ARDSL Association Rail Dauphiné Savoie Léman

Le blog des usagers

Posts Tagged ‘Morez’

Les hirondelles prennent le train

Posted by ardsl sur 26 septembre 2012

123 kilomètres entre Dole et Saint-Claude, 36 tunnels, 18 viaducs : la ligne ferroviaire des hirondelles est une ode trissante et aérienne aux merveilles du Haut-Jura. Attention à la fermeture des portes…

D’elle, Raymond Devos aurait dit qu’elle n’a pas de sens. Drôle de ligne en effet qui impose à notre fringant autorail diesel – on aurait préféré une vieille locomotive à vapeur… – de changer trois fois de direction en une centaine de kilomètres pour s’adapter au relief tout en plateaux et reculées et, surtout, ne rien perdre d’un paysage qu’en son temps, Auguste Pointelin aima peindre tout en poésie et en tendresse.

Exploitée depuis 2003 par les Offices de tourisme de Dole et Saint-Claude et le TER Franche-Comté sur la base d’une liaison commerciale préexistante, la ligne des Hirondelles emprunte, aller-retour, un parcours imaginé fin 19e et dont l’audace technique le dispute à la beauté des paysages : 123 kilomètres, entre Dole et Saint-Claude via 36 tunnels et 18 viaducs, chef-d’œuvre du génie de l’homme enchâssés dans un écrin merveilleusement naturel, voire surnaturel lorsque le train, en équilibre entre deux à-pics, comme flottant entre ciel et terre, laisse derrière lui le col de la Savine (948 mètres d’altitude) pour plonger, deux cents mètres plus bas sur, Morez, capitale de la lunette, et trois cents autres mètres plus bas sur Saint-Claude et ses pipiers.

Les pauvres mains des ouvriers

Il y a là sans aucun doute une véritable prouesse technologique pour les bâtisseurs de l’époque dont André Besson, l’emblématique écrivain franc-comtois, et les Moréziens diront qu’ils tutoyaient les hirondelles tant ils opéraient près des nuages. Il en sera ainsi près d’un demi-siècle, le temps, notamment, de relier Andelot-en-Montagne et Saint-Claude et de percer 25 tunnels pour venir à bout d’une nature si belle mais franchement hostile. À l’époque, point de tunnelier mais les seules pauvres mains des ouvriers, pour beaucoup venus d’Italie et, au bilan, beaucoup de sueur et des larmes aussi : le risque était partout, compagnon de route au quotidien. Mais pour quel résultat !

Comme un apéritif…

Reste qu’au-delà des considérations techniques, le grand mérite de cette ligne des Hirondelles (qui vient tout juste de fêter son centenaire) est d’ouvrir grand les portes du Haut-Jura. Comme un apéritif appelle le bon repas et augure de plaisirs à venir. Ce jour-là, Jean-Pierre Cuinet, retraité bénévole, est le guide-animateur du petit groupe. 35 personnes au départ de Dole, pour l’essentiel des gens du cru. Une chorale autochtone en ballade entre deux balades. Jean-Pierre ? L’encyclopédie de la ligne des Hirondelles.

Un peu plus de deux heures durant, le temps de gagner Saint-Claude en doublant Arc-et-Senans (la saline royale), Arbois (son vin), Mouchard (la gare préférée d’Edgar Faure), Champagnole (la porte d’entrée du Haut-Jura), Syam (les forges) et Morbier (le fromage), il va très joliment raconter le parcours, son histoire, celle de la région, pimentant son exposé magistral de petits secrets et d’anecdotes. Comme icelle : les aiguillages de la ligne sont gérés depuis Dijon à l’exception de celui de la gare d’Andelot ; du coup, c’est le chef de gare lui-même qui doit enfourcher son vélo, été comme hiver, pour aller régler le dispositif à 200 m de là… Furieusement Tati, non ?

Les exploitants de la ligne des Hirondelles proposent, au départ de Dole (à 10h21) et trois fois par semaine (les mardis, mercredis et samedis, jusqu’au 31 octobre), un aller-retour dans la journée avec notamment une formule Prestige à 55€ incluant le transport avec guide et, à Saint-Claude (arrivée à 12h37), le repas de midi dans un restaurant, la visite du musée de la pipe et du diamant et de la cathédrale ainsi qu’un pot d’au-revoir à la gare avec, évidemment, comté et vin du Jura. Retour par le TER de 17h25 à Saint-Claude. Arrivée à Dole à 19h45.

Renseignements et réservations : Office de Tourisme du Pays de Dole,  6 Place Grevy –  39100 DOLE.  Tel : 03.84.72.11.22 ou info@tourisme-paysdedole.fr

Le trajet ferroviaire entre Dole et Saint-Claude peut s’effectuer en dehors de cette formule touristique. Horaires des TER :

  • au départ de Saint-Claude : 4h49 (les lundis et le 2 novembre), 6h25, 9h54 et 17h25.
  • au départ de Dole : 6h14, 10h21, 11h14, 18h21 (les vendredis, dimanches ainsi que le 31 octobre et 1er novembre).

Horaires détaillés des TER Saint-Claude – Dole

(Avec L’Alsace).

Publicités

Posted in Jura, Loisirs | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 1 Comment »

Ligne des Hirondelles : des trains spéciaux pour une randonnée sportive et des TER supprimés

Posted by ardsl sur 21 juin 2012

La 24ème édition de la Tram’Jurassienne a eu lieu dimanche 24 juin 2012 à Champagnole (Jura). Les participants emprunteront des trains spéciaux au départ de la gare de Champagnole. Certains trains réguliers sont remplacés par des cars.

Près de 5000 randonneurs à pied ou à vélo sont attendus dimanche 24 juin à Champagnole pour participer à la Tram’Jurassienne.

Les participants sont acheminés par des trains spéciaux au départ de Champagnole à La Chaux-des-Crotenay ou à Saint-Laurent-en-Grandvaux.

En 2011, deux trains spéciaux avaient été mis en place avec des voitures Corail et des RRR (rames régionales réversibles) tractées par des BB69400.

Les VTTistes seront acheminés en train jusqu’à Saint-Laurent-en-Grandvaux. Ils regagneront Champagnole par des itinéraires long de 38 à 72km.

Les marcheurs seront acheminés en train jusqu’à La Chaux-des-Crotenay. Ils devront ensuite parcourir de 15 à 25km pour regagner Champagnole.

4 trains spéciaux partiront de Champagnole à 7h, 8h09, 9h18 et 10h27.

Pour permettre la circulation des trains spéciaux, les TER suivants sont supprimés :

  • 895502 : Morez 7h01 – Dole 8h45
  • 895505 : Andelot 7h08 – Morez 8h34
  • 895508 : Saint-Claude 9h54 – Andelot 11h58
  • 895511 : Dole 10h21 – Saint-Laurent-en-Grandvaux 11h44.

Télécharger les horaires des 4 cars de remplacement

Posted in Jura, Loisirs, Matériel | Tagué: , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Travaux entre Saint-Claude et Lyon du 9 au 28 juillet

Posted by ardsl sur 21 juin 2012

La gare d’Oyonnax. Photo : Vincent Chauvet.

La ligne ferroviaire qui relie Andelot (Jura) à La Cluse (Ain) par Saint-Claude et Oyonnax devait être fermée du 9 juillet au 31 août 2012. RFF prévoyait des travaux de modernisation (pose de rails de sécurité) et des travaux de maintenance (pose de traverses). RFF avait fait cette annonce lors du comité de ligne à Morez (Jura), le 8 novembre 2011.

Finalement, RFF a renoncé à fermer la section La Cluse – Oyonnax qui a rouvert en décembre 2010, après plus de 5 ans de fermeture. Cette section a été modernisée dans le cadre de la modernisation de la ligne du Haut-Bugey. La section Oyonnax – Saint-Claude est fermée uniquement du 9 au 26 juillet.

Le TER 886402/3 (Saint-Claude 5h56 – Oyonnax 6h33/34 – Bourg-en-Bresse 7h27/37 – Part-Dieu 8h26) est supprimé :

  • entre Saint-Claude et Oyonnax du 9 au 28 juillet.
  • entre Bourg-en-Bresse et Lyon du 9 au 27 juillet. Pas de substitution.

Le TER 886404/5 (Saint-Claude 7h07 – Oyonnax 7h43/44 – Bourg-en-Bresse 8h34/44 – Part-Dieu 9h26) est supprimé uniquement entre Saint-Claude et Oyonnax du 9 au 27 juillet.

Le TER 886428 (Saint-Claude 17h42 – Oyonnax 18h19/21 – Bourg-en-Bresse 19h22) est supprimé uniquement entre Saint-Claude et Oyonnax les 15 et 22 juillet.

Le TER 886407 (Bourg-en-Bresse 17h21 – Oyonnax 18h18/20 – Saint-Claude 18h57) est supprimé uniquement entre Oyonnax et Saint-Claude du 8 au 27 juillet.

Le TER 886409 (Bourg-en-Bresse 18h23 – Oyonnax 19h20/22 – Saint-Claude 19h59) est supprimé uniquement entre Oyonnax et Saint-Claude du 8 au 26 juillet.

Télécharger les horaires des cars de remplacement entre Oyonnax et Saint-Claude

Posted in Ain, Jura, Rhône, Travaux | Tagué: , , , , , , , , | 1 Comment »

Le Nyon Saint-Cergue prêt à vivre une révolution

Posted by ardsl sur 11 mars 2012

De nouvelles rames, plus de confort, des gares mieux sécurisées, et une cadence au quart d’heure, tout ça en décembre 2015.

Après son sauvetage dans les années 1980 (lire l’historique de la ligne Nyon – Morez), le petit train rouge vivra une nouvelle révolution. D’abord annoncée pour 2013, puis repoussée à 2014, la cadence au quart d’heure interviendra en décembre 2015. «Nous avons déposé le plan d’investissement en octobre dernier. Il s’agit donc d’une projection réaliste», assure Richard Zaugg, directeur de la Compagnie du chemin de fer Nyon Saint-Cergue Morez (NStCM). Pour parvenir à relever ce défi horaire, la société ferroviaire devra acquérir de nouvelles rames, réaliser un point de croisement à Arzier, automatiser les aiguillages et déménager son dépôt de 1916.

Depuis 2004 – année où la gare enterrée de Nyon a été mise en fonction – le chemin de fer n’a plus connu d’évolution. Pendant ce temps, la fréquentation des voyageurs a augmenté de 58%. En 2010, le train a transporté 1,25 million de personnes. Et cette croissance va se poursuivre puisque le projet d’agglomération franco-valdo-genevoise prévoit 4000 habitants et emplois supplémentaires le long de la ligne à l’horizon 2030.

Aux limites de capacité

« Le drame, c’est qu’on travaille sans filet« , précise Richard Zaugg. « On arrive aux limites de capacité aux heures de pointe et on ne dispose pas de matériel de remplacement en cas de panne. Il est donc temps de compléter et de moderniser les installations. Heureusement, les feux sont au vert à tous les niveaux. On est entré dans une ère où l’on ne considère plus ce type de train comme un objet folklorique mais comme un outil faisant partie intégrante du système global des transports publics. »

L’acquisition de matériel roulant constituera le gros morceau puisque la commande prévoit quatre nouvelles rames en 2014 puis six autres en 2018, le tout pour 66 millions. «Nous financerons ces achats par des crédits bancaires mais on aura besoin d’une indemnité de l’État de Vaud pour nous aider à combler le manque à gagner pendant les années où il faudra amortir ces investissements», explique le directeur, confiant dans les autorités politiques.

De gros travaux d’infrastructures devront accompagner ces acquisitions. A commencer par la réalisation d’un point de croisement au-dessus d’Arzier (5 millions) afin de permettre une plus grande fréquence des trains entre Nyon et Genolier. Ce tronçon est concerné par le passage de la cadence toutes les 15 minutes pendant les heures de pointe (ce cadencement sera prolongé jusqu’à Saint-Cergue dans une deuxième phase, qui n’est pas encore programmée).

D’autres améliorations importantes sont prévues : la sécurisation des haltes et des gares, l’adaptation de la hauteur des quais, des aiguillages gérés par ordinateur, et un système d’annonces aux voyageurs digne de ce nom. Ces aménagements évalués à 43 millions de francs seront pris en charge par la Confédération et le canton.

Jusqu’aux Rousses ?

A noter encore que les autorités françaises ont approché la direction de la compagnie pour lui proposer de prolonger la ligne de La Cure jusqu’aux Rousses, soit sur une distance de trois kilomètres. « L’enjeu, côté français, est de taille« , relève Richard Zaugg. « Il s’agit de désenclaver une station touristique qui compte près de 20 000 lits. » Selon le directeur, les discussions sont bien avancées.

Un immense dépôt tout près de Paléo

Construit au nord de la ville de Nyon au début du XXe siècle, le dépôt atelier du chemin de fer Nyon Saint-Cergue Morez (NStCM) est aujourd’hui en plein centre urbain. Devenu obsolète et trop petit, il ne pourra plus remplir son rôle lorsque le NStCM aura acquis ses nouvelles rames. D’où le projet de réaliser un nouveau bâtiment quatre fois plus grand.

« Nous avons signé la promesse de vente d’un terrain privé de 20 000 m2 situé juste en dessus de Paléo« , annonce le directeur de la Compagnie Richard Zaugg. « Et la commune de Trélex nous a donné un préavis positif. Nous pensons l’inaugurer en 2015. » Pour pouvoir y parquer cinq rames, les ateliers de maintenance, les unités de lavage et tous les véhicules de service, il faut de la place, beaucoup de place. Le dépôt fera donc 80 mètres de long sur 50 de large. Presque un terrain de football. Direction et administration comptent aussi y avoir leurs bureaux.

Seul un point de vente restera au centre-ville. Est-ce que ce sera l’occasion d’y aménager un P+R et une nouvelle gare pour les pendulaires? «On ne l’exclut pas mais nous n’avons pas eu de demande des communes à ce sujet», répond le directeur.

Il précise qu’en revanche une nouvelle gare sera construite au Reposoir lorsque le quartier de la Petite-Prairie se développera. Au sujet du P+R, Elisabeth Ruey Ray déclare que les autorités hésitent encore entre deux emplacements, l’un près du futur dépôt du NStCM, et l’autre vers le Parc chevalin.

Télécharger les horaires actuels de la ligne Nyon – La Cure

(Avec 24heures).

Posted in Jura, Matériel, Service 2016, Vaud | Tagué: , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :