ARDSL Association Rail Dauphiné Savoie Léman

Le blog des usagers

Posts Tagged ‘Le Bourget-du-Lac’

Aix-les-Bains : le réseau Ondéa perturbé par une grève

Posted by ardsl sur 8 octobre 2012

Une partie des conducteurs du réseau Ondéa a débuté lundi 1er octobre un mouvement de grève. Ils veulent une augmentation des salaires et une amélioration des conditions de travail.

Le trafic est assuré à 100% samedi 6, dimanche 7 et lundi 8 octobre.

Liste des courses supprimées vendredi 5 octobre :

  • ligne 1 : Lafin 7h30 – Lycée Marlioz 7h55.
  • ligne 2 : Pont-Rouge 7h15 – Centre commercial de Marlioz  7h43.

Liste des courses supprimées mercredi 3 octobre :

  • ligne 1 : Lycée Marlioz 7h05 – Collège Grésy 7h40 et Collège Grésy 7h45 – Lafin 7h55.
  • ligne 2 : Pont-Rouge 7h15 – Centre commercial de Marlioz  7h43.
  • ligne 3 : Collège Garibaldi 705 – Lycée Marlioz 7h42.
  • ligne 12 : Mouxy 7h22 – Lycée Marlioz 7h46.

Liste des courses supprimées mardi 2 octobre :

  • ligne 1 : Laffin 7h30 – Lycée Marlioz 7h55 et Lycée Marlioz 19h26 – Lafin 19h45.
  • ligne 2 :  Centre commercial de Marlioz  7h13 – Pont-Rouge 7h35.
  • ligne 3 : Lycée Marlioz 7h22 – Collège Garibaldi 8h00.
  • ligne 4 : Les Confins 7h42 – Lycée Marlioz 8h24.
  • ligne 7 : Grésy mairie 7h25 – Collège Grésy 7h47 et Grésy mairie 7h55 – Collège Grésy 8h17.
  • ligne 11 : Sérarges 7h05 – Gare SNCF 7h30 .
  • ligne 17 : Grésy Mairie 7h05 – Lycée Marlioz 7h46.

15 conducteurs sur 34 ont suivi ce mouvement lundi 1er octobre. Il se traduit par un débrayage. Certains conducteurs n’assurent pas la première course prévue à leur service. En conséquence, les courses suivantes ont été supprimées :

  • ligne 1 : Laffin 6h30 – Plage du Bourget 7h10
  • ligne 2 :  Pont-Rouge 6h15 – Centre commercial de Marlioz 6h40, Centre commercial de Marlioz 6h40 – Pont-Rouge 7h02, Centre commercial de Marlioz  7h13 – Pont-Rouge 7h35, Centre commercial de Marlioz 18h03 – Pont-Rouge 18h27 et centre commercial de Marlioz 18h40 – Pont-Rouge 19h04.
  • ligne 4 : Les Confins 7h00 – Lycée Marlioz 7h46.
  • ligne 6 : Massonats 7h05 – Lycée Marlioz 7h38.
  • ligne 8 : Gare SNCF 7h05 – Méry Forunet 7h25 et Méry Fournet 7h25 – Gare SNCF 7h50.
  • ligne 12 : Lycée Marlioz 11h10 – Mouxy Angolet 11h34.
  • ligne 17 : Grésy Mairie 7h05 – Lycée Marlioz 7h46.
  • ligne 18 :  Collège Garibaldi 15h50 – Lycée Marlioz 16h07.

Une réunion entre la direction de Keolis et les grévistes a eu lieu mardi 2 octobre.

Le préavis de grève court jusqu’au 31 décembre.

(Avec France Bleu Pays de Savoie).

Publicités

Posted in Grèves, Savoie | Tagué: , , , , , | Leave a Comment »

L’ADTC Savoie plutôt satisfaite de la réorganisation du réseau de bus de Chambéry

Posted by ardsl sur 4 septembre 2012

Le réseau STAC des bus de l’agglomération chambérienne a été réorganisé le 3 septembre (lire). La nouvelle offre est saluée par les usagers. L’ADTC Savoie émet quelques critiques sur la desserte du Bourget-du-Lac et fait déjà des propositions d’amélioration pour les prochaines années.

L’ADTC Savoie estime que les lignes 1, 2 et 3, avec une fréquence d’au moins un bus toutes les 12 à 15 minutes, toute la journée, du lundi au samedi constituent désormais enfin une alternative crédible et lisible à l’usage de la voiture en ville.

Autre bon point décerné à Chambéry Métropole par l’ADTC Savoie, la bonne desserte du parking relais de Sonnaz par la ligne 1 avec un bus toutes les 3 à 12 minutes).

La mise en place d’un réseau de soirée constitue « un réel progrès » pour l’ADTC Savoie.

La ligne 2 cristallise les critiques

L’ADTC Savoie se réjouit de la création de la nouvelle ligne 2. Cadencée à 15 minutes toute la journée, y compris le samedi, elle améliore la desserte des campus de Jacob et du Bourget en heure creuse, ainsi que celle de Chamnord et des Landiers. Cependant, deux insuffisances viennent handicaper cette nouvelle ligne :

  • une fréquence à 15 minutes en heure de pointe entre les Éléphants et le campus de Jacob notoirement insuffisante. L’association savoyarde rappelle que l’ancienne ligne 9 offrait un bus toutes les 5 à 10 minutes sur cette relation.
  • une fréquence à 30 minutes insuffisante entre Savoie Technolac et le centre-ville du Bourget-du-Lac. Avec l’ancien réseau, la fréquence était d’un bus toutes les 10 à 25 minutes. L’ADTC Savoie demande à la CALB (Communauté d’Agglomération du Lac du Bourget) de financer une cadence au quart d’heure.

Dans le cadre du développement du réseau STAC dans les prochaines années, l’ADTC Savoie suggère d’améliorer le service dominical et de prolonger le réseau de soirée jusqu’à minuit.

Posted in Associations, Savoie | Tagué: , , , , , , , , | Leave a Comment »

Éliane Giraud devient vice-présidente de la Région Rhône-Alpes chargée des transports

Posted by ardsl sur 13 juillet 2012

Éliane Giraud

Éliane Giraud succède à Bernadette Laclais, qui a démissionné.

Le président de la Région Rhône-Alpes, Jean-Jack Queyranne a procédé jeudi 12 juillet a une recomposition de son exécutif. Sa première-vice présidente chargée des transports, Bernadette Laclais, a démissionné de son mandat de conseillère régionale. Elle a été élue en juin 2012 députée de la quatrième circonscription de Savoie. Bernadette Laclais reste maire de Chambéry.

La première vice-présidence est dorénavant occupée par Sylvie Gillet De Thorey. La maire de Meythet conserve sa vice-présidence aux lycées.

Éliane Giraud, membre du PS, élue de l’Isère récupère la vice-présidente aux transports. Elle devient cinquième vice-présidente de la Région chargée des transports et de l’administration général. Elle était auparavant conseillère déléguée à l’administration générale et aux parcs naturels régionaux

Donné favori à la succession de Bernadette Laclais, Édouard Simonian (maire du Bourget-du-Lac, président du comité de ligne Annecy / Chambéry / Culoz / Saint-André-le-Gaz), obtient un lot de consolation en récupérant le poste de conseiller délégué aux parcs naturels régionaux.

Posted in Politique | Tagué: , , , , , , , , | Leave a Comment »

Alain Caraco : « la ligne nouvelle du Lyon – Turin est un instrument qui nous permettra de faire de la desserte régionale moyenne distance rapide et attractive »

Posted by ardsl sur 15 juin 2012

Les électeurs de la première circonscription de la Savoie (centrée sur Aix-les-Bains) devaient départager dimanche 17 juin Alain Caraco (EÉLV, soutenu par le PS, candidat de la majorité présidentielle) et Dominique Dord (UMP, sortant). Le député sortant a été réélu avec 59% des voix. Les questions de transports étaient au cœur des enjeux électoraux. Dominique Dord et Alain Caraco sont favorables au projet de ligne nouvelle entre Lyon et Turin.

Le député réélu, l’UMP, Dominique Dord (qui cumule cette fonction avec son poste de maire d’Aix-les-Bains et de président de la Communauté d’agglomération du lac du Bourget) mettait en avant dans ses documents de campagne (où ne figure aucune référence à son appartenance à l’UMP, parti dont il est le trésorier) sa mobilisation sur des « dossiers stratégiques comme le Lyon – Turin marchandises« . Dominique Dord veut donner la priorité aux marchandises pour « enlever un million de camions de nos autoroutes savoyardes« .

Il s’oppose aux aménagements prévus pour les trains de voyageurs. « La ligne nouvelle pour les voyageurs peut et doit attendre. Une dizaine de minutes gagnées par les voyageurs entre Lyon et Chambéry ne justifie pas la dépense extravagante« , avance le député sortant. Il poursuit en estimant que « les trains de marchandises doivent disparaître au plus vite de la ligne historique qui passa au bord du lac du Bourget« .

Dominique Dord propose un réaménagement « à moindre frais la ligne Lyon – Saint-André-le-Gaz – Chambéry pour gagner quelques minutes« . Le candidat UMP est opposé au contournement autoroutier de La Motte-Servolex et Chambéry.

Son adversaire, Alain Caraco défendait le Lyon – Turin dans sa composante fret, mais aussi dans sa composante voyageurs. Il a livré sa vision des transports dans une interview à La Voix des Allobroges. Extraits.

N’est-ce pas antinomique de défendre un projet de société écologiste en faisant cause commune avec un PS productiviste pour qui la croissance économique est la seule solution pour sortir de la crise ?

Alain Caraco : « Si les écologistes et les socialistes étaient absolument d’accords sur tout, il n’y aurait qu’un parti. Reste que les écologistes sans les socialistes resteront marginaux encore assez longtemps, et que les socialistes sans les écologistes ne feront jamais de majorité. On a besoin de s’entendre et, fort heureusement, ce qui nous rapproche est bien plus important que ce qui nous sépare. La croissance du stress, des déchets, je n’en veux pas. Par contre, la croissance de la production des énergies renouvelables, du réseau de transport en commun, d’un service public qui assure l’éducation et la sécurité, je suis pour tout en étant écologiste. Cela ne me pose aucun problème. »

La croissance voulue par le PS fait plutôt référence à la relance d’une politique industrielle…

« Il faut une politique industrielle. On a besoin d’un appareil productif pour les énergies renouvelables. Par exemple, il n’y a quasiment pas de vélo à assistance électrique produit en France, alors qu’il y aurait un marché extraordinaire. Donc il y a beaucoup de choses à concilier. Quand une région veut acheter des nouvelles rames de TER, le temps d’attente est de trois ans entre la commande et la livraison, parce que l’appareil productif est sous dimensionné en France. Parallèlement, l’industrie de l’automobile est surdimensionnée et en surproduction. Il y a une reconversion à faire qui profitera à tout le monde. »

Si vous êtes élu, quel serait votre premier geste de député ?

« C’est le transport du quotidien : il nous faut une communauté de transport, c’est-à-dire une offre unifiée en matière d’itinéraire, de tarifs et d’informations. »

Et au niveau du projet TGV Lyon – Turin, quelle est votre position ?

« Aujourd’hui, on a un vrai problème de transport de voyageurs et de marchandises entre la région lyonnaise et les Alpes du Nord. Les infrastructures ferroviaires existantes sont insuffisantes pour gérer l’ensemble du trafic, donc on ne fera pas l’économie d’une infrastructure nouvelle. C’est la nécessité du projet. »

Pourtant, dans l’avant-pays savoyard, la contestation du projet prend de l’ampleur depuis quelques semaines…

« Il faut écouter les habitants concernés et aller plus loin dans les études d’impacts pour trouver des solutions aux pollutions. Ensuite, il y aura forcément des expropriations, et elles doivent se faire de façon humaine. Enfin, ce projet ne doit pas rester isolé du reste du réseau ferré : il doit permettre d’augmenter la cadence des trains TER entre Lyon et Chambéry et permettre aux gens de ne plus prendre leur voiture. »

Donc pour vous, il n’est toujours pas question de remettre en cause le Lyon – Turin ?

« Cela fait 20 ans que ce projet est dans les cartons. Cela fait 20 ans qu’on dit que c’est pour dans 20 ans. On a laissé passer plein d’occasions. Alors est-ce que le projet actuel est parfait ? Sûrement pas. Mais si on le laisse encore passer, est-ce qu’on aura une chance faire un meilleur projet dans un délai raisonnable ou plutôt le risque élevé de faire circuler des voitures ? Avec ensuite le besoin d’aller chercher les gaz de schistes parce qu’il faudra bien les alimenter, et de faire le contournement autoroutier de Chambéry parce qu’il faudra bien les faire passer quelque part… À mon avis, le risque de ne pas le faire est plus important que de le faire le Lyon – Turin. »

Ce n’est pas l’avis du groupe EÉLV à la Région qui ne soutient plus ce projet depuis quelques semaines…

« Le projet est desservi par son nom. Il n’y aura pas beaucoup de trajets voyageurs entre Lyon et Turin. En revanche, il sera indispensable pour améliorer les liaisons inter-cités régionales, on n’a pas le choix. Elles sont bien plus importantes pour l’avenir de notre région que le bout en bout Lyon – Turin ou Paris – Milan. C’est pour cela que je défends le projet. »

Justement, pourquoi ne pas se concentrer tout de suite sur le développement de la desserte régionale ferroviaire ?

« La ligne nouvelle du Lyon-Turin est un instrument qui nous permettra de faire de la desserte régionale moyenne distance rapide et attractive. Elle libérera les lignes classiques pour faire de la desserte régionale courte distance. »

Alain Caraco est notamment soutenu par la maire socialiste de Chambéry. Bernadette Laclais, par ailleurs première vice-présidente de la Région Rhône-Alpes, a déclaré dans un entretien à La Voix des Allobroges : « je soutiens donc Alain Caraco […] car il défend le Lyon – Turin, ce qui n’est plus le cas d’un grand nombre de militants et surtout du groupe d’élus qui siège à la région Rhône-Alpes. C’est un sujet un peu complexe, car j’ai constaté que, chez Europe Écologie, ceux qui connaissent le réseau ferroviaire en Savoie sont favorables au Lyon – Turin, y compris à son volet voyageur. C’est qu’on a un grand problème avec 43 km de voie unique entre Saint-André-le-Gaz et Chambéry. Alain Caraco partage cette analyse, mais les élus écologistes de Savoie ont une vision qui n’est pas celles de ceux qui connaissent les difficultés du réseau ferroviaire. »

France Bleu Pays de Savoie avait organisé un débat avant le premier tour. Dominique Dord avait décliné l’invitation de la radio publique. Alain Caraco avait défendu la mise en place d’une autorité organisatrice de la mobilité durable pour gérer les questions de transport sur le secteur de Chambéry et Aix-les-Bains. Cet idée figure dans le programme de François Hollande pour les transports en septième position (lire). Il avait indirectement critiqué Dominique Dord en pointant du doigt la politique transports de la CALB. Pour Alain Caraco : « le mauvais élève c’est CALB, avec un versement transport trop fois plus faible qu’à Chambéry« . Et le candidat écologiste n’a pas manqué de citer un exemple très significatif : la desserte de l’université et de Technolac sur la commune du Bourget-du-Lac, avec un bus toutes les 10 minutes vers Chambéry (réseau STAC) et seulement toutes les 40 minutes vers Aix-les-Bains (réseau Ondéa).

Posted in Politique, Savoie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Viviers-du-Lac : suppression du passage à niveau et aménagement de la halte ferroviaire d’ici 2015

Posted by ardsl sur 20 mars 2012

Des projets majeurs devraient être réalisés d’ici 2015 sur la commune de Viviers-du-Lac (2000 habitants) située entre Chambéry et Aix-les-Bains. La halte ferroviaire sera rénovée et le passage à niveau sera supprimé.

Deux ouvrages souterrains distincts seront réalisés :

  • un pour la route départementale (D17). Coût estimé : 8,7M€. Le passage à niveau est classé comme préoccupant.
  • un pour les modes doux. Coût estimé : 2,1M€. La Région financera les travaux à hauteur de 700000€. Les parvis, les abords, les cheminements piétons et les arrêts de bus du réseau Ondéa seront modernisés dans le cadre de cette opération.

Le calendrier de deux ouvrages sont liés. Une mise en service fin 2015 est prévue.

Le maire de Viviers-du-Lac depuis 2001, Robert Aguettaz, a précisé certains éléments dans L’Essor Savoyard du 1er mars. « La municipalité actuelle est en cours de discussion pour racheter une maison qui se trouve sur la droite avant la maison du garde-barrière. Il y aura une chicane puis une fois la ligne franchie, les automobiles rejoindront la route départementale quasiment tout droit au niveau de la roselière, avec un giratoire. Ce serait une opération avec un financement RFF, la SNCF, la Région, le Département, la CALB et la commune. »

La desserte actuelle de Viviers-du-Lac

Réseau Ondéa

La commune est desservie par le réseau Ondéa (bus urbains de l’agglomération d’Aix-les-Bains, la CALB).

En raison de la configuration du passage à niveau à proximité immédiate de la halte ferroviaire, les bus de la ligne 1 (Collège de Grésy – Plage du Bourget) n’ont pas d’arrêts à proximité immédiate. Les usagers doivent prendre le bus à la mairie de Viviers (située en amont du passage à niveau).

Plan du réseau Ondéa

Horaires de la ligne 1 Au niveau de Viviers-du-Lac, la desserte est d’un bus toutes les 40 minutes de 7h à 21h du lundi au samedi (soit 41 passages par jour tous sens confondus). Il faut compter 7 minutes de trajet entre la mairie de Viviers et l’université au Bourget-du-Lac. Plan de la ligne 1

Le dimanche, le réseau Ondéa fonctionne avec une ligne unique (Lafin – Plage du Bourget). Viviers-du-Lac bénéficie de 6 allers-retours.  Horaires et plan de la ligne du dimanche

Desserte TER

Le train est le moyen de transport le plus rapide pour se rendre à Aix-les-Bains (seulement 4 minutes de trajet) et Chambéry (8 minutes).

Sens pair

  • 883600 (du lundi au vendredi, sauf fêtes) : Chambéry 5h36 – Viviers 5h43/44 – Aix  5h48 – Culoz 6h08 – Ambérieu 6h47.
  • car 49852 (week-end et fêtes) : Chambéry 7h05 – Viviers 7h20 – Aix 7h30 – Culoz 8h10.
  • 883606 (du lundi au vendredi, sauf fêtes) : Chambéry 7h36 – Viviers 7h44/45 – Aix 7h49 – Culoz 8h08 – Ambérieu 8h47.
  • car 49854 (week-end et fêtes) : Chambéry 11h05 – Viviers 11h20 – Aix 11h30 – Culoz 12h10.
  • 883612 (du lundi au samedi, sauf fêtes) : Chambéry 12h36 – Viviers 12h43/44 – Aix 12h48 – Culoz 13h08 – Ambérieu 13h47.
  • car 49856 (week-end et fêtes) : Chambéry 15h05 – Viviers 15h20 – Aix 15h30 – Culoz 16h10.
  • 883624 (du lundi au vendredi, sauf fêtes) : Chambéry 16h36 – Viviers 16h43/44 – Aix 16h48 – Culoz 17h09.
  • 885152 (du lundi au vendredi, sauf fêtes) : Chambéry 17h00 – Viviers 17h07/08 – Aix 17h13.
  • 883630 (quotidien) : Chambéry 17h36 – Viviers 17h43/44 – Aix 17h48 – Culoz 18h08 – Ambérieu 18h47.
  • 883636 (du lundi au vendredi, sauf fêtes) : Chambéry 18h36 – Viviers 18h43/44 – Aix 18h48 – Culoz 19h08 – Ambérieu 19h47.
  • car 49858 (quotidien) : Chambéry 19h25 – Viviers 19h40 – Aix 19h50 – Culoz 20h40.

Sens impair

  • 883651 (du lundi au vendredi, sauf fêtes) : Ambérieu 6h13 – Culoz 6h52 – Aix 7h12 – Viviers 7h16/17 – Chambéry 7h25.
  • 883657 (du lundi au samedi, sauf fêtes) : Ambérieu 7h13 – Culoz 7h52 – Aix 8h12 – Viviers 8h16/17 – Chambéry 8h25.
  • car 49859 (week-end et fêtes) : Culoz 9h45 – Aix 10h22 – Viviers 10h32 – Chambéry 10h45.
  • 883663 (du lundi au vendredi, sauf fêtes) : Ambérieu 12h13 – Culoz 12h52 – Aix 13h12 – Viviers 13h16/17 – Chambéry 13h25.
  • car 49861 (week-end et fêtes) : Culoz 13h45 – Aix 14h22 – Viviers 14h32 – Chambéry 14h45.
  • 883669 (du lundi au vendredi, sauf fêtes) : Ambérieu 16h13 –  Culoz 16h52 – Aix 17h12 – Viviers 17h16/17 – Chambéry 17h25.
  • 883763 (du lundi au vendredi, sauf fêtes) : Aix 17h40 – Viviers 17h44/45 – Chambéry 17h52.
  • 883675 (du lundi au vendredi, sauf fêtes) : Culoz 17h52 – Aix 18h12 – Viviers 18h16/17 – Chambéry 18h25.
  • car 49863 (week-end et fêtes) : Culoz 17h45 – Aix 18h22 – Viviers 18h32 – Chambéry 18h45.
  • 883681 (quotidien) : Ambérieu 19h13 – Culoz 19h52 – Aix 20h12 – Viviers 20h16/17 – Chambéry 20h25.
  • car 49878 (quotidien) : Annecy 20h38 – Aix 21h36 – Viviers 21h46 – Chambéry 21h58.

La halte ferroviaire de Viviers-du-Lac : un potentiel intermodal considérable

La halte ferroviaire n’a pas vocation à desservir uniquement les 2000 habitants de la commune de Viviers-du-Lac.

La ZA Savoie Hexapôle, sur la commune de Méry n’est pas très éloigné de la halte. Il en va de même pour le site de Technolac, sur la commune du Bourget-du-Lac.

Il n’est pas rare de voir certains usagers de la halte de Viviers avec leur vélo dans le train, pour ensuite rejoindre leur emploi à Savoie Hexapôle, à l’université ou à l’INES.

La halte ferroviaire de Viviers doit devenir la porte d’entrée de Savoie Hexapôle depuis Chambéry, Annecy, Rumilly et Aix-les-Bains. Pour cela, il faudrait que des bus relieront la halte à la zone d’activités pour chaque train s’arrêtant à Viviers.

La halte ferroviaire de Viviers doit aussi permettre aux 4 400 habitants du Bourget-du-Lac de prendre un TER pour se rendre à Aix, Rumilly ou Annecy. Pour cela, il faudrait que les horaires des bus et des trains soient coordonnés.

Aujourd’hui, faire un trajet entre Annecy ou Rumilly et Technolac en transport public est quasiment impossible. Depuis Aix-les-Bains, cela reste possible mais avec des fréquences insuffisantes (lignes 1 et 20 du réseau Ondéa).

Si les TER Annecy – Chambéry venaient à desservir dans les prochaines années Viviers et si la desserte TER Aix – Viviers – Chambéry était renforcée, la halte de Viviers pourrait alors devenir la porte d’entrée nord de Technolac. Des bus à haut niveau de service pourrait alors assurer le transfert des usagers entre la halte de Viviers et Technolac. Ainsi les temps de parcours (TER + bus) pourraient être les suivants :

  • Aix-les-Bains – Université Le Bourget : moins de 15 minutes
  • Rumilly – Université Le Bourget : 30 minutes environ
  • Annecy – Université Le Bourget : 45 minutes environ.

Posted in Passage à niveau, Savoie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :