ARDSL Association Rail Dauphiné Savoie Léman

Le blog des usagers

Posts Tagged ‘Le Semnoz’

Les projets de remontées urbaines existent mais peinent à être financés

Posted by ardsl sur 27 septembre 2012

Ils l’ont baptisé “le Fil”… Dans l’agglomération annecienne, voici plusieurs années qu’une association remue ciel et terre pour tenter d’imposer l’idée d’une liaison par câble entre La Balme-de-Sillingy, au nord, et le centre-ville d’Annecy.

Un rêve censé transformer les embouteillages du secteur en lointains souvenirs. Une étude réalisée par le cabinet annécien Cime pour le compte de la Communauté de communes Fier et Usses, avait conclu, en 2011, à la faisabilité technique du projet et l’avait estimé à 150 millions d’euros pour 15 kilomètres.

Séduisant sur le papier, le concept avait même, un temps, rallié certains élus. « J’y crois », estimait à l’époque le maire de La Balme, François Daviet. Il a depuis révisé sa position.

Le coût d’une telle réalisation semble désormais un obstacle infranchissable. « Belle idée, mais c’est bien trop cher », a lâché Bernard Accoyer (député-maire UMP d’Annecy-le-Vieux, 1er vice-président de la C2A) devant quelques journalistes.

Rigaut : « Ce n’est pas le moment de planter des pylônes partout »

En mars dernier, Jean-Luc Rigaut, maire et conseiller général d’Annecy (NC) estimait de son côté que « ce n’est pas le moment de planter des pylônes partout ».

Quant aux associations d’usagers des transports, à l’image de la FNAUT, elles n’ont jamais caché leurs réticences.

Sur l’axe La Balme – Annecy, c’est désormais la solution du bus à haut niveau de service qui tient la corde. Même si les membres de l’association du Fil veulent encore y croire.

Les autres idées de téléportés qui fleurissent dans le département de la Haute-Savoie relèvent pour leur part davantage des liaisons vallée-montagne que du transport urbain pur. C’est le cas par exemple de la connexion Magland – Flaine, à la recherche de financement ou encore de l’idée de connecter Seynod et le Semnoz.

Ce projet consisterait à installer une télécabine entre la sortie d’autoroute Seynod-Sud et la station qui domine le lac d’Annecy. Coût estimé : 30 millions, dont personne n’a évidemment pour l’heure le moindre euro.

Une dernière idée est en revanche plus avancée. C’est celle de la liaison entre Talloires et le col de la Forclaz, au-dessus du lac d’Annecy. Objectif : supprimer les 4000 véhicules qui, certains jours d’été, gravissent la route. Cent mille euros d’études ont déjà été dépensés et le maire de Talloires espère voir les travaux débuter en 2014. Le député Accoyer a lui-même relevé les manches pour pousser le dossier.

(Avec Le Dauphiné Libéré).

Publicités

Posted in Associations, Bassin annecien, Vallée de l'Arve | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Sibra : les tarifs augmentent de 3% au 1er septembre

Posted by ardsl sur 11 septembre 2012

Le Conseil de Communauté de l’agglomération d’Annecy a adopté le 29 mars 2012 les tarifs des bus urbains de la Sibra en vigueur à partir du 1er septembre. L’augmentation moyenne sera de 3%.

Par 86 voix pour et une contre, les conseillers communautaires ont validé la grille tarifaire 2012-2013 de la Sibra.

La hausse moyenne est importante (3%) en raison du choix de répercuter intégralement sur les usagers la hausse de la TVA en vigueur depuis le 1er janvier (lire). Les principales évolutions tarifaires appliquées depuis le 1er septembre :

  • le ticket à l’unité passe de 1,20€ à 1,30€.
  • le carnet de 10 tickets adulte est à 9,90€ (contre 9,60€ auparavant).
  • le carnet de 10 tickets corail (réservé aux seniors dès 65 ans) est à 8,20€ (contre 7,90€ auparavant).
  • le pass 24h coûte 3,30€ (au lieu de 3,20€).
  • le pass 7 jours coûte 14€ (au lieu de 13,50€).
  • l’abonnement liberté mensuel vaut 40,30€ (au lieu de 39€).
  • l’abonnement liberté annuel coûte 305€ (au lieu de 296€).
  • l’abonnement corail mensuel vaut 24€ (au lieu de 23,20€).
  • l’abonnement corail annuel coûte 174€ (au lieu de 169€).

On note une simplification de la tarifications jeunes qui s’applique désormais à tous les moins de 26 ans. Dans le détail :

  • le carnet de 10 tickets jeunes est passé de 6,90€ à 7,10€.
  • l’abonnement jeunes mensuel est passé à 21€ (contre 20,30€ pour l’ancien abonnement surf mensuel).
  • l’abonnement jeunes annuel est passé à 130€ (contre 127€ pour les anciens abonnements surf annuel et pirate annuel.

Les tarifs de la ligne d’été ont été revus à la hausse dès le 1er juin. L’aller-retour au Semnoz coûte 5,30€ (au lieu de 5,20€ en 2011).

Les tarifs de Velonecy sont inchangés.

Bilan 2011

  • Fréquentation : plus de 15 millions de voyages (+1,3% par rapport à 2010).
  • Recettes : 5M€ (+2%).
  • Dépenses d’exploitation : 18,5M€ (+5,2%).

Articles publiés par Le Dauphiné Libéré le 19 avril

Posted in Bassin annecien, Fréquentation, Tarification | Tagué: , , , , | 1 Comment »

Albanais Voyages assure désormais la ligne hivernale entre la gare d’Annecy et le Semnoz

Posted by ardsl sur 9 janvier 2012

Le chalet nordique du Semnoz

Le Semnoz n’est pas accessible uniquement en voiture individuelle. Mais on n’est encore loin d’un site accessible uniquement en transports publics, comme cela était affiché dans le dossier d’Annecy 2018.

Le dossier remis au CIO promettait que le Semnoz serait accessible uniquement en transports collectifs. Lors du vote, Annecy a recueilli seulement 7 voix. Une telle déconfiture pousse la quasi totalité des partisans d’Annecy 2018 à ne pas relancer une candidature pour les Jeux d’hiver 2022. Mais que reste-t-il de cette idée d’un Semnoz sans voiture individuelle ?

Elle semble avoir été oubliée par les promoteurs de la candidature d’Annecy 2018. Le conseiller général du canton d’Annecy Nord-Ouest, le socialiste Christian Jeantet, avait soulevé publiquement cette problématique à l’automne 2011 lors d’un Conseil d’agglomération de la C2A (la Communauté de l’agglomération annecienne). Il souhaitait que des efforts soient faits pour aller dans le sens du renforcement de la desserte en transports publics du Semnoz. L’exécutif (la C2A est présidée par le maire d’Annecy, Jean-Luc Rigaut (NC) ; son vice-président est le maire d’Annecy-le-Vieux, Bernard Accoyer (UMP)) s’était alors défaussé de la question en expliquant que cela relevait du SIPAS (le syndicat intercommunal pour la protection et l’aménagement du Semnoz, présidée par la conseillère générale et maire de Seynod, Françoise Camusso (UMP).

La desserte estivale du Semnoz est organisée et assurée par la C2A et la Sibra. 6 allers-retours sont mis en place entre la gare d’Annecy et le Semnoz. Ce service fonctionne les week-ends du mois de juin et tous les jours en juillet et en août.

La desserte hivernale du Semnoz est organisée par le SIPAS. Le transport était assuré par la compagnie Crolard. Mais cet hiver, ce n’est plus cette compagnie qui assure les navettes entre Annecy et le Semnoz. Pour autant la page sur la navette du Semnoz n’a pas disparu du site Internet de ce transporteur. Le service proposé à l’hiver 2010-2011 comprenait :

  • la desserte de la gare d’Annecy, de la mairie d’Annecy et de l’auberge de jeunesse d’Annecy.
  • 3 allers-retours quotidiens du 18 décembre 2010 au 2 janvier 2011 et du 26 février au 13 mars 2011 avec des départs à 8h45, 11h30 et 14h d’Annecy et des retours à 9h30, 13h et 17h30 du Semnoz.
  • 2 allers-retours les mercredis (hors vacances scolaires de la zone A) avec des départs à 11h30 et 14h00 d’Annecy et des retours à 13h et 17h30 du Semnoz.
  • 3 allers-retours quotidiens les week-ends (hors vacances scolaires de la zone A) avec des départs à 8h45, 11h30 et 14h d’Annecy et des retours à 9h30, 13h et 17h30 du Semnoz.
  • un aller-retour à 5,20€.
  • la vente des billets au guichet Voyages Crolard à la gare routière sud d’Annecy ou auprès du conducteur.

Le car de la société Albanais Voyages embarque ses passagers pour le Semnoz au départ d'Annecy

Pour l’hiver 2011-2012, le SIPAS a missionné la société Albanais Voyages, basée à Rumilly, pour assurer la desserte entre la gare d’Annecy et le Semnoz. La communication sur cette ligne est pour le moins minimaliste. Même sur son site web, la sociéte ne mentionne pas les tarifs pratiqués sur la ligne. L’ARDSL a donc dû téléphoner à Albanais Voyages pour connaître le prix de l’aller-retour entre Annecy et Le Semnoz. Un aller-retour au Semnoz vous coûtera donc 5,40€.

3 allers-retours sont proposés :

  • départs de la gare SNCF d’Annecy (rue de l’Industrie, près du pôle d’échanges des bus de la Sibra) à : 8h45, 11h45 et 13h45.
  • départs du Semnoz à : 9h45, 13h et 17h30.

Les cars desservent aussi la mairie d’Annecy.

La ligne fonctionne tous les jours du 17 décembre 2011 au 2 janvier 2012 et du 11 février au 4 mars. Elle fonctionne aussi les week-ends du 7 janvier au 5 février.

L’ARDSL a testé cette ligne samedi 7 janvier. Nous étions à abord des cars partant d’Annecy à 13h45 et du Semnoz à 17h30. À la montée, le car a transporté une quinzaine de personnes. À la descente une trentaine de personnes étaient présentes.

Les points positifs de la ligne Annecy gare – Le Semnoz

  1. Un tarif attractif (5,40€) face à l’autosolisme. C’est un paramètre que les automobilistes se rendant au Semnoz ne prennent pas en considération. Le carburant pour un aller-retour coûte près de 8€. Nous avons pu remarquer que la ligne est majoritairement utilisée par des jeunes qui ne possèdent par forcément une voiture ou le permis.
  2. Des horaires adaptés à des demi-journées de ski. On peut partir à 8h45 et finir sa sortie ski à 13h. On peut partir à 11h45 et passer l’après-midi au Semnoz avant de redescendre par le dernier car à 17h30.
  3. Une dernière montée à 13h45. Le dernier départ d’Annecy permet d’être à 14h30 sur les pistes et de profiter de 3h de glisse. Cela permet aussi de prendre le repas du midi à son domicile, avant de rejoindre les pistes.

Les points négatifs de la ligne Annecy gare – Le Semnoz

  1. Une tarification dissuassive pour les couples et les familles. Le tarif unique de l’aller-retour à 5,40€ n’est pas de nature à convaincre les familles ou les couples d’utiliser le car pour se rendre au Semnoz. Le coût du carburant pour une voiture est inférieur au prix de 2 allers-retours en autocar.
  2. Une tarification qui n’incite à pas l’utilisation des transports publics. Les utilisateurs de la navette entre la gare d’Annecy et le Semnoz ne bénéficient ni de forfaits à prix réduits, ni de forfaits combinés. Il est regrettable qu’une tarification combinant le transport et le forfait (alpin ou nordique) ne soit pas mise en place. Il est également regrettable qu’il n’existe pas de tarification combiné avec les transports urbains de la Sibra et les transports ferroviaires (depuis Groisy et Rumilly).
  3. Aucun abonnement n’est possible. L’offre s’adresse essentiellement à un public qui se rend occasionnellement au Semnoz. Or la station du Semnoz délivre de nombreux forfaits saisons. Il est nécessaire de mettre en place un tarif réduit à la saison et pour les personnes se rendant plusieurs fois par mois au Semnoz.
  4. Une information quasi inexistante. Aucune publicité n’est faite pour faire connaître le service. Les cars n’ont pas un habillage spécifique (contrairement à la ligne d’été de la Sibra). Il n’existe ni fiche horaire téléchargeable, ni fiche horaire papier. L’achat des forfaits est possible sur Internet, mais on ne peut pas acheter de titres de transport sur le net. Désormais, le chauffeur du car est le seul à vendre les billets.
  5. Des horaires inadaptés aux horaires des bus de la Sibra le dimanche. Les  horaires des cars pour le Semnoz et les horaires des Dim’ Bus de la Sibra ne sont pas coordonnés. Autrement dit, on ne peut pas utiliser cette ligne les dimanches et jours fériés, sauf à habiter près de la gare ou de la mairie d’Annecy.
  6. Un service qui n’est pas quotidien. Jusqu’à nouvel ordre, la station du Semnoz n’est pas ouverte uniquement le week-end et les vacances scolaires. Aucun service n’est assuré du lundi au vendredi en dehors des vacances scolaires. C’est une conception pour le moins étrange de l’utilité des transports collectifs. Il convient de remarquer que les services qui étaient assurés les  mercredis hors vacances scolaires ont été supprimés avec le changement de transporteur.
  7. Un dernier départ du Semnoz trop tardif. Le dernier car ne quitte le Semnoz qu’à 17h30. Les utilisateurs de transports collectifs doivent attendre dans le froid le départ du car. La salle hors sac ferme à 17h15. La plupart des automobilistes quittent la station bien avant 17h30. Il est certain qu’un départ aussi tardif n’est pas de nature à inciter les automobilistes à se rendre au Semnoz avec un autre mode de transport.
  8. Une offre de 3 allers-retours très insuffisante. Il n’y a que deux véritables horaires pour les retours à 13h et 17h30. La capacité réelle de transports publics desservant le Semnoz se limite donc à une centaine de passagers par jour. La station du Semnoz attire plusieurs milliers de personnes qui résident principalement dans le bassin annecien. L’offre devrait être adaptée à la fréquentation réelle du Semnoz. Ce profond décalage entre les besoins et l’offre de transports publics met en évident une conception étonnante de l’utilité des transports publics. Avec une offre aussi réduite, la ligne Annecy – Le Semnoz ne peut attirer qu’une clientèle captive. Une cadence à la demi-heure toute la journée parait être le niveau minimal pour avoir une offre permettant un report modal. La fréquence pourrait grimper à un car toutes les 5, 10 ou 15 minutes lors des jours de grande fréquentation.
  9. Une offre qui s’adresse qu’aux Anneciens ou presque. Les habitants de Seynod, Saint-Jorioz ou Sevrier, villes pourtant situées au pied du Semnoz n’utiliseront sans doute jamais, la navette reliant la gare d’Annecy au Semnoz. Il faudrait mettre en place des navettes partant de Saint-Jorioz et Seynod pour que les habitants de ces communes puissent se rendre au Semnoz sans voiture. De même, les habitants de Rumilly et Groisy n’utiliseront sans doute jamais la ligne entre la gare d’Annecy et le Semnoz que les horaires de la ligne ne sont pas synchronisés avec ceux des TER.
  10. L’absence de consignes individuelles à la station du Semnoz. Cela nuit à l’attractivité de la navette.

Le Semnoz est le domaine skiable le plus proche d’Annecy. Il est envahi par les voitures, ce qui genère une pollution importante du site. Le renforcement de la desserte en transports publics du Semnoz représente un enjeu majeur pour une mobilité durable dans le bassin annecien entre lac et montagnes. Il est en effet préférable pour l’environnement que les utilisateurs du Semnoz puissent se livrer des activités sportives de plein air sans avoir à parcourir le trajet entre la ville et la montagne en voiture individuelle.

Les jours de grande fréquentation, le Semnoz se transforme en une gigantesque aire de stationnement automobile légal ou sauvage.

La desserte actuelle du Semnoz en transport collectif depuis Annecy n’est vraiment intéressante que pour des personnes sans voiture et sans contrainte horaire et qui ne vont qu’occasionellement à la montagne.

Peu consistante et chère, elle n’est en revanche absolument pas attractive pour les couples et les familles disposant d’une voiture, d’autant plus que le stationnement est gratuit au Semnoz.

Posted in Bassin annecien, Loisirs, Politique, Tarification | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :