ARDSL Association Rail Dauphiné Savoie Léman

Le blog des usagers

Posts Tagged ‘PIerre-Bernard-Reymond’

Train de nuit Paris – Briançon : ouverture des ventes dès le 11 octobre pour les trajets à partir du 9 décembre

Posted by ardsl sur 25 septembre 2012

Une rame Lunéa

Comme en 2011, une réunion a été organisée lundi 17 septembre à la gare de Briançon entre SNCF, Réseau Ferré de France, les élus du département des Hautes-Alpes et des socio-professionnels. La situation n’est pas du tout la même que l’an passé. Si la réunion de l’automne 2011 ressemblait à une cellule de crise en raison du manque de visibilité sur la commercialisation des trains, il semble cette fois que l’hiver 2012-2013 soit assez bien engagé pour le train de nuit Paris – Briançon.

Environ 80 personnes ont assisté à cette réunion sur la desserte ferroviaire des Alpes du Sud, avec notamment Marc Doisneau (SNCF), Marc Sevtchine (directeur régional de RFF), une représentante de l’État, Jean-Yves Petit (vice-président EÉLV de la Région PACA), Pierre Bernard-Reymond (sénateur des Hautes-Alpes), Joël Giraud (député PRG des Hautes-Alpes et conseiller régional), le maire de Briançon et son adjointe en charge des questions de transport.

En 2011, les trains de nuit Paris – Briançon avaient été ouverts à la vente seulement 15 jours avant leur départ. La situation était inacceptable pour beaucoup, les séjours au ski, notamment, se préparant nettement plus en avance que ça.

Une belle avancée pour l’hiver 2012-2013

Les représentants de SNCF et de RFF l’ont admis lundi 17 septembre à Briançon. Les vacances, qu’elles soient de Noël ou de février, sont importantes pour l’économie du département des Hautes-Alpes et leur commercialisation doit se faire bien plus tôt. Mais pour Jean-Yves Petit, vice-président de la Région PACA délégué aux transports, la question est de savoir quand les places dans les trains seront mises en vente. Marc Doisneau, représentant du service des trains d’équilibre de territoire à SNCF l’a montré. À l’heure actuelle, il est possible d’acheter un billet jusqu’au 8 décembre. Il l’a promis, ceux de la période de Noël et de l’ensemble de l’hiver (jusque fin mars) seront mis en vente à la mi-octobre (en l’occurrence le 11 octobre).

Cette avancée dans la commercialisation des billets est le fruit d’un travail entre SNCF et RFF. Marc Sevtchine, directeur régional de RFF a toutefois expliqué que « pendant 40 ans, l’accent a été mis sur la voiture et le camion et le réseau ferré en a fait les frais. Aujourd’hui, il faut le remettre en état et de nombreux chantiers sont ouverts, qui ont un impact, notamment sur le train de nuit Paris – Briançon. Parce que ces travaux, il est bien évident qu’on les fait de nuit, afin d’acheminer un maximum de passagers dans la journée. »

Présent à la réunion, le sénateur Pierre Bernard-Reymond a cependant souligné que ce n’était pas tout à fait suffisant. « Les Parisiens sont en train de réserver leurs séjours d’hiver maintenant », remarque-t-il. Joël Giraud, vice-président de la Région PACA en charge de la montagne, le rejoint là-dessus, lui qui pense que « la vente de transport doit se faire en même temps que la vente de séjour ».

L’État rappelle son attachement au train de nuit  Paris – Briançon

Dans le public aussi, l’insatisfaction se fait entendre. « Je pense que le problème vient de ce que vous planifiez des travaux sans vous poser la question de savoir comment vous allez faire circuler les trains », note un utilisateur. « C’était flagrant l’an dernier. Des travaux ont été planifiés, les trains pas commercialisés. Les travaux n’ont pas été faits mais les trains ont été mis à la vente une semaine plus tard. »

Passons outre la question de la qualité dans les trains, la réunion s’est terminée sur une note positive. Celle pour les élus d’avoir à nouveau des interlocuteurs chez RFF et SNCF pour échanger sur l’organisation du trafic ferroviaire. Celle aussi de la représentante de l’État, qui a rappelé « l’attachement de l’État au service Paris – Briançon – Paris de nuit » et quant aux problèmes de qualité, elle a assuré « qu’ils remonteront et j’espère qu’ils trouveront une réponse au fil du temps. »

Parmi les points abordés, celui de la qualité du service offert aujourd’hui. Pierre Bernard-Reymond en est persuadé, « il faut de la qualité dans le train de nuit pour le pérenniser. »

Se pose aussi la question des locomotives obsolètes. La remarque de Marc Doisneau, consistant à dire que les trains arrivaient à Briançon avec deux locomotives au cas où une des deux lâcherait, a suscité la consternation. Avec les pannes que les machines rencontrent, le parc se réduit (certaines ne sont pas réparables). Pour autant, pas d’achat de matériel à l’horizon (une locomotive coûte entre 5 et 6 millions d’euros).

D’où la demande de Jean-Yves Petit. Adapter des locomotives de fret au transport de passagers. « La Région le fait. Ça coûte un million par machine. Je demande à la SNCF de se pencher sur cette solution de transition », remarque-t-il.

(Avec Le Dauphiné Libéré).

Publicités

Posted in Alpes du Sud, Loisirs, Matériel, RFF, Service 2013, SNCF, Travaux | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , | 1 Comment »

La grève des aiguilleurs SNCF de Valence provoque des retards sur la ligne Valence – Briançon

Posted by ardsl sur 29 décembre 2011

Une fois n’est pas coutume” dit pourtant le dicton. SNCF a encore démenti l’axiome, lundi 26 décembre.

En effet, le train Lunéa Paris-Briançon est arrivé dans les Hautes-Alpes avec plus de trois heures de retard, selon Pierre Bernard- Reymond, sénateur des Hautes-Alpes, qui s’en est indigné dans un communiqué : “Des Haut-Alpins en visite à Paris pour Noël n’ont pas pu reprendre leur travail le 26 décembre”, a-t-il déploré. Une information reconnue par la SNCF qui précise : « 3h17, exactement. » La précision, la société connaît. Et ce nouveau problème intervient après que trente touristes sont restés bloqués à Gap, la veille de Noël. Leur train Lunéa Paris-Briançon accusait un retard d’une heure sur l’horaire indiqué. À leur arrivée à Gap, ces derniers n’avaient pas trouvé leur correspondance (car de la SCAL) pour Barcelonnette. Ils avaient ainsi dû patienter deux heures supplémentaires (lire notre billet sur cette mésaventure).

Une grève à l’origine des retards du Paris-Briançon

Et c’est une grève des agents de circulation ferroviaire et des aiguilleurs de la Drôme et de l’Ardèche qui est à l’origine de ces “couacs” (lire notre billet sur cette grève). « Le Lunéa Paris-Briançon subit chaque jour, depuis une semaine, un retard de 59 minutes en gare de Valence, du fait d’un mouvement de grève », indique-t-on à SNCF. Elle devrait se poursuivre jusqu’au 5 janvier. Et compte tenu des contraintes d’exploitation particulière aux Hautes-Alpes (voie unique), « nous avons été contraints hier de faire patienter le Lunéa Paris-Briançon, pour laisser la priorité au TER Briançon-Romans. » Coût de la galanterie : deux heures de retard de plus pour les voyageurs Haut-Alpins. « Ce qui n’arrivera plus », commente SNCF qui promet désormais de laisser la priorité au Lunéa « dont le taux d’occupation est plus fort. »

L’ARDSL demande aux directeurs régionaux de SNCF (Josiane Beaud à Lyon et Phillippe Bru à Marseille) de tout faire pour que le Lunéa Paris – Briançon et les TER Briançon – Romans circulent à l’heure. Il en va de la crédibilité du transport ferroviaire dans les Hautes-Alpes et la vallée de la Drôme.

(Avec Le Dauphiné Libéré).

Posted in Alpes du Sud, Drôme, Grèves, Retards / Suppressions | Tagué: , , , , , , , , | Leave a Comment »

Ligne Briançon – Paris : un comité pour sauver le train de nuit

Posted by ardsl sur 6 décembre 2011

Le sénateur Pierre Bernard-Reymond a invité, lundi 5 décembre, à Briançon, une poignée d’élus haut-alpins afin de lancer le comité de ligne Briançon-Paris.

Après la manifestation du conseil général, samedi 3 décembre, en gare de Veynes, les Hautes-Alpes passent au niveau supérieur. Le sénateur Pierre Bernard-Reymond a invité, lundi 5 décembre, les grands chefs de file du département pour la création d’un comité de ligne Briançon – Paris, histoire de remettre sur les rails le transport ferroviaire. Sa situation, qui est jugée aujourd’hui critique, occupe sérieusement les esprits dans les rangs politiques.

Dans la petite salle de la mairie de Briançon, une poignée d’élus ont, pendant deux heures, au côté du sénateur, tenté de dessiner cette nouvelle arme de guerre : « Il ne s’agira pas d’un simple comité de défense. Mais du fer de lance des Hautes-Alpes pour maintenir le train de nuit », a annoncé d’emblée Pierre Bernard-Reymond.  » Il faut faire bloc et être fort vis-à-vis de Paris. »

Sentiments partagés par l’assemblée. Chantal Eyméoud, maire d’Embrun, Gérard Fromm, maire de Briançon ou encore Roger Didier, maire de Gap ont acquiescé, en souhaitant toutefois élargir le champ d’action du comité aux trains de jour, eux aussi touchés par les “problèmes” : « Il faut prendre le sujet dans sa globalité » a indiqué la maire d’Embrun.

Ce comité se réunira trois fois par an. Et défendra en priorité la fiabilité et les délais de réservation qui sont les problèmes prioritaires actuels. Car, d’après le sénateur, si les réservations ne sont pas possibles à long terme, « les touristes déserteront le train au profit de la voiture. La SNCF aura un argument tout trouvé pour le supprimer ». Pour sauver la ligne et la rendre attractive, le comité soumettra toutes ses idées à SNCF. « Et si elles ne sont pas viables, ils devront exactement nous expliquer pourquoi », affirme Pierre Bernard-Reymond.

Pour être efficace, le sénateur a proposé la création d’une association afin de bénéficier « d’un minimum de moyens. Nous devrons aussi nous tourner vers les collectivités territoriales. Si on veut créer un site, par exemple, il faut que quelqu’un s’en occupe ». L’assemblée a validé l’idée.

En plus des maires des principales villes et du conseiller général de Die – qui avait fait le déplacement depuis la Drôme -, le comité souhaiterait gonfler ses rangs des deux parlementaires haut-alpins (Joël Giraud et Henriette Martinez), des présidents de communautés de communes du Diois, du Val de Drôme, de l’Ubaye, et du maire de Barcelonnette.

De quoi faire « bloc » vis-à-vis de la direction générale de SNCF.

Lire aussi notre billet sur l’ouverture des réservations du train de nuit Paris – Briançon.

(Source : Le Dauphiné Libéré).

Posted in Alpes du Sud, Drôme | Tagué: , , , , , , , , | 2 Comments »

Avis de tempête sur le train de nuit Paris – Briançon

Posted by ardsl sur 26 novembre 2011

Une réunion houleuse s’est déroulée vendredi 25 novembre à Briançon.Les élus et les représentants du monde touristique s’en sont pris vertement aux directeurs régionaux de SNCF et de Réseau ferré de France. Leur colère est liée aux carences autour des réservations du train de nuit Briançon-Paris. Les directeurs régionaux de RFF et de SNCF ont été la cible des critiques en provenance des élus et des professionnels du tourisme du grand Briançonnais concernant le train de nuit.

Le langage technocratique des cadres de la SNCF et de RFF, ils en ont assez ! Élus et professionnels du tourisme du grand Briançonnais ont laissé éclater leur colère. Ils ont aussi et surtout réclamé des propositions concrètes concernant la circulation et la réservation du train de nuit Briançon-Paris.

Pourtant, Marc Svetchine, directeur régional Provence-Alpes-Côte d’Azur de RFF croyait calmer les esprits courroucés en début de réunion.

Sourire aux lèvres, il annonçait fièrement que les créneaux horaires des sillons (et donc des trains) allaient très prochainement être calés pour la saison d’hiver, à l’exception faite des dimanches de janvier. « Mais vous vous rendez compte de ce que vous dites ? C’est catastrophique ! Tous les jours, nous sommes inondés de messages de vacanciers qui refusent de venir chez nous cet hiver parce qu’ils ne peuvent toujours pas réserver leurs billets de train et parce qu’ils ne savent même pas s’il y aura un train tout simplement. Vous pouvez faire ce que vous voulez à présent : c’est trop tard » s’est emporté François Badjily, le directeur de l’office de tourisme de Serre Chevalier Vallée, présent dans l’assistance.

Et même si Marc Svetchine a tenté de faire bonne figure en annonçant que RFF allait faire « son maximum », il est clair que personne dans la salle n’a semblé convaincu par ce discours, trop convenu. À commencer par le maire de Briançon, Gérard Fromm, passablement agacé par la récurrence des problèmes ayant trait à ce train : « Ça fait un an que RFF a signé un contrat qu’il ne respecte pas. Ça suffit maintenant. On veut du concret, vite. Pour cet hiver mais aussi pour l’été prochain. On veut également des certitudes pour les deux années de contrat restantes ».

Face à la fronde collective, Marc Svetchine s’est avancé à communiquer dans les plus brefs délais les sillons horaires disponibles pour que SNCF ouvre les réservations sur toute la période hivernale le 9 décembre au plus tard.

Une bonne nouvelle pour Philippe Bru, directeur régional Provence-Alpes-Côte d’Azur SNCF, qui a eu le courage de reconnaître « d’énormes difficultés sur le train de nuit Paris-Briançon »… À cause de RFF. « Je n’ai pas envie de me défausser mais il n’est pas possible d’ouvrir un train à la réservation si RFF ne nous a pas communiqué les horaires des sillons. »

Pour sa défense, Marc Svetchine a argué du fait que « 1 000 chantiers étaient en cours en ce moment en France sur les voies ferrées. Dans le même temps, nous avons modifié 85 % de nos grilles horaires. Il faut se rendre compte du travail que ça représente. »

Le sénateur des Hautes-Alpes Pierre Bernard-Reymond a rencontré récemment le PDG de SNCF, Guillaume Pépy. « Je lui ai fait part d’un certain nombre de dysfonctionnements graves du service ferroviaire et j’ai décidé de créer un comité de ligne Paris-Briançon-Paris » annonce le sénateur qui tiendra sa réunion constitutive le 5 décembre à Briançon.

Dans un courrier adressé au président du conseil général des Hautes-Alpes Jean-Yves Dusserre, le directeur régional de SNCF a confirmé « la pérennité du train de nuit Paris-Briançon »… Pendant encore deux ans. Mais qu’en sera-t-il en 2013 quand la convention des trains d’équilibre du territoire sera caduque ?

(Source : Le Dauphiné Libéré).

Posted in Alpes du Sud, Drôme, Service 2012 | Tagué: , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Train de nuit : Joël Giraud et Pierre Bernard-Reymond tapent du poing sur la table

Posted by ardsl sur 16 novembre 2011

Joël Giraud, député et Pierre Bernard-Reymond, sénateur, tapent du poing sur la table. Le premier organise avec Jean-Yves Petit, le vice-président de la Région, une rencontre le 25 novembre, à 17 heures, dans la salle du centre de vacances du CCE SNCF, à la gare de Briançon. Le but : obtenir la commercialisation normale du train de nuit sur le système de réservation de SNCF.

De son côté, Pierre Bernard-Reymond a, de nouveau, envoyé un courrier à Guillaume Pépy, le PDG de SNCF, lui indiquant que depuis le mois de juillet dernier, “la situation n’a fait qu’empirer”. Il met en avant des “réservations toujours aussi chaotiques” pour le train de nuit Paris – Briançon et dénonce le fait que les réservations des couchettes destinées à pallier la suppression des wagons-lits, est complètement aléatoire.

(Source : Le Dauphiné Libéré).

Posted in Alpes du Sud, Drôme | Tagué: , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :