ARDSL Association Rail Dauphiné Savoie Léman

Le blog des usagers

Posts Tagged ‘No TAV’

Hollande et Monti veulent remettre le Lyon – Turin sur les rails

Posted by ardsl sur 5 septembre 2012

François Hollande et Mario Monti, président du Conseil italien, se retrouveront à Lyon début décembre pour un sommet bilatéral.

L’annonce de cette rencontre, ébruitée voilà quelques jours par Gérard Collomb, a été officialisée mardi 4 septembre à Rome par les deux chefs d’État. Au programme des discussions, un serpent de mer : le projet de ligne à grande vitesse reliant la capitale des Gaules à celle du Piémont, évoqué depuis 20 ans et dont la mise en service est annoncée à l’horizon 2023. À terme, le TGV mettrait Turin à deux heures de Lyon, et permettrait également de rallier Milan depuis Paris en quatre heures.

Pour Mario Monti, le sommet de décembre sera « un signe concret de la volonté de concrétiser le projet« . Reste que le mouvement de protestation côté transalpin ne faiblit pas, particulièrement dans le val de Suse, première région concernée par le tracé et où les manifestations se succèdent, à l’initiative notamment du collectif « No Tav« .

Côté français, le problème est davantage d’ordre financier. Début août, une commission a rendu un avis positif sur le projet (lire), jugeant que les avantages d’une ligne LGV l’emportaient sur les inconvénients, notamment l’impact « important » sur les terres agricoles. Mais le coût annoncé des travaux (13 milliards d’euros) fait tiquer en temps de crise, et alors que le gouvernement peine à boucler son budget 2013. Cet été, prenant comme exemple le Lyon – Turin, le ministre du Budget Jérôme Cahuzac a dit qu’il ne dépenserait pas de l’argent pour des projets ferroviaires non rentables.

Comment, alors, sortir de l’impasse ? Paris et Rome se montrent optimistes et volontaires. François Hollande a confié récemment à Gérard Collomb « être fan » du Lyon – Turin. Mario Monti explique, lui, que « certains dossiers délicats dans le passé ont été résolus avec la bonne volonté des deux parties« .

(Avec lyonmag.com).

Publicités

Posted in Fret, Isère, Italie, Politique, Rhône, Savoie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , | 1 Comment »

Un policier blessé dans une manifestation anti-LGV en Italie

Posted by ardsl sur 26 juillet 2012

Un responsable de la police italienne a été blessé samedi 21 juillet dans la soirée par un engin explosif lors de heurts avec des manifestants hostiles au projet de LGV Lyon – Turin dans le val de Suse.

Giuseppe Petronzi, chef de la division des opérations spéciales de la police à Turin, a été hospitalisé pour des brûlures aux jambes.

Les incidents ont opposé devant un chantier des dizaines de militants du mouvement «No TAV» («Non au TGV») aux forces de l’ordre, qui ont tiré des cartouches de gaz lacrymogène.

Les villageois du val de Suse, soutenus par une coalition de militants étrangers, se battent depuis des mois contre ce projet de 15 milliards d’euros signé entre la France et l’Italie en 2001.

Le gouvernement fait valoir que la ligne ferroviaire à grande vitesse, qui réduira à quatre heures, soit près de la moitié de la durée actuelle, le temps de trajet entre Paris et Milan, est vital pour renforcer les liens entre le nord de l’Italie et le reste du continent européen.

(Avec 20minutes.fr).

 

Posted in Italie | Tagué: , , , , , , , | Leave a Comment »

“Le Lyon-Turin ne passera pas chez moi !”

Posted by ardsl sur 19 mars 2012

Entre Isère et Savoie, la grogne grandit de jour en jour le long du tracé. Après l’Italie, la colère des “No-TAV” a traversé la frontière. Les uns revendiquent la non-violence tandis que d’autres signent d’un coup de peinture leurs actes de sabotage à défaut de les revendiquer. L’enquête d’utilité publique, qui se termine lundi 19 mars, a ravivé les tensions.

Avressieux, son château, ses bosquets, ses marais bordant les champs de maïs, sa tranquillité à peine troublée par le grondement des tracteurs.

“C’est le genre de coin dans lequel tout le monde rêverait d’habiter. Et vous voulez voir passer des trains à plus de 200 à l’heure ?”

Christian Lovet n’est pas un excité. Mais son sang n’a fait qu’un tour quand il a découvert le tracé de la future ligne Lyon-Turin. L’image du village savoyard bucolique a viré au cauchemar le soir de la réunion publique des opposants au projet. C’était il y a deux semaines. Depuis, il ne décolère pas. Tout comme Richard Mangeolle, qui a pris la tête de la révolte depuis l’ancien café devenu le QG du collectif de défense.

L’immobilier aurait déjà baissé de 30%

Sur leur site internet, c’est aussi beau qu’un train électrique sous un sapin de Noël”, ironise-t-il avant de décrire le spectacle d’apocalypse qui attendrait les habitants : allers-retours incessants de camions dans des nuages de poussière, maisons rasées, terrains agricoles rayés de la carte…

En moins d’un mois, la révolte s’est propagée tout le long du tracé : La Tour-du-Pin, Chimilin, Romagnieu, Avressieux, Belmont-Tramonet… C’est le front commun des agriculteurs et des néoruraux venus goûter la verdure et le calme à des prix abordables. Ils risquent de l’être encore plus, prévient Olivier Cabanel, président de la coordination Ain, Dauphiné, Savoie si le train pointe le bout de sa locomotive : “la seule annonce du projet a déjà fait baisser le prix de l’immobilier de 30 % dans les communes concernées.” À vérifier, mais l’argument fait mouche. Tout comme celui de l’exploitant agricole Christian Provent : “on nous demande de produire plus propre tout en répondant aux besoins des habitants. Et on vient supprimer des dizaines d’hectares de terre cultivable.

Un projet inutile, ruineux et dépassé. Leur verdict est sans appel. Contre-enquête à l’appui. Ils disent qu’une modernisation de la ligne historique suffisait largement à répondre aux besoins des voyageurs comme des transporteurs. C’est le fameux plan B qui circule de mains en mains dans les associations d’opposants.

L’enquête préalable à la déclaration d’utilité publique se termine aujourd’hui dans les 71 communes du Rhône, de l’Isère et de la Savoie concernées par le tracé. Mais elle ne changera rien à la volonté des associations de faire capoter le projet. “Nous resterons non violents, mais nous ne lâcherons pas,” prévient Olivier Cabanel, assurant que ses troupes n’ont aucun lien avec les actions récentes. Le 1er mars à Lyon, un groupe interrompait le trafic (lire). Le 10 mars, un commando sabotait la voie ferrée en Savoie avant de signer “No TAV” comme les opposants italiens (lire). Le 12 mars, deux camions étaient incendiés à Saint-Martin-d’Hères pour dénoncer “les collabos du TAV” (lire).

La colère des Italiens du Val de Suze est maintenant bien partagée de ce côté des Alpes.

Ils redoutent un “saccage paysager catastrophique

De Grenay à Chimilin, le tracé de la future ligne nouvelle Lyon-Turin traverse l’ensemble du Nord-Isère, en épousant celui de l’autoroute A 43 quand cela est possible. Ce qui n’empêchera pas la construction de grands ouvrages d’art (ponts et viaducs) et de tunnels pour franchir l’autoroute, les rivières ou les buttes balisant l’itinéraire. Et ce grand chantier qui va bouleverser la vie des riverains est loin de faire l’unanimité.

La commune de Villefontaine, la communauté d’agglomération Porte de l’Isère et la Ville de Bourgoin-Jallieu ont émis un avis favorable au projet, tandis que celui du conseil général de l’Isère n’est que partiellement favorable, sous la condition express que la mise en service de la ligne grande vitesse soit précédée de celle du contournement ferroviaire de Lyon et de réserves concernant l’insertion dans l’environnement.

Mais l’ouverture de l’enquête d’utilité publique n’a fait qu’amplifier la grogne sur toute la ligne. L’association Frontonas Vigilance TGV, créée en 1992, demande notamment la réalisation de protections phoniques.

Un viaduc de 20 mètres de hauteur et de 900 mètres de longueur

Les habitants du Bourg, à L’Isle-d’Abeau, et ceux de Saint-Marcel-Bel-Accueil redoutent la construction d’un ouvrage hydraulique et routier sur les deux communes, qui impacterait 3 000 à 3 500 habitants dans un périmètre de 300 à 1 500 mètres. Des inquiétudes partagées par l’association Saint-Savin Vigilance qui dénonce un projet flou.

À Chimilin, le maire n’hésite pas à parler d’un “saccage paysager catastrophique” avec “la pose d’énormes merlons et surtout la création d’un viaduc de 20 mètres de hauteur et de 900 mètres de longueur” qui, depuis Saint-Didier-de-la-Tour et La Bâtie-Montgascon, va déboucher dans le village.

(Avec Le Dauphiné Libéré).

Posted in Italie, Rhône, Savoie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

Une entreprise isèroise victime des No-TAV ?

Posted by ardsl sur 16 mars 2012

L’entreprise Spie Batignoles basée à Saint-Martin-d’Hères (Isère) a vu deux de ses camions partir en fumée lundi 12 mars. Un acte accompagné d’une signature « collabos au Tav« … comme la traduction italienne de TGV.

Spie Batignolles a participé aux travaux des descenderies du Lyon – Turin.

(Avec bleuisere.com).

Posted in Isère | Tagué: , , | 1 Comment »

Chambéry : manif d’une centaine d’opposants au Lyon – Turin

Posted by ardsl sur 16 mars 2012

Une centaine de personnes du collectif No Tav-Savoie se sont rassemblées, mercredi 13 mars à la mi-journée, avenue des Ducs de Savoie, devant les locaux de la direction régionale SNCF à Chambéry.

Les manifestants entendaient réaffirmer leur solidarité avec le Val de Suze contre le projet du Lyon Turin ferroviaire et dénonçaient un projet ”pharaonique”, “coûteux” et “désastreux pour l’environnement et la vie dans les vallées”.

Des sympathisants des partis d‘extrême gauche, “Les Alternatifs”, le NPA et la Fédération des anarchistes, étaient présents.

(Avec Le Dauphiné Libéré).

Posted in Savoie | Tagué: , , , , , | Leave a Comment »

Les No TAV démentent tout sabotage

Posted by ardsl sur 5 mars 2012

3 incendies volontaires de câbles électriques ont provoqué de fortes perturbations sur les lignes ferroviaires près de Chambéry samedi 3 mars (lire notre article). Le parquet explore la piste des opposants au Lyon – Turin ferroviaire. Interrogé lundi 5 mars, par France Bleu Pays de Savoie les opposants italiens ont démenti toute implication dans les sabotages survenus samedi 3 mars. Une inscription « No TAV » a pourtant été relevée près d’un des lieux sabotés. Le tag fait référence au mouvement italien du même nom.

Des opposants au Lyon – Turin avaient déjà fait irruption sur les voies ferroviaires lyonnaises jeudi 1er mars (lire notre article). Les fauteurs de troubles avaient dégradé les caténaires entre les gares de Perrache et de Jean Macé pour bloquer la circulation des trains, provoquant ainsi de nombreux retards.

Posted in Retards / Suppressions, Rhône, Savoie | Tagué: , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :