ARDSL Association Rail Dauphiné Savoie Léman

Le blog des usagers

Posts Tagged ‘Mark Muller’

La « Genferei 2012 » récompense Michèle Künzler et la gestion des TPG

Posted by ardsl sur 7 juillet 2012

La conseillère d’État Michèle Künzler a reçu le prix satirique de la « Genferei d’or 2012 » pour la réforme chaotique du réseau des Transports publics genevois.

Cérémonie en grande pompe vendredi 6 juillet dans la cour de l’Hôtel-de-Ville de Genève pour l’attribution de la « Genferei » d’or 2012. La conseillère d’État Michèle Künzler qui a été primée pour la réforme du réseau de Transports publics genevois (TPG) en décembre 2011 a accepté ce prix avec beaucoup d’humour.

Pour cette édition 2012, quatre autres candidats étaient cités. Il s’agit de l’ex-conseiller d’État Mark Muller pour son « empoignade virile » dans une boîte de nuit, de l’ex-procureur général Daniel Zappelli pour sa subite démission, de la conseillère d’État Isabel Rochat pour ses déclarations hasardeuses et du syndicat de la police pour l’originalité de ses actions.

Selon le comité d’organisation, une « Genferei » (Genevoiserie) s’apparente à un projet si mal ficelé qu’il se démonte de lui-même tout en coûtant très cher ou alors c’est une politique intempestive et lourde de conséquences imprévues s’apparentant à la gaffe.

(Avec ATS).

Publicités

Posted in Genève | Tagué: , , , , , | Leave a Comment »

Michèle Künzler : « la priorité doit revenir aux transports publics »

Posted by ardsl sur 14 février 2012

Dans vingt mois, le gouvernement genevois se représentera devant les électeurs. La Tribune de Genève a passé l’ensemble des sept conseillers d’État sur le grill.

Michèle Künzler, s’il fallait repenser le réseau TPG, opteriez-vous pour le système à trois lignes de tram ?

Oui, car le principe permet au réseau de grandir. Le système ne fonctionne pas encore de manière satisfaisante, mais il a le mérite de remplir l’objectif qui était d’augmenter les prestations des Transports Publics Genevois de 25% en deux ans.

Quelle part des dysfonctionnements assumez-vous ?

Je ne suis pas directrice des TPG, seuls deux collaborateurs de mon département ont travaillé à la conception du réseau. Par contre, sa mise en place a fait apparaître une crise de management au sein des TPG.

La direction et le conseil d’administration des TPG ont mal réagi…

La direction s’est bien ressaisie suite à mon intervention, mais l’action du conseil d’administration était assez faible. Son président était malheureusement peu présent.

Quelle est votre vision de la mobilité ?

Je la pense au niveau de l’agglomération ! Nous travaillons avec nos voisins français pour créer des P+R et des trams. Plus on approche de l’hypercentre, plus l’interconnexion des modes de transports doit être efficiente. Ici, la priorité doit revenir aux piétons, puis aux transports publics et évidemment aux véhicules de livraison.

On vous reproche de ne pas empoigner de gros dossiers, comme la traversée du lac. Que répondez-vous ?

Mark Muller voulait se charger de la traversée du lac, le Conseil d’État la lui a confiée. Mes priorités sont la piétonnisation des centres urbains, l’extension du réseau de trams et de la gare Cornavin.

Après deux ans, êtes-vous à l’aise dans votre rôle de conseillère d’État ?

Je me suis sentie tout de suite bien et à ma place dans cette fonction. On trouve surprenant de me voir à ce poste parce que je viens d’un milieu populaire. On me juge sur ma coupe de cheveux. On pourrait plutôt évoquer mon respect pour l’institution et mon sens des responsabilités.

Votre coupe de cheveux ? Y a-t-il du sexisme au sein du Conseil d’État ?

Un certain paternalisme… Avec l’arrivée des trois femmes, j’inclus la chancelière, l’équilibre de l’équipe a changé. Cela tient aussi à la répartition des dossiers. Ce rapport de force imposé au départ a plombé l’ambiance, mais il en faut plus pour me décourager.

Forces et faiblesses

Michèle Künzler possède les qualités de ses défauts. La conseillère d’État se dit consciente de ses faiblesses et les assume.

Ses faiblesses : ses opposants politiques lui reprochent d’être trop naturelle et transparente; certains critiquent son look et sa manière de s’exprimer en public. Beaucoup évoquent un manque de vision et aimeraient la voir empoigner de grands dossiers.

Ses forces : politicienne de compromis, la magistrate accumule les petites victoires sur le terrain. Ses partenaires et employés parlent d’une femme travailleuse, respectueuse, à l’écoute et sachant faire confiance.

Posted in Genève | Tagué: , , , | Leave a Comment »

L’État et la ville de Genève au chevet de Bel-Air et des futures gares du CEVA

Posted by ardsl sur 9 janvier 2012

L’aménagement des gares du CEVA fera l’objet d’une concertation accrue. Et la recette vaut aussi pour la place Bel-Air.

L’aménagement de la place Bel-Air n’est pas du goût de nombreux Genevois. À Bel-Air, tout n’est pas perdu. L’État et la ville de Genève vont collaborer pour sauver ce qui peut l’être de l’aménagement de la place. Il s’agira dans un premier temps d’analyser les problèmes puis d’examiner comment on peut la désengorger. Cette démarche s’inscrit dans un projet plus global. Refroidies par les échecs des aménagements de la place Cornavin et de Bel-Air, les autorités veulent éviter que cela ne se reproduise. Or, avec le futur CEVA, cinq nouvelles gares vont être aménagées. Et il s’agit de ne pas les rater.

Un comité de pilotage politique a donc été créé. Il regroupe l’État et les communes concernées. Ce comité aura pour tâche de faire collaborer les différentes administrations.

Selon nos informations, c’est le conseiller d’État Mark Muller qui présidera ce comité de pilotage politique. Il semble d’ailleurs être à l’origine de cette démarche.

(Source : tdg.ch).

Posted in CEVA, Genève | Tagué: , , | Leave a Comment »

Réseau TPG : inauguration du tram 14 Cornavin – Onex – Bernex

Posted by ardsl sur 10 décembre 2011

La mise en service du tram Cornavin-Onex-Bernex (TCOB) a eu lieu samedi 10 décembre. Dimanche 11, le réseau, les horaires et les tarifs changent.7

Genève a donc inauguré le TCOB (tram Cornavin – Onex – Bernex). Il s’agit du chaînon manquant pour relier l’agglomération ouest du canton au CERN et à Meyrin, déjà desservis toutes les vingt minutes par la ligne 14. L’usager pourra dorénavant rejoindre le terminus P+R Bernex depuis Cornavin, en ajoutant une vingtaine de minutes à son temps de trajet.

Les conseillers d’Etat Michèle Künzler, Pierre-François Unger et Mark Muller ont assisté à la cérémonie de couper de rubans, en présence des représentants des villes et des communes traversées par le tram 14 : Genève, Lancy, Onex, Confignon et Bernex. Le cortège de tramways a ensuite rallié le terminus de Bernex pour la partie officielle.

En chiffres, le TCOB représente cinq années de planification, trois ans de travaux, 6,5 km de voie double, 13 nouveaux arrêts, 1500 tonnes de rails… Le nouveau tram aura mobilisé chaque jour jusqu’à 350 ouvriers et aura coûté 320 millions de francs (financement fédéral : 35%).

Avec le TCOB, c’est tout le réseau TPG qui change de visage. Ce week-end, 70% du circuit d’autobus, de trams (passant de sept à trois lignes) et de trolleybus sera modifié. Cette mue historique prend effet en même temps que le passage au nouvel horaire.

Genève abandonne ainsi le concept d’axes pour adopter celui de lignes. Le corollaire étant que les clients des TPG devront se soumettre aux contraintes des transbordements plus fréquents. À cet effet, le nouveau réseau comptera quatre interfaces : Cornavin, Stand, Plainpalais et Bel-Air. Concernant les deux derniers sites, il est prévu que le trafic piéton – uniquement – augmente respectivement de 170 et 80%.

La colonne vertébrale TPG

Le défi des «nœuds» TPG est donc colossal. Un service d’information, avec des agents de proximité, accompagnera les usagers. Quelles autres garanties offre la régie publique autonome, par exemple à Bel-Air ? À cet endroit, le trafic motorisé, les piétons et les vélos sont censés circuler en harmonie. «Tout a été prévu», nous assurent les TPG. À condition bien sûr que les restrictions de passage à la rue du Rhône soient enfin observées, et que l’ensemble des usagers du secteur se respectent. Ceci est surtout valable au passage pour piétons du bout de la rue du Rhône. Lieu tout aussi délicat : le passage de la Monnaie, dont le franchissement devrait être amélioré. Actuellement, l’écoulement piéton y est fortement contrarié en raison d’un chantier. Ce dernier n’est pas censé se terminer avant le printemps 2012.

Le tarif d’un billet « Tout Genève » valable pendant 60 minutes passe à compter du 11 décembre par exemple de 3 à 3,50 francs.

Le prolongement de la ligne numéro 14 – un tronçon de 2,3 km jusqu’à Bernex-Vailly – est prévu pour fin 2014. Les travaux devraient commencer début 2012. Ces aménagements, ainsi que la ligne ferroviaire du CEVA, dont le chantier a débuté il y a moins d’un mois, se font dans la perspective du passage attendu de Genève à une agglomération d’un million d’habitants.

(Source : La Tribune de Genève et ATS).

Posted in Genève | Tagué: , , , , | Leave a Comment »

Les travaux du CEVA ont officiellement commencé

Posted by ardsl sur 15 novembre 2011

Doris Leuthard. (Photo : Joël Grandcollot).

Le premier coup de pioche du chantier de la ligne ferroviaire du CEVA a été donné mardi 15 novembre à Genève. Le Conseil d’État genevois au grand complet a assisté à la cérémonie, accompagné par la conseillère fédérale Doris Leuthard, cheffe du Département des transports et de William Lachenal, président de l’AEDTF et de l’ARDSL.

Jean-Jack Queyranne (président de la Région Rhône-Alpes, député). Photo : Joël Grandcollot.

Près d’un siècle après la convention conclue entre le canton de Genève et la Confédération, le premier coup de pioche du chantier de la liaison ferroviaire Cornavin-Eaux-Vives-Annemasse (CEVA) a été donné mardi 15 novembre à Genève. L’inauguration est prévue pour décembre 2017.

Doris Leuthard, cheffe du Département de l’environnement, des transports, de l’énergie et de la communication (DETEC), le président du gouvernement genevois Mark Muller, le patron des CFF Andreas Meyer, ainsi que le président du Conseil régional Rhône-Alpes Jean-Jack Queyranne ont détruit un heurtoir de voie ferroviaire à la gare de marchandises de La Praille.

Andreas Meyer (directeur des CFF). Photo : Joël Grandcollot.

Le geste symbolise la fin du « cul-de-sac » entre les réseaux ferrés suisse et français de part et d’autre de l’agglomération genevoise. La cérémonie s’est déroulée devant deux locomotives affrétées pour l’occasion, l’une de 1912 (date de la convention entre Genève et la Confédération), l’autre flambant neuve construite en 2011.

La cérémonie s'est déroulée devant une locomotive de 1912 et une autre de 2011. (Photo : Joël Grandcollot).

Revitalisation du développement 

Dans son discours, Doris Leuthard a rappelé que le chantier du CEVA inaugure une série de grands projets ferroviaires en Suisse romande. Elle a aussi souligné la volonté du Conseil fédéral de répondre à la hausse de la demande en transport public.

« CEVA va générer une revitalisation du développement urbain dont Genève a grand besoin. Plus de mille logements seront construits autour des gares de Lancy-Pont-Rouge, Genève-Eaux-Vives et Chêne-Bourg« , a pour sa part relevé le conseiller d’Etat Mark Muller.

D’une longueur totale de 16 kilomètres, dont 14 sur territoire suisse, la ligne ferroviaire CEVA relie Cornavin à Annemasse via cinq gares dont la conception a été confiée au bureau d’architecture Ateliers Jean Nouvel: Lancy-Pont-Rouge, Carouge-Bachet, Champel-Hôpital, Genève-Eaux-Vives et Chêne-Bourg.

Le tracé de CEVA est majoritairement souterrain et nécessite la construction de deux tunnels et de plusieurs tranchées couvertes. Deux ponts, l’un sur l’Arve, l’autre sur la Seymaz, viennent compléter les ouvrages à réaliser sur six ans.

Mark Muller. (Photo : Joël Grandcollot).

Lien pour l’agglomération

Benoît Grandcollot (Sauvons le Tonkin), William Lachenal (ARDSL/AEDTF) et Michèle Künzler (conseillère d'Etat). Photo : tdg.ch

En connectant les réseaux CFF et SNCF aujourd’hui en « cul-de-sac » ferroviaire, le CEVA permettra de créer un réseau régional (RER) à l’échelle de l’agglomération franco-valdo-genevoise, qui correspondra à la fusion du réseau régional genevois et d’une partie du réseau TER Rhône-Alpes.

CEVA couvrira un périmètre situé entre les gares de Lausanne, Bellegarde, Annecy, Saint-Gervais et Evian. Un bassin de population de près d’un million d’habitants se trouvera ainsi connecté sur un réseau ferroviaire de 230 kilomètres.

Le coût du CEVA sur Suisse s’établit à 1,567 milliard de francs, études comprises, financé à hauteur de 55,47% par la Confédération et de 44,53% par le canton de Genève. Ce financement fait l’objet d’une convention entre la Confédération, la République et canton de Genève et les CFF.

Les travaux du CEVA ont été lancés malgré le fait que des incertitudes demeurent sur le plan juridique. Le Tribunal fédéral a certes donné son aval à l’ouverture du chantier, mais en excluant le creusement du tunnel de Champel, qui fait l’objet de cinq recours. Ceux-ci doivent encore être traités par Mon Repos.

(Avec  ATS et tsrinfo.ch).

Pour en savoir plus, télécharger le dossier de presse du canton de Genève

Posted in CEVA | Tagué: , , , | Leave a Comment »

La métropole lémanique sur les rails

Posted by ardsl sur 10 novembre 2011

Les gouvernements vaudois et genevois ont signé mercredi 9 novembre au Château de Prangins (VD) un accord portant sur le développement de la « Métropole lémanique ». Les deux cantons veulent resserrer leur collaboration afin de développer la compétitivité de la région et renforcer son influence à Berne.

Les deux gouvernements ont mis sur pied de nombreuses collaborations ces dernières années, a expliqué le président du Conseil d’Etat genevois Mark Muller. Il a cité le domaine de la santé, l’agglomération franco-valdo-genevoise et, en avril 2009, la signature de l’accord sur le rail, qui prévoit le préfinancement de la 4e voie CFF Lausanne-Renens.

Vaud et Genève n’en sont plus aux balbutiements en matière de coopération, a souligné Mark Muller. Le moment est venu de créer les bases d’une organisation métropolitaine. « Métropole lémanique » ne sera pas qu’un logo, mais aussi une convention politique.

Deuxième pôle économique du pays, la région est créatrice de richesses, a poursuivi le président du Conseil d’Etat vaudois Pascal Broulis. Elle connaît depuis dix ans une progression des emplois (+16,2%), des exportations (+88%) et de la population (+14%) nettement supérieure à la moyenne nationale.

Préparer le futur de la région

La communauté de destin n’est plus discutable, a relevé le conseiller d’Etat genevois en charge de l’économie Pierre-François Unger. Les frontières n’existent plus pour les quelque 165000 personnes qui pendulent chaque jour, mais aussi pour les entreprises.

L’accord signé mercredi par trois membres du gouvernement vaudois et trois du Conseil d’Etat genevois a pour but de préparer le futur d’une région, a relevé Pascal Broulis. Il ne constitue pas une fusion, car il n’y a de loin pas accord sur tout. Mais les deux cantons amélioreront leur force de frappe à Berne en parlant d’une seule voix.

L’accord engage aussi les deux cantons à développer dans une première étape des politiques publiques au plan métropolitain.

Selon Pascal Broulis, une extension à d’autres cantons ou entités n’est pas exclue ultérieurement. Mais il faut d’abord consolider l’accord, et avancer « à petits pas« .

Enjeux prioritaires

La mobilité (transports ferroviaires, autoroutiers et trafic d’agglomération) constitue un enjeu prioritaire. Le dynamisme économique et démographique a des effets positifs, mais aussi ses faiblesses, comme le faible taux de déplacement en transports publics (27% seulement), a relevé le chef du département vaudois des infrastructures François Marthaler.

Les deux cantons doivent rattraper leur retard dans le domaine. L’accord de collaboration a défini trois autres priorités : la recherche (hautes écoles, hôpitaux universitaires, recherche et développement), l’accueil des fédérations sportives et organisations internationales, ainsi que la promotion du pôle d’excellence dans le domaine de la santé.

Des mesures immédiates

Les deux gouvernements vont adopter différentes mesures immédiates, dont la création de la « statistique de la métropole lémanique« , a annoncé Mark Muller. Ils prévoient aussi une plateforme commune avec les partenaires publics et privés concernés.

L’objectif est la défense du développement des infrastructures routières et ferroviaires d’importance nationale. Dans une seconde étape, d’ici fin 2012, Vaud et Genève établiront un cadre juridique et institutionnel adapté à la « Métropole lémanique », a-t-il précisé. Ce cadre pourrait être une association.

(Source : ATS et tsrinfo.ch)

Posted in Genève, Vaud | Tagué: , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :