ARDSL Association Rail Dauphiné Savoie Léman

Le blog des usagers

Posts Tagged ‘Pantin’

Comment lutter contre les actes de malveillance ?

Posted by ardsl sur 10 août 2012

Dans la gestion et la prévention des actes comme celui de mercredi 25 juillet, SNCF fait face à un défi.

Le sectionnement dans l’Yonne d’un câble sur la ligne à grande vitesse Paris – Lyon, a entraîné mercredi 25 et jeudi 26 juillet d’importants retards pour 60000 voyageurs entre Paris et le Sud-Est.

Le câble coupé a pu être réparé plus vite que prévu, dès 13h30 jeudi 26 juillet. Des retards de rames perduraient mais ils se sont résorbés en fin d’après-midi. Cependant, quasiment tous les TGV du Sud-Est et une partie des TGV Rhin-Rhône ont été touchés dans la matinée par des retards d’une heure à une heure trente. L’incident n’étant pas le premier du genre, SNCF a été confrontée à l’immédiate impatience de vacanciers excédés. À plus long terme, se pose la question de la sécurisation du réseau.

30000 km de voies à sécuriser

Les perturbations ont débuté mercredi 25 juillet peu après 20h, lorsque les systèmes automatiques de sécurité, détectant une anomalie, ont bloqué les trains à environ 90 km au sud de Paris. Un TGV en direction de Lyon, parti peu avant 20h de Paris, a subi près de trois heures de retard.

Un câble en cuivre enterré à environ 30 centimètres de profondeur, servant à alimenter la signalisation sur une portion importante de la ligne à grande vitesse, avait été coupé à Cuy, près de Sens. Les voleurs « sont venus avec un gros outillage », franchissant les clôtures entourant les voies avant de s’attaquer au câble, a déclaré Jean-Christophe Archambault, directeur de l’axe TGV Sud-Est, lors d’une conférence de presse à Lyon, dénonçant « un acte de malveillance très grave, de sabotage. […] Ça peut être aussi une préparation à un vol », a-t-il indiqué, alors qu’une enquête de gendarmerie a été ouverte et qu’il n’y a apparemment pas de cuivre manquant. « On travaille sur des plans de sécurisation des voies, pour des millions d’euros, mais face à des gens très motivés c’est difficile » sur les 30000 km de voies en France, selon le responsable SNCF. Les vols de cuivre et actes de malveillance sont réguliers mais peu engendrent autant de perturbations .

Mercredi 25 juillet, une cinquantaine de cheminots ont travaillé toute la nuit sur l’incident et sont restés à pied d’œuvre jeudi 26 juillet. Pour l’information et la prise en charge des voyageurs, « les cheminots de tout le Sud-Est » ont été mobilisés, d’après Jean-Christophe Archambault, qui a assuré que la garantie voyage s’appliquait, avec reports et remboursements possibles.

Une recrudescence depuis 2009

C’est un parmi de nombreux autres actes de malveillance auquel la SNCF a dû faire face mercredi 25 et jeudi 26 juillet. Ils sont souvent liés au vol de câbles de cuivre, dont les prix ont atteint des taux historiques.

  • 15 octobre 2009. Le vol de 200 mètres de câbles de cuivre dans le Val-de-Marne perturbe la circulation des TER et TGV pendant plus d’une journée.
  • 24 octobre 2009. Le trafic est interrompu plusieurs heures à la gare de l’Est, à Paris, à cause de barrières métalliques jetées sur les voies à Pantin (Seine-Saint-Denis).
  • 23 janvier 2011. Le trafic de la gare Lille-Flandres, la première en France en termes de trafic TER, est paralysé plusieurs heures en raison d’un important vol de câbles de signalisation.
  • 8 février 2011. Le trafic des TGV Nord et des Thalys est perturbé par un important vol de câbles et de fibres optiques.
  • 26 février 2011. Des câbles de signalisation et d’alimentation sont sciés près d’Albertville, sur la ligne Chambéry – Bourg-Saint-Maurice (Savoie), provoquant des retards pour 40 000 voyageurs en un week-end de vacances très chargé (lire).
  • 19 avril 2011. Après le vol de 12 câbles dans un tunnel entre Beauvais et Méru (Oise), la circulation des trains reste interrompue pendant plus d’une journée.
  • 3 mars 2012. Le chassé-croisé des vacanciers dans les Alpes est fortement perturbé dans la région de Chambéry (Savoie). La nuit précédente, des câbles électriques avaient été brûlés dans trois communes (lire).

(Avec Le Bien Public).

Publicités

Posted in Bourgogne, Retards / Suppressions, Savoie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Irisbus-Iveco produit ses bus hybrides en Ardèche

Posted by ardsl sur 8 mai 2012

Le constructeur franco-italien présentait sur son site ardèchois d’Annonay sa nouvelle gamme de bus à motorisation hybride, les Citelis, Crealis, Magelys et Evadys. Il annonce des gains de carburant de plus de 30%.

Irisbus-Iveco a dévoilé à la presse le 3 mai 2012 sa chaîne de production de bus et cars hybrides d’Annonay, en Ardèche. Une motorisation fondée sur la technologie américaine BAE qui associe un moteur de traction thermique (le moteur Tector de 220 kW ), un générateur et des batteries lithium-ion d’une puissance de 11 kW.

Cette technologie bien éprouvée est aujourd’hui utilisée sur plus de 3 800 véhicules aux États-Unis (plus de 2 300 dont le tiers à New-York), au Canada (867 véhicules dont 690 à Toronto) et en Grande-Bretagne (400 véhicules). Tous parcs confondus, elle aurait permis, d’économiser 80 000 litres de fioul et 250 000 tonnes de CO2.

Plus de 30% d’économie de carburant

Deux bus hybrides Citelis de 12 et 18 mètres ont été testés (essais de conduite et mesures de consommation de carburant) dans 35 villes européennes (en Allemagne, Autriche, Benelux, Espagne, Italie, France et Suisse). Avec des résultats jugés concluants puisqu’à Lyon, par exemple, la version standard de 12 mètres testée sur trois lignes du réseau TCL aux profils et aux tracés différents – une ligne urbaine « plate », une autre « vallonnée » et une dernière associant parcours urbain et périurbain – affiche des économies de carburant de 29 % à 39 % par rapport aux véhicules thermiques équivalents.

Les économies atteignent même 30% avec la version de 18 mètres. Les mêmes tests réalisés à Bruxelles sur trois lignes du réseau STIB où le relief est plat, mettent en avant des économies de 31 à 36 %.

À Paris aussi

Depuis le 28 janvier 2012, trois autobus hybrides roulent en service commercial sur les lignes de la RATP : en alternance sur deux lignes de Paris intramuros, la 21 (Gare Saint Lazare – Porte de Gentilly) et la 91 (Montparnasse – Bastille) mais aussi, en banlieue, la ligne 147 qui relie Église de Pantin à Sevran.

Il s’agit du Lion’s City de 12 mètres du constructeur allemand Man, du Citelis 12 mètres d’Irisbus Iveco, et du GX427 articulé 18 mètres d’Heuliez (groupe Iveco). La Régie se donne six mois pour tester cette technologie, après quoi, elle pourrait lancer un appel d’offres pour acheter une quarantaine d’autres véhicules hybrides.

Quelles autres commandes peut-on envisager et pour quelles utilisations ? Au total, Irisbus Iveco table sur 200 commandes de véhicules hybrides à court et moyen termes, principalement dans la version bus à haut niveau de service (BHNS) Crealis ou Crealis Neo, modèles déjà vendus à 526 exemplaires en version thermique et proposés en 12,3 mètres et 3 portes à Maubeuge et Sénart-Corbeil. On peut envisager des bus de 18,3 mètres articulées comme pour d’autres lignes T- Zen prévues en Île-de-France et pour la future ligne BHNS de Nîmes. Toutefois les décisions de commandes de la RATP n’interviendraient pas avant fin 2012.

 (Avec mobilicites.com).

Posted in Ardèche, Matériel | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :