ARDSL Association Rail Dauphiné Savoie Léman

Le blog des usagers

Posts Tagged ‘funiculaire’

Coupe Icare : allez-y en transports collectifs

Posted by ardsl sur 22 septembre 2012

La 39ème édition de la Coupe Icare a lieu du 20 au 23 septembre à Lumbin et Saint-Hilaire-du-Touvet. Le Conseil général de l’Isère, la Communauté de communes du Grésivaudan et la Région Rhône Alpes proposent à tous les spectateurs et participants un système de navettes gratuites  samedi 22 et dimanche 23 septembre de 9h à 19h.

Un dispositif coordonné entre les 3 autorités organisatrices de transport a été mis en place pour permettre aux spectateurs de venir sans voiture à Lumbin et Saint-Hilaire-du-Touvet.

Ligne Icare express : Grenoble – Crolles

Un service d’autocars express cadencé à la ½ heure est mis en place entre la gare SNCF de Grenoble et Crolles entre 9h et 19h.

Les horaires de la ligne Icare Express

À Crolles, correspondance avec la lignes Icarenbus orange.

Lignes Icarebus

Au départ de Crolles et La Terrasse, les lignes Icarenbus, à destination de Lumbin et Saint-Hilaire-du-Touvet fonctionnent avec une fréquence d’un bus toutes les 10 à 15 minutes :

  • P+R Crolles – Lumbin – P+R La Terrasse : ligne orange
  • Lumbin – La terrasse – St-Hilaire-du-Touvet : ligne bleue

Bracelet nécessaire pour accéder à Saint-Hilaire-du-Touvet : 6€ (gratuit pour les moins de 12 ans). Vente aux arrêts Carrefour ZI et La Terrasse.

Télécharger le plan des lignes

Le funiculaire Lumbin – Saint-Hilaire-du-Touvet

Le funiculaire fait la liaison entre Lumbin (gare basse) à 500m de l’aire d’atterrissage et Saint-Hilaire-du-Touvet (gare haute). Il fonctionne à partit du 9h.

Tarifs :

  • Aller retour : adulte 15€ ; enfant 8,40€.
  • Aller simple : adulte 9,80€ ; enfant : 6,30€.

Au départ de Grenoble ou de Chambéry, vous pouvez rejoindre la gare basse du Funiculaire, à Montfort, avec la ligne Transisère 6060.

Publicités

Posted in Isère, Loisirs, Tarification | Tagué: , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Le Panoramique des Dômes, sur les bons rails, malgré tout

Posted by ardsl sur 12 septembre 2012

Lancé en mai 2012, le Panoramique des Dômes a atteint 206000 voyageurs fin août 2012. Et ce, malgré une mise en service délicate et des péripéties multiples et diverses sur les versants du Puy-de-Dôme.

En 1907, déjà, un petit train rejoint le sommet du Puy de Dôme : une belle aventure contrariée par la Grande Guerre. Relancé dans les années 1920, le projet meurt finalement en 1925, faute de rentabilité.

Démantelée, la voie ferrée est asphaltée et un premier autobus atteint le sommet en juin 1926. Un péage est ensuite mis en service et l’accès aux voitures autorisé, avec toutes les joies que l’on connaît : pollution, embouteillages, accrochage, impossibilité d’avancer vers le sommet du volcan…

Si bien qu’il faut réglementer tout cela, voire interdire les voitures au profit des navettes d’autobus. Une solution qui, une fois mise en place, ne fait que déplacer le problème puisque 7000 bus circulent chaque année !

Le Conseil général du Puy-de-Dôme examine d’autres solutions compatibles avec les exigences du lieu, classé Grand Site de France en 2008. Il faut satisfaire les besoins touristiques mais aussi scientifiques (station météo et physique du globe), militaires (centre de transmission de l’armée), sans oublier les très nombreux libéristes et randonneurs.

Rames pendulaires à récupération d’énergie

Envisagés un temps, les projets de funiculaire et de téléphérique sont écartés pour éviter l’implantation de pylônes à flanc de montagne. Un train à crémaillère est donc choisi. Il part du pied du volcan et suit le tracé de la route, autrement dit celui de l’ancien chemin de fer.

Leader mondial dans le domaine du train à crémaillère, la société suisse Stadler emporte le marché. Elle propose des rames pendulaires à récupération d’énergie. La voiture descendante utilise son freinage électrique en inversant les moteurs : ils deviennent générateurs d’alimentation et distribuent le surplus d’électricité à la rame montante.

À l’issue de trois ans d’études et deux ans de chantier, aggravé par les conditions météorologiques, le Panoramique des Dômes entre en service en mai 2012 avec trois semaines d’avance.

Il atteint le sommet du Puy-de-Dôme en 15 minutes, soit 5 minutes de moins qu’il y a 100 ans ! Mais la vitesse n’est pas le but recherché.

Loi des séries

Le 26 mai rencontre le succès avec 5000 passagers mais… il y a souvent un mais qui vient tout gâcher. En fin de journée, un violent orage arrose abondamment le voyage inaugural.

Le bilan est lourd : coulée de boue, voies ferrées détruites, gare inondée, passagers bloqués au sommet…

« C’est un phénomène météo exceptionnel« , précise la direction. Un arrêté de catastrophe naturelle est décrété. Au final, ce sont trois semaines d’arrêt et surtout un bide en matière d’image et de communication.

« Cela ne se reproduira pas« , ajoute la direction. « On a refait le mur de Berlin, et trouvé les causes« . En l’occurrence, une large friche qui n’aurait pas dû être déboisée.

Le pépin se chiffre quand même à 1 million d’euros, pris en charge par les assurances.

Mauvais aiguillage

Et la loi des séries se poursuit le 13 juillet à minuit, heure du dernier trajet. Inattention ? Fatigue ? Toujours est-il que le pilote ne respecte pas l’aiguillage.

L’engin déraille près du sentier des muletiers. Pas de victime mais une turbine détériorée et un aiguillage cassé. Il faut en commander un autre, le fabriquer, mais les Suisses sont en vacances ou en effectif réduit. Il a fallu attendre mi-août pour réparer les dégâts.

Résultat : un seul train a pu effectuer les allers-retours durant cette période. TC Dôme s’est adapté. « Il n’y a pas eu de bousculade au portillon, ni file d’attente« , affirme Jérôme Geoffray, le directeur. Un avis pas forcément partagé par tous les usagers.

Sécurité thermique

Dernier incident les 18 et 19 août à la suite d’une mise en route intempestive de la sécurité thermique qui a bloqué le train. On ne sait pas si la canicule est responsable de la surchauffe mais les passagers ont du attendre au sommet, voire redescendre à pied. Le problème, résolu en quelques jours, n’était « qu’une histoire de réglages ! »

Une consolation tout de même : « les victimes de dysfonctionnement sont remboursées si elles en font la demande« .

L’hiver

Le train est désormais passé à l’heure d’hiver, c’est-à-dire un aller-retour toutes les heures pour un voyage allongé de 2 minutes.

La neige et les grands froids, attendus dans quelques mois, ne semble pas effrayer Louis-Rolland Gosselin, le directeur général. « C’est une première ! Jusqu’à présent, l’accès au sommet était interdit en hiver. Nous avons les équipements appropriés : une fraise à neige très puissante et une lame sous le train. Nous ne redoutons pas les mois à venir même si l’on est jamais à l’abri d’un pépin« .

Rappelons au passage que le constructeur est suisse. Et en Helvétie, le froid est connu, comme en Auvergne d’ailleurs.

Optimisme

206000 montées enregistrées, chiffre jugé très satisfaisant par les responsables . « Nous avions fixé notre objectif annuel à 400000 personnes et en trois mois, nous avons fait plus de la moitié« .

Côté restauration au sommet (une cafétéria et un restaurant gastronomique), on risque même, à terme, de manquer de place. « Nous sommes victimes de notre succès. L’offre pourrait devenir insuffisante. Nous avons fait des propositions au Conseil général pour augmenter la capacité d’accueil. Sachant que nous n’avons pas le droit de construire, nous risquer très vite d’arriver à saturation« .

(Avec tourmagazine.fr).

Posted in Auvergne, Fréquentation, Loisirs, Matériel | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Grésivaudan : la montagne à portée de bus avec les estibus

Posted by ardsl sur 24 juin 2012

La communauté de communes du Grésivaudan poursuit le développement d’une offre de transport alternative à la voiture pour la desserte des sites touristiques. Après les ski-bus qui ont transporté plus de 33000 personnes durant l’hiver 2011-2012 vers les stations (comme Les Sept-Laux), place aux estibus.

5 lignes permettent de se rendre à la montagne durant l’été 2012.

L’aller-retour ne coûte qu’1€ !

G22 : Allevard – La Ferrière

Cette ligne relie Allevard aux Sept-Laux (hameau du Pleynet, sur la commune de La Ferrière) en passant par Le Pinsot.

Les VTT sont acceptés sur réservation au 04 76 45 09 72.

G23 : Pontcharra – Le Collet d’Allevard

Cette ligne relie Pontcharra (au départ du Coléo) à la station du Collet d’Allevard.

Un aller-retour est proposé du 7 juillet au 26 août.

Cette ligne permet de se rendre au lac de La Mirande et à la piscine d’Allevard.

Les VTT sont acceptés.

G32 : Saint-Pancrasse – Saint-Bernard-du-Touvet

Cette ligne dessert le plateau des Petites Roches. Elle assure des rotations entre le col de Marcieu et la mairie de Saint-Pancrasse via Saint-Hilaire-du-Touvet (et l’arrivée du funiculaire).

8 allers-retours sont assurées.

La ligne fonctionne les week-ends jusqu’au 5 juillet, puis tous les jours jusqu’au 3 septembre.

En lien avec le funiculaire, elle vous permet de rejoindre les sites de randonnée, de vous rendre sur les activités ludiques du col de Marcieu et de découvrir le plateau.

G63 : Crolles – Prapoutel

Cettte ligne relie Crolles (au départ de Raffourd) à Prapoutel (sur la commune des Adrets) via la gare SNCF de Brignoud.

2 allers-retours quotidiens seront assurés du 7 juillet au 2 septembre.

Les VTT sont acceptés.

G70 : Saint-Martin-d’Uriage – Chamrousse

Cette ligne part de l’office du tourisme d’Uriage, où une correspondance est assurée avec le réseau Transisère, pour rejoindre 40 minuttes plus tard Chamrousse.

Cette ligne fonctionne tous les jours jusqu’au 2 septembre avec 3 allers-retours.

Télécharger le dépliant spécial estibus

Les navettes des 2 rives : une grande nouveauté en 2012

Toujours gratuites, ces navettes seront au nombre de 2 et entreront en service à compter du 5 juillet.

Elles permettront à chacun, petits et grands, de rejoindre les lieux de baignade de Pontcharra, Saint-Vincent-de-Mercuze, lac de la Terrasse ou le centre nautique de Crolles et de varier les activités aquatiques tout au long de l’été.

Elles desserviront les rives droite et gauche de l’Isère avec chacune 4 rotations par jour.

Posted in Isère, Loisirs | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Montreux : le funiculaire des Avants s’est envolé

Posted by ardsl sur 14 juin 2012

Les deux voitures du vénérable chemin de fer vieux de 112 ans viennent d’être sorties de leurs rails par un camion-grue. Elles seront complètement rénovées pour le début de l’hiver prochain.

Datant de 1910, le funiculaire Les Avants – Sonloup (commune de Montreux) est arrivé au bout de sa concession le 31 mai. Vétuste, il doit être remis aux normes actuelles. Ses deux voitures, de 7,3 tonnes chacune, ont été sorties des rails mardi 12 juin.

« Soulever des charges aussi importantes est un exercice délicat« , commente Pierre Gygli, responsable des funiculaires de GoldenPass (MOB). « Cela d’autant plus que nous avons dû travailler alors que les systèmes de sécurité des deux véhicules, notamment les freins, avaient été désactivés. »

Les deux voitures ont été amenées dans les ateliers de GoldenPass à Chernex (Montreux), où ils doivent être démontés. Les châssis seront rénovés par l’entreprise Garavanta à Thoune, alors que les cabines feront l’objet d’une reconstruction à l’identique chez Raility à Bienne. « Elles seront plus belles qu’avant« , se réjouit Pierre Gygli. « Les pièces emblématiques, dont les phares, seront conservées. » Coût de l’opération 2,5 millions.

Le funiculaire devrait être remis en service au début de l’hiver, afin de pouvoir transporter les lugeurs de la piste Sonloup – Les Avants.

 (Avec 24heures.ch).

Posted in Vaud | Tagué: , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :