ARDSL Association Rail Dauphiné Savoie Léman

Le blog des usagers

Posts Tagged ‘Le Puy-en-Velay’

Fête de la bio de Beaulieu : allez-y en TER !

Posted by ardsl sur 5 octobre 2012

La 12ème édition de la fête de la bio de Beaulieu (Haute-Loire) a lieu dimanche 7 octobre entre 10h et 18h. Cette année, l’accent est mis sur les techniques agricoles, les recettes qui font de bonnes assiettes et les transports en commun. Les organisateurs invitent le public à prendre le train pour venir à Beaulieu.

Près de quatre-vingt-dix exposants, quarante-cinq producteurs certifiés en agriculture biologique ou en conversion, des entreprises travaillant dans le domaine de l’habitat écologique, dans le domaine de la santé et des cosmétiques naturels, une dizaine d’artisans, une quinzaine d’associations, des animations ludiques et pédagogiques, la 12ème édition de la fête de la bio s’inscrit dans la lignée des précédentes. Cette année, l’association Haute-Loire biologique a choisi le thème « La Bio, du champ à l’assiette ». Pour l’illustrer, des agriculteurs bio, la FDCUMA (Fédération départementale des coopératives d’utilisation de matériel agricole) et la chambre d’agriculture participeront. Une parcelle agricole attenante au village de Beaulieu accueillera des démonstrations de matériels agricoles, des présentations de différents engrais verts, des observations des horizons du sol. Toujours en lien avec le thème, un atelier « cuisine bio » pour apprendre à réaliser des plats sains et équilibrés à base de produits de saison, avec l’aide d’une personne expérimentée. Comme toujours, il y aura la sortie nature matinale sur les bords de Loire avec SOS Loire vivante et la LPO qui proposera également aux enfants la fabrication de cent mangeoires pour les oiseaux.

La grande nouveauté c’est qu’on pourra emprunter le train pour se rendre à la fête. En partenariat avec SNCF, des arrêts exceptionnels du TER sont prévus à la halte ferroviaire de Lavoûte-sur-Loire, des navettes gratuites sont mises à disposition des voyageurs jusqu’à Beaulieu. « On a regardé les horaires qui pourraient coïncider. C’est un travail conséquent qui implique beaucoup de services », explique Alain Dancette, responsable transport TER Haute-Loire.

Le village de Beaulieu (900 habitants) se situe à 2 kilomètres de la halte ferroviaire de Lavoûte-sur-Loire (700 habitants).

Horaires des TER desservant Lavoûte-sur-Loire dimanche 7 octobre

  • 889954 : Saint-Étienne 8h46 – Lavoûte-sur-Loire 10h05/06 – Le Puy-en-Velay 10h16.
  • 889959 : Le Puy-en-Velay 10h38 – Lavoûte-sur-Loire 10h48/49 – Saint-Étienne 12h05.
  • 889976/7 : Le Puy-en-Velay 12h41 – Lavoûte-sur-Loire 12h50/51 –  Saint-Étienne 14h10/13 – Lyon Part-Dieu 14h54.
  • 889980/1 : Lyon Part-Dieu 12h06 – Saint-Étienne 12h46/52 – Lavoûte-sur-Loire 14h12/13 – Le Puy-en-Velay 14h23.
  • 889979 : Le Puy-en-Velay 17h35 – Lavoûte-sur-Loire 17h44/45 – Saint-Étienne 19h11/13 – Lyon Part-Dieu 19h54.
  • 889982 : Saint-Étienne 17h48 – Lavoûte-sur-Loire 19h02/03 – Le Puy-en-Velay 19h13.
  • 889965 : Le Puy-en-Velay 19h37 – Lavoûte-sur-Loire 19h46/47 – Saint-Étienne 21h06.

Renseignements au 04 71 02 07 18 ou http://foiresbio43.eklablog.net/ ou télécharger le document de présentation de la fête bio de Beaulieu

(Avec Le Progrès).

Publicités

Posted in Auvergne, Loisirs | Tagué: , , , , , , , , | Leave a Comment »

Travaux sur la ligne Lyon – Saint-Étienne du 15 au 26 octobre

Posted by ardsl sur 26 septembre 2012

Des travaux sont programmés du 15 au 26 octobre (sauf le week-end) sur la ligne Lyon – Saint-Étienne.

Les conséquences sur le trafic ferroviaire sont les suivantes :

  • TER 886758/9 (Part-Dieu 10h24 – Saint-Étienne 11h10) : supprimé.
  • TER 886216/7 (Perrache 10h31 – Firminy 11h50) : supprimé uniquement entre Givors et Saint-Étienne.
  • TER 886716/7 (Part-Dieu 10h54 – Saint-Étienne 11h40) : supprimé.
  • TER 886718/9 (Part-Dieu 11h24 – Saint-Étienne 12h10) : supprimé.
  • TER 886218/9 (Perrache 11h31 – Firminy 12h50) : supprimé uniquement entre Givors et Saint-Étienne.
  • TER 886760/1 (Ambérieu 11h07 – Part-Dieu 11h48/54 – Saint-Étienne 11h40) : supprimé uniquement entre Lyon et Saint-Étienne.
  • TER 889980/1 (Part-Dieu 12h06 – Le Puy-en-Velay 14h23) : supprimé uniquement entre Lyon et Saint-Étienne.
  • TER 886720/1 (Part-Dieu 12h24 – Saint-Étienne 13h10) : supprimé.
  • TER 886220/1 (Perrache 12h31 – Firminy 13h50) : supprimé uniquement entre Givors et Saint-Étienne.
  • TER 886722/3 (Ambérieu 12h07 – Part-Dieu 12h48/54 – Saint-Étienne 13h40) : supprimé uniquement entre Lyon et Saint-Étienne.
  • TER 886724/5 (Part-Dieu 13h24 – Saint-Étienne 14h10) : supprimé.
  • TER 886222/3 (Perrache 13h31 – Firminy 14h50) : supprimé uniquement entre Givors et Saint-Étienne.
  • TER 886824/5 (Saint-Étienne 12h50 – Part-Dieu 13h36) : supprimé.
  • TER 886272/3 (Firminy 12h38 – Perrache 13h57) : supprimé uniquement entre Saint-Étienne – Givors.
  • TER 886826/7 (Saint-Étienne 13h20 – Part-Dieu 14h06/12 – Ambérieu 14h53) : supprimé uniquement entre Saint-Étienne et Lyon.
  • TER 886828/9 (Saint-Étienne 13h50 – Part-Dieu 14h36) : supprimé.
  • TER 886830/1 (Firminy 13h38 – Perrache 14h57) : supprimé uniquement entre Saint-Étienne – Givors.
  • TER 889976/7 (Le Puy-en-Velay 12h41 – Part-Dieu 14h54) : supprimé uniquement entre Saint-Étienne et Lyon.
  • TER 886870/1 (Saint-Étienne 14h20 – Part-Dieu 15h06) : supprimé.
  • TER 886832/3 (Saint-Étienne 14h50 – Part-Dieu 15h36) : supprimé.
  • TER 886274/5 (Firminy 14h38 – Perrache 15h57) : supprimé uniquement entre Saint-Étienne – Givors.
  • TER 886836/7 (Saint-Étienne 15h20 – Part-Dieu 16h06/12 – Ambérieu 16h53) : supprimé uniquement entre Saint-Étienne et Lyon.
  • TER 886838/9 (Saint-Étienne 15h50 – Part-Dieu 16h36/42 – Ambérieu 17h25) : supprimé uniquement entre Saint-Étienne et Lyon.
  • TER 886276/7 (Firminy 15h38 – Perrache 16h57) : supprimé uniquement entre Saint-Étienne – Givors.

Télécharger les horaires des cars de remplacement

Posted in Ain, Auvergne, Loire, Rhône, Travaux | Tagué: , , , , , , , , | Leave a Comment »

Après le viol d’une contrôleuse d’un TER : «en tant que femme, on est exposée»

Posted by ardsl sur 22 août 2012

Ligne Saint-Étienne – Firminy. Les contrôleurs SNCF ne sont guère surpris de l’agression ayant eu lieu jeudi 16 août, «au vu des conditions de travail».

Lundi 21 août, sur la ligne TER entre Saint-ÉEtienne et Firminy, les contrôleurs rencontrés ne sont, à l’unanimité, guère surpris par le viol subi jeudi 16 août par une contrôleuse SNCF (lire).

« Ce qui est arrivé jeudi dernier, c’est inadmissible » s’insurge une jeune contrôleuse en emploi saisonnier rattachée au dépôt de Saint-Étienne, qui se déclare « choquée » par le viol subi par sa collègue.

« Nous sommes formés deux semaines (une semaine de théorie, une autre de pratique), sans être préparés à affronter ce type de conflits. Nous ne savons absolument pas comment réagir, car on ne nous a rien dit. Moi, j’ai appris sur le tas, en discutant avec des collègues plus expérimentés. L’autre jour, j’ai fini ma journée à une 1h30 du matin. J’ai fini par obtenir la présence de la police après être passée par des délègues syndicaux. »

Aujourd’hui, la jeune femme déclare ne pas vouloir travailler à SNCF pour un été supplémentaire.« Mon contrat se termine à la fin du mois et je dois dire que j’ai hâte, vu comment ça se passe. Je savais que ça pouvait arriver, mais depuis jeudi, je ne prends plus aucun risque pour ma sécurité » conclut- elle. Pour certains titulaires, être contrôleur à SNCF est « de plus en plus difficile ». « Les gens sont de plus en plus agressifs à l’encontre du personnel » témoigne un jeune contrôleur. Ce dernier estime ne pas être surpris par l’agression sexuelle dont a été victime la jeune contrôleuse en emploi saisonnier.

Et il n’est pas le seul. Pour un autre agent SNCF, rattaché au dépôt de Lyon, le fait même de confier la sécurité d’un train entier à un seul agent apparaît difficilement gérable.

« En tant que contrôleur, même en tant qu’homme, on constate tous les jours que le comportement de certaines personnes n’a rien d’irréprochable. Quand on est une femme, de surcroît, on peut aisément imaginer que ça ne doit pas être évident… ».

Les premières intéressées confirment : être seule à bord d’un train, c’est prendre un risque. « L’agression sexuelle de jeudi dernier n’a rien de surprenant », confie une contrôleuse rattachée au dépôt de Saint-Étienne. « En tant que femme, on est quotidiennement exposée. Et ce, peut importe la ligne. Mais les têtes pensantes de l’entreprise préfèrent prendre des risques, plutôt que de perdre de l’argent. Alors, imaginer mettre deux agents dans un train régional est tout bonnement utopique ». Car, au même titre que jeudi 16 août, les contrôleurs SNCF sont le plus souvent un par train. Cette règle est aussi valable pour les emplois saisonniers.

Les faits : une contrôleuse violée par un abonné entre Le Chambon-Feugerolles et Firminy

L’agression remonte au jeudi 16 août. Au cours d’un trajet ferroviaire sur la ligne Saint-Étienne – Le-Puy-en-Velay, une jeune contrôleuse effectuant un remplacement saisonnier a été victime d’un viol à bord du train, par un abonné qu’elle venait de contrôler.

Les faits se sont produits aux alentours de 18h, alors que le train circulait entre les gares du Chambon-Feugerolles et de Firminy.

L’agresseur, un homme âgé de 54 ans inconnu des services de police, a depuis été mis en examen et écroué.

(Avec Le Progrès).

Posted in Loire, SNCF | Tagué: , , , , , , , , | Leave a Comment »

L’Unsa relance la polémique sur les effectifs de contrôleurs

Posted by ardsl sur 18 août 2012

Le syndicat Unsa-cheminots a déploré samedi 18 août la diminution du nombre de personnels à bord des trains après le viol jeudi 16 août d’une contrôleuse intérimaire à bord d’un TER reliant Lyon au Puy-en-Velay.

Déplorant, dans ce communiqué, «l’augmentation du nombre d’agressions sur le personnel SNCF qui sont de plus en violentes», le syndicat stigmatise la politique de l’entreprise ferroviaire dont l’objectif, selon lui, est «de diminuer les effectifs à bord des trains» avec la «suppression du deuxième agent de bord», voire la «suppression totale» de tout agent de bord.

«Combien d’agressions devrons-nous encore déplorer, pour que l’entreprise prenne véritablement conscience de ces problèmes de sûreté ?», interroge l’Unsa. «La productivité ne doit pas se faire aux dépends de la sécurité ni de la sûreté de ses personnels et des voyageurs», ajoute l’organisation syndicale qui affirme qu’elle «restera attentive aux suites du dossier».

Après cette agression, certains contrôleurs ont cessé le travail vendredi 17 août en signe de solidarité avec leur collègue.

« La productivité ne doit pas se faire au détriment de la sûreté des passagers et des agents » déplore Benjamin Rassart, secrétaire départemental de l’Union nationale des syndicats autonomes – Cheminots (UNSA Cheminots) pour le département de la Loire. « C’est la politique de la SNCF. Nous essayons de discuter avec la direction afin qu’ils maintiennent des contrôleurs, car aujourd’hui, ils en suppriment. Pourquoi ? Pour faire des économies. »

Une prochaine rencontre est prévue entre le syndicat et la direction en septembre.

« Et nous avons bien l’intention de pousser ce dossier sensible » assure Benjamin Rassart. Nathalie Wetzel, secrétaire fédérale à l’UNSA Cheminots qualifie le viol de jeudi 16 août « d’inadmissible ». « Et, ce qui nous préoccupe, c’est que malgré des cas de violences fréquents et répétés, l’entreprise ne change en rien sa politique. Quel accident faudra-t-il attendre pour que la SNCF réagisse enfin ? ».

Pour Nathalie Wetzel, les agressions de la part des usagers seraient « de plus en plus régulières, et surtout, de plus en plus violentes ».

Et le climat d’insécurité déploré par l’UNSA Cheminots est, d’après elle, en partie, dû au manque d’effectifs. « Dans les trains à grande vitesse, il y a généralement deux contrôleurs. Dans les TER, l’agent est seul. Même s’il est débutant. Cela n’est pas normal. »

Toutefois, la secrétaire fédérale du syndicat n’attribue pas ces litiges qu’au manque du personnel, mais aussi à une gestion aléatoire selon les régions.

« Même si l’on mettait dix agents à bord d’un train, le manque de sécurité serait toujours présent. Il faudrait aussi mieux former les agents. La police ferroviaire n’intervient pas systématiquement non plus. Il faudrait plus écouter les agents, qui sont les plus à même de pouvoir apprécier les risques sur une ligne, et sur une période donnée » termine-t-elle.

(Avec leprogres.fr et Le Progrès).

Posted in SNCF | Tagué: , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Une contrôleuse SNCF violée dans un TER Lyon – Le Puy

Posted by ardsl sur 17 août 2012

Les faits se sont déroulés jeudi 16 août, au niveau de Firminy peu après 18h, dans le TER 889982/3 (Lyon Part-Dieu 17h06 – Le Puy-en-Velay 19h11). Un passager de 54 ans a violé une contrôleuse SNCF.

Une contrôleuse SNCF a été victime d’un viol, jeudi après-midi, sur un TER reliant Lyon  au Puy-en-Velay. Les faits se sont produits peu après 18h, alors que le train circulait entre les gares du Chambon-Feugerolles et de Firminy.

La contrôleuse a été agressée par un passager qu’elle venait de contrôler, et qui lui avait présenté sa carte d’abonné. L’homme l’aurait suivie dans une pièce de la rame réservée aux contrôleurs. Il s’en est pris «sans raison apparente» à la jeune femme. Il l’aurait immobilisée de force avant de procéder à plusieurs attouchements, que la justice qualifie de « viol ». La victime s’est débattue mais, manifestement, aucun passager n’a rien vu, ni entendu. Les faits ont duré plusieurs minutes, jusqu’à ce que le train arrive en gare de Firminy. C’est là que l’agresseur, un homme de 54 ans, a réussi à prendre la fuite.

La police, aussitôt prévenue, a entrepris des recherches dans le secteur. La contrôleuse, très choquée, a été prise en charge par un médecin. Il s’agit d’une jeune femme de 22 ans, originaire de Clermont-Ferrand, qui effectue un remplacement (un intérim). Après plusieurs minutes d’arrêt, le train a poursuivi sa route jusqu’au Puy.

L’enquête, confiée à la Sûreté départementale de la Loire, a rapidement abouti grâce au système de vidéosurveillance du train. L’individu, identifié sur les bandes vidéo, a été interpellé vendredi 17 août en début d’après-midi. Il a été placé en garde à vue et aurait avoué les faits. Jusqu’alors inconnu de la police et de la justice, il devrait être déféré au parquet de Saint-Étienne et mis en examen pour viol.

La contrôleuse est rattachée au dépôt SNCF de Clermont-Ferrand. Vendredi 17 août, certains de ses collègues ont fait valoir leur droit de retrait en signe de solidarité. Du coup, le trafic a été perturbé, notamment sur les lignes Lyon – Clermont-Ferrand et Saint-Étienne – Le Puy. « Les syndicats ont été reçus par la direction, on ne sait pas si leur action va durer » indique la responsable communication SNCF pour la région Auvergne.  Il n’est pas exclu que des actions soient menées dans les jours qui viennent.

(Avec leprogres.fr, France 3 Rhône-Alpes, ledauphine.com, France Info et Le Progrès).

Posted in Auvergne, Loire, Retards / Suppressions, SNCF | Tagué: , , , , , , , , , | 3 Comments »

Le Puy-en-Velay : la nouvelle gare prend forme

Posted by ardsl sur 2 août 2012

Le Pôle d’Échange Intermodal (PÉI) du Puy-en-Velay est lancé. Afin de « refaire le lien avec la ville », d’importants travaux sont engagés, comme l’aménagement de parkings ou la création d’une gare routière.

Jugée inepte, « tel un cul de sac piéton et routier » par Laurent Wauquiez, la gare SNCF du Puy-en-Velay va changer de visage. Les collectivités ont décidé de réorganiser le site, qui n’était même pas desservi par les transports en commun, en améliorant la liaison entre les quartiers et en diversifiant les modes de transport : trains, autos, taxis, vélos, voitures, cars, piétons…

Tout pourra être centralisé autour de la nouvelle gare SNCF qui se positionne de plus en plus comme un carrefour important du transport ferroviaire auvergnat. Plus de 222000 personnes empruntent chaque année (soit environ 600 personnes par jour) les trains réguliers en direction de Saint-Étienne, Lyon et Clermont-Ferrand.

Première étape avec la passerelle

Afin de faciliter l’accès aux transports en commun et au centre-ville pour les piétons, une passerelle métallique couverte à trois travées de 86,5 mètres va enjamber la voie ferrée. Des rampes seront déposées pour favoriser l’accès aux personnes handicapées.

L’édifice devrait être accessible via un escalier métallique et des ascenseurs vitrés prévus pour six à huit personnes. Les travaux ont débuté début juillet ; l’assemblage et la pose de la passerelle seront effectués en septembre, les ascenseurs en octobre.

Un parking de 180 places

Le parking Bertrand de Doue devrait être créé courant 2013 afin de faciliter le stationnement pour accéder aux plateformes de transport. Il n’y aura qu’une seule entrée/sortie, elle se fera depuis le boulevard Bertrand de Doue. Depuis le parking, on accédera à la gare SNCF par la passerelle. Enfin, un cheminement piéton devrait être aménagé.

Le parking devrait comprendre 180 places, dont 30 réservées au personnel de la gare. Les 150 autres places seront donc accessibles pour tout le monde, bien que payantes. Les travaux du parking débuteront fin novembre et devraient s’achever en mai 2013.

Déménagement des cars

La gare ponote se trouvait tellement enclavée que sa gare routière avait été transférée Place Michelet, ce qui ne manquait pas de générer d’importants bouchons et limitait encore un peu plus les places de stationnement. En déplaçant les cars jusqu’à la gare SNCF, les élus entendent bien libérer des places en centre-ville et favoriser une meilleure fluidité du trafic.

Autre avantage de ce déménagement des cars : avec le contournement, ils partiront aussitôt sur la 2×2 voies sans altérer la circulation en ville. Laurent Wauquiez explique que le centre ville ponot est pénalisé par la situation actuelle et estime que l’aménagement du Pôle d’Échanges Intermodal va permettre de le désengorger.

Calendrier des travaux

La première phase des travaux devrait être achevée en avril 2013. Elle comprend la réalisation de la passerelle, la création d’un dépose-minute Boulevard Bertrand de Doue et l’aménagement d’un parking de 180 places, dont 30 pour le personnel et le reste pour le grand public (payant).

Pour la seconde phase des travaux, il faudra attendre un peu plus, au moins jusqu’en 2014. Elle comprend la création d’une voie de désenclavement du site ferroviaire à partir du contournement, la réalisation d’une gare routière, une desserte du site par les transports en commun et l’aménagement d’un parking public et du parvis de la gare.

Le financement du projet (montants HT)

Le coût total du projet s’élève à 13 464 000 euros. Les financements sont répartis de la sorte :

  • 8,450 millions d’euros pour la Communauté d’Agglomération du Puy-en-Velay ;
  • 1,2 million d’euros pour l’Europe (via le FEDER) ;
  • 986000 euros pour l’État (via le FNADT). L’obtention de cette participation n’a pas été acquise en 2011 et à nouveau sollicitée pour 2012. En cas de refus, ce pourrait être à la Communauté d’Agglomération de prendre en charge ce montant ;
  • 772000 euros pour le Conseil Régional Auvergne (hors aménagements périphériques);
  • 720000 euros pour l’État (via le contrat de projet État-Région) ;
  • 490 000 euros pour la SNCF ;
  • 466 000 euros pour RFF ;
  • 380 000 euros pour le Conseil Général de la Haute-Loire.

(Avec zoomdici.fr).

Posted in Auvergne, Travaux | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Aucun train entre Le Puy-en-Velay et Saint-Georges-d’Aurac jusqu’au 7 décembre

Posted by ardsl sur 8 juillet 2012

Afin de remettre à niveau la voie ferrée entre Le Puy-en-Velay et Saint-Georges-d’Aurac, Réseau Ferré de France stoppe le trafic ferroviaire jusqu’au 7 décembre.

Le plan Rail Auvergne, signé en février 2009 par l’État, la Région Auvergne et Réseau Ferré de France, s’attaque à la ligne Le Puy-en-Velay – Saint-Georges-d’Aurac, du 14 mai au 7 décembre. Durant ces six mois, les voies seront « remises à niveau et rénovées », selon les termes du contrat.

« L’objectif est de pérenniser et sécuriser les voies, surtout par rapport à la chute de rochers, de renforcer les remblais, remplacer les ponts en mauvais état, revêtir l’intérieur des tunnels pour éviter le détachement de blocs … Tout ça pour garder la vitesse actuelle de transit et d’éviter la création de nouveaux ralentissements », explique Thomas Gervais, chargé de projet pour l’antenne Réseau Ferré de France de Clermont-Ferrand.

« Nous sommes conscients de la gêne occasionnée »

Une question demeure, cependant : pourquoi couper totalement la circulation des trains ? « Nous sommes conscients de la gêne occasionnée. Mais à la différence des travaux routiers, nous ne pouvons pas mettre en place une circulation alternée. Nos travaux sont lourds et sur une voie unique« , se défend le chargé de projet. « Faire circuler des trains pendant les travaux rallongerait les temps de trajets, les travaux et la liste des coûts – 100 millions € en plus« .

D’où le parti pris d’une coupure totale. « On l’a fait entre Clermont et Aurillac et ça a marché », ajoute Thomas Gervais. Sans compter que des dispositions ont été prises concernant Brioude : pas de travaux avant septembre pour que puissent circuler les touristes venus des gorges de l’Allier. Finalement, cette modernisation de la voie devrait améliorer les conditions de circulation. « Le train bougera moins, c’est sûr. Mais nous cherchons surtout à éviter le retard ou les trains supprimés à cause d’une chute de bloc sur les rails », précise Thomas Gervais. L’opération est loin de la simple « sauvegarde des voies » prévue sur la ligne vers Langogne, de septembre à octobre. « Entre Saint-Georges-d’Aurac et Fix-Saint-Geneys, certaines traverses métalliques sont vieilles de plus de 50 ans« , continue Thomas Gervais. « Si on ne les change pas, les ralentissements vont se multiplier« .

Petit à petit, toutes les parois rocheuses perdent la verdure de la végétation qui y pousse pour renvoyer un autre aspect, métallisé, brillant sous les rayons de soleil. Elles sont toutes recouvertes d’un épais grillage, percées de solides points d’ancrage et parcourues de câbles épais : dans le cadre du plan rail, RFF mène des travaux titanesques. Après les travaux de sécurisation, ce sont les voies elles-mêmes qui seront reprises.

Les chutes de rocher occasionnent trop de retards et d’incidents

Les chutes de rocher sur les voies occasionnent trop souvent des incidents ou des retards. Pour une exploitation commerciale correcte, ce risque doit être diminué, voire supprimé. Depuis maintenant plus d’un mois, des équipes spécialisées dans des travaux acrobatiques ont donc entrepris de poser plus de 40000 mètres carrés de grillage. Après avoir débroussaillé les parois et décroché les éléments les plus instables, il leur faut forer la roche plus deux trois mètres pour y installer et y sceller les points d’ancrage. L’exercice est difficile, du fait du relief abrupt. Mais bien sanglés dans leur baudrier, suspendus à leurs cordes de rappel, les ouvriers avancent à un bon rythme.

Bientôt près de 300 ouvriers

Des travaux plus importants encore suivront bientôt. À la fin du mois d’août, ce seront ainsi près de 300 ouvriers qui procéderont au changement des rails, des traverses et à la réfection du ballast. Au total, c’est une vingtaine de tranchées rocheuses entre Brioude et Le Puy-en-Velay qui va être reprise.

Pendant ce temps, un service de substitution par cars a été mis en place.

Horaires TER Clermont-Ferrand – Le Puy du 14 mai au 7 juillet

Horaires TER Le Puy-en-Velay – Clermont-Ferrand du 8 juillet au 7 décembre

Le communiqué de RFF

Une remise à niveau du même genre commencera sur la ligne Le Puy-en-Velay – Firminy au second semestre 2013 (lire notre article sur tous les travaux en Haute-Loire), pour 35 millions € cette fois.

(Avec La Montagne).

Posted in Auvergne, Languedoc-Roussillon, Travaux | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

Travaux sur la ligne Lyon – Givors (rive droite) du 17 au 19 août

Posted by ardsl sur 1 juillet 2012

Du vendredi 17 au dimanche 19 août, des travaux de maintenance sur les voies sont programmés sur la ligne de la rive droite du Rhône entre Lyon et Givors.

Les TER Lyon Perrache – Givors sont supprimés.

Les TER Lyon Perrache – Saint-Étienne, Lyon Perrache – Firminy et Le Puy – Firminy sont détournés par la rive gauche entre Lyon et Givors canal.

Aucun train ne desservira donc Oullins, Pierre Bénite, Vernaison, Grigny du 17 au 19 août. Tous les arrêts à Givors canal sont maintenus.

Vendredi 17 août, 36 trains sont donc supprimés ou détournés. Seulement 10 cars de remplacement sont mis en place entre Perrache et Givors (via Oullins, Pierre-Bénite, Vernaison, Grigny et Givors canal).

Samedi 18 août, 29 trains sont donc détournés par la rive gauche. Aucun car de remplacement n’est mis en place pour desservir les gares de la rive droite.

Dimanche 19 août, 14 trains sont donc détournés par la rive gauche. Aucun car de remplacement n’est mis en place pour desservir les gares de la rive droite.

Posted in Rhône, Travaux | Tagué: , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

D’importants travaux en Haute-Loire en 2012 et 2013

Posted by ardsl sur 14 mai 2012

RFF va entreprendre de gros travaux sur les lignes de chemin de fer en Haute-Loire.

À l’occasion du comité de ligne de la Haute-Loire, qui s’est tenu lundi 5 mars au Puy-en-Velay, SNCF et RFF ont annoncé aux usagers les dates d’importants travaux qui vont fortement perturber la circulation des trains.

De quels travaux s’agit-il ?

Les travaux qui seront entrepris seront de très grande ampleur : ils consisteront notamment au confortement des parois d’un tunnel aux Estreys, au remplacement de neuf ponts métalliques, à la remise en peinture d’un viaduc, la réfection de l’étanchéité de trois ouvrages d’art, la sécurisation de parois ou tranchées rocheuses sur quinze sites… sans compter le remplacement de très nombreuses traverses tout le long du parcours.

Pourquoi de si gros travaux sont-ils nécessaires ?

Les infrastructures de ces lignes sont vieillissantes, les ouvrages d’art sont fatigués. Outre les risques de sécurité que cela peut occasionner pour les voyageurs et personnels, cela peut provoquer des ralentissements et pourquoi pas, à terme, être un argument pour fermer la ligne.

À quelles dates ?

  • Du 10 au 20 avril 2012 : sur la portion de voie entre Le Puy-en-Velay et Bas-Monistrol. Télécharger la fiche infos travaux du TER Rhône-Alpes qui comprend les horaires des cars de remplacement et la liste des trains maintenus entre Saint-Étienne – Firminy.
  • Du 23 avril au 4 mai 2012 : travaux entre Saint-Georges-d’Aurac – Clermont-Ferrand.
  • Du 23 avril au 15 juin 2012 : des travaux de nuit entre Le Puy et Firminy entraînent la suppression de 2 trains. Le TER 888968 (Firminy 22h12 – Le Puy 23h17) est supprimé du lundi au vendredi (sauf fêtes). Le TER 889951 (Le Puy 4h35 – Firminy 5h40) est supprimé du mardi au vendredi (sauf les 2, 9, 18 et 26 mai). Télécharger les horaires des cars de remplacement
  • Du 30 avril au 4 mai 2012 : travaux préparatoires entre Saint-Gerorges-d’Aurac et Le Puy-en-Velay.
  • Du 30 avril au 11 mai 2012 : travaux entre Arvant et Aurillac.
  • Du 4 mai au 7 décembre 2012 : coupure du trafic entre Saint-Georges-d’Aurac et Le Puy-en-Velay qui sera concernée (lire notre article).
  • Du 3 septembre au 31 octobre 2012 : la ligne Saint-Georges-d’Aurac – Langogne sera coupée.
  • Du 3 septembre au 7 décembre 2012 : la section Brioude – Saint-Georges-d’Aurac sera fermée.
  • Du 1er juillet au 14 décembre 2013 : l’axe Le Puy-en-Velay – Saint-Étienne sera fermé.

Pourquoi la circulation des trains sera-t-elle coupée totalement ?

Ce choix a été fait par l’État, la Région Auvergne et RFF. Plusieurs raisons sont avancées pour expliquer cette décision : l’impossibilité de détourner les trains, la sécurité des ouvriers, la mobilisation de matériels très importants, mais aussi les très importantes économies que ce dispositif permet de réaliser, de l’ordre de 33 % sur la facture totale.

Combien ça coûte ?

Le montant total des travaux qui vont être entrepris sur la ligne entre Arvant et Le Puy-en-Velay cette année s’élève à 25,5 millions d’euros. Depuis le début du plan rail, ce seront ainsi près de 50 millions d’euros qui auront été investis dans la réfection et la sécurisation de l’axe Clermont-Ferrand – Le Puy-en-Velay.

Les gares seront-elles fermées ?

Si les gares situées sur les axes en chantier ne verront pas passer de train pendant la durée des travaux, elles resteront ouvertes pour assurer les services aux voyageurs, notamment la vente de titres de transport.

Comment faire pour voyager sans train ?

Un service de cars de substitution sera mis en place pour assurer le transport des voyageurs. Toutes les gares seront desservies. Mais naturellement, les voyages seront plus longs.

Combien de voyageurs seront concernés ?

La gare du Puy-en-Velay, la plus importante du département de la Haute-Loire, accueille en moyenne entre 500 et 1000 personnes par jour. Le trafic des gares de Brioude, d’Aurec et Bas-Monistrol se situe entre 200 et 500 voyageurs journaliers. Les gares d’Arvant, Vorey et Retournac sont utilisées par 100 à 200 par jour. On compte entre 50 et 100 usagers par jour dans les gares de Saint-Georges-d’Aurac et de Langeac.

La fréquentation des trains progresse en Haute-Loire

Au cours du comité de ligne, SNCF a présenté des données sur la fréquentation des TER en Haute-Loire en 2011 (par rapport à 2010) :

  • ligne Le Puy-en-Velay – Saint-Étienne : + 16,7%.
  • ligne Langeac – Le Puy-en-Velay : + 6,4%
  • ligne Clermont-Ferrand – Le Puy-en-Velay : + 1,6%.

Les horaires des TER en Haute-Loire

Le trafic devrait continuer à augmenter en 2012 (hormis l’impact négatif des grèves) en raison des améliorations apportées par les nouveaux horaires et l’ajout de circulations ferroviaires supplémentaires.

Bas-Monistrol – Saint-Étienne : 14 allers-retours du lundi au vendredi. 6 allers et 8 retours le samedi. 7 allers et 6 retours le dimanche.

Le Puy – Saint-Étienne : 10 allers et 11 retours du lundi au vendredi. 6 allers et 8 retours le samedi. 7 allers et 6 retours le dimanche. On note notamment l’ajout d’un train supplémentaire arrivant à 8h25 au Puy, un horaire idéal pour les employés ponots.

Le Puy – Lyon Part-Dieu : 3 allers et 2 retours du lundi au vendredi. 2 allers-retours le samedi. 2 allers et 1 retour le dimanche. 5 trains relient directement la Haute-Loire et Lyon Part-Dieu. Le train le plus rapide met désormais seulement 2h05 entre la Part-Dieu et Le Puy avec des arrêts intermédiaires uniquement à Châteaucreux, Carnot, Bellevue, Firminy, Aurec, Bas-Monistrol, Retournac et Vorey. Ces trains arrivent à 8h54, 14h54 et 19h54 à la Part-Dieu. Les départs de la Part-Dieu sont programmés à 12h06 et 17h06.

Le Puy – Lyon Perrache : 1 aller du lundi au vendredi (départ du Puy à 5h53, arrivée à Lyon à 8h18).

Brioude – Clermont-Ferrand : 12 allers et 14 retours le lundi. 13 allers et 14 retours du mardi au jeudi. 13 allers et 15 retours le vendredi. 10 allers et 8 retours le samedi. 7 allers et 8 retours le dimanche.

Clermont-Ferrand – Arvant – Neussargues – Aurillac : 7 allers-retours du lundi au jeudi. 8 allers et 7 retours le vendredi. 5 allers et 4 retours le samedi. 6 allers et 4 retours le dimanche.

Le Puy – Clermont-Ferrand : 4 allers-retours du lundi au vendredi. 3 allers et 2 retours le samedi. 2 allers-retours le dimanche.

Clermont-Ferrand – Brioude – Langeac – Nîmes : 3 allers-retours du lundi au vendredi. 3 allers et 2 retours le samedi. 2 allers et 3 retours le dimanche.

La Haute-Loire mieux reliée à Paris. Les correspondances à Saint-Étienne sur les 4 allers-retours TGV Paris – Saint-Étienne sont maintenues. 5 correspondances en 10 minutes sont mises en place entre les TER Le Puy – Part-Dieu et les TGV Part-Dieu – Le Puy. Ainsi, cela permet des arrivées à Paris à 9h06, 11h06, 13h06, 15h06, 17h06, 21h06 et 22h10. Les TGV partant de Paris à 6h57, 9h57, 12h57, 14h57, 16h57 et 18h57 ont des correspondances optimisées pour la Haute-Loire à Lyon ou à Saint-Étienne. Le meilleur temps de parcours entre Paris et Le Puy est désormais de 4h14.

Télécharger les fiches horaires :

Télécharger également :

(Avec La Montagne).

Posted in Auvergne, Comités de ligne, Service 2012, Service 2013, Travaux | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , | 1 Comment »

Victoire pour les usagers de la ligne TER Le Puy – Saint-Étienne

Posted by ardsl sur 7 mai 2012

« Enfin ! » Les usagers en grève de la ligne le Puy – Saint Étienne devraient être contents. L’association Adeplus a obtenu ce mercredi 2 mai 2012 une compensation à la hauteur de ce qu’ils attendaient.

C’est en novembre 2011 que le combat commençait pour ces altiligériens empruntant la ligne TER Le Puy-en-Velay – Saint-Étienne. Après 80 jours de grève et 30 euros de compensation, les usagers estimaient que cela ne suffisait pas.

En avril 2012 c’est un appel la grève du ticket de transport par les abonnés au nom de l’association Adeplus qui été lancé. L’association attendait avec impatience une réunion avec la direction SNCF ce mercredi 2 mai 2012, à la gare du Puy-en-Velay.

75% déjà mieux que rien

L’association Adeplus demandait le remboursement de la totalité de l’abonnement du mois de novembre 2011, or SNCF ne l’entendait pas de cette oreille. Les usagers qui en avaient fait la demande pouvaient obtenir une compensation financière de 30 euros. La réunion de ce mercredi 2 mai a débouché sur une compensation totale qui s’élève à 75% du montant de l’abonnement du mois de novembre. En plus des 30 euros, SNCF a proposé une remise de 50% sur l’abonnement du mois de juin 2012. Cette remise s’ajoutant aux 30 euros déjà versés, nous obtenons les trois quart du montant du mois de novembre. Françoise Dupuy, présidente d’Adeplus s’exclame : « c’est déjà mieux que rien non ? À un moment il faut dire oui. La SNCF a fait des concessions et nous devons en faire nous aussi. On voulait 100% mais 75% c’est bien« .

« On a eu l’impression d’être entendu« 

La réunion avait débuté vers 14h, mercredi 2 mai, dans une salle de la gare SNCF du Puy-en-Velay. C’est après deux heures et quart de débat que celle-ci s’est terminé. « Déjà le point positif« , explique Françoise Dupuy, « est qu’on a eu l’impression d’être vraiment écouté non pas comme les fois précédentes. Après même si les débats ont été longs, nous avons obtenu satisfaction. J’aimerais remercier Pierre Pommarel qui a joué le rôle de conciliateur. »

Pierre Pommarel est conseiller régional EÉLV en Auvergne.

Une longue conciliation

SNCF, lors de cette réunion, a tout d’abord proposé 20 euros de plus de compensation. Les quatre représentants d’Adeplus présents ont estimé le montant trop faible. SNCF, représentée par Alain Pontoise, directeur délégué régional du TER Auvergne, a concerté son supérieur Jacky Lion afin de proposer une nouvelle offre aux grévistes. Cette dernière s’élève à 40% de réduction sur l’abonnement du mois de juin 2012. Françoise Dupuy affirma que cette offre n’est pas assez conséquente : « 40% c’est loin de 100% alors nous avons aussi refusé, puis nous avons finalement accepté les 50% qui s’ajoute aux 30 euros. »

Adeplus concertée par SNCF ?

Lors de cette rencontre, SNCF aurait reconnu son manque de communication. Elle promet de faire un effort au sujet de l’information des clients. En revanche, l’association Adeplus serait dorénavant consultée en ce qui concerne les travaux, les changements de lignes et autres modifications. L’avis des usagers semble compter. « Nous répondrons présent« , s’enthousiasmait la présidente d’Adeplus, « le plan de transport 2013 ne se fera pas sans nous c’est sûr !« .

(avec zoomdici.fr).

Posted in Auvergne | Tagué: , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :