ARDSL Association Rail Dauphiné Savoie Léman

Le blog des usagers

Posts Tagged ‘Haut-Bugey’

Les horaires 2013 des TGV Lille – Saint-Gervais

Posted by ardsl sur 12 octobre 2012

Un TGV en gare de Saint-Gervais-les-Bains.

SNCF reconduit pour l’hiver 2012-2013 la desserte TGV directe entre Lille et Saint-Gervais durant les vacances de Noël et d’hiver (de la zone B à laquelle est rattachée l’académie de Lille.

Ce TGV dessert également TGV Haute-Picardie, Roissy, Marne-la-Vallée TGV, Annemasse, Cluses et Sallanches. Voici les jours de circulation et les horaires détaillés des TGV Lille – Saint-Gervais.

Le TGV 5108/9 (Lille Europe 8h24 – TGV Haute-Picardie 9h00 – CDG TGV 9h34 – Marne-la-Vallée TGV 9h48 – Annemasse 13h08 – Cluses 14h07 – Sallanches 14h34 –  Saint-Gervais 14h42) circule les samedis 22 et 29 décembre, 16 et 23 février via la ligne du Haut-Bugey.

Le TGV 5178/9 (Saint-Gervais 15h32 – Sallanches 15h49 – Cluses 16h08 – Annemasse 16h58 – Marne-la-Vallée TGV 20h15 – CDG TGV 20h33 – TGV Haute-Picardie 21h08 – Lille Europe 21h38) circule le 2 mars via Culoz.

Le TGV 5178/9 (Saint-Gervais 15h40 – Sallanches 15h49 – Cluses 16h08 – Annemasse 16h58 – Marne-la-Vallée TGV 20h15 – CDG TGV 20h33 – TGV Haute-Picardie 21h04 – Lille Europe 21h34) circule  les 29 décembre et 5 janvier via Culoz.

Le TGV 5178/9 (Saint-Gervais 15h40 – Sallanches 15h49 – Cluses 16h08 – Annemasse 16h58 – Marne-la-Vallée TGV 20h15 – CDG TGV 20h33 – TGV Haute-Picardie 21h08 – Lille Europe 21h38) circule le 23 février via Culoz.

Publicités

Posted in Genevois, Loisirs, Service 2013, Vallée de l'Arve | Tagué: , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Lyria lance une desserte hivernale entre Lille et les stations helvétiques

Posted by ardsl sur 1 octobre 2012

Lyria innove en lançant une desserte Lille Europe – Brigue tous les samedis de l’hiver 2012-2013, en correspondance avec un Eurostar Londres – Lille. Après les Parisiens, les Londoniens et les Lillois pourront se rendre en TGV dans les stations vaudoises et valaisannes.

On connaissait déjà le TGV Lyria des neiges entre Paris et Brigue, qui offrait 2 allers-retours hebdomadaires entre Paris et Brigue (avec arrêts à Dijon, Dole, Frasne, Lausanne, Montreux, Aigle, Martigny, Sion, Sierre, Loèche-les-Bains et Viège) et un aller-retour dominical entre Paris et Aigle.

Par le passé, Lyria avait expérimenté une desserte entre Paris et Coire pour desservir les stations grisonnes. Cette desserte n’a pas rencontré le succès commercial escompté : la clientèle parisienne n’étant pas vraiment adepte des stations de ski de Suisse alémanique.

Malgré cet échec, Lyria ne manque pas d’idée pour attirer en Suisse par l’intermédiaire du TGV de nouveaux touristes. Pour l’hiver 2012-2013, Lyria (filiale commune à SNCF et aux CFF) lance une desserte Londres – Lille – Brigue, en partenariat avec Eurostar. En effet les Britanniques pourront se rendre en TGV de Londres aux stations vaudoises ou valaisannes avec un seul changement en gare de Lille Europe. En partant de Londres à 6h57, vous arriverez selon votre choix à Aigle à 15h47, à Martigny à 16h13, à Viège à 16h57 ou à Brigue à 17h08.

Horaires Londres > Lille > Brigue

  • Eurostar (les samedis du 15 décembre 2012 au 23 mars 2013) : Londres 6h57 – Lille Europe 9h26.
  • TGV 9796/7 les samedis du 22 décembre au 23 mars : Lille Europe 10h02 – Genève 14h16/41 – Aigle 15h47/55 – Martigny 16h13/16 – Viège 16h57/17h00 – Brigue 17h08.
  • TGV 9796/7 (samedi 30 mars) : Lille Europe 9h57 – Genève 14h16/41 – Aigle 15h47/55 – Martigny 16h13/16 – Viège 16h57/17h00 – Brigue 17h08.

À noter que le trajet Lille – Brigue s’effectue via la ligne du Haut-Bugey.

Horaires Brigue > Lille > Londres

  • TGV 9278/9 (les samedis du 29 décembre au 9 mars, sauf le 2 février) : Brigue 12h51 – Viège 12h59/13h02 – Martigny 13h38/41 – Aigle 13h58/14h01 – Lille Europe 18h55.
  • TGV 9278/9 (les samedis du 16 au 30 mars) : Brigue 12h51 – Viège 12h59/13h02 – Martigny 13h41 – Aigle 13h58/14h01 – Lille Europe 19h04.
  • Eurostar (les samedis du 15 décembre 2012 au 23 mars 2013) : Lille Europe 20h30 – Londres 21h06.

À noter que le trajet Brigue – Lille s’effectue via Dijon.

Horaires Paris > Brigue

  • TGV 9273 (les vendredis du 28 décembre au 29 mars) : Paris 15h58 – Dijon 17h34/37 – Dole 17h59/18h01 – Frasne 18h44/46 – Vallorbe 18h59/19h04 – Lausanne 19h37/56 – Montreux 20h13/17 – Aigle 20h26/31 – Martigny 20h50/54 – Sion 21h14/18 – Sierre 21h28/39 – Loèche-les-Bains 21h46/48 – Viège 21h59/22h03 – Brigue 22h10.
  • TGV 9763 (les samedis du 15 décembre au 30 mars) : Paris 8h11 – Bourg-en-Bresse 10h01/04 – Bellegarde 10h58/11h01 – Genève 11h27/42 – Aigle 12h47/56 – Martigny 13h13/16 – Sion 13h31/33 – Sierre 13h42/46 – Loèche-les-Bains 13h53/55 – Viège 14h05/08 – Brigue 14h15.

À noter que le TGV Paris – Brigue du samedi matin est désormais un TGV Paris – Genève prolongé à Brigue et non plus un TGV Paris – Lausanne.

Horaires Brigue > Paris

  • TGV 9268 (les samedis du 15 décembre au 30 mars) : Brigue – Viège – Loèche-les-Bains – Sierre – Sion – Martigny – Aigle – Lausanne 12h24 – Vallorbe 12h57/13h01 – Frasne 13h14/16 – Dole 13h58/14h00 – Dijon 14h22/25 – Paris 16h02. (Horaire non communiqué entre Brigue et Lausanne).
  • TGV 9272 (les samedis du 15 décembre au 30 mars) : Brigue 15h51 – Viège 15h59/16h02 – Sierre 16h18/32 – Sion 16h42/44 – Martigny 17h01/08 – Aigle 17h26/37 – Lausanne 18h05/24 – Vallorbe 18h57/19h01 – Frasne 19h14/16 – Dole 19h58/20h00 – Dijon 20h22/25 – Paris 22h02.

L’aller-retour dominical Paris – Aigle serait supprimé.

Si Lyria améliore la desserte hivernale des stations vaudoises et valaisannes, il n’en sera pas de même pour la desserte estivale. En effet, en raison d’une clientèle jugée insuffisante les dessertes estivales Paris – Brigue et Paris – Aigle ne sont pas reconduites.

Posted in CFF, Genève, Loisirs, Service 2013, SNCF, Valais, Vaud | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 4 Comments »

Pas de TGV Culoz – Paris en 2013

Posted by ardsl sur 8 juillet 2012

Le TGV ne s’arrêtera pas à Culoz en 2013. Guillaume Pépy a fait cette annonc à Lyon, vendredi 6 juillet.

Guillaume Pépy, président de SNCF, a rencontré, vendredi 6 juillet à Lyon, les élus rhônalpins pour présenter les grands travaux régionaux et leurs conséquences.

Il a aussi été interpelé sur la desserte de Culoz et ses 3000 habitants privés de TGV depuis la réactivation de la ligne du Haut-Bugey le 12 décembre 2010.

Les habitants de cette localité se sont mobilisés à plusieurs reprises pour demander le rétablissement de la desserte TGV. Guillaume Pépy a affirmé : « ce ne sera pas possible en 2013 mais on continue de travailler sur cette question ».

La desserte entre Paris et Culoz devra donc toujours s’effectuer par correspondance. La desserte TER particulièrement dense de Culoz permet pratiquement des trajets toutes les heures entre Culoz et la capitale française.

Culoz > Paris (horaires pour la semaine du 9 au 15 juillet)

  • TER 96550/1 (Culoz 6h17 – Part-Dieu 7h24) + TGV 6608 (Part-Dieu 8h04 – Paris 10h18) : 4h01 (sauf le week-end)
  • TER 96554/5 (Culoz 7h19 – Part-Dieu 8h22) + TGV 6610 (Part-Dieu 9h04 – Paris 11h03) : 3h44 (sauf le week-end)
  • TER 96500/1 (Culoz 7h35 – Bellegarde 7h58) + TGV 9764 (Bellegarde 8h10 – Paris 10h52) : 3h17 (sauf le week-end)
  • TER 96556/7 (Culoz 8h22 – Part-Dieu 9h22) + TGV 6612 (Part-Dieu 10h04 – Paris 12h07 ou 12h10) : 3h45 ou 3h48
  • TER 96502/3 (Culoz 9h36 – Bellegarde 9h59) + TGV 9768 (Bellegarde 10h10 – Paris 12h49 ou 12h52) : 3h13 ou 3h16
  • TER 96558/9 (Culoz 10h24 – Part-Dieu 11h22) + TGV 6616 (Part-Dieu 11h36 – Paris 13h33) : 3h09
  • TER 884816/7 (Culoz 11h35 – Bellegarde 11h58) + TGV 9770 (Bellegarde 13h00 – Paris 15h52) : 4h17 (sauf le week-end)
  • TER 96562/3 (Culoz 12h22 – Part-Dieu 13h22) + TGV 6620 (Part-Dieu 14h04 – Paris 16h07 ou 16h10) : 3h45 ou 3h48
  • TER 883612 (Culoz 13h09 – Ambérieu 13h47) + TER 886728/9 (Ambérieu 14h07 – Part-Dieu 14h48) + TGV 6622 (Part-Dieu 15h04 – Paris 17h06) : 3h57 (sauf le week-end).
  • TER 96510/1 (Culoz 13h39 – Bellegarde 13h59) + TGV 9772 (Bellegarde 14h10 – Paris 16h49 ou 16h52) : 3h07 ou 3h10 (le week-end)
  • TER 96510/1 (Culoz 13h39 – Bellegarde 13h59) + TGV 9774 (Bellegarde 15h02 – Paris 17h52) : 4h13 (sauf le week-end)
  • TER 96564/5 (Culoz 14h23 – Part-Dieu 15h22) + TGV 6624 (Part-Dieu 16h04 – Paris 18h07 ou 18h10) : 3h44 ou 3h47
  •  TER 96512/3 (Culoz 15h35 – Bellegarde 15h58) + TGV 9776 (Bellegarde 16h10 – Paris 18h49 ou 18h52) : 3h14 ou 3h17 (sauf le samedi)
  •  TER 96512/3 (Culoz 15h35 – Bellegarde 15h58) + TGV 9778 (Bellegarde 17h00 – Paris 19h52) : 4h17
  • TER 96568/9 (Culoz 16h23 – Part-Dieu 17h22) + TGV 6668 (Part-Dieu 17h36 – Paris 19h36) : 3h13 (le vendredi)
  • TER 96568/9 (Culoz 16h23 – Ambérieu 16h56) + TER 882116 (Ambérieu 17h09 – Bourg-en-Bresse 17h33) + TGV 9778 (Bourg-en-Bresse 17h57 – Paris 19h52) : 3h29 (sauf le week-end)
  • TER 96568/9 (Culoz 16h23 – Part-Dieu 17h22) + TGV 6628 (Part-Dieu 18h04 – Paris 20h11 ou 20h14) : 3h48 ou 3h51
  • TER 96514/5 (Culoz 17h39 – Bellegarde 17h58) + TGV 6504 ou 6486 (Bellegarde 18h10 – Paris 20h49 ou 20h52) : 3h07 ou 3h10 (le week-end)
  • TER 17960/1 (Culoz 17h56 – Part-Dieu 18h52) + TGV 6630 ou 6696 (Part-Dieu 19h04 – Paris 21h03 ou 21h06) : 3h07 ou 3h10
  • TER 96570/1 (Culoz 18h23 – Part-Dieu 19h22) + TGV 6632 (Part-Dieu 20h04 – Paris 22h07 ou 20h10) : 3h44 ou 3h47
  • TER 96520/1 (Culoz 19h38 – Bellegarde 19h59) + TGV 9784 (Bellegarde 20h10 – Paris 22h49 ou 22h52) : 3h11 ou 3h14
  • TER 96649 (Culoz 19h48 – Chambéry 20h16) + TGV 9248 (Chambéry 20h24 – Paris 23h21) : 3h33
  • TER 96578/9 (Culoz 20h23 – Part-Dieu 21h22) + TGV 6672 (Part-Dieu 21h36 – Paris 23h40) : 3h17 (le vendredi)
  • TER 96578/9 (Culoz 20h23 – Part-Dieu 21h22) + TGV 6676 (Part-Dieu 22h02 – Paris 0h11) : 3h48 (le dimanche)
  • car TER 49865 (Culoz 20h45 – Aix-les-Bains 21h20) + Lunéa 5596/7 (Aix-les-Bains 22h03 – Paris Austerlitz 6h33) : 9h48 (le week-end).
  • TER 17997 (Culoz 22h05 – Aix-les-Bains 22h21) + Lunéa 5596/7 (Aix-les-Bains 23h04 – Paris Austerlitz 6h18) : 8h13 (du lundi au vendredi).

Paris > Culoz (horaires pour la semaine du 9 au 15 juillet)

  • TGV 6601 (Paris 5h50 – Part-Dieu 7h56) + TER 96502/3 (Part-Dieu 8h38 – Culoz 9h35) : 3h45 (sauf le week-end)
  • TGV 9761 ou 6467 (Paris 7h11 – Bellegarde 9h48) + TER 96558/9 (Bellegarde 9h59 – Culoz 10h23) : 3h12 (sauf le dimanche)
  • TGV 6605 (Paris 7h53 – Part-Dieu 9h56) + TER 96506/7 (Part-Dieu 10h38 – Culoz 11h34) : 3h41
  • TGV 9765 (Paris 9h11 – Bellegarde 11h48) + TER 96562/3 (Bellegarde 11h59 – Culoz 12h21) : 3h10 (sauf le dimanche)
  • TGV 6609 (Paris 9h57 – Part-Dieu 11h56) + TER 96510/1 (Part-Dieu 12h38 – Culoz 13h38) : 3h41
  • TGV 9769 (Paris 11h11 – Bellegarde 13h48) + TER 96564/5 (Bellegarde 13h59 – Culoz 14h22) : 3h11
  • TGV 6613 (Paris 11h53 – Part-Dieu 13h56) + TER 96512/3 (Part-Dieu 14h38 – Culoz 15h34) : 3h41
  • TGV 9769 (Paris 12h11 – Bellegarde 14h56) + TER 96564/5 (Bellegarde 15h59 – Culoz 16h22) : 4h11
  • TGV 6615 ou 6685 (Paris 12h57 – Part-Dieu 14h56) + TER 886898/9 (Part-Dieu 15h12 – Ambérieu 15h53) + TER 883669 (Ambérieu 16h13 – Culoz 16h50)  : 3h53 (sauf le week-end)
  • TGV 6617 (Paris 13h53 – Part-Dieu 15h56) + TER 96514/5 (Part-Dieu 16h38 – Culoz 17h38) : 3h45
  • TGV 9775 (Paris 15h11 – Bellegarde 17h48) + TER 96570/1 (Bellegarde 17h59 – Culoz 18h22) : 3h11
  • TGV 6621 (Paris 15h53 – Part-Dieu 17h56) + TER 96520/1 (Part-Dieu 18h38 – Culoz 19h37) : 3h44
  • TGV 9777 (Paris 16h11 – Bellegarde 18h55) + TER 96648/9 (Bellegarde 19h18 – Culoz 19h43) : 3h32 (sauf le week-end)
  • TGV 6665 (Paris 17h53 – Part-Dieu 19h56) + TER 96522/3 (Part-Dieu 20h38 – Culoz 21h37) : 3h44
  • TGV 6665 (Paris 18h27 – Part-Dieu 20h34) + TER 96522/3 (Part-Dieu 20h38 – Culoz 21h37) : 3h10 (le vendredi)
  • TGV 6629 ou 6689 (Paris 18h57 – Part-Dieu 20h56) + TER 17996/7 (Part-Dieu 21h08 – Culoz 22h04) : 3h07.
  • Lunéa 5594/5 ou 5705 (Paris Austerlitz 21h40 – Chambéry 5h09) + TER 883600 (Chambéry 5h36 – Culoz 6h08) : 8h28 (le dimanche)
  • Lunéa 5594/5 ou 5705 (Paris Austerlitz 23h12 – Chambéry 5h09) + TER 883600 (Chambéry 5h36 – Culoz 6h08) : 6h56 (du lundi au jeudi)
  • Lunéa 5594/5 (Paris Austerlitz 23h12 – Aix-les-Bains 5h53) + car TER 49852 (Aix-les-Bains 7h30 – Culoz 8h10) : 8h58 (le vendredi et le samedi).

(Avec Le Progrès).

Posted in Ain, Service 2012, Service 2013 | Tagué: , , , , , , , , | Leave a Comment »

Travaux entre Saint-Claude et Lyon du 9 au 28 juillet

Posted by ardsl sur 21 juin 2012

La gare d’Oyonnax. Photo : Vincent Chauvet.

La ligne ferroviaire qui relie Andelot (Jura) à La Cluse (Ain) par Saint-Claude et Oyonnax devait être fermée du 9 juillet au 31 août 2012. RFF prévoyait des travaux de modernisation (pose de rails de sécurité) et des travaux de maintenance (pose de traverses). RFF avait fait cette annonce lors du comité de ligne à Morez (Jura), le 8 novembre 2011.

Finalement, RFF a renoncé à fermer la section La Cluse – Oyonnax qui a rouvert en décembre 2010, après plus de 5 ans de fermeture. Cette section a été modernisée dans le cadre de la modernisation de la ligne du Haut-Bugey. La section Oyonnax – Saint-Claude est fermée uniquement du 9 au 26 juillet.

Le TER 886402/3 (Saint-Claude 5h56 – Oyonnax 6h33/34 – Bourg-en-Bresse 7h27/37 – Part-Dieu 8h26) est supprimé :

  • entre Saint-Claude et Oyonnax du 9 au 28 juillet.
  • entre Bourg-en-Bresse et Lyon du 9 au 27 juillet. Pas de substitution.

Le TER 886404/5 (Saint-Claude 7h07 – Oyonnax 7h43/44 – Bourg-en-Bresse 8h34/44 – Part-Dieu 9h26) est supprimé uniquement entre Saint-Claude et Oyonnax du 9 au 27 juillet.

Le TER 886428 (Saint-Claude 17h42 – Oyonnax 18h19/21 – Bourg-en-Bresse 19h22) est supprimé uniquement entre Saint-Claude et Oyonnax les 15 et 22 juillet.

Le TER 886407 (Bourg-en-Bresse 17h21 – Oyonnax 18h18/20 – Saint-Claude 18h57) est supprimé uniquement entre Oyonnax et Saint-Claude du 8 au 27 juillet.

Le TER 886409 (Bourg-en-Bresse 18h23 – Oyonnax 19h20/22 – Saint-Claude 19h59) est supprimé uniquement entre Oyonnax et Saint-Claude du 8 au 26 juillet.

Télécharger les horaires des cars de remplacement entre Oyonnax et Saint-Claude

Posted in Ain, Jura, Rhône, Travaux | Tagué: , , , , , , , , | 1 Comment »

Simandre : collision entre un TGV et une voiture

Posted by ardsl sur 20 juin 2012

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Dimanche 17 juin 2012 vers 10h15, le TGV 9763 (Paris 8h11 – Genève 11h27), assuré par la rame Duplex 288, a percurté une voiture sur la commune de Simandre. Les 300 passagers du TGV n’ont pas été blessés. Ils ont été acheminés à destination en autocars.

Un automobiliste âgé de 85 anse accompagné de son épouse s’est perdu et a « atterri » dans le « cul de sac » situé au sud de la gare de Simandre. Incroyable mais vrai, avec sa voiture, il a franchi le passage piétonnier qui accède au quai. Il a continué de rouler sur le quai et sa voiture a plongé sur la voie.

L’impact a eu lieu à quelques mètres de l’extrémité sud du quai. Heureusement, le couple a eu le temps d’extirper de sa voiture et peu de temps après, le TGV l’a percuté et trainé jusqu’au PN 32 (qui précède le tunnel de Racouze), situé à 300 mètres.

Le trafic ferroviaire sur la ligne du Haut-Bugey a été interrompu jusqu’à 15h. Les TGV ont été détournés par Culoz. Le TGV 9768 (Genève 9h42 – Paris 12h52) qui devait croiser vers le 9763 à Nurieux, a dû rebrousser jusqu’à Bellegarde (sous le Tunnel du Crêt-d’Eau) pour bien évidemment, passer par Culoz et Ambérieu.

(Avec ledauphine.com. Photos : Frédéric Poirat).

Posted in Ain | Tagué: , , , , , , , | 1 Comment »

La vallée de l’Arve privée d’une arrivée à Paris avant 10h par le maire de Bourg-en-Bresse !

Posted by ardsl sur 5 juin 2012

Suite à des pressions exercées au plus haut niveau par le maire et conseiller régional socialiste de Bourg-en-Bresse, Jean-François Debat, SNCF a décidé d’une modification de dernière minute de l’horaire du premier TGV reliant Genève à Paris au service 2012. Il s’agit du TGV quotidien 9762 (Genève 6h12 – Bellegarde 6h41/44 – Nurieux 7h06/08 – Bourg-en-Bresse 7h33/36 – Paris 9h29). À Bellegarde aucune correspondance TER n’est assurée depuis la vallée de l’Arve. Explications.

Réseau Ferré de France impose depuis le 11 décembre 2011, une nouvelle organisation de l’utilisation de la LGV Sud-Est. Ainsi les TGV cadencés Genève – Paris arrivent à Paris à la minute 52 (10h52, 12h52, 15h52, 16h52, 17h52, 18h52, 19h52, 21h52 et 22h52) et quittent la capitale à la minute 11 (7h11, 8h11, 9h11, 11h11, 12h11, 15h11, 16h11, 17h11, 18h11, 19h11 et 20h11).

Au service 2011, le premier TGV Genève – Paris du lundi au vendredi était le TGV 6560 : Genève 5h52 – Bellegarde 6h16/18 – Nurieux 6h41/43 – Bourg-en-Bresse 7h08/10 – Paris 9h03. Ce TGV était en correspondance :

  • à Nurieux : avec des cars TER venant de Saint-Claude et Nantua.
  • à Bellegarde-sur-Valserine : avec un train TER venant d’Évian et avec un car venant de Divonne (uniquement le lundi).

Le maintien de l’arrivée à Paris à 9h03 pour le premier TGV Genève – Paris au service 2012 était impossible. Avec la réorganisation des sillons sur la LGV Sud-Est, cet horaire revient de droit à un TGV partant de Lyon Part-Dieu à 7h04.

Pourquoi pas de TGV Genève – Paris 8h52 ?

Pour arriver à Paris dès 8h52, un TGV aurait dû partir de Genève à 5h42 (avec un unique arrêt intermédiaire à Bellegarde à 6h10). Avec des arrêts à Bellegarde (à 6h06), à Bourg (à 6h57), le TGV aurait dû partir de Genève dès 5h38.

Ce scénario n’était pas du goût des CFF qui considèrent que cet horaire était beaucoup trop matinal pour la clientèle genevoise. «Les Genevois avaient demandé un départ plus tardif pour Paris», avait expliqué la directrice SNCF Rhône-Alpes, Josiane Beaud, lors d’une conférence de presse à Annecy le 9 décembre 2011. Autrement dit, les CFF estiment que le potentiel de clients est trop faible à cette heure pour rentabiliser un TGV partant dès 5h38 de Genève.

Il faut rappeler que la Confédération Helvétique a financé le tiers de la modernisation de la ligne du Haut-Bugey afin de réduire le temps de parcours entre Genève et Paris. Si cela n’a jamais officiellement été formulé ainsi, mais les Suisses souhaitaient ainsi retarder le départ du premier TGV pour Paris. Il faut dire qu’il partait à 5h35 de Genève pour arriver à Paris à 9h03.

Les CFF et SNCF, réunis dans Lyria, leur filiale commune qui gère la desserte TGV entre Paris et la Suisse, s’étaient mis d’accord pour que le premier TGV quotidien soit le numéro 9760 avec l’horaire suivant : Genève 6h29 – Bellegarde 6h57/7h00 – Nurieux 7h23/25 – Bourg 7h54/57 – Paris 9h52.

La correspondance avec la vallée de l’Arve devait être assurée, par  le TER 96552/3 (Saint-Gervais 5h03 – Part-Dieu 8h22) qui dessert Bellegarde à 6h50. Ainsi on pourrait pu être avant 10h à Paris depuis la vallée de l’Arve. Mais c’était sans compter l’intervention du maire de Bourg-en-Bresse …

Jean-François Débat juge une arrivée à Paris à 9h52 trop tardive

Mais le report de la première arrivée à Paris depuis Bourg-en-Bresse à 9h52 au lieu de 9h03 a été contesté vigoureusement par le maire socialiste de Bourg-en-Bresse.  Jean-François Debat a usé de tous ses réseaux pour obtenir un premier TGV arriver au plus tard vers 9h30 à Paris.

Retarder le départ de Genève ou avancer l’arrivée à Paris ?

«Il a fallu trancher entre les deux»,  a expliqué Josiane Beaud. SNCF a donc finalement positionné le premier TGV Genève – Paris avec une arrivée à 9h29 à Paris. Ce TGV desservant Bellegarde à 6h44, exit la correspondance le TER arrivant de Saint-Gervais à 6h50 ! Conséquence les habitants de l’Arve ne peuvent arriver à Paris avant 10h52 (en empruntant le TER 884650/1 Saint-Gervais 6h03 – Bellegarde 7h51, puis le TGV 9264 Bellegarde 8h10 – Paris 10h52).

Guillaume Pépy, président de SNCF est intervenu personnellement dans ce dossier. Il affirmait dans Libération du 11 décembre 2012 : « on a avancé aussi l’horaire du train du matin de Bourg-en-Bresse, qui arrivait trop tard à Paris. Cela va nous coûter 250 000 euros : ce que nous allons verser à nos homologues suisses qui vont déplacer un train de fret afin que le TGV Genève-Paris passe plus tôt à Bourg en Bresse. »

La vallée de l’Arve a donc été sacrifiée en raison de l’intervention du maire et conseiller régional de Bourg-en-Bresse qui n’a défendu que l’intérêt particulier des habitants de sa ville.

Posted in Ain, Service 2012, Vallée de l'Arve | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

2011 : un bon cru pour les liaisons TGV entre la Suisse et Paris

Posted by ardsl sur 9 mars 2012

2011 a été une bonne année pour Lyria. La filiale de SNCF et des CFF qui exploite les TGV reliant Paris à la Suisse, a vu son chiffre d’affaires progresser pour atteindre 280 millions d’euros (+ 8%). Au total, plus de 4 millions de passagers ont voyagé sur les TGV Lyria dont 2,6 millions de voyageurs internationaux. Alain Barbey, directeur général de Lyria, qui présentait ce bilan positif à la presse le 7 mars, a attribué en partie ces résultats à la mise en service de la ligne du Haut-Bugey qui permet de relier Paris à Genève en 3h05.

Les chiffres fin février 2012 se révèlent également plutôt prometteurs. Au global, les TGV Lyria ont enregistré une croissance de trafic de plus de 9% en janvier et de plus de 12,6% en février par rapport à la même période en 2010.

La ligne Paris gare de Lyon – Bâle – Zurich a déjà accueilli 125 000 passagers depuis décembre 2011 et la réduction du temps de parcours permis par la nouvelle LGV Rhin-Rhône. Ces TGV transitaient auparavant par Strasbourg et la gare de l’Est à Paris.

Succès des TGV Paris – Genève

Le trafic de l’axe Paris – Genève a progressé de 16% en 2011. La diminution du temps de parcours grâce à la remise en service de la ligne du Haut-Bugey et l’augmentation de l’offre ont séduit plus de 1,13 million de voyageurs.

En 2011, près de 670 000 personnes ont voyagé en TGV entre Paris et Lausanne.

Plus de services à bord des TGV Lyria

En plus du développement de son réseau, Lyria mise sur l’amélioration de ses services pour séduire plus encore les voyageurs en 2012. «Sur notre réseau nous sommes en concurrence ou complémentaire avec l’aérien, nous devons donc fournir des services d’un standing auquel les passagers ont été habitués dans les avions» a confié Alain Barbey pendant la présentation des résultats de son entreprise. Pour répondre à ces attentes, Lyria a développé en décembre 2011 Lyriapremière, un service dédié aux clients internationaux de 1er classe qui permet de bénéficier de nouvelles prestations incluses dans le prix du billets comme un repas froid servi à la place. Autre nouveauté le double accompagnement : dans chaque train, un chef de bord suisse et un chef de bord français sont présents pendant tout le trajet. Ainsi les passagers ne changent plus d’interlocuteur au passage de la frontière et ne souffre pas de la barrière de la langue. Ces initiatives répondent à la nouvelle philosophique de Lyria «priorité au client plutôt qu’au produit».

Amélioration du matériel

Dans le sens de cette volonté, la flotte de Lyria est modernisée. Deux Euro Duplex (TGV dernière génération) sont en circulation actuellement sur l’axe Paris – Bâle – Zurich. D’ici 2014, Lyria devrait avoir six rames de ce modèle qui a une vitesse de pointe de 320 km/h. Elles seront réparties entre les lignes de Zurich et Genève. La filiale de SNCF et des CFF est principalement locataire de ses trains, mais à partir du second semestre 2012, elle aura sa propre flotte. Les rames Lyria (mises en service en 2007) qui circulent actuellement sur la ligne Paris – Bâle – Zurich deviendront sa propriété et seront mises en service également sur les relations Paris – Genève, Paris – Lausanne et Paris – Neuchâtel – Berne. Au total, ce sont 19 rames qui circuleront sur ces liaisons aux couleurs de Lyria.

Projets futurs

Le wifi, testé sur la ligne de Zurich, fera-t-il prochainement partie des services proposés aux voyageurs dans cette optique d’amélioration du confort des passagers ? Alain Barbey a été interrogé sur le sujet. «Nous attendons la décision de la SNCF. Avec notre flotte réduite nous ne pourrions pas assumer les investissements et les coûts techniques seuls. Nous nous alignerons donc sur elle. Mais nous aimerions l’avoir en effet» a expliqué le directeur général de Lyria. À cause de l’homologation des véhicules, un développement vers d’autres pays serait uniquement possible au travers d’un partenariat avec d’autres compagnies comme Thalys et Eurostar. Par contre dans l’Hexagone et la Suisse les horizons sont plus ouverts. Lyria ne rejette pas l’idée de s’étendre un jour vers le Nord, par exemple Lille. «Il y a également comme projet à l’étude de faire passer le train par l’aéroport de Bâle» ajoute le dirigeant. Mais il faudra être patient, s’il aboutit, ce sera pour 2018.

Promotion jusqu’au 19 mars

TGV Lyria lance une promotion printanière au départ de Paris. Jusqu’au 19 mars, l’aller simple, en seconde classe vers Bâle, Berne, Genève, Lausanne, Neuchâtel, Vallorbe et Zurich, est à partir de 25 €. Cette promotion est également proposée en 1ère classe à partir de 59 €, l’aller simple. Les voyages devront être effectués entre le 1er avril et le 31 mai 2012.

(Avec deplacementspros.com).

Posted in Fréquentation, Matériel, Service 2012, Suisse, Tarification | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Le Jura et le Haut-Doubs inquiets pour le devenir de leurs dessertes TGV

Posted by ardsl sur 25 janvier 2012

Les gares de Lons-le-Saunier, Dole, Frasne, Pontarlier et Mouchard sont encore desservies par le TGV, malgré la mise en service de la LGV Rhin-Rhône qui ne passe ni par le Jura (271 700 habitants), ni par le Haut-Doubs (107 000 habitants). Mais le projet de Lyria de d’exploiter la desserte Lausanne – Paris via Genève suscite de vives inquiétudes.

Lons-le-Saunier : un aller-retour Strasbourg – Marseille, une mauvaise desserte pour Paris 

La préfecture du Jura, Lons-le-Saunier (18 800 habitants), ne dispose d’aucune relation directe pour Paris

La Région Franche-Comté refuse de mettre en place des trains régionaux reliant Lons-le-Saunier à Bourg-en-Bresse pour assurer les correspondances avec les TGV Bourg-en-Bresse – Paris. Pourtant RFF a logiquement positionné les sillons TER Lons-le-Saunier – Bourg-en-Bresse pour qu’ils assurent des correspondances à Bourg en 18 minutes avec les TGV Genève – Paris et en 30 minutes avec les TGV Annecy – Paris. Cela aurait permis des relations Lons – Paris en moins de 2h50. Seuls les TGV partant de Paris à 8h11, 16h11 et 20h11 ont des correspondances optimisées à Bourg pour la direction de Lons-le-Saunier.

Ce choix stupide est parfaitement assumé par Marie-Guite Dufay, la présidente de la Région Franche-Comté. Elle estime que si les usagers de Lons passaient par Bourg pour se rendre à Paris, cela affaiblirait la desserte ferroviaire de la Franche-Comté.

En conséquence, pour se rendre à Paris depuis Lons, les voyageurs sont contraints d’emprunter les autocars du Conseil général du Jura qui relient Lons-le-Saunier à Dole. Le trajet total avec donc l’emprunt d’un car Lons – Dole puis d’un TGV Dole – Paris prend presque 3h30.

Télécharger la fiche horaire Lons-le-Saunier – Paris

Avec l’ouverture de la LGV Rhin-Rhône, les trains Corail reliant Lyon à Strasbourg via Lons-le-Saunier ont été supprimés. Néanmoins, l’aller-retour TGV quotidien Marseille – Strasbourg via Lons-le-Saunier a été maintenu. Il emprunte partiellement la nouvelle LGV. Voici l’horaire de deux TGV desservant Lons-le-Saunier :

  • 5430/1 : Marseille 10h42 – Avignon TGV 11h11/14 – Valence TGV 11h46/49 – Part-Dieu 12h24/34 – Bourg 13h14/16 – Lons 13h51/59 – Besançon Viotte 14h55/58 – Belfort TGV 15h28/31 – Mulhouse 15h53/56 – Colmar 16h21/23 – Strasbourg 16h49.
  • 5404/5 : Strasbourg 11h10 – Colmar 11h36/38 – Mulhouse 11h57/12h07 – Belfort TGV 12h30/33 – Besançon Viotte 13h01/04 – Lons 13h58/14h01 – Bourg 14h41/43 – Part-Dieu 15h26/36 – Valence TGV 16h10/13 – Avignon TGV 16h45/48 – Marseille 17h18.

Avec la suppression des Corail Lyon – Strasbourg et le refus de l’État d’assurer une desserte de substitution, la Région Franche-Comté a renforcé la desserte TER sur la ligne du Revermont avec des trains Lyon – Besançon et Lyon – Belfort. Aucune liaison directe n’a été mise en place entre Lons-le-Saunier et la nouvelle gare de Besançon-Franche Comté TGV.

Les dessertes de Dole, Mouchard et Frasne

Dole (26 000 habitants) a conservé 5 allers-retours avec Paris, malgré la mise en service de la LGV Rhin-Rhône, qui permet de réduire le temps de parcours entre Besançon et Paris en shuntant Dole. Seuls 2 TGV Besançon – Paris font désormais le détour par Dole. Il s’agit le matin d’un train arrivant à 8h07 à Paris gare de Lyon et le soir d’un train partant de Paris à 18h53. Pour compenser la perte des arrêts sur les relations Besançon – Paris, SNCF a décidé d’arrêter à Dole tous les TGV Paris – Lausanne. Ce choix ouvre aussi l’accès à la Suisse depuis Dole, qui bénéficié désormais de 4 allers-retours quotidiens pour Lausanne.

Mouchard (1 400 habitants) a conservé un aller-retour quotidien pour Paris. Mais pour combien de temps ? Mouchard pourrait subir prochainement le même sort que Culoz, qui a été rayé de la carte du TGV au service 2010. Sa très faible population n’assure pas la pérennité d’une desserte TGV quotidienne.

Frasne (1 900 habitants) bénéficie toujours de 4 allers-retours avec Paris. Cette situation est liée à la proximité de Pontarlier. Des correspondances à Frasne sont organisées sur les TGV Paris – Lausanne pour desservir Pontarlier.

Sens Jura > Paris

  • 6750 (du lundi au vendredi, du 4 au 11 mai sauf le 8 mai) : Besançon Viotte 5h22 – Dole 5h45/47 – Dijon 6h22/25 – Montbard 6h59/7h01 – Paris 8h07
  • 6750 (du lundi au vendredi, sauf du 4 au 11 mai) Besançon Viotte 5h27 – Dole 5h50/52 – Dijon 6h22/25 – Montbard 6h59/7h01 – Paris 8h07
  • 9260 (quotidien) : Lausanne 6h22 – Vallorbe 6h55/7h01 – Frasne 7h15/17Mouchard 7h44/46Dole 8h02/04 – Dijon 8h34/37 – Paris 10h11
  • 9264 (quotidien) : Lausanne 8h22 – Vallorbe 8h55/9h01 – Frasne 9h16/23Dole 10h05/07 – Dijon 10h37/40 – Paris 12h18
  • 9268 (quotidien) : Lausanne 12h22 – Vallorbe 12h55/13h01 – Frasne 13h15/17Dole 13h58/14h00 – Dijon 14h35/38 – Paris 16h17
  • 9270 (les vendredis, dimanches et fêtes) Lausanne 16h25 – Vallorbe 16h58/17h01 – Frasne 17h16/18Dole 17h59/18h01 – Dijon 18h30/34 – Paris 20h21
  • 9272 (quotidien) : Lausanne 18h30 – Vallorbe 19h10 – Frasne 19h24/26Dole 20h07/09 – Dijon 20h40/44 – Paris 22h21.

Sens Paris > Jura

  • 9261 (quotidien) : Paris 7h57 – Dijon 9h34/37 – Dole 10h06/08Frasne 10h51/53 – Vallorbe 11h06 – Lausanne 11h44
  • 9269 (quotidien) : Paris 11h57 – Dijon 13h34/37 – Dole 14h06/08Frasne 14h51/53 – Vallorbe 15h06 – Lausanne 15h44
  • 9271 (le dimanche et les 1er, 8 et 28 mai) : Paris 13h57 – Dijon 15h34/37 – Dole 16h06/08Frasne 16h50/52 – Vallorbe 17h12 – Lausanne 17h48
  • 9273 (quotidien) : Paris 15h57 – Dijon 17h34/37 – Dole 18h06/08Mouchard 18h24/26Frasne 18h54/56 – Vallorbe 19h09 – Lausanne 19h47
  • 9277 (quotidien) : Paris 17h57 – Dijon 19h34/37 – Dole 20h07/09Frasne 20h52/55 – Vallorbe 21h09 – Lausanne 21h47
  • 6757 (sauf le samedi) : Paris 18h53 – Montbard 19h57/59 – Dijon 20h34/37 – Dole 21h04/07 – Besançon Viotte 21h34

La desserte de Pontarlier

Pontarlier (19 100 habitants) conserve un aller-retour quotidien direct pour Paris grâce au maintien de l’unique aller-retour Berne – Paris. Cette desserte aurait pu disparaître avec la mise en service de la LGV Rhin-Rhône. En effet, il est désormais plus rapide d’effectuer le trajet entre Paris et Berne par correspondance à Bâle que par le TGV direct. Mais Lyria n’a laissé filtrer aucune information sur la pérennité du TGV Berne – Paris.

En dehors du TGV Berne – Paris, Pontarlier bénéficie de navettes pour Frasne en correspondance avec les TGV Lausanne – Paris.

Sens Pontarlier > Paris

  • TER 96436 (quotidien) Neuchâtel 6h07 – Travers 6h26/27 – Pontarlier 6h51/53Frasne 7h04 + TGV 9260 (quotidien) Frasne 7h17 – Mouchard 7h44/46 – Dole 8h02/04 – Dijon 8h34/37 – Paris 10h11
  • TGV 9284 (quotidien) Berne 7h29 – Neuchâtel 8h06/10Pontarlier 8h52/55Frasne 9h07/23 – Dole 10h05/07 – Dijon 10h37/40 – Paris 12h18
  • TER 895716 (quotidien) Pontarlier 12h42 Frasne 12h58 + TGV 9268 (quotidien) Frasne 13h17 – Dole 13h58/14h00 – Dijon 14h35/38 – Paris 16h17
  • car TER 33780 (le dimanche et fêtes) Pontarlier 16h42Frasne 17h02 + TGV 9270 (le dimanche et fêtes) Frasne 17h18 – Dole 17h59/18h01 – Dijon 18h30/34 – Paris 20h21
  • car TER 33780 (du lundi au vendredi) Pontarlier 16h47Frasne 17h07 + TGV 9270 (le vendredi) Frasne 17h18 – Dole 17h59/18h01 – Dijon 18h30/34 – Paris 20h21
  • TER 96454 (quotidien) Berne 17h23 – Neuchâtel 18h00/04 – Travers 18h21/22 – Pontarlier 18h46/49Frasne 19h00 + TGV 9272 (quotidien) Frasne 19h26 – Dole 20h07/09 – Dijon 20h40/44 – Paris 22h21.

Sens Paris > Pontarlier

  • TGV 9261 (quotidien) Paris 7h57 – Dijon 9h34/37 – Dole 10h06/08 – Frasne 10h51 + TER 96439 (quotidien) Frasne 10h58Pontarlier 11h09/11Neuchâtel 11h52/58 – Berne 12h36
  • TGV 9269 (quotidien) Paris 11h57 – Dijon 13h34/37 – Dole 14h06/08 – Frasne 14h51 + TER 895723 (quotidien) Frasne 15h02 Pontarlier 15h17
  • TGV 9271 (le dimanche et les 1er, 8 et 28 mai) Paris 13h57 – Dijon 15h34/37 – Dole 16h06/08 – Frasne 16h50 + car TER 33779 (le dimanche et fêtes) Frasne 17h03Pontarlier 17h23
  • TGV 9273 (quotidien) Paris 15h57 – Dijon 17h34/37 – Dole 18h06/08 – Mouchard 18h24/26 – Frasne 18h54 + TER 96455 (quotidien) Frasne 19h05Pontarlier 19h16/27 – Travers 19h49/50 – Neuchâtel 20h11.
  • TGV 9287 (quotidien) : Paris 17h57 – Dijon 19h34/37 – Dole 20h07/09 – Frasne 20h52/58Pontarlier 21h09/11Neuchâtel 21h52/58 – Berne 22h30.

Télécharger la fiche horaire Pontarlier – Frasne – Mouchard – Paris

Les dessertes de Neuchâtel, Pontarlier, Frasne, Mouchard et Dole menacées par le projet de Lyria de détourner les TGV Lausanne – Paris par Genève

Lyria, la société commune CFF/SNCF, qui exploite les dessertes entre la Suisse et Paris envisage de détourner les TGV Lausanne – Paris par Genève au service 2014.

Actuellement, Lyria propose 13 allers-retours (pour un jour ordinaire) entre le bassin lémanique et Paris (4 allers-retours Lausanne – Paris et 9 allers-retours Genève – Paris). Ce projet aboutirait à une augmentation du nombre d’allers-retours entre Paris – Genève. On pourrait alors atteindre 11 ou 12 allers-retours sur cette relation. Certains TGV circuleraient en unité multiple entre Paris et Genève, puis une unité simple serait prolongée à Lausanne.

Cette nouvelle organisation permettrait à Lyria de diminuer les frais de péage puisque la desserte entre le bassin lémanique passerait de 13 à 11 allers-retours.

Mais le détournement des TGV Paris – Lausanne par Genève aurait les inconvénients suivants :

  1. SNCF devrait compenser la suppression des arrêts des TGV Paris – Lausanne à Dijon. Vu le volume de trafic entre Dijon et Paris, il faudrait sans douter intégralement remplacer les 4 allers-retours Lausanne – Dijon – Paris par 4 allers-retours Dijon – Paris.
  2. Un allongement du temps de parcours entre Paris et Lausanne. Le meilleur temps de parcours actuel par Dijon est de 3h47. Il devrait être réduit d’une dizaine de minutes au service 2013, avec la fin des travaux entre Dijon et Dole. Le trajet entre Paris et Genève prend de 3h05 à 3h20. Le trajet Genève – Lausanne prend au minimum 33 minutes. Avec un arrêt d’une dizaine de minutes à Cornavin (pour permettre l’accouplement ou la séparation de deux rames TGV), il faudrait au total entre 3h48 et 4h03 pour effectuer un TGV Lausanne – Paris via Genève. Le passage par Genève induit donc un allongement de 13 à 28 minutes par rapport au temps de trajet possible par Dijon (en dehors des périodes de travaux).
  3. Une augmentation très probable des retards. Les TGV Paris – Genève ont une ponctualité inférieure à celle des TGV Paris – Lausanne. Cela s’explique notamment par une ponctualité mauvaise entre Genève et Bourg-en-Bresse. Les TGV Genève – Paris ne partent pas toujours à l’heure exacte de Cornavin. À Bellegarde, ils doivent parfois attendre les TER venant d’Évian et Saint-Gervais pour assurer les correspondances. La ligne du Haut-Bugey, qui relie Bellegarde à Bourg-en-Bresse via Nantua et Nurieux, est à voie unique. L’augmentation du nombre d’allers-retours entre Genève et Paris entraînerait une augmentation du nombre de croisement à Nurieux. Or, les croisements posent d’importants problèmes en cas de retard sur cette ligne à voie unique. Par ailleurs, la capacité de la ligne Bellegarde – Genève est très limitée. Autrement dit, un TGV Paris – Genève désheuré au départ de Bellegarde prendra encore du retard supplémentaire, puisqu’il risque alors de circuler derrière un RER omnibus La Plaine – Cornavin.
  4. L’emprunt de la ligne Genève – Lausanne totalement saturée. Les TGV Lausanne – Paris, détournés par Genève devraient alors emprunter la ligne Genève – Lausanne. Or cette ligne est saturée par le trafic intérieur suisse avec des dizaines de milliers de pendulaires qui chaque jour voyagent entre Genève et Lausanne. Il paraît pour le moins complexe d’insérer des TGV sur cette ligne entre les trains régionaux, les trains intercités et les trains eurocités.
  5. L’impossibilité de coordonner les sillons Paris – Genève et les sillons Genève – Lausanne directs. La desserte Paris – Genève ne peut pas être cadencée à l’heure à l’arrivée et au départ de Genève, en raison de la voie unique entre Bourg-en-Bresse et Bellegarde qui implique un arrêt pour croisement à Nurieux (ce qui se traduit par un allongement du temps de parcours de 11 à 13 minutes. Les minutes des départs et des arrivées à Cornavin des TGV Paris – Genève ne permettent pas un prolongement sur Lausanne en utilisant un sillon direct Genève – Lausanne. Un tel TGV pourrait être amené à stationner jusqu’à 29 minutes à Cornavin. Le temps de parcours entre Lausanne et Paris grimperait alors à près de 4h20 (soit 45 minutes de plus que le trajet naturel par Dijon).
  6. La suppression de toute desserte directe entre Dijon, le Jura et le bassin lémanique. Il serait alors quasi impossible de faire des trajets en train entre Dijon et Lausanne puisque les TGV Paris – Lausanne sont les seuls trains à relier Dijon à Lausanne. Dijon n’a déjà aucune desserte directe pour Genève.
  7. Un gaspillage d’argent public. La Confédération helvétique a financé la modernisation de la ligne Lausanne – Vallorbe – FrasneMouchardDole au titre du raccordement de la Suisse au réseau ferroviaire à grande vitesse. Si la desserte Lausanne – Paris était détournée par Genève, cet argent aurait été dépensé en pure perte.
  8. Un enclavement du Jura et du Haut-Doubs. Le possible détournement des TGV Lausanne – Paris par Genève est un dossier politiquement explosif pour le duo SNCF/CFF. Les élus locaux de Neuchâtel, de Franche-Comté, de Bourgogne, de la Côte-d’Or, du Jura, du Doubs, de Dole, de Mouchard, de Frasne, de Pontarlier et Vallorbe ne manqueraient de protester de toutes leurs forces contre une éventuelle mise en oeuvre d’un tel projet. Les gares de Vallorbe, Pontarlier, Frasne et Mouchard ne seraient alors plus desservies par le TGV. La Région Franche-Comté serait alors contrainte de mettre en place des TER supplémentaires entre Pontarlier et Dijon pour compenser la suppression des dessertes TGV et éviter un déménagement du territoire. Avec un tel scénario, la desserte de Dole passerait de 5 à 1 seul aller retour TGV pour Paris.
  9. Neuchâtel s’éloignerait de Paris. Les Neuchâtelois bénéficient aujourd’hui de 3 allers-retours quotidiens pour Paris (1 avec le TGV Berne – Paris et 2 par correspondance à Frasne). Ces trajets s’effectuent avec un temps de parcours autour de 4h. Si la desserte Berne – Paris venait à être supprimée et si les dessertes Lausanne – Paris venaient à être détournés par Genève, les Neuchâtelois devraient transiter par Lausanne, Delle ou Bâle, avec la clé parfois jusqu’à 3 correspondances et un temps de parcours autour de 5h pour se rendre à Paris.

Les élus locaux commencent à prendre conscience du risque qui pèse sur le devenir des dessertes TGV du Jura, du Haut-Doubs et de Neuchâtel. Ainsi, Le Progrès rapporte que jeudi 19 janvier 2012, la communauté de communes Arbois Vignes et Village, dont est membre la commune de Mouchard, a voté une motion pour le maintien de la desserte TGV. À l’initiative de son président Albert Higounenc, le Conseil communautaire d’Arbois a souhaité ainsi lancer un appel solennel à tous les élus du Jura.

L’Association des maires du Jura a lancé une pétition pour l’amélioration des dessertes ferroviaires. Les élus du canton d’Arbois regrettent « une prise de conscience tardive » mais surtout estiment que « le pire est devant nous ». La motion présentée dévoile en effet que, « selon des informations encore non officielles, la desserte TGV Paris Lausanne serait détournée dès 2014 par Bourg et Genève, supprimant l’arrêt en gares de Dole, Mouchard et Frasne et privant l’ensemble du département de toute desserte TGV« . La communauté de communes d’Arbois dénonce en conséquence un « handicap considérable pour le développement et le désenclavement du Jura » et appelle tous les élus jurassiens à « prendre toute initiative susceptible d’éviter une telle extrémité ». Si elle venait à être confirmée, cette menace de la disparition des arrêts du TGV dans le Jura serait « un extraordinaire retour en arrière pour notre département », s’inquiètent les élus qui ont voté cette motion à l’unanimité.

Posted in Ain, Bourgogne, Genève, Jura, Service 2012, Service 2013, Service 2014, Suisse, Vaud | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Reprise du trafic ferroviaire sur la ligne du Haut-Bugey

Posted by ardsl sur 3 janvier 2012

D’importantes précipitations se sont abattues sur le Haut-Bugey samedi 31 décembre. Cela a provoqué des inondations et des infiltrations d’eau dans certains tunnels de la ligne ferroviaire.

Le TGV parti à 11h11 de Paris est restée immobilisé sous un tunnel pendant plusieurs heures. RFF a donc décidé de fermer la ligne du Haut-Bugey. Les trains TER Saint-Claude – Bourg-en-Bresse ont été supprimés. SNCF a mis en circulation des autocars de remplacement. Les TGV Bellegarde – Paris ont été détournés par Culoz. Cela a génèré des retards d’environ 25 minutes.

La ligne est rouverte depuis 13h ce mardi 3 janvier.

Posted in Ain | Tagué: , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

31 décembre : 7h de retard pour un TGV Paris – Genève

Posted by ardsl sur 2 janvier 2012

Samedi 31 décembre, les 136 passagers du TGV 9769 (Paris 11h11 – Genève 14h16) ont mal débuté le réveillon. Vers 13h30, leur TGV attendu à 14h16 à Genève s’est retrouvé coincé dans un tunnel, entre Bolozon et Nurieux-Volognat, dans l’Ain. SNCF a dû envoyer une rame diesel de secours pour ramener le convoi jusqu’à Bourg-en-Bresse. Il a ensuite repris sa route vers 20h, via Ambérieu et Culoz. Le train est finalement arrivé à Genève à 22 h.

(Source : Le Dauphiné Libéré).

Posted in Ain, Retards / Suppressions | Tagué: , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :