ARDSL Association Rail Dauphiné Savoie Léman

Le blog des usagers

Posts Tagged ‘Pascal Broulis’

Les trains s’arrêtent désormais à la gare de Prilly-Malley

Posted by ardsl sur 29 juin 2012

Andreas Meyer, directeur des CFF, lors du lancement du chantier du CEVA le 15 novembre 2011 à Genève. (Photo : Joël Grandcollot).

La nouvelle halte CFF de Prilly-Malley, entre Lausanne et Renens (VD), a été inaugurée vendredi 29 juin. Désormais, trois trains par heure et par sens desservent le quartier de l’Ouest lausannois.

Les autorités vaudoises et les CFF ont officiellement inauguré vendredi 29 juin la nouvelle gare de Prilly-Malley, à l’ouest de la capitale vaudoise. Le premier train, duquel sont descendus plus de 350 invités du monde politique et économique vaudois, s’est arrêté à 10h30. Étaient notamment présents Pascal Broulis, président du Conseil d’État vaudois, François Marthaler, conseiller d’État en charge des Infrastructures et Andreas Meyer, directeur général des CFF.

La halte de Prilly-Malley est désormais desservie chaque heure par les lignes du RER vaudois S1 Villeneuve – Allaman, S3 Villeneuve – Yverdon-les-Bains, et S4 Palézieux – Allaman, soit trois trains par heure et par sens. Le temps de parcours entre Lausanne et Prilly-Malley est de deux minutes. La gare est située sur le tronçon Renens – Lausanne, où sera installée prochainement une quatrième voie.

65 millions de francs

Mise à l’enquête en octobre 2007 et bénéficiant d’une avance de fonds de la part du canton de Vaud, pour en accélérer sa réalisation, la halte de Prilly-Malley a coûté 65 millions de francs, pris en charge pour moitié par le Canton de Vaud, et pour moitié par la Confédération.

Les autorités vaudoises indiquent vouloir faire de cette gare « le moteur du développement de tout un quartier« , qui s’apprête, ces prochaines années, à accueillir 13000 nouveaux habitants et emplois. La halte est par ailleurs au coeur d’un réseau de transports publics très dense qui comprend des bus, le M1 et le futur tram T1 Gare de Renens – Place de l’Europe.

La halte deviendra rapidement la troisième gare CFF du trafic régional du RER vaudois, avec quelque 6000 voyageurs par jour. À l’horizon horaire 2019, six trains par heure et par sens s’arrêteront dans la nouvelle halte, et des trains circuleront tous les quarts d’heure entre Cully et Cossonay.

(Avec rts.ch).

Publicités

Posted in Service 2012, Service 2019, Vaud | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Le TransRun obtient une large majorité au Grand Conseil neuchâtelois

Posted by ardsl sur 23 mai 2012

Le parlement neuchâtelois a accepté mardi 22 mai avec une large majorité (90 voix contre 15) le projet de RER qui doit relier Neuchâtel à La Chaux-de-Fonds. Le peuple devra se prononcer le 23 septembre.

Pièce maîtresse du futur RER neuchâtelois, le TransRun a passé la rampe mardi 22 mai à une forte majorité au Grand Conseil neuchâtelois. La votation populaire étant déjà agendée au 23 septembre, les députés devaient voter le projet encore le soir même pour des raisons de délais.

Le parlement cantonal a voté le paquet « Transrun » par 90 voix contre 15 et quatre abstentions. Ce vote devra être confirmé en deuxième lecture dans un mois. Mais la clarté du résultat ne doit pas laisser croire que le projet est passé comme une lettre à la poste.

Opposition de l’UDC

Les députés ont ferraillé ferme pendant près de six heures, avec plusieurs interruptions de séances, affaire de procéder à quelques bras de fer en coulisses. L’opposition est venue de l’UDC et de quelques députés PLR. Le paquet comprend deux modifications constitutionnelles : l’une introduisant le TransRun, l’autre « une règle d’or » imposant des budgets en équilibre pour après l’entrée en fonction de la nouvelle liaison, soit au plus tard en 2023.

Les points de discorde sont avant tout venus des questions financières. « C’est un projet magnifique et le rapport est très bien fait, mais en avons-nous les moyens, voulons-nous réellement assainir les finances de ce canton« , s’est exclamé le chef du groupe UDC Raymond Clottu.

Référendum anticipé

Le PLR, parti du ministre de tutelle du projet Claude Nicati, est dans sa grande majorité favorable au projet. « Nous sommes à la croisée des chemins« , a plaidé avec force Claude Nicati. Selon lui, la variante choisie est la seule qui permette un retour sur investissement. Pas question de maintenir les deux tracés, l’ancien et le nouveau. Ce serait vraiment au-dessus des moyens du canton.

Le Conseil d’État tient à associer l’ensemble de la population à la décision. Alors que le référendum financier obligatoire n’existe plus dans le canton depuis une dizaine d’années, il a décidé de soumettre ce « projet très coûteux » au scrutin populaire.

Le TransRun en bref

Le TransRun prévoit la construction d’une liaison ferroviaire directe entre Neuchâtel (33100 habitants) et La Chaux-de-Fonds (37500 habitants), avec arrêt unique à la nouvelle gare de Cernier (2200 habitants) en remplacement du tracé actuel.

La distance par le rail entre les deux villes passera de 29,5 km à 16,7 km. Le temps de parcours entre les deux villes sera réduit de moitié.

Le coût du RER est de 919 millions de francs. Avec la participation des CFF de 241 millions et l’octroi d’un éventuel soutien de 110 millions via le fonds d’agglomération, le coût passerait de 919 à 560 millions à la charge du canton et des communes.

Inconstitutionnalité du projet ?

Le député PLR et avocat Philippe Bauer a mis en garde ses pairs sur l’éventuelle inconstitutionnalité du projet.

Selon lui, comme le projet prévoit deux modifications constitutionnelles (le TransRun et « une règle d’or » imposant des budgets en équilibre pour après l’entrée en fonction de la nouvelle liaison), les citoyens ne pourront pas se déterminer en toute liberté, certains pourraient vouloir approuver un volet sans l’autre.

Neuchâtel a déjà eu un problème de ce côté avec une précédente votation et avait dû modifier son projet après s’être fait sonner les cloches par le Tribunal fédéral.

Nouvelle bisbille à Neuchâtel concernant le RER cantonal

Le projet de RER neuchâtelois continue à faire débat. Un ancien expert du canton a rencontré des députés en début d’année pour évoquer le sujet et il doit maintenant s’en expliquer devant les autorités du canton.

Le gouvernement neuchâtelois a convoqué mercredi 23 mai son ancien délégué aux finances Francis Randin pour qu’il s’explique sur son attitude après son départ, selon une lettre que s’est procurée la RTS.

Cet expert financier de renom, qui a notamment sauvé les finances du canton de Vaud avec Pascal Broulis, a en effet rencontré les députés du canton après son départ pour évoquer le difficile dossier du RER neuchâtelois, ce qui n’est pas du goût du Château.

Fin décembre 2011, Francis Randin avait lâché son mandat à Neuchâtel, le canton et lui ne trouvant pas de terrain d’entente. Mais il a ensuite rencontré un groupe de députés neuchâtelois, le 14 février 2012 à Yverdon (VD), ceux-ci lui demandant d’aborder le sujet du RER et différents grand sujets qui seront voté cette année dans le canton. Les députés voulaient en effet en savoir un peu plus sur la marge de manœuvre financière du canton.

Francis Randin a maintenu que le canton n’avait pas les moyens de ses ambitions et que « sans un contrôle des dépense professionnel et serré, il va droit dans le murs« . Alors que cette rencontre figure bien dans l’agenda de Francis Randin, la présidente du gouvernement Gisèle Ory n’a pas confirmé ce rendez-vous. Quand bien même il aurait lieu, ce ne serait, dit-elle, que pour faire le point de la situation avec lui, rien de plus.

(Avec ATS et rts.ch).

Posted in Suisse | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Le canton de Vaud va investir pour améliorer les transports publics

Posted by ardsl sur 13 janvier 2012

Le Conseil d’État vaudois a précisé jeudi 12 janvier l’affectation du demi-milliard de francs de provisions RPT non utilisées. D’ici 2018, 325 millions iront aux transports publics et à la route, 100 millions au développement des énergies renouvelables.

Ces moyens s’ajoutent au budget d’investissement ordinaire, qui représente quelque 300 millions par an. Ils génèreront au total 2,5 milliards d’investissements bruts, en comptant les participations des communes et de la Confédération, ainsi que les prêts et garanties accordés par l’État, a souligné devant la presse le président du Conseil d’État Pascal Broulis.

Les 325 millions alloués aux infrastructures et aux agglomérations se répartissent entre les transports publics et la mobilité douce (190 millions) et les routes (135 millions). Ils concrétisent la politique anticyclique du canton, a relevé Pascal Broulis.

Paquet complet

«Ces investissements profiteront à tout le canton», a souligné François Marthaler, chef du Département des infrastructures. Le montant par habitant se situera entre 1374 et 2475 francs selon les régions, a-t-il précisé.

Parmi les projets inclus dans ce paquet figurent le RER vaudois, les bus à haut niveau de service de l’agglomération Lausanne-Morges et les chemins de fer régionaux (Lausanne-Échallens-Bercher, Bière-Apples-Morges, Nyon-St-Cergue, Yverdon-Ste-Croix). Sur le plan routier, des P+R, des pistes cyclables et divers aménagements seront réalisés.

Les montants libérés par la péréquation fédérale (RPT) permettent d’anticiper le financement de ces infrastructures et de les réaliser plus vite, ont expliqué les conseillers d’État. Grâce à ces amortissements, les charges de fonctionnement portées au budget cantonal dès 2018 atteindront 30 millions au lieu de 44 millions.

(Source : ATS).

Posted in Vaud | Tagué: , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :