ARDSL Association Rail Dauphiné Savoie Léman

Le blog des usagers

Posts Tagged ‘Jean-Marc Nesme’

Ligne Lyon – Paray-le-Monial : les élus de gauche interpellent Jean-Marc Nesme

Posted by ardsl sur 15 janvier 2012

Suite à la prise de position de Jean-Marc Nesme, député-maire de Paray-le-Monial, concernant la ligne du TER en direction de Lyon (lire ici), les conseillers généraux et régionaux de gauche (Philomène Baccot de Digoin, Christian Bonnot de Charolles, Jean-Paul Drapier de Bourbon-Lancy, Dominique Lotte de Gueugnon, Jacques Rebillard de Marcigny et Édith Gueugneau) précisent : « M. Nesme est aux affaires sur ce territoire depuis 1986, après 18 ans passés au conseil régional de Bourgogne, après 4 mandats de député et alors qu’il va encore se représenter aux législatives au printemps 2012, il s’inquiète enfin de l’état de cette ligne. La ficelle est un peu grosse. Il oublie de nous dire que cette situation est le résultat des politiques des gouvernements successifs qu’il a soutenus. » Et de rappeler ses différentes prises de position et votes passés à propos de cette ligne, lançant : « Il n’est jamais trop tard pour reconnaître ses erreurs […] Est-il intervenu pour alléger la dette de Réseau Ferré de France et pour que RFF ait les moyens financiers de rénover plus de lignes ? Est-il intervenu dans les débats à l’Assemblée nationale pour que la priorité soit mise sur les transports en commun ? Pourquoi ne négocie-t-il pas directement avec les présidents de la SNCF, de RFF, des régions Rhône-Alpes et Bourgogne qu’il peut rencontrer toutes les semaines à Paris à l’Assemblée nationale ou au Sénat, plutôt que de leur envoyer encore un courrier ? »

Et de mettre en avant l’investissement de la Bourgogne : « Depuis 2004, beaucoup a été fait, en particulier par le conseil régional de Bourgogne, dont le budget annuel pour les TER est passé de 85 millions d’euros en 2004 à 150 millions d’euros en 2011. Son action a permis le remplacement en totalité des rames, la rénovation de nombreuses gares, la mise en place de tarifs attractifs. RFF, avec ses maigres moyens, a entamé la rénovation des lignes de l’étoile de Paray, en 2013 la ligne entre Paray et Montchanin sera rénovée. Une étude est engagée sur les travaux à réaliser entre Paray et Lyon. Ca bouge avec les moyens que nous donne l’État ».

Enfin, les élus de gauche rejoignent le député-maire : « Il appartient à M. Nesme d’accélérer le mouvement en sollicitant du gouvernement des moyens supplémentaires pour RFF. Il évoque la possibilité d’inscrire cette voie en priorité dans le prochain contrat de progrès. Nous y sommes tout à fait favorables mais pour l’instant, il règne beaucoup d’incertitudes sur le renouvellement de ces contrats. »

(Source : Le Journal-de-Saône-et-Loire).

Publicités

Posted in Bourgogne, Politique, Rhône | Tagué: , , , , , | 1 Comment »

Coup de gueule contre le piteux état de la ligne TER Paray-Lyon

Posted by ardsl sur 2 janvier 2012

Jean-Marc Nesme s’insurge une nouvelle fois contre « la dégradation du service public des transports ferroviaires régionaux » sur la ligne reliant Paray-le-Monial à Lyon.

Le sujet n’est pas nouveau. Mais l’exaspération des usagers ne cesse de grandir. La ligne ferroviaire TER entre Paray et Lyon, via La Clayette et Chauffailles, cumule les mauvais points : retards, travaux, horaires « variables »…

Jean-Marc Nesme, député-maire de Paray, qui connaît depuis longtemps les défauts de cette ligne, a décidé, le 22 décembre dernier, d’adresser à ce sujet une lettre à Hubert Du Mesnil, président de RFF (Réseau Ferré de France), à Guillaume Pépy, président de SNCF, à Jean-Jack Queyranne, président du Conseil régional de Rhône-Alpes et à François Patriat, président du Conseil régional de Bourgogne.

Il y dénonce la dégradation « lente, régulière et manifeste » de cette ligne. Il évoque le prix élevé des billets au regard du service rendu, mais aussi et surtout les retards constatés : « un retard de dix minutes sur la ligne Paray-Lyon devient la norme ».

Défaut de service public

Il montre aussi du doigt une organisation passéiste, avec un matériel hors d’âge : « L’attente au tunnel de Lamure-sur-Azergues est souvent de dix à vingt minutes, car il faut attendre que le train précédent soit arrivé en gare de Paray-le-Monial pour donner le feu vert au conducteur du TER, en l’absence d’automatisation de la signalisation ».

Et il ne manque pas de rappeler que le service public en a pris un coup, plus particulièrement après la mise en place récente du nouveau cadencement des trains : « Il y a plus de quarante ans, le temps de trajet entre Chauffailles et Lyon Perrache était de 1h10. Il était le plus souvent de 1h20 en 2011, sans compter les retards. Avec les nouveaux horaires, il sera désormais de 1h31 pour ne prendre que l’exemple du TER de 7h46 arrivant à son terminus à 9h17 ».

Pour le député UMP, ces inconvénients sont la source de problématiques plus globales : « La défense des emplois en Charolais-Brionnais passe par une politique volontariste en faveur du rail, qui doit permettre à chacun de choisir d’habiter dans cette région, sans subir en retour davantage d’isolement ou de pertes de temps que la génération précédente ».

Le député-maire, ajoutant à son argumentaire les grèves et l’incertitude des horaires de trains, estime que le système est « devenu contre-performant ». Constatant que la responsabilité de l’amélioration de cette ligne est « fortement diluée entre l’État, RFF, SNCF et les Régions », il affirme que les usagers « perdent patience, et même confiance, dans la capacité de réformer un système qui a atteint ses limites depuis plusieurs années ». À chacun de ses interlocuteurs, il pose une question simple : « Que proposez-vous pour l’améliorer ? ». Et de conclure avec un brin de défaitisme : « Cette lettre sera-t-elle d’une quelconque utilité ? J’ose encore l’espérer, confiant dans le souci du bien commun qui vous anime ».

(Avec Le Journal de Saône-et-Loire).

Posted in Bourgogne, Retards / Suppressions, Rhône, Service 2012 | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

Les problèmes s’accumulent sur la ligne Paray-le-Monial – Lyon

Posted by ardsl sur 11 novembre 2011

Le comité de ligne interrégional Paray-le-Monial — Lyon se réunissait jeudi 10 novembre soir à Chauffailles. L’occasion de faire le point sur cet axe qui suscite bien des critiques de la part des usagers.

Certes on parle rarement des trains qui arrivent à l’heure, n’empêche que, sur la ligne Paray-le-Monial — Lyon, les TER sont plus souvent en retard qu’ailleurs. Environ 80 % seulement de trains ponctuels depuis le début de l’année, selon les chiffres officiels de la SNCF. Et à écouter les témoignages des usagers, la réalité est encore bien plus sombre. Sur cette ligne archaïque, la vitesse des trains est régulièrement limitée pour des raisons de sécurité. Des ralentissements tels qu’il faut aujourd’hui presque deux heures pour relier la cité parodienne à la capitale du Rhône. De quoi rendre fou même le plus patient des voyageurs. « Ça fait un mois qu’on roule à 30 km/h » explique Éliane. « Un jour sur deux, les trains ne roulent même pas. Aujourd’hui, on a pris deux arbres ! Il faut des mesures d’urgence ».

Le député Jean-Marc Nesme allait dans le même sens insistant sur les investissements indispensables à réaliser. « L’axe Paray-Lyon est stratégique en terme d’aménagement du territoire. Sur cette ligne vieillissante, les travaux deviennent urgents. Il faut que des crédits soient inscrits dans le futur contrat de projet, c’est indispensable ».

Qui paie la facture ?

Conscients des problèmes multiples et récurrents, les représentants de Réseau Ferré de France (RFF), en charge de l’entretien et du développement des réseaux, plaident le manque de moyens. « Un kilomètre à rénover coûte 1 million d’euros précisait Romain Durand. Le réseau national est dans un état de vieillissement général et d’autres lignes, avec davantage de voyageurs, sont prioritaires ».

Comme l’expliquait Jean-Paul Pinaud, vice-président du conseil régional délégué aux transports, François Patriat a envoyé récemment un courrier à l’établissement public demandant « un effort important » sur cet axe. Un coup de pression suffisant ? Avec une dette qui se monte à plusieurs milliards d’euros, RFF semble dans l’incapacité de procéder aux aménagements nécessaires afin de fournir un service public digne de ce nom. Et ce n’est pas l’étude en cours qui permettra d’apporter des solutions rapides pour ces infrastructures totalement obsolètes.

(Source : Le Journal de Saône-et-Loire).

 

Posted in Bourgogne, Rhône | Tagué: , , , , , , | 1 Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :