ARDSL Association Rail Dauphiné Savoie Léman

Le blog des usagers

Posts Tagged ‘Lausanne’

Le financement de l’extension de Cornavin sur de bons rails

Posted by ardsl sur 14 octobre 2012

Un TER et un train des CFF en gare de Genève Cornavin. Photo : Nathalie Teppe.

La Commission des transports du Conseil des États a retenu la variante à 6 milliards de francs concernant le financement du rail. Satisfaction à Genève.

En retenant la variante à 6 milliards de francs sur le financement et l’aménagement de l’infrastructure ferroviaire, la Commission des transports du Conseil des États place l’extension de Cornavin sur de bons rails. Reste aux Chambres fédérales de valider ce dossier lors des sessions d’hiver et les deux voies supplémentaires en gare de Genève seront acquises.

Pour la conseillère d’Etat en charge de la mobilité Michèle Künzler, il s’agit d’une grande victoire : «Genève a défendu une vision confédérale en promouvant le développement la ligne Saint-Gall – Berne – Lausanne – Genève et cela a payé.» Pour agrandir la gare, ville et canton ont d’abord dû mettre en veilleuses leurs désaccords pour défendre une position commune. «Nous avons ensuite actionné le lobby à Berne avec une forte mobilisation des élus nationaux et du Conseil d’État», déclare Michèle Künzler.

La variante du projet Rail 2025 retenue par la Commission des transports inclut quelque 800 millions nécessaires à l’extension de la gare de Genève Cornavin, ainsi qu’un montant pour le nœud ferroviaire de Lausanne. Le vote sur le financement et l’aménagement de l’infrastructure ferroviaire est attendu cet hiver. Cette manne acquise, Genève pourra alors revenir à sa cuisine interne et départager les options, souterraine ou extérieure, des deux futures voies de Cornavin.

Arc lémanique surchargé

Sur l’axe Genève – Lausanne, l’autoroute et le rail sont d’ores et déjà saturés avec respectivement 50000 usagers des CFF et plus de 100000 véhicules par jour aux abords des agglomérations, alors que les projections prévoient une augmentation de 20% à 40% du trafic automobile et de 120% pour le rail en 2030.

(Avec tdg.ch).

Posted in Genève | Tagué: , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Deux ministres défendent « Léman 2030 » auprès des pendulaires

Posted by ardsl sur 10 octobre 2012

Les conseillères d’État vaudoise et genevoise Nuria Gorrite (PS) et Michèle Künzler (Les Verts) ont rencontré mardi 9 octobre les passagers du RegioExpress 2608 (Lausanne 7h48 – Genève de 8h39). L’opération – symbolique – était destinée à présenter le projet ferroviaire « Léman 2030 », qui met en partie de côté le projet de 3e voie CFF en dur entre Lausanne-Genève.

En matière de transport ferroviaire, les cantons de Genève et de Vaud partagent les mêmes intérêts. La Vaudoise Nuria Gorrite, cheffe du Département des infrastructures et des ressources humaines du canton de Vaud, et la Genevoise Michèle Künzler, en charge du Département genevois de l’intérieur, de la mobilité et de l’environnement, l’ont rappelé mardi 9 octobre en faisant le voyage entre Lausanne et Genève, en train, avec les pendulaires.

Troisième voie CFF mise de côté

À l’occasion de la distribution aux passagers d’une brochure explicative, elles ont présenté le projet de développement des infrastructures ferroviaires « Léman 2030 », qui permettra une amélioration substantielle de l’offre entre les deux villes lémaniques et au-delà. Et ce, en partie, dès le nouvel horaire CFF 2013.

Le projet de troisième voie CFF en dur entre Genève et Lausanne n’est plus une priorité pour les deux cantons, pour des raisons à la fois de coûts, de difficulté de réalisation et de rapidité.

Des destins communs

Cette opération symbolique avait pour but de montrer combien les destins des deux cantons sont liés. « Aujourd’hui, les gens vivent dans un espace qui est celui de cet Arc lémanique qui se densifie. Il y a une explosion démographique importante qui est appelée à se poursuivre, il y a une vitalité économique qui fait notre force« , souligne Nuria Gorrite. Et de rappeler que la métropole lémanique est la 2e région économique de Suisse.

« Si nous sommes montées dans le même train« , souligne la ministre vaudoise, « ce n’est pas seulement physiquement, mais c’est pour rappeler que nous sommes dans le même wagon, nos destins sont liés« .

Léman 2030

Les infrastructures ferroviaires de la région lémanique arrivent gentiment à la limite de leur capacité.

En dix ans, le nombre de voyageurs par jour sur la ligne entre Lausanne et Genève est passé de 25000 à 50000 et un doublement de la fréquentation est attendu d’ici à 2030.

Parmi les projets de « Léman 2030 » figurent notamment l’agrandissement des gares de Lausanne et de Genève Cornavin.

Si pour Lausanne, l’idée est sur de bons rails, pour Genève, le projet est encore en discussion aux Chambres fédérales.

À Cornavin, il a été décidé d’ajouter deux voies supplémentaires pour permettre d’absorber la croissance du trafic. La question qui demeure encore en suspens est de savoir si ces deux voies seront construites en surface ou sous terre.

(Avec rts.ch).

Posted in Fréquentation, Genève, Vaud | Tagué: , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Et si le TGV ne passait plus par Neuchâtel et Pontarlier à compter du 8 décembre 2013 ?

Posted by ardsl sur 8 octobre 2012

Lyria pourrait décider de basculer l’aller-retour quotidien Paris – Berne par Bâle au service 2014 (qui débutera en le 8 décembre 2013). Avantage de cette solution : le TGV mettrait Berne à 4h03 de Paris, contre jusqu’à 4h49 actuellement par Neuchâtel, Pontarlier, Frasne et Dole. Inconvénient : Neuchâtel et Pontarlier seraient alors rayés de la carte des villes desservies par le TGV. Explications et décryptage du blog ARDSL.

L’aller-retour quotidien TGV Paris – Berne circule depuis toujours via Dijon, Dole, Frasne, Pontarlier et Neuchâtel. C’est l’itinéraire le plus court en kilomètres entre les capitales française et helvétique. Mais ce n’est plus l’itinéraire le plus rapide depuis le 11 décembre 2011 et l’ouverture de la LGV Rhin-Rhône. Le TGV Paris – Berne doit-il rester sur la ligne classique afin de desservir Pontarlier et Neuchâtel ou doit-il emprunter la LGV pour aller plus rapidement de Paris à Berne ?

Le TGV 9284 (Berne 7h29 – Paris 12h18) et 9287 (Paris 17h57 – Berne 22h30) mettent au service 2012 respectivement 4h49 et 4h33 pour relier les deux capitales. Les temps de parcours sont peu performants en raison des ralentissements liés aux travaux sur la ligne classique en Bourgogne.

Au service 2013, le TGV 9284 (Berne 7h29 – Paris 12h11) et 9287 (Paris 17h57 – Berne 22h30) mettront respectivement 4h42 et 4h33 pour relier les deux capitales. Les temps de parcours demeurent peu performants malgré la fin des travaux en Bourgogne, les CFF n’ayant pas modifié les horaires des TGV entre Frasne, Pontarlier et Berne. Conséquence : les arrêts en gare de Pontarlier et de Frasne vont sérieusement s’allonger. La perte de temps, qui en résulte, tourne autour de 10 minutes. Le temps de parcours entre les deux capitales pourraient avoisiner les 4h20 avec un tracé parfait sur France, comme sur Suisse.

Entre le TGV direct mais plus lent et un trajet plus rapide mais par correspondance optimisée (en 5 minutes) à Bâle, il semblerait que les voyageurs bernois privilégient désormais le trajet le plus rapide. Bâle a de plus l’avantage d’avoir 6 allers-retours directs pour Paris.

Berne > Bâle > Paris

  • Quotidien : IC 1060 (Berne 7h34 – Bâle 8h29) + TGV 9206 (Bâle 8h34 – Paris gare de Lyon 11h37)
  • Quotidien : IC 1066 (Berne 9h34 – Bâle 10h29) + TGV 9210 (Bâle 10h34 – Paris gare de Lyon 13h37)
  • Quotidien : IC 1070 (Berne 11h34 – Bâle 12h29) + TGV 9218 (Bâle 12h34 – Paris gare de Lyon 15h37)
  • Quotidien : IC 1074 (Berne 13h34 – Bâle 14h29) + TGV 9222 (Bâle 14h34 – Paris gare de Lyon 17h37)
  • Sauf le samedi : IC 1078 (Berne 15h34 – Bâle 16h29) + TGV 9226 (Bâle 16h34 – Paris 19h37)
  • Quotidien : IC 1082 (Berne 17h34 – Bâle 18h29) + TGV 9230 (Bâle 18h34 – Paris gare de Lyon 21h37).

Paris > Bâle > Berne

  • Sauf le dimanche : TGV 9205 (Paris gare de Lyon 6h15 – Bâle 9h26) + IC 1067 (Bâle 9h31 – Berne 10h27)
  • Quotidien : TGV 9207 (Paris gare de Lyon 8h23 – Bâle 11h26) + IC 1071 (Bâle 11h31 – Berne 12h27)
  • Quotidien : TGV 9211 (Paris gare de Lyon 10h23 – Bâle 13h26) + IC 1075 (Bâle 13h31 – Berne 14h27)
  • Quotidien : TGV 9215 (Paris gare de Lyon 14h23 – Bâle 17h26) + EC 59 (Bâle 17h31 – Berne 18h27)
  • Quotidien : TGV 9219 (Paris gare de Lyon 16h23 – Bâle 19h26) + IC 1087 (Bâle 19h31 – Berne 20h27)
  • Quotidien : TGV 9223 (Paris gare de Lyon 18h23 – Bâle 21h26) + IC 1093 (Bâle 21h31 – Berne 22h27).

Ce comparatif met en évidence des parcours systématiquement plus performant 4h03 à 4h04 par Bâle depuis l’ouverture de la LGV Rhin-Rhône. La fréquentation du TGV direct aurait donc chuté. Lyria va d’ailleurs tenter de trouver une clientèle nouvelle au TGV Paris – Berne en le prolongeant dès le 9 décembre 2012 à Interlaken, haut lieu du tourisme alpin (lire).

Le TGV Interlaken – Berne – Paris détourné par Bâle au service 2014 ?

Lyria envisage de basculer par Bâle à compter du 8 décembre 2013 l’aller-retour Paris – Berne. Le TGV circulerait entre Bâle et Interlaken en lieu et place de l’InterCity Bâle – Interlaken (avec desserte de Thoune et Olten, villes comptant respectivement 42600 et 17200 habitants) et serait couplé à Bâle à un TGV Zürich – Paris. Dans ce scénario, le TGV 9284 quitterait Berne à 7h34 pour arriver à Paris 11h37. Le retour de Paris se ferait à 18h23 pour une arrivée à Berne à 22h27.

Le gain de temps serait alors de près de 30 minutes (par rapport aux horaires 2013 via Frasne) pour les voyageurs de Berne. L’itinéraire le plus rapide entre Berne et Paris est aussi celui qui dispose du potentiel de passagers d’affaires le plus important, à un moment où Lyria déclare la guerre à l’avion (lire). Le canton de Berne compte près de 980000 habitants, dont plus de 124000 dans la seule ville de Berne.

Le détournement du TGV Paris – Berne par Bâle et Olten rayerait de la carte TGV Neuchâtel et Pontarlier, villes qui comptent respectivement 33100 et 19100 habitants. Cela n’a pas échappé aux dirigeants de Lyria, le consortium ferroviaire franco-suisse qui gère ces circulations transfrontalières et dont SNCF est l’actionnaire majoritaire. Aux yeux du consortium, qui se garde bien de l’exprimer ouvertement, l’un des deux itinéraires est superflu et d’évidence, Pontarlier et Neuchâtel ne font plus le poids face à Berne.

La direction régionale SNCF de Franche-Comté a néanmoins averti récemment Marie-Guite Dufay, d’une hypothèse de suppression, en décembre 2013, de la liaison Lyria Berne – Paris via Neuchâtel, Pontarlier, Frasne et Dole.

Dilemme pour Marie-Guite Dufay

L’ennui, c’est que la capitale du canton de Neuchâtel et la sous préfecture du Doubs, qui ont l’habitude de bénéficier de desserte TGV depuis un quart de siècle, ont déjà perdu le bénéfice du second aller-retour Paris – Berne (supprimé au service 2009 par Lyria qui avait invoqué alors une fréquentation insuffisante). La Région Franche-Comté et le canton de Neuchâtel avaient dû pour éviter d’être isolé du réseau à grande vitesse mettre en place une desserte TER  transfrontalière en correspondance à Frasne sur les TGV Paris – Lausanne.

Si le « principe de réalité » économique l’emporte cette fois encore, Neuchâtel et Pontarlier n’auront plus la moindre relation directe avec Paris. Au plan local de l’aménagement du territoire, le coup serait rude.

Ainsi la président de la Région Franche-Comté, Marie-Guite Dufay, se trouve-t-elle face à un dilemme. Soit elle joue la carte rentable du Rhin-Rhône, dont elle s’est érigée en porte-drapeau près de SNCF, de RFF et de l’État, pour justifier notamment les participations financières conséquentes qu’elle sollicite afin de poursuivre le chantier qui réduira encore le temps de parcours entre Paris et Bâle. Soit elle lui préfère le désenclavement par la grande vitesse d’un secteur moins significatif au plan économique et à plus faible population. Espérer cumuler les deux semble relever du rêve improbable. Le Paris – Berne via Neuchâtel et Pontarlier semble donc condamné à disparaître. Si tel est le cas, la Région Franche-Comté et le canton de Neuchâtel devront à nouveau compenser le désengagement de relier par la mise en place de TER transfrontaliers supplémentaires.

La présidente du Conseil régional de Franche-Comté a réagi au travers du communiqué ci-dessous.

« Un premier TGV Lyria avait déjà été supprimé sur cette ligne en 2009, ce qui avait imposé la mise en place d’une liaison TER de substitution entre Neuchâtel et Frasne. Cette perspective, qui contredit toutes les assurances données par Lyria et la SNCF au cours des dernières années, aurait des conséquences très graves sur le secteur de Pontarlier, qui ne disposerait plus de liaison directe avec la Capitale. Marie-Guite Dufay souhaite que cette hypothèse donne impérativement et rapidement lieu à une large concertation avec les élus des territoires concernés. Elle relève qu’un démenti a été donné il y a quelques jours quant au risque de création d’une desserte Lausanne-Paris via Genève, évoquée lors du dernier Conseil d’administration de la SNCF. La Présidente s’était alors adressée au Président de Lyria pour lui demander des explications. Face à cette situation, Marie-Guite Dufay organisera dans les prochains jours une réunion des élus suisses et français concernés, et demandera des précisions au Président de Lyria. Je ne doute pas que la mobilisation des élus et des usagers soit très forte« .

« Étude de forme »

 Au Conseil régional, certains soupçonnent cette « concertation » avec les élus frontaliers de n’être qu’un simple « cache-sexe » diplomatique, destiné à faire avaler la pilule d’un changement d’itinéraire qui aurait été secrètement prescrit par l’état-major de Lyria. Le directeur régional SNCF en Franche-Comté, Dominique Devin, chargé d’accompagner la phase d’échanges, s’en défend. L’homme jure que « rien n’est acté », qu’il ne s’agit que de « l’étude de forme » d’une « hypothèse ». Il ajoute cependant que « la nouvelle situation nécessite un réexamen de l’existant » et glisse, l’air de rien, « qu’il serait beaucoup plus lourd s’il impactait Dole… »

(Avec macommune.info et L’Est Républicain).

Posted in Bourgogne, Jura, Service 2014, Suisse | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Berne à 4h03 de Paris avec la LGV Rhin-Rhône

Posted by ardsl sur 6 octobre 2012

La capitale helvétique a conservé un aller-retour quotidien TGV direct avec Paris (via Neuchâtel, Pontarlier, Frasne, Dole et Dijon), malgré la mise en service de la LGV Rhin-Rhône qui met Berne à 4h03 de Paris par correspondance à Bâle.

Les horaires indiqués ci-dessous ne tiennent pas compte d’éventuels travaux à venir.

Berne > Paris

  • Quotidien : IR 2504 (Berne 5h04 – Lausanne 6h15) + TGV 9260 (Lausanne 6h22 – Paris gare de Lyon 10h11)
  • Sauf le week-end : IC 704 (Berne 5h34 – Genève 7h15) + TGV 9764 (Genève 7h42 – Paris gare de Lyon 10h49)
  • Quotidien : TGV 9284 (Berne 7h29 – Neuchâtel 8h06/10 – Pontarlier 8h52/55 – Frasne 9h07/23 – Dole 10h05/07 – Dijon 10h37/40 – Paris gare de Lyon 12h18)
  • Quotidien : IC 1060 (Berne 7h34 – Bâle 8h29) + TGV 9206 (Bâle 8h34 – Paris gare de Lyon 11h37)
  • Sauf le week-end : IC 956 (Berne 8h04 – Bâle 8h59) + TER 96218 (Bâle 9h21 – Strasbourg 10h37) + TGV 2356 (Strasbourg 10h46 – Paris Est 13h05).
  • Quotidien : IC 1066 (Berne 9h34 – Bâle 10h29) + TGV 9210 (Bâle 10h34 – Paris gare de Lyon 13h37)
  • Quotidien : IC 1070 (Berne 11h34 – Bâle 12h29) + TGV 9218 (Bâle 12h34 – Paris gare de Lyon 15h37)
  • Quotidien : IC 968 (Berne 12h04 – Bâle 12h59) + IR 90 (Bâle 13h21 – Strasbourg 14h37) + TGV 2358 (Strasbourg 14h46 – Paris Est 17h05)
  • Quotidien : IC 1074 (Berne 13h34 – Bâle 14h29) + TGV 9222 (Bâle 14h34 – Paris gare de Lyon 17h37)
  • Sauf le week-end : IC 974 (Berne 14h04 – Bâle 14h59) + TER 9228 (Bâle 15h21 – Strasbourg 16h37)  + TGV 2360 (Strasbourg 16h46 – Paris Est 19h05)
  • Sauf le samedi : IC 1078 (Berne 15h34 – Bâle 16h29) + TGV 9226 (Bâle 16h34 – Paris 19h37)
  • Quotidien : IC 1078 (Berne 15h34 – Bâle 16h29) + TER 96126 (Bâle 16h39 – Mulhouse 17h10) + TGV 6708 (Mulhouse 17h42 – Paris gare de Lyon 20h37)
  • Quotidien : RE 96454 (Berne 17h23 – Frasne 19h00) + TGV 9272 (Frasne 19h26 – Paris gare de Lyon 22h21)
  • Quotidien : IC 1082 (Berne 17h34 – Bâle 18h29) + TGV 9230 (Bâle 18h34 – Paris gare de Lyon 21h37)
  • Le dimanche : IC 986 (Berne 18h04 – Bâle 18h59) + TER 96240 (Bâle 19h21 – Strasbourg 20h39) + TGV 2474 (Strasbourg 21h46 – Paris gare de Lyon 0h05).

Paris > Berne

  • Sauf le dimanche : TGV 9205 (Paris gare de Lyon 6h15 – Bâle 9h26) + IC 1067 (Bâle 9h31 – Berne 10h27)
  • Sauf le week-end : TGV 9761 (Paris gare de Lyon 7h11 – Genève 10h16) + IC 723 (Genève 10h45 – Berne 12h26)
  • Le week-end : TGV 6467 (Paris gare de Lyon 7h11 – Bellegarde 9h48) + TER 96502 (Bellegarde 10h01 – Genève 10h27) + IC 723 (Genève 10h45 – Berne 12h26)
  • Quotidien : TGV 9261 (Paris gare de Lyon 7h57 – Frasne 10h51) + RE 96439 (Frasne 10h58 – Berne 12h36)
  • Quotidien : TGV 9207 (Paris gare de Lyon 8h23 – Bâle 11h26) + IC 1071 (Bâle 11h31 – Berne 12h27)
  • Quotidien : TGV 9211 (Paris gare de Lyon 10h23 – Bâle 13h26) + IC 1075 (Bâle 13h31 – Berne 14h27)
  • Quotidien : TGV 9769 (Paris gare de Lyon 11h11 – Genève 14h16) + IC 731 (Genève 14h45 – Berne 16h26)
  • Sauf le week-end : TGV 9573 (Paris Est 11h25 – Strasbourg 13h42) + TER 96221 (Strasbourg 13h51 – Bâle 15h09) + IC Bâle (15h31 – Berne 16h27)
  • Sauf le week-end : TGV 9269 (Paris gare de Lyon 11h57 – Vallorbe 15h06) + BUS 164 (Vallorbe 15h13 – Yverdon 15h55) + ICN (Yverdon 16h04 – Neuchâtel 16h22) + RE 3061 (Neuchâtel 16h33 – Berne 17h07)
  • Quotidien : TGV 9773 (Paris gare de Lyon 12h11 – Genève 15h27) + IC 735 (Genève 15h45 – Berne 17h26)
  • Quotidien : TGV 9215 (Paris gare de Lyon 14h23 – Bâle 17h26) + EC 59 (Bâle 17h31 – Berne 18h27)
  • Quotidien : TGV 9215 (Paris gare de Lyon 16h23 – Bâle 19h26) + EC 59 (Bâle 19h31 – Berne 20h27)
  • Quotidien : TGV 9287 (Paris gare de Lyon 17h57 – Dijon 19h34/37 – Dole 20h07/09 – Frasne 20h52/58 – Pontarlier 21h09/11 – Neuchâtel 21h52/58 – Berne 22h30)
  • Quotidien : TGV 9215 (Paris gare de Lyon 18h23 – Bâle 21h26) + EC 59 (Bâle 21h31 – Berne 22h27)
  • Quotidien : TGV 9785 (Paris gare de Lyon 19h11 – Genève 22h19) + IR 2501 (Genève 22h56 – Berne 0h59).

Travaux

Les 17 et 18 avril le TGV 9287 a été détourné. Le trajet pour les voyageurs à destination de Berne a été rallongé de 35 minutes supplémentaires.

Les RE 96439 et 96454 sont supprimés entre Neuchâtel et Berne les 6 et 7 octobre.

Posted in Service 2012, Suisse, Travaux | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Les trains-hôtels Zürich – Barcelone et Milan – Barcelone vont disparaître

Posted by ardsl sur 3 octobre 2012

Les trains-hôtels nocturnes Zürich – Barcelone et Milan – Barcelone seront supprimés définitivement dès le 8 décembre 2012. RENFE et SNCF, qui exploitent ces dessertes par l’intermédiaire du GEIE Elipsos.

Ces suppressions interviennent avant même l’ouverture de la LGV Barcelone – Figueras qui devrait intervenir dans le courant du second semestre 2012. Les dessertes Zürich – Barcelone et Milan – Barcelone sont supprimés avec le passage au service 2013. Un répit est en revanche accordé aux dessertes Paris – Barcelone et Paris – Madrid, jusqu’à l’ouverture de la LGV Barcelone – Figueras.

Les dernières circulations au départ de Barcelone pour Zürich et Milan sont programmés pour jeudi 6 décembre. Les derniers départs de Zürich et Milan sont prévus pour vendredi 7 décembre.

L’avis de décès ne mentionne pas la raison de la mort des ces trains.

Néanmoins, Julio Gomez Pomar, président de RENFE avait fait passé le message suivant le 25 mai 2012. Les trains-hôtels nocturnes que fait circuler RENFE dans la péninsule ibérique et en Europe du Sud lui coûtent cher et, comme la demande est en baisse sensible, l’opérateur envisage de ne plus les exploiter lui-même. Les relations visées étaient  les relations avec du matériel Talgo de Madrid vers la Galice, ainsi que les relations internationales : celles au départ de la capitale espagnole vers Lisbonne et Paris comme celles depuis Barcelone vers Paris, Zurich et Milan. Les trains avec la France sont exploités avec SNCF via un GEIE baptisé Elipsos.

À l’ouverture de la LGV Barcelone – Figueras, les trains-hôtels devraient être remplacés par des TGV. Des relations Paris – Barcelone et Paris – Madrid sont prévues. Une relation TGV Genève – Barcelone verra également le jour. En revanche, aucune relation entre Milan et Barcelone ne sera mise en place.

On ignore à ce jour, si un service iDBUS sera mis en place après l’enterrement des trains hôtels Zürich – Barcelone et Milan – Barcelone.

Posted in Espagne, Genève, Italie, Service 2012, Service 2013, SNCF, Suisse, Valais | Tagué: , , , , , , , , , , , , , | 5 Comments »

Cars complets : veuillez descendre !

Posted by ardsl sur 2 octobre 2012

Les cars TER sont de mieux en mieux remplis au départ de La Roche-sur-Foron et parfois même complets.

De plus en d’usagers pour les transports publics. Il n’est pas rare de voir désormais des cars TER ou des cars interurbains refuser des passagers ! Illustration avec deux cas de figures.

Vendredi 21 septembre 14h12 à La Roche-sur-Foron. C’est l’heure de départ du car TER 49887 à destination de Genève Eaux-Vives (via Annemasse). De nombreux voyageurs, dont des scolaires regagnant Annemasse ou le Chablais, chargent leurs bagages dans les soutes du car. Le conducteur du car laisse monter l’ensemble des passagers, avant de constater que 10 personnes n’ont pas trouvé de places assises. Il descend de car et part chercher un agent SNCF en gare. Les voyageurs restés debout sont invités à descendre et à attendre le train suivant prévu à 14h52. Le car peut alors prendre la direction d’Annemasse. Il est 14h22.

Christine Jalicot, chargée d’axe TER pour la Haute-Savoie, signale qu’une « vigilance particulière ainsi qu’un suivi » vont être mis en place. Elle ajoute que « ce car n’a pas été repéré comme sous capacitaire« . Ce car semble être de plus en plus utilisé par des voyageurs en correspondance à La Roche-sur-Foron avec le TER 884113 (Annecy 13h32 – Saint-Gervais 14h57) qui arrive à La Roche à 14h06.

Dimanche 30 septembre 18h55 à Lons-le-Saunier. C’est l’heure de départ du car 53512 à destination de Dole (via Sellières, Tassenières et Le Deschaux). La ligne Lons-le-Saunier – Dole fait partie du réseau Jura Go du Conseil général du Jura. Les voyageurs SNCF sont acceptés sur cette ligne en vertu d’une convention entre le CG39, la Région Franche-Comté et SNCF. Ce car arrive à 19h55 à Dole et assure la correspondance avec le TGV 9272 (Dole 20h09 – Paris 22h21) en provenance de Lausanne. Le transport est assuré par Monts Jura Autocars.

« Je suis monté dans le bus, j’ai payé ma place. Au bout d’un moment, comme il y avait trop de monde, le chauffeur a demandé aux gens qui n’avaient pas de correspondance TGV à Dole de descendre. Pour laisser la place à ceux qui avaient un train à prendre. On ne nous a pas remboursés, on nous a dit qu’un taxi allait nous récupérer », rapporte Jimmy Bresillon. Il fait partie des 7 personnes qui se sont retrouvées sur le quai, alors qu’il avait pris son billet pour rejoindre Dole par le bus de 18h55.

Ces personnes ont attendu en vain le taxi promis en compagnie de trois autres jeunes de 16 ans qui avaient payé leurs places. Finalement, c’est un autre conducteur de car, qui avait fini son service et devait rentrer à vide sur Dole, qui a accepté de les emmener. Une heure plus tard selon notre témoin, une vingtaine de minutes d’après le transporteur. « Le problème de ce dimanche, c’est qu’il n’y avait pas de taxi disponible », explique Marc-Olivier Chauvet, chef des centres de Lons et Dole de Monts Jura Autocars. « Nous n’aimons pas laisser des passagers à quai. Mais il est très difficile d’organiser ce service. Nos bus font cinquante-sept places et la SNCF ne nous donne pas d’élément pour nous permettre des prévisions. Ca n’est pas faute de les demander. On ne peut pas savoir à l’avance combien elle va nous envoyer de clients. La plupart du temps, ça va. Lorsque cela ne passe pas, nous faisons appel à des taxis et c’est nous qui payons. C’est ce qui s’est passé la semaine dernière, par exemple », se défend cadre de Monts Jura autocars. Il ajoute que « dans le cadre de la délégation de service public qui nous a été confiée par le département, nous mettons les moyens qu’il faut en face de la demande. »

Cette situation est aussi le résultat d’une mauvaise organisation du service TER par la Région Franche-Comté qui persiste à faire passer les usagers de Lons-le-Saunier se rendant à Paris par Dole, un trajet qui oblige à emprunter les cars du Conseil général du Jura entre Lons-le-Saunier et Dole, alors que le trajet le plus rapide pour aller de Lons-le-Saunier à Paris consiste à transiter par Bourg-en-Bresse. Mais délibérément, la Région Franche-Comté refuse de mettre en correspondance les TER Lons-le-Saunier – Bourg-en-Bresse avec les TGV Bourg-en-Bresse – Paris.

(Avec Le Progrès).

Posted in Fréquentation, Genève, Genevois, Jura, Matériel, Vallée de l'Arve | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Des TGV Paris – Lausanne via Genève en 2014 ?

Posted by ardsl sur 2 octobre 2012

Lyria pourrait mettre en place une desserte Paris – Lausanne via Genève au service 2014. Ce sujet a été évoqué jeudi 27 septembre lors du conseil d’administration de SNCF.

Le dernier conseil d’administration de SNCF s’est tenu jeudi 27 septembre dans la matinée. Le devenir des relations avec la Suisse était à l’ordre du jour.

SNCF et les CFF travaillent en partenariat sur les dessertes TGV entre la France et la Suisse, via leur société commune Lyria.

Pour le service 2013, Lyria récupère l’exploitation des TGV Genève – Marseille et Genève – Nice (lire). Le TGV Genève – Montpellier sera prolongé en Espagne, à l’ouverture de la LGV Figueras – Barcelone (lire). Cette relation ne tombe pas dans le giron de Lyria, mais dans celui de Gala, la société commune entre SNCF et RENFE qui exploitera les nouvelles dessertes avec l’Espagne.

Pour le service 2014, les CFF doivent présenter à SNCF un projet d’exploitation de deux allers-retours Genève – Lausanne, en prolongement des Paris – Genève actuels. Cette disposition entraînerait la suppression d’un ou plusieurs allers-retours Paris – Dijon – Dole – Frasne – Vallorbe – Lausanne.

Avec un tel scénario, Lyria ferait des économies conséquentes (sur les péages payés et les effectifs de personnels) sur l’exploitation des dessertes entre Paris et la Suisse romande. Les réductions des frais d’exploitation ont d’ailleurs déjà commencé sur la desserte Paris – Genève. Un aller-retour a été supprimé 4 jours par semaine entre le 23 juillet et le 24 août. Un aller-retour est également supprimé tous les samedis depuis le 14 juillet (lire). Des réductions de fréquences sont introduites au service 2013 sur les relations Paris – Genève avec le passage de 9 à 8 allers du lundi au jeudi (lire). Ainsi la fréquence de base, entre Paris et la Suisse romande sera au service 2013 de 13 allers-retours :

  • 8 AR Paris – Bellegarde – Genève
  • 4 AR Paris – Dijon – Lausanne,
  • 1 AR sur Neuchâtel avec prolongement à Berne et Interlaken.

Si le scénario envisagé par les CFF et SNCF voyait le jour au service 2014, la fréquence de base entre Paris et la Suisse romande serait alors au service 2014 de 11 à 12 allers-retours :

  • 8 AR sur Paris – Bellegarde – Genève (dont 2 AR prolongés à Lausanne).
  • 2 à 3 AR Paris – Dijon – Lausanne.
  • 1 AR sur Neuchâtel avec prolongement à Berne et Interlaken.

Les élus de Franche-Comté s’opposent à ce projet

Lors du conseil d’administration de SNCF, Françoise Branget, conseillère régionale UMP  de Franche-Comté et ancienne députée du Doubs s’est vivement opposée à cette proposition « qui contribuerait à isoler un peu plus Dole, qui fait déjà les frais de la mise en place de la LGV Rhin-Rhône ».

Guillaume Pépy, président de SNCF, s’est engagé personnellement à apporter des solutions afin de garantir les meilleures conditions possibles de desserte des territoires francs-comtois concernés.

Dans un communiqué, la conseillère régionale juge qu’une telle décision, si elle se concrétisait, « serait incompréhensible en terme d’équité du maillage ferroviaire des territoires du Jura et du Haut-Doubs, et notamment de la desserte de Frasne et Pontarlier ».

(Avec Le Progrès).

Posted in Ain, Bourgogne, CFF, Genève, Jura, Service 2012, Service 2013, Service 2014, SNCF, Suisse, Vaud | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 3 Comments »

Un bus lausannois se retrouve partiellement dans le vide

Posted by ardsl sur 2 octobre 2012

Un trolleybus lausannois a raté sa boucle au terminus de la Maladière vendredi 28 septembre. Il a quitté sa trajectoire, dépassé la barrière de sécurité pour finir sa course partiellement dans le vide. Le conducteur, blessé, a été emmené au CHUV.

Les causes de l’accident, qui s’est produit vendredi 28 septembre vers 8h35 sont encore peu claires. Le bus articulé était seul en cause, précise la police lausannoise dans un communiqué. Il repartait du terminus de la Maladière, une esplanade surplombant le giratoire du même nom, lorsqu’il est entré en collision avec la barrière de sécurité côté avenue de Montoie.

Le trolleybus a franchi la barrière d’un ou deux mètres et s’est immobilisé avec l’avant dans le vide. Un élément de la barrière a perforé l’avant de l’habitacle, blessant le chauffeur sérieusement aux jambes.

Le conducteur a reçu les premiers soins sur place avant d’être désincarcéré par les pompiers, puis a été emmené en ambulance au CHUV.

« À notre connaissance, seuls deux passagers étaient dans le bus au moment de l’accident. Ils n’ont pas été blessés« , a indiqué Michelle Bohin, porte-parole des Transports publics de la région lausannoise (TL).

Une enquête a été ouverte pour déterminer les causes de l’accident.

(Avec ATS).

Posted in Vaud | Tagué: , , , , , | Leave a Comment »

Nombreuses oppositions au projet de pôle muséal à la gare de Lausanne

Posted by ardsl sur 2 octobre 2012

Le projet de pôle muséal vaudois à la gare de Lausanne ne laisse pas indifférent. Dix-huit oppositions ont été dénombrées à l’issue du délai de mise à l’enquête.

Au terme de la mise à l’enquête du projet de Pôle muséal vaudois, 18 oppositions ont été déposées contre le nouveau Musée cantonal des Beaux-Arts qui doit voir le jour près de la gare de Lausanne. Ces oppositions – 14 provenant de particuliers et 4 d’associations – seront traitées d’ici à la fin de l’année.

Nombreux thèmes

Les thèmes abordés sont notamment les compensations financières des riverains, la mobilité, le périmètre concerné, l’incompréhension des mutations propres aux activités des CFF (l’avenir du site), l’urbanisme et la protection du patrimoine bâti, note le communiqué.

Les quatre associations sont l’Association Transport et Environnement (ATE), le Mouvement de défense de Lausanne (MDL), Patrimoine suisse et le Collectif Gare, précise Michael Fiaux, porte-parole du Département formation, jeunesse et culture.

« Quartier des arts »

« On ne veut pas commenter plus avant les oppositions » pour le moment, ajoute-t-il en parlant d’une nécessaire « profondeur d’analyse« . Ce travail devrait durer environ trois mois et sera suivi par la décision du département de Béatrice Métraux. Ensuite, des recours au Tribunal administratif, voire au Tribunal fédéral, sont possibles.

Le plan d’affectation cantonal (PAC) du pôle muséal avait été mis à l’enquête jusqu’au 24 septembre. Le PAC doit permettre de réaliser « un véritable quartier des arts » en requalifiant le site des halles aux locomotives CFF, à côté de la gare.

(Avec ATS).

Posted in Associations, Vaud | Tagué: , , , , , , , | Leave a Comment »

Neuchâtel seulement à 3h49 de Paris à compter du 9 décembre

Posted by ardsl sur 1 octobre 2012

Le TGV Berne – Paris reste fort utile pour Neuchâtel et ses 33000 habitants, tout comme les 2 allers-retours TER  Neuchâtel – Frasne en correspondance avec les TGV Lausanne – Paris. Cela garantit des temps de parcours autour de 4h et même moins à compte du compter du 9 décembre.

Les horaires indiqués ci-dessous ne tiennent pas compte d’éventuels travaux. Voir notamment les travaux affectant la circulation des TGV Paris – Lausanne et Paris – Berne.

Neuchâtel > Paris gare de Lyon (jusqu’au 8 décembre)

  • Quotidien : RE 96436 (Neuchâtel 6h07 – Frasne 7h04) + TGV 9260 (Frasne 7h17 – Paris 10h11)
  • Quotidien : TGV 9284 (Neuchâtel 8h10 – Pontarlier 8h52/55 – Frasne 9h07/23 – Dole 10h05/07 – Dijon 10h37/40 – Paris 12h18)
  • Sauf le dimanche : R 5129 (Neuchâtel 10h37 – Bienne 11h08) + RE 2673 (Bienne 11h12 – Delle 12h24) + BUS 71000 ou 71006 (Delle 12h30 – Belfort TGV 12h56) + TGV 9218 (Belfort TGV 13h20 – Paris 15h37)
  • Le dimanche : R 5129 (Neuchâtel 10h37 – Bienne 11h08) + RE 2673 (Bienne 11h12 – Delle 12h24) + BUS 71002 (Delle 12h31 – Belfort TGV 12h57) + TGV 9218 (Belfort TGV 13h20 – Paris 15h37)
  • Sauf le week-end : ICN 518 (Neuchâtel 11h37 – Yverdon 11h54) + BUS 159 (Yverdon 12h08 – Vallorbe 12h46) + TGV 9268 (Vallorbe 13h01 – Paris 16h17).
  • Le week-end : ICN 518 (Neuchâtel 11h37 – Yverdon 11h54) + BUS 255 (Yverdon 12h00 – Vallorbe 12h53) + TGV 9268 (Vallorbe 13h01 – Paris 16h17).
  • Quotidien : R 5139 (Neuchâtel 12h37 – Bienne 13h08) + RE 2677 (Bienne 13h21 – Delémont 13h40) + S3 17351 (Delémont 13h43 – Bâle 14h22) + TGV 9222 (Bâle 14h34 – Paris 17h37)
  • Sauf le samedi : ICN 522 (Neuchâtel 13h37 – Genève 14h46) + TGV 9776 (Genève 15h42 – Paris 18h49)
  • Sauf le samedi : R 5149 (Neuchâtel 14h37 – Bienne 15h08) + RE 2683 (Bienne 15h12 – Delémont 15h40) + S3 17361 (Delémont 15h43 – Bâle 16h22) + TGV 9226 (Bâle 16h34 – Paris 19h37)
  • Quotidien : ICN 624 (Neuchâtel 14h37 – Genève 15h46) + TGV 9778 (Genève 16h29 – Paris 19h49).
  • Sauf le samedi : RE 2776 (Neuchâtel 15h32 – Le Locle 16h08) + TER 96422 (Le Locle 16h18 – Besançon Viotte 17h59) + TGV 6765 (Besançon Viotte 18h34 – Paris 21h07).
  • Les vendredis et dimanches : ICN 1626 (Neuchâtel 15h34 – Lausanne 16h15) + TGV 9270 (Lausanne 16h25 – Paris 20h21).
  • Le vendredi : ICN 526 (Neuchâtel 15h37 – Yverdon 15h54) + BUS 167 (Yverdon 16h15 – Vallorbe 16h53) + TGV 9270 (Vallorbe 17h01 – Paris 20h21)
  • Le dimanche : ICN 526 (Neuchâtel 15h37 – Genève 16h46) + TER 96570 (Genève 17h29 – Bellegarde 17h56) + TGV 6504 (Bellegarde 18h10 – Paris 20h49).
  • Sauf le dimanche : R 5157 (Neuchâtel 16h37 – Bienne 17h08) + RE 2687 (Bienne 17h12 – Delle 18h24) + BUS 71001 ou 71006 (Delle 18h30 – Belfort TGV 18h56) + TGV 9230 (Belfort TGV 19h21 – Paris 21h37)
  • Le dimanche : R 5157 (Neuchâtel 16h37 – Bienne 17h08) + RE 2687 (Bienne 17h12 – Delle 18h24) + BUS 71007 (Delle 18h31 – Belfort TGV 18h57) + TGV 9230 (Belfort TGV 19h21 – Paris 21h37)
  • Quotidien : RE 96454 (Neuchâtel 18h04 – Frasne 19h00) + TGV 9272 (Frasne 19h26 – Paris 22h21).

Neuchâtel > Paris gare de Lyon(à compter du 9 décembre)

  • Quotidien : RE 96436 (Neuchâtel 6h07 – Travers 6h26/27 – Pontarlier 6h51 – Frasne 7h04) + TGV 9260 (Frasne 7h16 – Dole 7h59/8h01 – Dijon 8h22/25 – Paris 10h01).
  • Quotidien : TGV 9284 (Neuchâtel 8h10 – Pontarlier 8h52/55 – Frasne 9h07/18 – Dole 10h01/03 – Dijon 10h26/35 – Paris 12h11).
  • Quotidien : RE 96454 (Neuchâtel 18h04 – Travers 18h21/23 – Pontarlier 18h47 – Frasne 19h00) + TGV 9272 (Frasne 19h16 – Paris 22h02).

D’autres trajets seront possibles (par Delle, Vallorbe, Bâle, Genève, Le Locle ou Lausanne), mais avec de parcours autour de 5h.

Paris gare de Lyon > Neuchâtel(jusqu’au 8 décembre)

  • Sauf le dimanche : TGV 9205 (Paris 6h15 – Belfort TGV 8h38) + BUS 71002 ou 71004 (Belfort TGV 9h02 – Delle 9h29) + RE 2662 (Delle 9h33 – Bienne 10h48) + R 5128 (Bienne 10h52 – Neuchâtel 11h23)
  • Quotidien : TGV 9261 (Paris 7h57 – Frasne 10h51) + RE 96439 (Frasne 10h58 – Neuchâtel 11h52)
  • Sauf le dimanche : TGV 9765 (Paris 9h11 – Genève 12h16) + ICN 629 (Genève 13h14 – Neuchâtel 14h22)
  • Quotidien : TGV 9211 (Paris 10h23 – Bâle 13h26) + S3 17342 (Bâle 13h37 – Delémont 14h17) + RE 2674 (Delémont 14h20 – Bienne 14h48) + R 5148 (Bienne 14h52 – Neuchâtel 15h23)
  • Quotidien : TGV 9769 (Paris 11h11 – Genève 14h16) + ICN 635 (Genève 15h14 – Neuchâtel 16h22)
  • Sauf le week-end : TGV 9269 (Paris 11h57 – Vallorbe 15h06) + BUS 164 (Vallorbe 15h13 – Yverdon 15h55) + ICN 635 (Yverdon 16h04 – Neuchâtel 16h22)
  • Quotidien : TGV 9773 (Paris 12h11 – Genève 15h27) + ICN 637 (Genève 16h14 – Neuchâtel 17h22)
  • Sauf le dimanche : TGV 9215 (Paris 14h23 – Belfort TGV 16h39) + BUS 71003 ou 71004 (Belfort TGV 16h52 – Delle 17h19) + RE 2686 (Delle 17h33 – Bienne 18h48) + R 5174 (Bienne 18h52 – Neuchâtel 19h23)
  • Le dimanche : TGV 9215 (Paris 14h23 – Belfort TGV 16h39) + BUS 71008 (Belfort TGV 17h03 – Delle 17h30) + RE 2686 (Delle 17h33 – Bienne 18h48) + R 5174 (Bienne 18h52 – Neuchâtel 19h23)
  • Quotidien : TGV 9273 (Paris 15h57 – Frasne 18h54) + RE 96455 (Frasne 19h05 – Neuchâtel 20h11)
  • Quotidien : TGV 9287 (Paris 17h57 – Dijon 19h34/37 – Dole 20h07/09 – Frasne 20h52/58 – Pontarlier 21h09/11 – Neuchâtel 21h52)
  • Quotidien : TGV 9215 (Paris 18h23 – Bâle 21h26) + IC 1093 (Bâle 21h31 – Olten 21h55) + IR 2142 (Olten 22h03 – Bienne 22h45) + R 5192 (Bienne 22h52 – Neuchâtel 23h23)
  • Quotidien : TGV 9785 (Paris 19h11 – Genève 22h19) + IR 1749 (Genève 22h33 – Lausanne 23h12) + ICN 1649 (Lausanne 23h45 – Neuchâtel 0h25).

Paris gare de Lyon > Neuchâtel(à partir du 9 décembre)

  • Quotidien : TGV 9261 (Paris 8h03 – Dijon 9h34/37 – Dole 10h00/02 – Frasne 10h44) + RE 96439 (Frasne 10h55 – Pontarlier 11h08 – Travers 11h31/33 – Neuchâtel 11h52)
  • Quotidien : TGV 9273 (Paris 15h58 – Dijon 17h34/37 – Dole 17h59/18h01 – Frasne 18h44) + RE 96455 (Frasne 19h08 – Pontarlier 19h27 – Travers 19h49/50 – Neuchâtel 20h11)
  • Quotidien : TGV 9287 (Paris 17h57 – Dijon 19h34/37 – Dole 20h00/02 – Frasne 20h44/52 – Pontarlier 21h03/11 – Neuchâtel 21h52).

D’autres trajets seront possibles (par Delle, Vallorbe, Bâle, Genève, Le Locle ou Lausanne), mais avec de parcours autour de 5h.

Posted in Service 2012, Service 2013, Suisse | Tagué: , , , , , , , , , , , | 1 Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :