ARDSL Association Rail Dauphiné Savoie Léman

Le blog des usagers

Posts Tagged ‘Front de gauche’

Vers la mise en place de transports urbains à Privas ?

Posted by ardsl sur 13 octobre 2012

Le CUTPSA (collectif des usagers de transports publics en Sud-Ardèche, affilié à la FNAUT) ouvre le débat sur l’absence de transports urbains à Privas (8800 habitants), qui est pourtant le chef-lieu du département de l’Ardèche.

Outre Privas, ce futur réseau de bus pourrait desservir Veyras (1600 habitants), Allissas (1400 habitants) et Chomérac (3000 habitants).

Le CUTSA a organisé un débat public samedi 6 octobre à Privas. Deux conseillers régionaux étaient présents : Hervé Saulignac (PS) et François Jacquart (Front de gauche).

Le Dauphiné Libéré, 9 octobre

La Tribune, 11 octobre

 

Publicités

Posted in Ardèche, Associations, Etudes, Tarification | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Pas de hausse de la TIPCE, pas de moyens supplémentaires pour les transports

Posted by ardsl sur 10 octobre 2012

Lors de son assemblée plénière du 4 octobre, la Région Rhône-Alpes a refusé de dégager des moyens supplémentaires pour les TER par l’intermédiaire d’une de la TIPCE. Explications.

La Région a décidé de maintenir en 2013 la modulation de la Taxe Intérieure de Consommation sur les Produits Energétiques (TICPE) au même niveau qu’en 2012. Elle sera donc de 1,77 centimes d’euros par litre pour le sans-plomb (y compris E 10) et de 1,15 centimes d’euros par litre pour le gazole.

Le PS, le Front de gauche, EÉLV et le PRG ont voté pour le maintien des taux actuels de la TICPE. L’UDC et le FN s’y sont opposés.

Une augmentation de la TICPE était possible par l’application d’une tranche de la TICPE, prévue par le Grenelle de l’Environnement, pour financer les grands projets d’infrastructures de transport.

Le PS a mis en avant un choix politique de ne pas amputer le pouvoir d’achat des ménages rhônalpins et de ne pas contredire la politique gouvernementale pour baisser les prix des carburants. (Lire l’intervention d’Aurélien Ferlay).

Il n’y aura donc pas de moyens supplémentaires pour les trains régionaux. Pourtant Jean-Jack Queyranne (président PS de la Région) avait déclaré en septembre que « le modèle actuel du financement du TER conduit à une équation insoluble » en pointant du doigt la baisse des recettes fiscales liées à la TICPE.

Posted in Politique, Tarification | Tagué: , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Le Front de gauche veut plus d’argent pour les TER

Posted by ardsl sur 11 septembre 2012

Le Front de gauche veut plus de moyens financiers pour développer les TER.

Le groupe Front de gauche du Conseil régional demande l’extension du versement transport aux TER. Il compte ainsi récupérer 80 millions d’euros pour moderniser les lignes rhônalpines.

Le versement transport, une taxe acquittée par les entreprises et calculée en fonction de leur masse salariale, profite pour l’instant au seul transport urbain. En 2012, le SYTRAL reçoit ainsi 263,2 millions d’euros pour faire fonctionner les métros, tramways et bus du Grand Lyon.

« Les TER sont également utilisés par les salariés », s’écrie Élisa Martin, co-présidente du groupe. À son initiative, le Conseil régional avait voté en décembre dernier un vœu, demandant au gouvernement de l’époque « la mise en place d’un versement transport généralisé à l’ensemble des régions dès 2012. »

« Des résolutions similaires ont été votées dans la plupart des autres régions », assure Gilles Ravache, l’autre co-président. Maintenant que l’Assemblée nationale et 21 des 22 Régions métropolitaines sont à gauche, les élus s’impatientent. « Ce qu’il est possible de faire, il faut le faire », réclament-ils.

Avec un taux entre 0,2 et 0,3%, cette taxe rapporterait 80 millions d’euros à la Région Rhône-Alpes, selon les calculs du Front de gauche. De l’argent qui pourrait permettre de rénover certaines lignes. « On a un vrai problème d’infrastructure », pointe Gilles Ravache, qui cite notamment la ligne Lyon – Trévoux, dont la réouverture a été maintes fois annoncée, puis reportée.

(Avec lyon-info.fr).

Posted in Politique | Tagué: , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Pas de réouverture aux voyageurs de la rive droite du Rhône entre Valence et Avignon avant décembre 2014

Posted by ardsl sur 18 juin 2012

La réouverture aux voyageurs de la ligne ferroviaire de la rive droite du Rhône est à nouveau retardée. Il ne fait guère de doute que la réouverture ne se fera pas avant décembre 2014. Et encore, cette date est pour le moins optimiste. Décryptage.

Il faut se souvenir que l’engagement des Régions Rhône-Alpes, PACA et Languedoc-Roussillon pour financer une étude d’opportunité et de faisabilité de la réouverture aux voyageurs de la ligne ferroviaire de la rive droite du Rhône date du 26 septembre 2005. Le premier comité de pilotage s’est tenu le 24 octobre 2005 à Bourg-Saint-Andéol (Ardèche). Les résultats de l’étude menée par le cabinet TTK ont été proposés au comité de pilotage le 20 décembre 2006. La Région Rhône-Alpes a adopté le protocole d’intention pour la réouverture de la ligne de la rive droite du Rhône au TER lors de son assemblée plénière le 30 novembre 2007. L’ensemble des collectivités concernées ont signé le protocole d’intention le 21 janvier 2008 à Bourg-Saint-Andéol.

Le 5 janvier 2010, un TER entrait en gares de Pont-Saint-Esprit, Bagnols-sur-Cèze, Laudun-L’Ardoise, Remoulins… C’était le train expérimental, bondé de décideurs et de politiques, qui circulait sur la voie ferrée de la rive droite du Rhône. Sa réouverture ne faisait plus aucun doute. En effet, tous les partenaires du dossier avaient validé sa faisabilité, ses études techniques et financières. Et l’entente semblait royale entre SNCF, Réseau Ferré de France et les trois Régions Languedoc-Roussillon, Rhône-Alpes et Provence-Alpes-Côtes-d’Azur. Dans ce bel élan de générosité, la communauté de communes Rhône Cèze Languedoc avait sorti son chéquier pour financer les études de réhabilitation des trois gares de Pont-Saint-Esprit, Bagnols-sur-Cèze, Laudun-L’Ardoise.

Il avait été alors avancé un scénario de desserte comprenant 7 allers-retours du lundi au vendredi. Puis, un scénario se limitant à 5 allers-retours (2 le matin, un le midi et 2 le soir) fut avancé.

Jean-Jack Queyranne à Genève le 15 novembre 2011 lors de l’inauguration des travaux du CEVA. Photo : Joël Grandcollot.

À l’automne 2011, Le Dauphiné Libéré, avait interrogé le président de la Région Rhône-Alpes sur le projet d’une liaison TER Valence – Avignon par la rive ardéchoise du Rhône. À la question, « Qu’en est-il du projet de réouverture de la rive droite du Rhône aux trains de voyageurs ?« , Jean-Jack Queyranne avait répondu : « Des études ont été menées avec les régions Provence-Alpes-Côte d’Azur et Languedoc-Roussillon. La région Rhône-Alpes a mis en place un service d’autocars entre Le Pouzin et Pierrelatte qui n’a pas eu un grand succès. On va le faire évoluer vers un transport à la demande moins coûteux et plus souple. Mais la Région maintient son objectif de réouverture d’une ligne voyageurs. Si l’offre est là, il devrait y avoir une fréquentation. Il faut en convaincre la SNCF et nos régions partenaires. On avait défini un niveau de services de 3 allers-retours par jour. »

Le 25 avril 2012 à Privas, lors du comité de ligne du Sud Ardèche, l’association d’usagers CUTPSA (membre de la FNAUT) a demandé si la réouverture de la rive droite se ferait au service 2014. La Région Rhône-Alpes a répondu que la rive droite ne sera pas rouverte au trafic voyageurs en 2014. Les études d’avant-projet sont toujours en cours. Le président du comité de ligne François Jacquart (Front de Gauche) a précisé que les partenaires sont toujours en attente de la réponse de l’État quant à la nature des investissements à réaliser au regard du fait qu’il s’agira d’une expérimentation (question de l’accessibilité aux Personnes à Mobilité Réduite).

Une présentation du projet et de son avancement devrait être faite par RFF, maître d’ouvrage, lors du prochain comité de ligne (au second semestre 2012).

Ce dossier bute sur la nature des travaux à mener pour réhabiliter les gares abandonnées dans le Gard et en Ardèche n’ont toujours pas commencé. Les Régions Rhône-Alpes et Languedoc-Roussillon veulent contourner la réglementation sur les PMR pour limiter le coût des travaux.

D’autres obstacles devraient surgir dans ce dossier. Aucun accord n’est en vu sur le financement de l’exploitation de cette nouvelle ligne TER entre les 3 Régions concernées. Aucune commande de matériel nouveau n’est prévue pour assurer les futures dessertes Avignon – Bagnols-sur-Cèze – Valence. Il faudrait donc prendre des rames électriques circulant sur d’autres lignes de Rhône-Alpes, PACA ou Languedoc-Roussillon.

La mise en place d’une desserte TER Valence – Avignon centre par la rive droite du Rhône permettrait de rétablir une desserte voyageurs pour 75000 habitants des villes suivantes :

  • Le Teil (8300 habitants) en Ardèche
  • Le Pouzin (2900 habitants) en Ardèche
  • Bourg-Saint-Andéol (7500 habitants) en Ardèche
  • Viviers (4000 habitants) en Ardèche
  • Rochemaure (2100 habitants) en Ardèche
  • Cruas (2700 habitants) en Ardèche
  • Pont-Saint-Esprit (10500 habitants) dans le Gard
  • Laudun-l’Ardoise (5700 habitants) dans le Gard
  • Bagnols-sur-Cèze (18600 habitants) dans le Gard
  • Villeneuve-lès-Avignon (12900 habitants) dans le Gard

Ces TER pourraient être prolongés à Romans-sur-Isère, de sorte à desservir Valence TGV.

Posted in Ardèche, Drôme, Languedoc-Roussillon, Matériel, Provence | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

La Région Rhône-Alpes rejette son schéma climat air énergie

Posted by ardsl sur 30 mars 2012

L’assemblée plénière du Conseil régional Rhône-Alpes a rejeté vendredi 30 mars son schéma régional climat air énergie (SRCAE).

Dans le cadre des lois d’application du grenelle de l’Environnement, les Conseils régionaux sont contraints d’adopter des schémas régionaux climat air énergie. Ils sont élaborés pour les services techniques des Régions et les DREAL.

Ils comportent un volet de mesures sur les transports pour réduire les émissions de gaz à effet de serre.

En Rhône-Alpes, le SCRAE a été rejeté par EÉLV, le Front de Gauche, l’UDC et le FN. Seuls le PS (lire le point de vue exprimé par le groupe socialiste) et le PRG ont voté pour.

EÉLV a dénoncé un texte très insuffisant en évoquant « un schéma en dessous des objectifs de Kyoto« . Les élus écologistes à la Région avaient pourtant participé aux réunions et contribué à l’amendement du schéma, par le truchement du vice-président en charge de l’énergie et du climat Benoit Leclair. Pendant une année, les services de l’État et la Région avaient donc travaillé main dans la main.

Au début de la séance, EÉLV a déposé une motion d’ordre pour faire reporter le vote. La motion a été repoussée. Puis Benoît Leclair a présenté le SRCAE en émettant des réserves.  Mais le vice-président a suscité un tollé en annonçant qu’il ne voterait pas un texte qui n’allait pas assez loin sur les questions environnementales. Une situation ubuesque pour de nombreux conseillers car Leclair a largement contribué au contenu du SRCAE. Sentant le vent tourner, le président de la Région Jean-Jack Queyranne a rappelé au sens des responsabilités les élus de sa majorité, EÉLV en particulier, demandant à l’ensemble des conseillers de choisir la concorde en votant un document certes imparfait, mais ajustable à l’usage.

La tension s’est un peu plus cristallisée au moment des prises de paroles. La position ambigüe des élus EÉLV a fait jaser parmi les conseillers. Fabrice Marchiol pour le groupe UDC a déclaré : « quand on est dans un exécutif, on se soumet ou on se démet« . Jérôme Safar (PS), lui, a rappelé aux élus EÉLV « leur devoir auprès de la majorité« .

Le vote a été un fiasco car seuls le groupe socialiste et les radicaux de gauche se sont exprimés en la faveur du SRCAE, qui n’a pas été adopté. Les Verts ont voté contre, tout comme l’UMP, le Front de Gauche et le FN . Certains conseillers régionaux de la majorité ont parlé « d’humilitation » pour Jean-Jack Queyranne, mis en minorité par sa majorité, après la volte-face des élus EÉLV. Certains ont également demandé au président de la Région de démettre Benoît Leclair de sa délégation et de sa vice-présidence.

Croisé dans les couloirs de l’Hôtel du Département, le préfet du Rhône, Jean-François Carenco a déclaré : « je ne dis rien mais sachez que je n’en pense pas moins« .

(Avec lyonmag.com).

Posted in Politique | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :