisses. L’idée c’est qu’il y ait une véritable étude pour comprendre les vrais besoins des uns et des autres, à terme. Ce n’est que seulement après que nous pourrons acheter des bateaux. Nous allons donc commencer par un grand tour de table, fin août. Il faut engager un gros travail de réflexion pour connaître les enjeux pour 2020. À l’avenir, il sera impératif de lancer de nouvelles lignes, d’abord parce que les relations transfrontalières ne font que s’améliorer et croître. Les collaborations sont de plus en plus intenses ; nous avons par exemple un élu français, Monsieur Denais (maire de Thonon-les-Bains) au conseil d’administration de la CGN. »

(Avec Le Messager).

Posted in CGN, Chablais, Genève, Genevois, Suisse, Vaud | Tagué: , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Quand le TER Genève – Lyon laisse des passagers à quai à Bellegarde

Posted by ardsl sur 25 juillet 2012

Pour la journée du samedi 21 juillet, Bison Futé avait vu rouge. De son côté, SNCF avait annoncé, déjà depuis fin 2011 dans son ”calendrier voyageurs”, que ce serait un de “jour particulier”. Et pourtant…

Les TER en provenance d’Évian-les-Bains (départ 6h34) et de Saint-Gervais-les-Bains (départ 6h03), réunis à Annemasse, sont arrivés bondés à Bellegarde-sur-Valserine, à 7h51.

Quelques minutes plus tard, quand le TER en provenance de Genève (départ 7h29) et à destination de Lyon (9h22) est arrivé sur les quais de la gare de Bellegarde, il fut aussitôt pris d’assaut par une armée de candidats aux vacances, munis de sacs de voyage, valises trolley, instruments de musique et autres poussettes chargées comme des mobile-homes.

Or, le train ne comprenait qu’une seule rame. Une rame vide stationnait sur le quai d’à côté, sans destination indiquée.

À l’heure du départ, les wagons étaient pleins. Même une contrôleuse filiforme n’aurait pas pu se frayer un chemin à l’intérieur de la rame. Certains voyageurs qui n’avaient pas pu monter à bord, sont restés penauds, sur le quai. Quelques minutes plus tard, la direction a enfin pris la décision de doubler la rame. Un machiniste a alors manœuvré la rame libre, stationnée sur le quai d’à côté, pour l’accrocher en tête du train. Tous les passagers ont pu prendre place. Le train a alors pu quitter la gare de Bellegarde avec une demi-heure de retard.

À bord, le contrôleur rechercha qui aurait un problème de correspondance à Lyon à cause du retard, afin de prévenir les responsables lyonnais pour qu’ils agissent en conséquence.

(Avec Le Dauphiné Libéré).

Posted in Ain, Chablais, Genève, Genevois, Retards / Suppressions, Rhône, Vallée de l'Arve | Tagué: , , , , , , | 1 Comment »

Drame d’Allinges : SNCF et RFF maintenus en examen

Posted by ardsl sur 4 juillet 2012

SNCF et RFF ont été déboutées, ce mercredi 4 juillet, par la chambre de l’instruction de la Cour d’appel de Chambéry : elles restent mises en examen en prévision du procès du drame d’Allinges qui devrait se tenir début 2013. SNCF et RFF seront donc aux côtés du chauffeur de car sur le banc des accusés.

Les juges d’instruction Michel Mollin et Christine de Curraize avaient décidé en janvier dernier, plus de trois ans après les faits, de mettre en examen RFF et  SNCF pour homicides et blessures involontaires dans le cadre de l’instruction de l’accident d’Allinges, qui avait coûté la vie à sept collégiens, le 2 juin 2008. Un TER assurant la liaison entre Évian-les-Bains (Haute-Savoie) et Genève avait percuté un car scolaire à un passage à niveau, tuant sept adolescents, âgés de 11 à 13 ans, et faisant 25 blessés.

Les deux entreprises avaient fait appel de cette décision des juges d’instruction, pour obtenir l’annulation de la procédure à leur encontre. Leur requête a été examinée fin mai, mais le juge n’a rendu son délibéré que ce jour, par mail.

«Il existe à l’encontre de RFF et de la SNCF (…) des indices graves ou concordants rendant vraisemblable qu’ils aient pu participer à la commission des infractions», écrit dans son arrêt la chambre de l’instruction. «Des facteurs liés à la configuration, au mode de fonctionnement du passage à niveau (…) ont pu jouer un rôle dans l’accident», justifie-t-elle. «RFF et la SNCF ne peuvent se retrancher derrière la seule responsabilité du chauffeur de car, ou derrière leur ignorance de l’état de dangerosité du passage à niveau, ou de la liste des passages à niveau dits préoccupants, ou le manque de moyen notamment en personnel s’occupant des passages à niveau…», poursuit la chambre d’instruction.

Jusque-là, seul le chauffeur du car, qui aurait mal engagé son virage au passage à niveau, était mis en examen pour les mêmes chefs.

«Cette décision montre que c’est la prudence qui prévaut. Il est normal qu’il y ait un débat et que l’institution judiciaire pose des questions à toutes les parties prenantes», a déclaré le procureur de la République d’Annecy, Éric Maillaud.

«C’est une excellente décision. RFF et la SNCF seront amenés à répondre à un certain nombre de questions», a réagi pour sa part Georges Rimondi, avocat des parties civiles évoquant la «topographie» des lieux et «l’entretien de l’ouvrage». «Des différences de niveau sur les rails pourraient expliquer pourquoi le car a patiné», a expliqué l’avocat.

(Avec lemessager.fr et ledauphine.com).

Posted in Chablais | Tagué: , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :