ARDSL Association Rail Dauphiné Savoie Léman

Le blog des usagers

Posts Tagged ‘OFS’

Seulement 10% des Suisses partent en vacances en train

Posted by ardsl sur 3 octobre 2012

Le voyagiste Hotelplan a analysé les données de l’Office fédéral de la statistique durant dix ans. Les résultats de leur étude démontrent que même en période de crise, les Suisses continuent à partir en vacances et de préférence en voiture.

Selon une étude réalisée par le voyagiste Hotelplan, publiée mardi 20 octobre, 44% des Suisses utilisent leur propre véhicule pour leurs vacances, 39% optent pour l’avion et 10% prennent le train.

L’étude montre aussi que chaque année, 85,5% des Suisses partent en voyage et passent au moins une nuit hors de leur domicile. Pour le nord-ouest de la Suisse, ce chiffre est de 89% et pour le bassin lémanique de 82%.

Un budget important

Le budget des ménages consacré aux voyages reste important. Selon l’étude, une famille avec deux enfants et un revenu net de 4500 francs pourra consacrer 3000 francs par année au maximum à ses vacances.

En 2010, plus de 67% des ménages étaient sans enfants. Ce chiffre pourrait augmenter de 9% en 2030. Ainsi, beaucoup de Suisses sont libres de choisir de partir hors vacances scolaires et le besoin d’offres individualisées s’accroît.

(Avec AP).

Posted in Europe, Loisirs, Suisse | Tagué: | Leave a Comment »

Le train est le mode de transport le plus sûr

Posted by ardsl sur 24 août 2012

Un TER et un train des CFF en gare de Genève Cornavin. Photo : Nathalie Teppe.

Une étude de l’Office fédérale des Statistiques relève que le risque de mourir en voiture est 13 fois plus important qu’en train.

Le mode de transport le plus dangereux est la moto, suivi du vélo et de la voiture, selon une étude de l’OFS, publiée jeudi 23 août. Un motard a 209 fois plus de risque de décéder au cours de son trajet, qu’un passager d’un train. Le risque est 102 plus élevé pour un cycliste. Un automobiliste a 13 fois plus de risque de mourir au cours de son déplacement qu’un usager du train.

La circulation routière est de loin le mode de transport qui occasionne le plus de morts. En 2011, 320 personnes sont décédées dans des accidents routiers en Suisse. Le nombre de victimes a cependant fortement diminué depuis les années 1970.

Le nombre de décès dans des accidents de chemins de fer et d’aviation a aussi reculé ces dernières décennies. En 2011, 13 personnes ont perdu la vie dans des accidents ferroviaires et 13 personnes autres dans des accidents aériens. Aucun décès n’a été observé en ce qui concerne la navigation publique.

Par rapport aux distances parcourues, les voyages en train se révèlent les plus sûrs alors que la moto est le moyen de transport le plus dangereux.

Avec 18990 accidents avec dommages corporels, 320 tués, 4437 blessés graves et 18805 légers, la Suisse a enregistré en moyenne un mort par jour sur les routes en 2011.

Avec 42 tués dans la circulation par million d’habitants en 2010, la Suisse est bien placé en comparaison européenne. La Suède représente proportionnellement le moins de morts avec 28 victimes par million d’habitants. En France, on compte 64 tués dans la circulation par million d’habitants. En Italie, on compte 68 tués dans la circulation par million d’habitants.

(Avec AP et RTS Télétext).

Posted in Etudes, Suisse | Tagué: , | Leave a Comment »

Les habitants de la Suisse parcourent 36,7km par jour en moyenne

Posted by ardsl sur 8 mai 2012

Malgré l’attrait croissant pour le train, la voiture reste le moyen de transport le plus prisé des Suisses.

Les habitants de la Suisse ont parcouru en moyenne 36,7km par jour en 2010. Cette distance a augmenté de 1,5 km ou 4,1% en cinq ans. Le nombre de kilomètres en train effectué en moyenne par les Helvètes a nettement progressé. Mais la voiture reste le principal moyen de transport, en particulier en Suisse romande et au Tessin. C’est ce qui ressort du microrecensement « mobilité et transports » réalisé en 2010 et présenté mardi 8 mai par les Offices fédéraux de la statistique (OFS) et du développement territorial (ARE).

Un demi-tour du monde

En 2010, les Suisses ont ainsi parcouru pas moins de 36,7 kilomètres par jour. Cette distance a augmenté de 1,5 kilomètres ou 4,1% en cinq ans. Avec 34,2km quotidiens, les habitants de la Suisse romande couvrent un peu moins de kilomètres que les Alémaniques (38km). La part la plus basse concerne la Suisse italienne, avec 29,3km.

Si l’on additionne tous les trajets effectués par une personne résidant en Suisse au cours d’une année, on arrive à une distance moyenne de 20500km. Cela correspond à peu près à un demi-tour du monde. Les voyages et trajets effectués à l’étranger, un tiers environ de la distance totale, sont inclus.

Les deux tiers des distances, soit 23,8 km par jour, sont effectuées en voiture, tandis que 8,6 km sont réalisés en transports publics et 2,8 km à pied et à vélo. Le nombre de kilomètres en train s’est accru d’environ 27% entre 2005 et 2010, alors que les trajets à pied ou en voiture sont restés stables.

L’importance des loisirs

Le trafic routier a malgré tout continué d’augmenter en raison de la croissance démographique. La progression a atteint 5,5% en cinq ans. Une tendance inverse se dessine néanmoins chez les plus jeunes.

Seuls trois jeunes de 18 à 24 ans sur cinq sont en possession du permis de conduire. La proportion, qui dépassait encore 70% en 1994, ne cesse de reculer. Le nombre de titulaires d’un abonnement général a doublé dans cette tranche d’âge, frôlant 20%.

Les loisirs restent le principal motif de déplacement, avec environ 40% des distances journalières. Cette part a reculé de 5 points en cinq ans. Le travail, en deuxième position, a suivi une évolution contraire. La part des trajets pendulaires s’est légèrement accrue pour atteindre 24% en 2010.

Ville et campagne

Le lieu de domicile constitue un autre facteur de différence en matière de mobilité. Les habitants des centres d’agglomération accomplissent des trajets plus courts et moins souvent en auto. À l’opposé, les personnes résidant dans les zones rurales alignent 41,7km par jour et recourent plus souvent au transport individuel motorisé.

La voiture a plus la cote au Tessin et en Suisse romande que chez les Alémaniques. C’est lié à une différence de culture en matière de mobilité et de topographie, d’après la directrice de l’ARE Maria Lezzi.

Les sondés veulent plus, mais pas plus cher

Les 63000 personnes sondées ont aussi été interrogées sur des questions de politique des transports. La nette majorité se prononce en faveur d’améliorations des infrastructures routières, des transports publics ou pour les piétons et les cyclistes.

En revanche, la plupart rejettent une hausse des frais de stationnement dans les centres, des taxes d’entrée pour les autos dans les villes ou des prix échelonnés dans les transports publics selon les horaires.

On constate un dilemme entre l’amélioration souhaitée de l’infrastructure mais une faible disposition à payer, a admis Maria Lezzi. Pour elle, il s’agit de faire prendre conscience à la population de la nécessité du « mobility pricing », la tarification de la mobilité.

Côté transports publics, la directrice de l’ARE prône une priorité à l’augmentation des capacités plutôt qu’à l’augmentation de la vitesse. Il s’agit encore de développement le trafic régional.

L’usam à la rescousse du trafic routier

L’Union suisse des arts et métiers accuse le Conseil fédéral de favoriser le rail au détriment de la route. Or, selon l’organisation faîtière des PME, le coût économique des embouteillages atteint près de 1,5 milliard de francs par an. La route est « une artère vitale pour les PME« , l’acheminement des marchandises et l’approvisionnement de l’économie à l’échelle locale s’effectuant principalement par ce biais.

L’usam s’oppose dès lors au projet d’augmentation du prix de la vignette autoroutière de 40 à 100 francs par an. Elle s’oppose aussi au projet de financement et d’aménagement de l’infrastructure ferroviaire.

L’usam critique en particulier le fait que le subventionnement du rail par la route serait désormais non seulement illimité dans le temps, mais aussi complété par la réduction des frais de transports déductibles pour les pendulaires. La mobilité devient ainsi globalement plus coûteuse, ce qui touche de plein fouet les PME, tributaires de la route.

Télécharger le communiqué de l’OFS de l’ARE

(Avec ATS et rts.ch).

Posted in Etudes, Suisse | Tagué: , , , , , , , | 1 Comment »

Suisse : 40% des marchandises sont transportées par le rail

Posted by ardsl sur 19 janvier 2012

Les prestations de transport routier et ferroviaire en Suisse se sont accrues de 2% en 2010, après avoir diminué de 7% en 2009 suite à la crise économique. Ce résultat est tiré de la statistique du transport de marchandises, établie par l’Office fédéral de la statistique (OFS).

La crise économique de 2009 a eu de fortes répercussions sur le transport de marchandises en Suisse. En 2009, les prestations de transport avaient reculé au total de 7% par rapport à l’année précédente ; la diminution avait été bien plus marquée pour le transport ferroviaire (-14%) que pour le transport routier (-2%). Avec la reprise économique, le transport de marchandises est reparti à la hausse en 2010, de 4% pour le rail et de 1% pour la route. Cette évolution traduit une croissance globale de 2% par rapport à 2009, le niveau des prestations de transport n’atteignant cependant pas encore celui d’avant la crise. La part du rail dans les transports terrestres de marchandises se monte à près de 40% en Suisse, ce qui est comparativement élevé : elle n’est que de 18% en moyenne dans les 27 pays membres de l’UE (contre 82% pour la route).

Le rail atteint de 70% de part modale pour le trafic de transit. Le rail présente surtout des avantages pour les transports sur de longues distances, comme c’est le cas dans le trafic de transit. Le transport ferroviaire de marchandises profite en outre des mesures prises dans le cadre de la politique suisse de transfert (RPLP, modernisation et développement de l’infrastructure ferroviaire et libéralisation du transport de marchandises sur rail). Sur les 24 millions de tonnes transportées par le rail, 60% ont été acheminées via la ligne du Gothard et 40% via la ligne du Lötschberg-Simplon.

En 2010, les tonnes-kilomètres sur rail sont restées nettement en deçà des valeurs records atteintes avant la crise financière de 2009. Si l’on considère l’évolution à long terme, on constate toutefois une augmentation sensible de la prestation de transport, tandis que la prestation de circulation (trains-kilomètres) est restée relativement stable. Le tonnage moyen transporté par train a ainsi tendance à augmenter. En 2010, un train acheminait en moyenne 368 tonnes contre 300 en 1993, ce qui représente une hausse de la charge moyenne de 23%.

Posted in Fret, Suisse | Tagué: , , , , , | 1 Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :