ARDSL Association Rail Dauphiné Savoie Léman

Le blog des usagers

Posts Tagged ‘Nantes’

Guillaume Pépy : « il faut sauver les trains Intercités »

Posted by ardsl sur 13 octobre 2012

Les trains de nuits sont menacés de disparition. La liaison Genève – Hendaye pourrait disparaître au service 2013.

Auditionné le 10 octobre 2012 par la commission du développement durable et de l’aménagement du territoire du Sénat, le président de SNCF a lancé un cri d’alarme sur la pérennité des Trains d’équilibre du territoire (Intercités). Il faudrait mobiliser deux à trois milliards d’euros sur dix ans pour renouveler le matériel roulant. Le service 2013 pourrait être marqué par la suppression des lignes Lyon – Bordeaux, Genève – Hendaye et Marseille – Clermont-Ferrand.

Entre des TGV et les TER qui se sont modernisées ces dix dernières années, il y a les trains d’équilibre du territoire, aussi appelés Intercités – empruntés quotidiennement par 100000 passagers – qui continuent à chercher leur voie.

On pensait qu’ils l’avaient trouvé après la signature en décembre 2010 d’une convention de trois ans entre SNCF et l’État, qui devenait ainsi leur autorité organisatrice. Mais visiblement, de nombreux problèmes restent en suspens pour la quarantaine de lignes Intercités que compte le réseau français.

L’État a décidé de supprimer au service 2013 la liaison Lyon – Bordeaux (qui dessert Roanne). La liaison Marseille – Clermont-Ferrand va être supprimé sur le parcours le plus fréquenté entre Nîmes et Marseille. Le train de nuit Genève – Hendaye (qui dessert Lyon et Valence) est menacé de disparition. La relation Lyon – Tours (qui dessert Roanne) est maintenue, mais les temps de parcours sont revus à la hausse.

Guillaume Pépy, président de SNCF a déclaré aux sénateurs lors de son audition le 10 octobre 2012 : « les trains Intercités sont en fin de vie. C’est un sujet lourd puisque l’on parle de deux à trois milliards d’euros de matériel roulant à renouveler dans les dix ans« .

Une facture qui pourrait varier en fonction de la solution adoptée. Soit l’achat de matériel neuf qui pourrait, comme le suggéraient récemment Bombardier et Alstom, être puisé dans les méga-commandes Regiolis et de Regio 2N, trains régionaux qui moyennant quelques adaptations, pourraient être exploités sur de plus longue distance.

Soit la transformation des rames TGV de première génération. Une idée qui, selon l’AFP, serait sérieusement évoquée au sein de SNCF. Elle aurait l’avantage de doter à moindre coût certaines régions de TGV « Canada dry » comme les avait appelés Guillaume Pépy. Mais pas sûr que cela fasse rire les élus régionaux.

Augmenter la taxation des sociétés d’autoroute

Autre sujet d’inquiétude pour le patron de SNCF, le budget d’exploitation de ces trains Intercités qui est pour l’instant abondé à hauteur de 15%, soit 35 millions d’euros par les péages autoroutiers, et à 85% par une taxe sur les activités ferroviaires de SNCF. « Cette répartition doit pouvoir évoluer parce que la partie autoroutière est très faible, et plafonnée, ce qui veut dire que la partie ferroviaire augmente d’année en année« , a-t-il indiqué, ajoutant, « il me semble que cela mériterait de la part du Parlement un réexamen« .

Une proposition qui ne fait pas rire non plus les sociétés d’autoroute : dans un communiqué, elles ont soulignent qu’une telle mesure reviendrait « à augmenter encore la fiscalité pesant sur les utilisateurs d’autoroutes » et ont rappelé que « 38% des montants acquittés par les automobilistes sont reversés à l’État sous la forme de taxes et d’impôts divers« .

« La proposition du président de la SNCF, si elle était acceptée par le Parlement, viendrait à l’encontre du double objectif affiché par l’État de non augmentation de la charge fiscale pesant sur les Français, et de modération des tarifs des services publics« , ont-elles prévenu.

(Avec mobilicites.com).

Posted in Autoroutes, Auvergne, Drôme, Genève, Languedoc-Roussillon, Loire, Matériel, Politique, Provence, Rhône, Service 2013, SNCF | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Le car en passe de concurrencer le train ?

Posted by ardsl sur 8 octobre 2012

Un car Starshipper à Chambéry. Photo : Alain Caraco. Sur la relation Lyon Part-Dieu – Turin, le car a déjà remplacé le train. L’offre routière du TER est complétée par une offre privée depuis juillet 2012.

Dépassé l’autocar ? La législation qui autorise le cabotage sur les liaisons internationales pour les transporteurs devrait lui donner une seconde vie. Eurolines et Mégabus se sont déjà lancés sur le créneau. Mais aussi SNCF qui, avec ses iDBUS, vient concurrencer ses propres trains. Sans compter les considérations budgétaires qui vont œuvrer à la réhabilitation du car dans les transports en région. Explications.

La France ouvre la voie à la libéralisation des bus longue distance

Pendant longtemps, le transport intérieur par autocar sur des liaisons régulières de longue distance était interdit en France. Du coup, il était impossible de prendre un car à Rennes pour se rendre à Paris. Et le client d’un autocar reliant Paris à l’Allemagne n’était pas autorisé à descendre en chemin à Strasbourg. Depuis 2009, la législation a changé et le cabotage sur les liaisons internationales est autorisé pour les transporteurs, à condition toutefois qu’il représente moins de 50% de leur trafic et de leur chiffre d’affaires. L’idée d’une libéralisation totale des dessertes nationales, souhaitée de longue date par les professionnels, avait en revanche à l’époque été retoquée, le gouvernement trouvant le développement du car peu compatible avec le Grenelle de l’environnement. Mais elle pourrait bien ressortir des cartons. Fin 2011, le gouvernement Fillon avait même annoncé le préparation d’un projet de loi en ce sens qui n’a finalement pas été présenté. Cette nouvelle donne crée une concurrence pour les trains SNCF… Et offre une nouvelle jeunesse au car, moins rapide, mais plus économique et susceptible notamment de séduire une clientèle jeune. Un mode de transport jusqu’à présent un peu laissé de côté dans l’Hexagone.

Les transporteurs s’organisent

Acteur de longue date du transport par autocar en Europe, Eurolines, filiale de Veolia Transdev, a été le premier à se lancer sur ce nouveau créneau du cabotage, à l’été 2011, en proposant une desserte française sur ses grands trajets internationaux. Au menu dans un premier temps, des Caen – Paris, Rouen – Paris, Rennes – Paris, Rennes – Rouen, Nantes – Paris et Angers – Paris, dans le cadre de voyages du Grand-Ouest vers l’Europe de l’Est. Eurolines a ensuite multiplié les lancements de lignes (il a demandé 500 liaisons à l’Etat et en a obtenu 230, soit 115 destinations aller-retour). Il prévoit de franchir la barre des 50000 passagers transportés à fin 2012. En avril 2012, Mégabus, filiale du groupe britannique Stagecoach, a lancé à son tour une offensive choc, en proposant des Londres – Paris à partir de 1€, à bord d’une flotte d’autocars flambant neuve. Avec dans l’idée, à terme, de faire de l’ombre à Eurostar, filiale de SNCF à 55%.

SNCF lance sa contre-attaque

De son côté, SNCF n’entend pas rester sans réagir. Pour couper la route à Eurolines et Mégabus, mais aussi pour prendre des parts de marché à la voiture, la compagnie ferroviaire annonce, en avril 2012, qu’elle lancera l’été suivant un service de desserte longue distance par autocar. Quitte à concurrencer ses propres trains… « Nous espérons être prêts pour les Jeux Olympiques de Londres », note Barbara Dalibard, directrice générale de SNCF Voyages. « Nous travaillons au lancement d’une offre de qualité, confortable et populaire, sur les trajets internationaux« , explique-t-elle. « Le projet est d’ouvrir un hub à Lille, à partir duquel nous desservirons les grandes capitales européennes : Paris, Londres, Bruxelles et Amsterdam dans un premier temps« . Le 23 juillet, SNCF lance ses iDBUS, une flotte de 46 autocars dotés de places spacieuses, de sièges inclinables et équipés d’une prise électrique, et même d’un réseau WiFi. Les tarifs sont économiques -ils s’échelonnent par exemple de 49€ à 65€FN pour un Paris – Londres. Inquiet de l’arrivée de SNCF sur son territoire et de sa puissance de feu, en terme de publicité et de marketing notamment, Eurolines entend résister grâce à une politique de prix encore plus attractive.

En région aussi, le retour en grâce de l’autocar est programmé

L’autocar est aussi appelé à revenir sur le devant de la scène pour des raisons économiques. Les régions, étranglées budgétairement, vont sans doute être obligées de délaisser les liaisons ferroviaires les moins fréquentées au profit des cars. C’est ce que redoute la Fédération nationale des associations des usagers des transports (FNAUT) qui estime que le train peut et doit rester la référence en matière de transport express régional (TER) de voyageurs. SNCF se prépare à ce scénario. Ce sont aussi des raisons budgétaires qui poussent Vinci et Veolia Transdev à proposer la mise en place de lignes d’autocars express circulant sur les autoroutes. Elles permettraient d’améliorer, à coûts réduits, la desserte des zones les plus éloignées des grandes agglomérations, particulièrement en Île-de-France.

Le nouveau ministre délégué aux Transports est-il favorable au développement de l’autocar comme alternative au train ? Interrogé début octobre 2012, Frédéric Cuvillier déclare : « je n’y suis pas hostile, sous réserve que le critère soit la qualité de service rendue aux usagers. L’objectif est d’irriguer tout le territoire. On ne peut mettre des trains partout si les infrastructures et les conditions économiques ne sont pas satisfaisantes. Le sujet est le même pour les liaisons interrégionales : tout le monde n’a pas besoin du même mode de transport. L’important, c’est de répondre aux besoins de chacun ».

(Avec lesechos.fr).

Posted in Associations, Politique, Réunir, SNCF, Tarification, Veolia | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

SNCF veut concurrencer la voiture avec ses Intercités low cost

Posted by ardsl sur 13 juin 2012

Misant sur la hausse du prix de l’essence, la compagnie ferroviaire tente une percée sur le marché des vacances avec des billets « 100% éco ». À partir du 30 juin 2012, elle revisite son offre de trains Intercités avec des tarifs à partir de 15 euros. Même les couettes dans les trains de nuit seront plus moelleuses.

Pour les vacances, il y a une vie à côté des TGV. C’est le message que semble vouloir faire passer SNCF avec le toilettage de son offre commerciale sur les trains Intercités, qui sont par ailleurs en train de subir une cure de rénovation.

Chaque jour, ils transportent 100000 voyageurs contre 300000 pour les TGV.

Objectif, « ramener les automobilistes vers le train« , résume Christophe Fanichet, directeur de l’activité Intercités.

Une offre loisir pour tenter de grignoter des parts de marché sur la voiture, sans faire de l’ombre aux autres trains Intercités ou au TGV, en attendant l’arrivée d’autocars longue distance à l’intérieur du territoire français ? « Cette offre ne mange pas notre cœur de marché, les prix d’appel ne sont valables que sur le premier et le dernier train de la journée« , répond Christophe Fanichet.

Tarif Minigroupe

Et pour mieux concurrencer la voiture qui a toutefois le mérite de transporter 2 ou 5 personnes pour le même coût, SNCF lance le tarif Minigroupe, valable toute l’année : si vous voyagez à plus de deux, la troisième personne paie 10 euros supplémentaire (offre valable jusqu’au 5e voyageur). SNCF va tester ce tarif minigroupe sur une soixantaine de destinations, cet été.

Enfin, si vous voyagez en tribu et voulez rester entre vous, la compagnie propose de privatiser ses compartiments normalement prévus pour six personnes (quatre en 1ère classe). À partir du quatrième passager, pour 40€ de plus, le compartiment est à vous ! (+70€ en 1ère pour voyager à 2 au lieu de 4).

Dans de beaux draps

Pour enrayer le déclin du trafic sur les trains de nuit (lié au manque de possibilité de réserver son billet longtemps à l’avance à cause du manque de visibilité de SNCF sur les sillons que Réseau Ferré de France va lui libérer, selon Christophe Fanichet), SNCF déploie des trésors d’imagination.

Si vous êtes une femme par exemple, vous pouvez réserver en ligne un compartiment couchettes « dame seule » sur les trains de nuit. Ça, c’est gratuit.

« Non seulement on maintient nos trains de nuit, mais en plus, on va redynamiser notre offre« , explique le patron d’Intercités qui brandit la nouvelle couette douillette que SNCF a acheté en Chine pour dorloter ses passagers du Paris-Toulouse de nuit. « Elles plaisent beaucoup, peut-être même trop, elles sont souvent volées« , témoigne Béatrice Chavanel, responsable du marketing chez Intercités.

Bientôt une petite note au dessus des couchettes proposant d’acheter la couette de SNCF en gare, plutôt que de la dérober, comme pour les peignoirs dans les hôtels ? « On réfléchit à un bip antivol« , confie la représentante de SNCF. À 15 euros le coût de revient de la couette, difficile de rentabiliser le tarif low cost des Intercités de l’été…

Intercités en chiffres

Les trains Intercités font partie de la branche Proximités de SNCF qui regroupe aussi les TER et Transilien, et est depuis début juin 2012 « animée » par Joël Lebreton (ancien président de Transdev avant la fusion avec Veolia en 2011).

  • 100000 voyageurs par jour soit (contre 300000 voyageurs à bord des TGV).
  • 36 millions de voyageurs en 2011, en hausse de 2,5% par rapport à 2010.
  • 38 lignes dont les trains de nuit Paris – Briançon, Paris – Bourg-Saint-Maurice, Paris – Saint-Gervais-les-Bains, Genève – Hendaye et les lignes de jour Lyon – Bordeaux, Lyon – Tours et Lyon – Nantes.
  • 367 villes desservies dans 21 régions (dont Genève, Valence ville, Crest, Die, Luc-en-Diois, Veynes, Gap, Chorges, Embrun, Mont-Dauphin, L’Argentière, Briançon Roanne, Lyon Part-Dieu, Lyon Perrache, Chambéry, Aix-les-Bains, Rumilly, Annecy, La Roche-sur-Foron, Cluses, Sallanches, Saint-Gervais-les-Bains, Albertville, Moûtiers, Aime, Landry et Bourg-Saint-Maurice).
  • 1 milliard d’euros de chiffre d’affaires en 2011.
  • Taux de remplissage : 65% sur les trains de jour, taux non communiqué sur les trains de nuit.

(Avec mobilicites.com).

Posted in Loisirs, SNCF, Tarification | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Le train Intercités Nantes – Lyon supprimé en raison d’une grève locale

Posted by ardsl sur 6 novembre 2011

Ce dimanche 6 novembre, le Corail Intercités 4406/7 (Nantes 15h03 – Lyon Perrache 22h03) ne circulera pas entre Tours et Lyon, en raison d’une grève régionale en Touraine.

Posted in Grèves | Tagué: , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :