ARDSL Association Rail Dauphiné Savoie Léman

Le blog des usagers

Posts Tagged ‘Grand Avignon’

La gare routière d’Avignon va-t-elle enfin être rénovée ?

Posted by ardsl sur 19 septembre 2012

La gare routière d’Avignon est pour le moins inhospitalière.

Dans une lumière glauque qui éclaire à peine la pénombre des quais, Houria attend son car, debout, son sac serré contre elle. Elle a préféré déserter la minable salle d’attente couverte de graffitis, où l’odeur d’urine est intenable. Le local est aéré pourtant, toutes les portes sont cassées ! « Je ne suis jamais rassurée quand je viens ici« , murmure-t-elle. « Et l’hiver, quand il fait nuit à 17 h, c’est encore pire… »

Depuis des années, l’urgent et indispensable chantier de rénovation de la gare routière d’Avignon, qui appartient à la commune, cale sur un problème de financement. Après la menace de la ville d’Avignon en 2009 de fermer l’accès de la gare et des années de tractations, la martingale semblait enfin avoir été trouvée pour boucler un budget estimé à 2,7M€. « Le Conseil général de Vaucluse, qui participe à hauteur de 25 %, prend la maîtrise d’ouvrage du chantier pour débloquer enfin un dossier que personne ne veut vraiment faire avancer« , dénonce Claude Haut, le président du Département. Cinq autres financeurs participent au tour de table : les départements du Gard et des Bouches-du-Rhône (15 % chacun), la Région PACA (20 %), la ville d’Avignon et le Grand Avignon (12,5 % chacun). Et l’Europe apportera une aide de 700000€.

Mais de nouvelles normes de sécurité risquent d’alourdir la facture et de retarder encore un chantier qui doit démarrer début 2013. « On connaîtra la semaine prochaine les préconisations des commissions de sécurité, qui évoquent entre autres un système de désenfumage, et le surcoût engendré« , précise Marie-Françoise Rozenblit, première adjointe d’Avignon.

L’enfumage, pour Philippe Fernandez, un chauffeur qui dit son exaspération, viendrait plutôt des beaux discours et des vaines promesses : « ça fait plus de sept ans que j’entends parler de ces travaux. Cette gare, c’est une vraie honte. Les passagers ont peur et chaque matin, mes collègues trouvent des excréments devant la porte de leur bureau. Imaginez si un car prend feu là-dedans… Il faut la reconstruire en plein air. Et en attendant, on pourrait quand même remettre un coup de peinture sur les murs et une paire de néons pour qu’on y voie ! »

En filigrane, la question d’un déménagement de la gare routière est aussi évoquée. Intégrée à une refonte complète des transports autour du futur tram. « Si on pense que la rénovation est trop chère et le lieu inapproprié, on peut prendre une autre option. Nous, à la Région, on plaide depuis cinq ans pour que la gare routière soit sur le parvis de la gare SNCF. Il y aurait une cohérence en terme de connexion des transports« , explique Cécile Helle, la conseillère régionale qui admet « l’urgence à agir car la situation est intenable« .

« Si la gare routière doit aller ailleurs, qu’on nous le dise, mais vite. On ne va pas lancer des travaux pour rien« , s’impatiente Claude Haut.

Reste enfin la très épineuse question de la gestion de la gare routière. La ville d’Avignon a décidé de ne plus prendre en charge cet équipement qui lui revient à plus de 150000€ par an. Mais, bien évidemment, personne ne se bouscule pour la remplacer. Ni le Conseil général du Vaucluse, ni l’agglo d’Avignon ne veulent supporter cette charge. « Pour nous, la solution idéale serait pourtant le Grand Avignon« , dit Cécile Helle en lançant un pavé dans la mare. « Ailleurs en PACA, les gares routières sont gérées par les agglos, comme à Aix ou à Marseille. » Sur les travaux comme sur la gestion de la gare, le Grand Avignon reste muet, préférant attendre la réunion prévue la semaine prochaine en préfecture. De nouvelles tractations serrées se dessinent déjà sur l’horizon toujours bouché de la gare routière.

(Avec Midi Libre).

Publicités

Posted in Provence | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Avignon : un réseau de bus réorganisé depuis le 27 août 2012

Posted by ardsl sur 22 août 2012

Le réseau du bus d’Avignon et son agglomération (13 communes) a changé de visage depuis lundi 27 août 2012. Le nouveau réseau de bus présente une offre kilométrique en hausse de 20% et des amplitudes horaires plus larges, jusqu’à minuit les vendredis et samedis soirs. Exit les gros bus de l’intra-muros, il est desservi par des petites navettes écologiques toutes les 4 minutes.

Le nouveau réseau a été présenté par le Grand Avignon le 31 mai 2012. Le nouveau réseau d’autobus a été déployé dans les 13 communes de l’agglomération, depuis le 27 août 2012.

En attendant le tramway prévu en 2016

Cette nouvelle offre hiérarchisée, déployée en perspective de la mise en service du tramway prévue en 2016, s’articule autour de 5 lignes de bus structurantes, 19 lignes complémentaires, deux navettes de centre-ville et du transport à la demande.

Cinq lignes à haute fréquence sont créées :

  • la ligne 1 entre le lycée René-Char et Saint-Chamand. Cette ligne, la plus fréquentée du réseau (25% des déplacements), offre désormais une liaison directe aux habitants de Saint-Chamand en direction du lycée René-Char, tout en desservant les quartiers de la Rocade, Saint-Ruf, l’intramuros et l’avenue de la Folie. Son tracé plus direct fait gagner 4 minutes sur le trajet centre-ville – lycée. Un bus toutes les 6 minutes et toutes les 30 minutes en soirée.
  • la ligne 2 entre Avignon nord et l’hôpital. Cette ligne renforce la desserte de l’hôpital qu’elle relie, via l’avenue Eisenhower et la route de Lyon, aux zones commerciales d’Avignon Nord. Son amplitude a été élargie en réponse aux demandes exprimées par le personnel de l’hôpital aux horaires décalés et les salariés des entreprises des zones commerciales. Un bus toutes les 15 minutes et toutes les 30 minutes en soirée.
  • la ligne 3 entre Saint-Lazare et Agroparc. Cette nouvelle ligne assure une liaison directe et rapide entre les deux pôles universitaires de l’agglomération, Saint-Lazare et Agroparc, en moins de 30 minutes. Elle offre un précieux gain de temps par l’avenue Pierre Semard, la route de Marseille et la ZI de la Cristole Mistral, notamment aux étudiants concernés et aux salariés qui travaillent à Agroparc. De plus, ses bus circulent jusqu’à 21 heures en semaine et minuit les vendredis et samedis. Un bus toutes les 15 minutes et toutes les 30 minutes en soirée.
  • la ligne 4 entre Grand Angles et Agroparc (50 minutes de temps de parcours). Cette nouvelle ligne, grande diagonale Ouest-Est, relie désormais le département du Gard au pôle économique et universitaire Agroparc, tout en desservant les centres de Montfavet et des Angles. Un bus toutes les 15 minutes et toutes les 30 minutes en soirée.
  • la ligne 5 entre Villeneuve-lès-Avignon et Saint-Lazare via l’université. Cette ligne relie désormais la commune de Villeneuve au pôle d’échange de Saint-Lazare et à l’université, tout en desservant les portes des remparts et leurs principaux pôles (tribunal, lycées…). Avec elle, les lycéens et étudiants de Villeneuve pourront se rendre à leurs cours, directement et sans changement. Sa fréquence est renforcée à raison d’un passage toutes les 15 minutes et toutes les 30 minutes en soirée.

« C’est un système global de mobilité qui se met progressivement en place dont l’objectif est d’accroître l’efficacité et la performance des transports publics« , a indiqué François Leleu, vice-président en charge des transports. Pour cela, la collectivité qui consacre aux transports un budget de près de 29 millions euros, a rallongé de 20% l’offre kilométrique.

Le réseau « Bus plus » dispose de nouvelles lignes (37 arrêts sont créés), d’une plus grande amplitude de service et de hautes fréquences cadencées. Il est surtout plus simple avec des itinéraires et des horaires qui restent inchangés toute l’année.

La gare SNCF d’Avignon centre est desservi par les lignes 1, 2, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10, 11, 15, 16, 21, 51, navette TGV et CityZen République.

Les autres lignes en bref

  • ligne 6 : Saint-Chamand – Hôpital
  • ligne 7 : Le Pontet -Avignon Poste
  • ligne 8 : Vedène-Entraigues -Avignon Poste
  • ligne 9 : Morières – Avignon Poste
  • ligne 10 : Saint-Gabriel – Courtine
  • ligne 11 : Jonquerettes-Saint-Saturnin -Avignon Poste
  • ligne 12 : Velleron – Saint-Saturnin
  • ligne 14 : Le Pontet – Avignon TGV. Outre l’hôpital, relie désormais directement la gare TGV au centre-ville du Pontet, tout en desservant les quartiers de la Rocade Charles-de-Gaulle, Fontcouverte, le Pont-des-deux-Eaux, Lycée René Char. Elle renforce ainsi la desserte de la gare TGV.
  • ligne 15 : Saze – Avignon Poste
  • ligne 16 : Rochefort – Avignon Poste
  • ligne 17 : Agroparc – Avignon Nord. Elle dessert les communes de l’est du Grand Avignon, offrant notamment des correspondances avec les TER  de la gare de Morières pour renforcer l’intermodalité. Toutes les 30 minutes, du lundi au samedi.
  • Trois lignes de proximité pour des liaisons inter-quartiers, sans passer par le centre-ville d’Avignon ; elles sont connectées à des lignes Fréquence + : ligne 18 (Montfavet – Saint-Chamand), ligne 19 (Grand Angles – Lycée Jean-Vilar) et ligne 20 (Office de tourisme/Font d’Irac).
  • ligne 21 : Le Pontet – Gare routière.
  • ligne 51 : Entraigue – Gare routière.

La Navette TGV circule tous les jours, toutes les 15 minutes pour une liaison directe entre Avignon TGV et Avignon Poste.

Lorsque le tramway sera mis en service dans quatre ans (lire), la fréquentation des transports publics devrait bondir de 70%. Elle représente actuellement 9,8 millions de voyages par an.

« Un service plus performant »

« Bus + », c’est la réduction des lignes à l’intérieur des remparts et un renforcement des lignes extérieures. Plus de lignes mais aussi une fréquence de passages plus élevée pour « un service plus performant » selon les mots de Didier Depardieu, directeur des Transports en commun de la région d’Avignon (TCRA).

Seule la ville de Velleron ne dispose pas d’une ligne directe vers le centre ville d’Avignon. Trois lignes de proximité à Montfavet, Les Angles et Villeneuve assurent aussi la desserte inter-quartiers sans passer par le centre ville.

Un manque de préparation pour les conducteurs

Rencontré au dépôt des Courtines, l’un d’eux s’explique : « nous n’avons eu qu’une demi-journée de formation il y a plusieurs mois ! Soit environ 5 heures pour réapprendre le réseau et la numérotation des lignes« . Le conducteur aux 27 ans d’expérience poursuit : « au niveau des chauffeurs, le projet s’est construit « à l’arrache ». Je peux vous assurer que le 27 août, ça va être le bordel. Les conducteurs chercheront leurs nouveaux trajets avec un plan sur le tableau de bord avec le trafic qui reprend pour la rentrée« .

Du côté de la direction, on répond, qu’à l’accoutumée, le changement entraîne naturellement une certaine angoisse, mais on ne s’inquiète pas du bon déroulement de la restructuration du réseau le jour J. En ce qui concerne les passagers, les avis sont mitigés devant la grande poste d’Avignon.

La plupart des usagers ont bien reçus l’information. Ils demeurent cependant quelque peu récalcitrants. « On n’a pas eu assez de renseignements, ils font tout sans consulter les gens ! » se lamente une Avignonnaise qui refuse de donner son prénom. Mais Sophie, Sami et Sarah semblent être prêts au changement. Il faut dire que la TCRA a mis les moyens : 70000 courriers distribués et l’organisation d’une journée d’information dans les 13 communes concernées.

3 questions à Didier Depardieu, directeur de la TCRA

Par rapport à sa taille, l’agglomération d’Avignon compte peu d’usagers des transports en commun, comment l’expliquez-vous ?

« Même si nous sommes en constante progression, le changement des comportements ne se fait pas en un jour. Aujourd’hui tout le monde utilise le parking des Italiens pour y délaisser sa voiture, mais l’initiative a mis du temps à se mettre en place et à rentrer dans les habitudes. La nouvelle configuration du réseau de la TCRA et ses cinq lignes structurantes permettront de mieux répondre aux attentes des habitants. Le 27 août, 97% de la population disposera d’un arrêt de bus à moins de 5 minutes de son logement. Mais pour que les habitants de l’agglomération avignonnaise abandonnent définitivement la voiture au profit du bus, il faut simplement que le bus aille plus vite. La prochaine étape passe nécessairement par la création de couloirs de bus. »

« 97 % de la population » ?

« Oui, grâce au service « Transport à la demande » qui couvre sept secteurs. En prévenant deux heures à l’avance, l’usager peut appeler un bus spécial qui le conduira sur le réseau régulier. »

Quels sont les nouveaux projets de la TCRA pour améliorer son service ?

« D’abord la mise en place de couloirs de bus. Ensuite nous souhaitons développer l’offre numérique. Nous souhaitons développer la possibilité de consulter les horaires sur son téléphone pour attendre à la maison plutôt qu’à l’arrêt de bus. Enfin, la billettique devrait évoluer dans les prochaines années. Les usagers pourront recharger leur carte d’abonnement directement sur un valideur dans le bus, plutôt que de se déplacer à l’agence. »

Augmentation des tarifs

La décision a  été validée en conseil communautaire le 26 juin, le titre de transport unitaire est passé de 1,20€ à 1,30€ en juillet.

Nouvelle flotte et embauches

La TCRA indique que ces changements ont généré 8 embauches. Quant aux bus, la flotte sera renouvelée à 70% d’ici 2013, tous accessibles aux personnes à mobilité réduite et munis de système de vidéo-protection.

Allobus, transport à la demande

Un nouveau service pour les déplacements en transport en commun dans les zones les moins denses de l’agglo (Rochefort-du-Gard, Saze, Barthelasse …). Sur simple réservation au moins 2 heures avant, vous prenez rendez-vous et vous rendez à l’arrêt le plus proche où une navette vous emmènera à un point de connexion avec une ligne de bus. Trois véhicules de 9 places, équipés pour les personnes à mobilité réduite sont prévus. Du lundi au samedi, de 7h à 20h, départ toutes les heures sur réservation (n° Vert 0 800 456 456)

Télécharger :

(Avec Midi Libre, mobilicites.com, laprovence.com et citylocalnews.com).

Posted in Fréquentation, Provence | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Avignon : le tracé du tramway dévoilé

Posted by ardsl sur 12 mai 2012

Marie-Josée Roig, présidente (UMP) du Grand Avignon et Alain Cortade, 1er vice-président du Grand Avignon, ont présenté à la presse, vendredi 11 mai, le tracé préférentiel du tramway et les évolutions liées du réseau de bus. Comme le Grand Avignon s’y était engagé, le tracé retenu tient compte des attentes exprimées lors des différentes phases de concertation ainsi que des apports des dernières études réalisées. Les deux lignes desserviront la gare d’Avignon centre.

Le Grand Avignon propose ainsi aujourd’hui un réseau bus + tram structuré et cohérent qui se déploiera progressivement d’ici 2016, avec un objectif majeur : améliorer la qualité des déplacements dans l’agglomération pour tous.

Un projet élaboré dans le dialogue et la concertation

Dès les premières études en 2009, le Grand Avignon a souhaité associer les habitants de l’agglomération à l’élaboration de ce grand projet de développement des transports en commun.

Une première concertation préalable sur l’opportunité et le choix du mode de TCSP a eu lieu à l’été 2010, au terme de laquelle le Grand Avignon a délibéré à l’unanimité en faveur du tramway et de la poursuite des études.

Un an plus tard, une seconde concertation a permis aux habitants de s’exprimer sur les variantes de tracés et les modalités d’insertion du tramway dans la ville. Le Grand Avignon s’est appuyé sur le bilan de ces deux phases de concertation pour nourrir sa réflexion et faire évoluer les tracés.

Comme promis à l’issue du bilan de la concertation voté le 18 juillet 2011, le Grand Avignon entre aujourd’hui dans une nouvelle phase d’information et d’échanges sur un projet de tramway précisé, affiné, optimisé et répondant aux attentes exprimées lors de la concertation.

Les critères d’analyse

Afin de faire émerger un tracé préférentiel optimisé, les différentes séquences constituant les variantes ont été soumises à une analyse multicritères détaillée portant sur les éléments suivants :

  • les avis émis par la population.
  • le nombre d’habitants et les secteurs d’emploi potentiellement desservis.
  • l’insertion du tramway dans la ville : en site propre ou en site mixte (partage de la voie du tram avec les autres modes de transport), sur voie double ou voie unique ; la priorité étant donnée à la possibilité d’une insertion en site propre, critère déterminant pour la performance du tramway.
  • les impacts sur la circulation automobile.
  • les coûts de réalisation. Le Grand Avignon s’est en effet attaché à respecter l’enveloppe initialement prévue à 250 millions d’euros, tout en intégrant les évolutions de programme. Les engagements pris par les élus du Grand Avignon de ne pas faire appel à la fiscalité des ménages seront respectés.

Un tracé préférentiel optimisé

Le tracé qui émerge de l’analyse des variantes et des avis de la population se révèle le plus performant en terme de population et de secteurs d’emplois desservis. La création d’un second terminus de la ligne A à Réalpanier, où sera implanté le futur centre d’exploitation et de maintenance permettra notamment d’optimiser la desserte de l’Est de l’agglomération (Montfavet, Morières, Saint-Saturnin, Vedène…) et d’intégrer un 4ème parc-relais, facilitant ainsi l’entrée sur le réseau tram + bus.

Ce tracé permet également aux deux lignes de circuler en grande partie en site propre intégral, c’est-à-dire dans un couloir préservé de la circulation automobile, ce qui garantit la rapidité et la fiabilité des temps de parcours, conditions majeures pour inciter les automobilistes à choisir le tram pour leurs déplacements. Des rabattements mieux organisés vers les terminus des lignes, des connexions avec les réseaux ferrés et routiers, assureront une intermodalité performante, fortement incitative pour l’utilisation du tramway.

Le tramway en chiffres

  •  26 stations équipées de quais de 30 mètres de long hors rampes et de 80 mètres de long pour la station Gare Centrale (croisement des deux lignes).
  • Le Grand Avignon possèdera un réseau de tramway totalisant 14,470 km.
  • 24 rames de tramway « court » d’une longueur comprise entre 21 et 24 mètres et d’une largeur de 2,4 mètres

La ligne A – 9,225 km – 16 stations

D’Ouest en Est, elle relie l’île Piot à la gare du Pontet avec un débranchement vers Réalpanier, le parc-relais et le Centre d’Exploitation et de Maintenance.

Depuis l’île Piot, elle emprunte le pont Daladier où le tram circulera sur une voie unique, les voitures sur deux voies (au lieu de trois actuellement). À partir de la Porte de l’Oulle, la ligne A longe les remparts au Sud jusqu’à la gare Saint-Lazare. Elle poursuit sur la route de Lyon, l’avenue De Gaulle, l’avenue de la République et l’avenue Delorme pour atteindre la gare du Pontet. Le débranchement vers Réalpanier s’effectue au niveau de l’intersection entre l’avenue De Gaulle et l’avenue Pasteur. Les trois bouts de ligne constitueront les 3 pôles d’échanges majeurs des entrées d’agglomération.

La route de Lyon est un secteur à fort potentiel de développement. « Plusieurs milliers de nouveaux logements devraient voir le jour le long de cet axe qui a donc été préféré à la variante, par les quartiers Saint-Jean et Pont des deux eaux, qui concentrait beaucoup d’obstacles rédhibitoires et aurait entraîné un surcout de 22 M€« , explique Marie-Josée Roig.

L’hypothèse d’un terminus de la ligne A à Villeneuve-lès-Avignon avait été étudiée lors de la concertation. Les dernières études ont mis en évidence des difficultés d’insertion majeures du tramway, qui aurait circulé en site banalisé (c’est-à-dire avec les voitures) sur une très longue distance, contraignant trop fortement l’accessibilité routière à Villeneuve et le fonctionnement du tramway. Cette variante a en outre suscité de nombreuses inquiétudes de la part de la population. Le Grand Avignon a donc choisi de l’écarter au profit d’un terminus sur l’île Piot, associé à un parc-relais de 1050 places. Il étudie parallèlement des solutions de desserte spécifiques pour relier le centre de Villeneuve-lès-Avignon jusqu’au futur terminus du tram (navettes à haute fréquence, avec accès priorisé au terminus).

La ligne B – 5,245 km – 10 stations

Du Nord au Sud, elle relie la rue de la République au quartier Saint-Chamand.

La ligne B emprunte la rue de la République et le cours Jaurès pour atteindre la station Gare Centrale, commune aux deux lignes. Elle bifurque ensuite sur l’avenue Saint-Ruf, puis vers le Sud jusqu’à la rocade Charles De Gaulle qu’elle emprunte vers l’Est. Elle passe sur l’avenue Croix-Rouge, au Coeur du quartier Barbière et s’achève sur l’avenue Coubertin après avoir croisé l’avenue Sémard avec l’intégration d’un parc-relais.

Sur cette ligne, la variante de rue de la République a été retenue avec un tram circulant à double sens et cohabitant avec les voitures. Le tracé par Saint-Ruf a été préféré à celui par Monclar qui aurait coûté 10 M€ supplémentaires.

« Nous avons renoncé à desservir Agroparc car la densité de population entre Saint-Chamand, terminus de la ligne, et Agroparc est très faible. L’explication est la même pour l’hôpital. » Mais pour ces deux secteurs, la desserte en bus sera renforcée.

(Avec Midi Libre).

Posted in Provence | Tagué: , , , , , , | 1 Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :