ARDSL Association Rail Dauphiné Savoie Léman

Le blog des usagers

Posts Tagged ‘Joël Lebreton’

SNCF veut concurrencer la voiture avec ses Intercités low cost

Posted by ardsl sur 13 juin 2012

Misant sur la hausse du prix de l’essence, la compagnie ferroviaire tente une percée sur le marché des vacances avec des billets « 100% éco ». À partir du 30 juin 2012, elle revisite son offre de trains Intercités avec des tarifs à partir de 15 euros. Même les couettes dans les trains de nuit seront plus moelleuses.

Pour les vacances, il y a une vie à côté des TGV. C’est le message que semble vouloir faire passer SNCF avec le toilettage de son offre commerciale sur les trains Intercités, qui sont par ailleurs en train de subir une cure de rénovation.

Chaque jour, ils transportent 100000 voyageurs contre 300000 pour les TGV.

Objectif, « ramener les automobilistes vers le train« , résume Christophe Fanichet, directeur de l’activité Intercités.

Une offre loisir pour tenter de grignoter des parts de marché sur la voiture, sans faire de l’ombre aux autres trains Intercités ou au TGV, en attendant l’arrivée d’autocars longue distance à l’intérieur du territoire français ? « Cette offre ne mange pas notre cœur de marché, les prix d’appel ne sont valables que sur le premier et le dernier train de la journée« , répond Christophe Fanichet.

Tarif Minigroupe

Et pour mieux concurrencer la voiture qui a toutefois le mérite de transporter 2 ou 5 personnes pour le même coût, SNCF lance le tarif Minigroupe, valable toute l’année : si vous voyagez à plus de deux, la troisième personne paie 10 euros supplémentaire (offre valable jusqu’au 5e voyageur). SNCF va tester ce tarif minigroupe sur une soixantaine de destinations, cet été.

Enfin, si vous voyagez en tribu et voulez rester entre vous, la compagnie propose de privatiser ses compartiments normalement prévus pour six personnes (quatre en 1ère classe). À partir du quatrième passager, pour 40€ de plus, le compartiment est à vous ! (+70€ en 1ère pour voyager à 2 au lieu de 4).

Dans de beaux draps

Pour enrayer le déclin du trafic sur les trains de nuit (lié au manque de possibilité de réserver son billet longtemps à l’avance à cause du manque de visibilité de SNCF sur les sillons que Réseau Ferré de France va lui libérer, selon Christophe Fanichet), SNCF déploie des trésors d’imagination.

Si vous êtes une femme par exemple, vous pouvez réserver en ligne un compartiment couchettes « dame seule » sur les trains de nuit. Ça, c’est gratuit.

« Non seulement on maintient nos trains de nuit, mais en plus, on va redynamiser notre offre« , explique le patron d’Intercités qui brandit la nouvelle couette douillette que SNCF a acheté en Chine pour dorloter ses passagers du Paris-Toulouse de nuit. « Elles plaisent beaucoup, peut-être même trop, elles sont souvent volées« , témoigne Béatrice Chavanel, responsable du marketing chez Intercités.

Bientôt une petite note au dessus des couchettes proposant d’acheter la couette de SNCF en gare, plutôt que de la dérober, comme pour les peignoirs dans les hôtels ? « On réfléchit à un bip antivol« , confie la représentante de SNCF. À 15 euros le coût de revient de la couette, difficile de rentabiliser le tarif low cost des Intercités de l’été…

Intercités en chiffres

Les trains Intercités font partie de la branche Proximités de SNCF qui regroupe aussi les TER et Transilien, et est depuis début juin 2012 « animée » par Joël Lebreton (ancien président de Transdev avant la fusion avec Veolia en 2011).

  • 100000 voyageurs par jour soit (contre 300000 voyageurs à bord des TGV).
  • 36 millions de voyageurs en 2011, en hausse de 2,5% par rapport à 2010.
  • 38 lignes dont les trains de nuit Paris – Briançon, Paris – Bourg-Saint-Maurice, Paris – Saint-Gervais-les-Bains, Genève – Hendaye et les lignes de jour Lyon – Bordeaux, Lyon – Tours et Lyon – Nantes.
  • 367 villes desservies dans 21 régions (dont Genève, Valence ville, Crest, Die, Luc-en-Diois, Veynes, Gap, Chorges, Embrun, Mont-Dauphin, L’Argentière, Briançon Roanne, Lyon Part-Dieu, Lyon Perrache, Chambéry, Aix-les-Bains, Rumilly, Annecy, La Roche-sur-Foron, Cluses, Sallanches, Saint-Gervais-les-Bains, Albertville, Moûtiers, Aime, Landry et Bourg-Saint-Maurice).
  • 1 milliard d’euros de chiffre d’affaires en 2011.
  • Taux de remplissage : 65% sur les trains de jour, taux non communiqué sur les trains de nuit.

(Avec mobilicites.com).

Posted in Loisirs, SNCF, Tarification | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

SNCF : Jean-Pierre Farandou nommé directeur général

Posted by ardsl sur 1 juin 2012

Jean-Pierre Farandou quitte ses fonctions de directeur de la branche Proximités pour devenir directeur général délégué de SNCF. Il sera notamment chargé de piloter la restructuration du groupe avec en point de mire, la réforme du système ferroviaire français et son ouverture à la concurrence. Rachel Picard a été nommée directrice générale de Gares & Connexions et Joël Lebreton « animera » la branche Proximités.

Ces nominations, proposées par Guillaume Pépy, ont été approuvées par le conseil d’administration de SNCF du 31 mai 2012. Si celle de Rachel Picard était déjà connue (lire), celle de Jean-Pierre Farandou est plus inattendue. L’ex directeur général de la branche Proximités de SNCF, qui regroupe toutes les activités conventionnées du groupe (Keolis/Effia, Intercités, TER, Transilien) aura la lourde tâche « de piloter les adaptations du fonctionnement de l’établissement public SNCF, au moment où devrait se discuter une réforme du système ferroviaire français« , explique un communiqué du groupe.

Réduire les frais de structure

Il sera chargé « d’impulser la réduction des frais de structure dans toute l’entreprise, de conduire les évolutions managériales, de régionaliser SNCF en Île de France et aura la responsabilité de porter des projets de développements majeurs pour le groupe SNCF tel le projet du Grand Paris. »

Ce poste de directeur délégué de SNCF est nouveau dans l’organigramme de SNCF. Jean-Pierre Farandou sera directement rattaché à Guillaume Pépy.

Autre nomination, celle de Joël Lebreton, conseiller du président, qui « animera » la branche SNCF Proximités. Le communiqué précise que « les dirigeants de TER, Intercités, Transilien et Keolis rendront compte de leurs activités au président de SNCF« .

Le parcours de Jean-Pierre Farandou

Avant de rentrer chez SNCF en 1981, Jean-Pierre Farandou, 54 ans, ingénieur des Mines de Paris, a travaillé pour une compagnie minière américaine AMAX à Denver (Colorado).

Il a ensuite consacré une grande partie de sa carrière dans le groupe SNCF au transport des voyageurs.

Après avoir occupé différents postes de responsable production et marketing, il a été nommé chef de projet pour le lancement du TGV Paris-Lille en 1993.

Il a ensuite créé à Bruxelles la structure juridique de Thalys International dont il a assuré la direction générale de 1993 à 1998. Il a été successivement Directeur des Cadres RH de 1998 à 2000 et Directeur Adjoint Grandes Lignes de 2000 à 2002.

Il a dirigé jusqu’en janvier 2005, la région SNCF Rhône Alpes dont le réseau TER est le plus important de France.

Par la suite, il a pris le poste de Directeur Général de Keolis Lyon (4200 salariés) opérateur des bus, métros et tramways lyonnais.

Il est nommé en octobre 2006 Directeur de la Branche SNCF Proximités, regroupant Transilien, TER, Intercités, Keolis et Effia.

La branche SNCF Proximités est devenue sous sa direction la première branche de SNCF avec plus de 12 milliards d’euros de chiffres d’affaires en 2011, ce qui en fait le leader mondial du transport public devant DB-Arriva, Veolia-Transdev et RATP.

Télécharger le communiqué de presse et le nouvel organigramme de SNCF

(Avec mobilicites.com).

Posted in SNCF | Tagué: , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

SNCF : de nouvelles fonctions pour David Azéma et Sophie Boissard

Posted by ardsl sur 21 avril 2012

La SNCF augmente sa participation à 70% dans sa filiale de transport public Keolis qui sera dirigée à partir de juin 2012 par David Azéma, l’actuel numéro deux de la compagnie ferroviaire. Il remplacera alors Michel Bleitrach, aux commandes du groupe depuis 2004.

Michel Bleitrach pensait rester à la tête du directoire de Keolis pendant encore un an, vers la fin de son mandat à la présidence de l’Union des transports publics et ferroviaires (UTP), mais le pacte d’actionnaires a décidé de précipiter la recomposition du capital du groupe de transport qu’il dirige depuis huit ans.

Il est actuellement détenu à 56,5% par SNCF, et à 40,7% par une holding composée de la Caisse des dépôts et placement du Québec (CDPQ), d’Axa Private Equity et du fonds Pragma et à 2,8% par ses dirigeants et salariés.

Actionnaire de moyen terme, Axa a décidé de se retirer du capital de Keolis au bout de cinq ans.

SNCF à 70%

La recomposition du capital de Keolis « se traduira par le rachat par la SNCF des parts détenues par les autres actionnaires actuels, suivi d’un investissement au capital à hauteur de 30% par un investisseur de long terme« , explique un communiqué SNCF en date du 18 avril. Le montant de la transaction n’est pas précisé.

Selon mobilicites.com, il s’agit de CDPQ qui va augmenter sa participation à 30% et s’engager sur dix ans. SNCF monte au capital à hauteur de 70%.

Michel Bleitrach va donc céder la place en juin 2012 à David Azéma, actuellement directeur général délégué de la SNCF et membre du conseil de surveillance de Keolis, précise SNCF dans son communiqué. Le conseil de surveillance de Keolis sera également réorganisé avec à sa tête, Joël Lebreton, conseiller du président de SNCF Guillaume Pépy (et ancien patron du groupe Transdev avant la fusion avec Veolia en 2011).

Michel Bleitrach reste toutefois président de l’UTP et prend deux mandats dans des filiales de Keolis, Effia SA et Keolis SA, précise une porte parole du groupe. Ancien de Suez, il va également conseiller Guillaume Pépy sur les questions énergétiques.

Paré pour contrer la concurrence

En 2011, Keolis a dégagé un bénéfice net de 37 millions d’euros pour un chiffre d’affaires de 4,4 milliards.

SNCF et ce nouveau partenaire « accompagneront une nouvelle phase de croissance de l’entreprise, en particulier en accélérant le développement à l’international dans le respect d’une stratégie ciblée et maîtrisée, et en profitant des opportunités de marché« .

Dans le viseur, le développement à l’international où Keolis réalise déjà 47% de son chiffre d’affaires, la bataille avec les nouveaux entrants en cas d’ouverture à la concurrence des lignes TER et des trains d’équilibre du territoire (TET) en France. Et un positionnement offensif par rapport à Veolia Transdev en pleine restructuration et actuellement en négociation avec un nouvel actionnaire pour remplacer Veolia qui cherche à céder son activité transport (lire).

Sophie Boissard remplace David Azéma

A la prise de fonction de David Azéma, prévue dans la première quinzaine de juin 2012, Sophie Boissard, la directrice générale de Gares & Connexions lui succèdera au poste de directrice générale déléguée stratégie et développement du groupe SNCF.

(Avec mobilicites.com).

Posted in SNCF | Tagué: , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :