ARDSL Association Rail Dauphiné Savoie Léman

Le blog des usagers

Posts Tagged ‘ponctualité’

Guillaume Pépy : « la régularité des TER sur les quatre premiers mois a été de 91,8% »

Posted by ardsl sur 4 mai 2012

Dans une interview aux « Échos », le président de SNCF détaille le contenu du contrat signé avec le STIF, le Syndicat des transports d’Ile-de-France. Et revient sur les changements survenus dans la filiale Keolis.

Pourquoi la signature du contrat avec le STIF s’est-elle faite attendre ?

« La négociation a été longue et difficile, mais les exigences des équipes de Jean-Paul Huchon étaient légitimes. Le constat de départ était partagé : en Île-de-France, le réseau est vieillissant et saturé, les incivilités nombreuses. Cela explique largement l’insatisfaction des usagers. Le nouveau contrat apporte plusieurs réponses : sur le réseau tout d’abord, les sommes consacrées à l’entretien et à la modernisation des voies seront doublées sur la période 2012-2016, alors qu’elles avaient déjà doublé dans le cadre du contrat précédent. Pour améliorer la qualité de service et l’information, SNCF investira 1 milliard d’euros dans les gares et le matériel, soit 27% de plus que par le passé. Sur les trois prochaines années, tous les trains en Île-de-France seront neufs ou rénovés. »

Serez-vous en mesure de respecter vos nouveaux engagements ?

« Ce contrat nous oblige effectivement plus que le précédent. L’enjeu financier des bonus-malus et des pénalités est porté à 39 millions d’euros par an, un montant supérieur au résultat annuel de SNCF Transilien. Ce dernier, qui était de 15 millions d’euros en 2011, aurait été négatif de 4 millions si l’on avait appliqué les nouveaux critères. Ceux-ci reposent pour 55% sur la régularité et pour 18% sur l’information apportée aux voyageurs. Nous avons également accepté des critères reposant sur la perception des usagers. Ils représenteront 10% du bonus. La barre est haute. Nous sommes sûrs de ne pas atteindre à tout instant tous les objectifs fixés. Mais c’est un aiguillon qui va nous aider à améliorer le service client. »

Ce contrat pourrait donner des idées aux autres régions, qui sont de plus en plus nombreuses à se plaindre de la SNCF…

« Être un monopole, c’est davantage de devoirs envers les clients. Les trains régionaux sont sous l’étroite surveillance des élus, parce que le train est devenu vital pour nos concitoyens. Mais cette pression est positive et nous pousse à améliorer le service. La régularité des TER sur les quatre premiers mois a été de 91,8%, très proche des 92% atteints en 2011. Et ce, malgré le froid de début février, en dépit des importants travaux menés sur le réseau et alors que, dans le même temps, la fréquentation a augmenté de 7% ! »

Votre filiale Keolis, dédiée au transport public, se portera-t-elle candidate lorsque le marché des TER sera ouvert à la concurrence ?

« Les transports de la vie quotidienne sont notre premier métier et notre priorité absolue. Lorsque SNCF perdra son monopole sur ce marché, nous ferons appel aux compétences de Keolis, en matière d’appel d’offres par exemple. Mais Keolis ne formulera pas d’offre venant directement concurrencer SNCF en France. »

Pourquoi avez-vous nommé votre numéro deux, David Azéma, à la tête de Keolis ?

« Michel Bleitrach a dirigé Keolis pendant huit ans : il a tout réussi. Il convenait aujourd’hui d’organiser sa relève, conformément à sa demande. David Azéma a l’expérience de la délégation de service public. Il a prouvé à mes côtés ses capacités de gestionnaire comme de stratège. Il va contribuer à dessiner le Keolis de demain, et accélérer le développement international de l’entreprise, qui est déjà leader mondial à égalité avec Deutsche Bahn-Arriva. »

Allez-vous procéder pour cela à une augmentation de capital ?

« Oui, sans doute dans les prochains mois. Une décision en ce sens devra être prise avec notre partenaire de long terme dans Keolis, la Caisse de dépôt et placement du Québec. »

Vous venez de reprendre une autre de vos anciennes filiales par le passé, Sernam. Mais pour les syndicats, les engagements ne sont pas tenus…

« La mobilisation de tous va permettre le reclassement de la quasi-totalité du personnel. La reprise partielle de Sernam par SNCF Geodis a permis le transfert chez nous de 820 salariés. Et dans le cadre d’un groupement d’employeurs constitué sous l’égide des ministères du Travail et des Transports, 550 offres fermes de postes sont proposées aux autres salariés, dont 250 à SNCF. Avec cet effort, SNCF a fait sa large part du travail.« 

Publicités

Posted in Retards / Suppressions, SNCF | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , | 1 Comment »

Les CFF ont transporté près de 1 million de personnes par jour en 2011

Posted by ardsl sur 29 mars 2012

Andreas Meyer, directeur des CFF, lors du lancement du chantier du CEVA le 15 novembre 2011 à Genève. (Photo : Joël Grandcollot).

Les CFF ont enregistré un nouveau record en 2011 avec 977000 personnes véhiculées par jour. Mais sans un financement durable, le groupe ferroviaire est pessimiste. C’est pourquoi il a insisté sur la nécessité du projet FAIF.

Avec ses 977000 personnes transportées chaque jour en 2011, le résultat de la régie fédérale est en hausse à 338,7 millions de francs.

Toutefois, le groupe ferroviaire a insisté sur la nécessité du projet FAIF, un projet de financement durable.

«En première ligne, il s’agit d’une proposition de financement qui doit nous apporter les moyens nécessaires à l’entretien du réseau», a expliqué devant les médias jeudi 28 mars à Zurich le directeur des CFF Andreas Meyer. La définition des priorités des projets spécifiques est «secondaire».

Le projet de financement et d’aménagement de l’infrastructure ferroviaire (FAIF) est controversé. Les cantons se disputent la répartition des 3,5 milliards de francs qui doivent être investis d’ici 2025.

Pour les CFF, cette somme est insuffisante. Dans leur prise de position sur le FAIF, ils estiment que 5,7 milliards sont nécessaires d’ici 2025 pour éliminer les principaux goulets du réseau.

Appel à une position commune

Malgré cela, le président du conseil d’administration des CFF Ulrich Gygi a appelé les acteurs politiques à adopter une position commune. «Il faut penser avant tout à l’intérêt national», a-t-il souligné.

Le FAIF fait figure de contre-projet à l’initiative de l’Association transports et environnement (ATE) qui veut affecter les recettes de l’impôts sur les huiles minérales à parts égales à la route et au rail. Il sera probablement soumis à votation en 2014.

Bénéfice voyageurs en baisse

Dans l’immédiat, les bénéfices enregistrés en 2011 et les années précédentes permettent d’aborder les futurs investissements avec plus de sérénité, a affirmé Andreas Meyer. L’endettement de l’ex-régie demeure élevé, à près de 8 milliards de francs.

Si le nombre de voyageurs-kilomètres parcourus a augmenté à 17749 millions (+ 1,3%) et le nombre de personnes transportées sur l’année se monte à 357 millions (+ 2,7%), le résultat du trafic voyageurs est en baisse. Il se chiffre à 213,9 millions de francs, contre 292,6 millions en 2010.

Lourd prix du sillon

Ce fléchissement est dû a une croissance faible et à la hausse de 90% du prix du sillon, a indiqué le chef des finances Georg Radon. La hausse du prix des billets n’a permis qu’une compensation partielle.

Pour faire face aux nouvelles hausses prévues, les CFF veulent améliorer l’efficacité et la productivité de 2%. La régie fédérale s’est félicitée des aménagements déjà accomplis, ayant même permis d’économiser 72 millions de francs alloués par la Confédération pour l’infrastructure. En accord avec Berne, cet argent pourra être investi dans les prochaines années.

Meilleure ponctualité

Les CFF se sont également réjouis de la hausse de la ponctualité des trains. En 2011, 89,8% des passagers sont arrivés à destination avec au maximum trois minutes de retard (87% en 2010). Dans 97,7% des cas, les correspondances ont pu être assurées, un record. Les passagers se montrent par contre mécontents du rapport-qualité prix et du confort à bord des trains.

Restructurations chez CFF Cargo

Le trafic marchandise reste dans le rouge. Il a connu une stagnation sous l’effet de la baisse des transports en trafic intérieur et de la cherté du franc suisse. En 2011, CFF Cargo et CFF Cargo International ont transporté quelque 195000 tonnes de marchandises par jour contre 200’000 en 2010.

CFF Cargo a toutefois ramené sa perte à 45,9 millions de francs, contre 64 millions l’année précédente. Le but est d’enregistrer des chiffres noirs dès 2013.

Des restructurations seront nécessaires, a indiqué Ulrich Gygi. Le syndicat du personnel des transport SEV s’en est indigné, regrettant un démantèlement «au détriment du service public».

Quant au personnel, il n’est toujours pas entièrement satisfait des conditions de travail au sein des CFF, a déploré Ulrich Gygi. Certains employés ont vu leur salaire gelé lors d’une mise à niveau sur les salaires du marché, a expliqué le président. La compagnie ferroviaire comptait en 2011 28586 collaborateurs, soit 443 de plus qu’un an auparavant.

(Source : ATS).

Posted in Fréquentation, Suisse | Tagué: , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

2012, année de reconquête pour la SNCF en Rhône-Alpes

Posted by ardsl sur 24 janvier 2012

Josiane Beaud, directrice Rhône-Alpes SNCF

Après une année 2011 marquée par les retards et les grèves, SNCF souhaite redorer son blason et attend beaucoup de 2012, à commencer par l’arrivée des tram-trains.

La grève des cheminots de Saint-Étienne et son impact sur sa liaison avec Lyon est encore dans tous les esprits. Et pourtant, les chiffres pour l’année 2011 sont bien meilleurs que 2010, année déjà marquée par les problèmes sur les lignes de chemins de fer de la région. « Nous avons 90% de régularité pour les TER et 89% pour les TGV. C’est deux points de plus que l’année précédente« , affirme Josiane Beaud, la directrice régionale SNCF Rhône-Alpes, qui est aussi satisfaite de ses résultats sur les lignes dites « sensibles » ou « malades » : « La régularité a augmenté de trois points sur les lignes Lyon – Saint-Étienne, Lyon – Grenoble et Lyon – Ambérieu. » La fin de semaine sera d’ailleurs à enjeu pour ces lignes puisque vendredi 27 janvier, Guillaume Pépy, le président de SNCF, fait le déplacement à Lyon pour présenter un audit. Des propositions à court et à long terme pour améliorer la ponctualité et le service sont attendues par les associations d’usagers. Des usagers en colère (notamment ceux qui sont descendus sur les voies à Givors mardi 17 janvier) qui seront reçus samedi 28 janvier par les responsables régionaux pour clarifier la situation. Josiane Beaud doit leur confirmer le déploiement dès 2014 de nouveaux trains, dits « gros porteurs » : actuellement en construction, ces rames peuvent transporter plus de 1000 passagers, contre 800 actuellement pour les plus gros trains. Ils circuleront aux heures de pointe sur les lignes Lyon – Grenoble et Ambérieu – Lyon – Saint-Étienne.

Le tram-train dans l’Ouest lyonnais, enfin !

En attendant, il risque toujours d’y avoir quelques « aléas« , comme aime le répéter la directrice des trains de Rhône-Alpes, car leur nombre a encore augmenté en gare de Lyon-Part-Dieu : « Nous sommes passés de 670 à 816 trains par jour. » Et pas possible selon la responsable de reporter des trains en gare de Perrache, « qui est aussi surchargée que celle de la Part-Dieu en heure de pointe. » À l’Ouest, rien de nouveau donc, ou presque… SNCF espère lancer en septembre prochain (avec un an de retard) son tram-train sur les lignes de l’Ouest lyonnais, vers Saint-Bel et L’Arbresle. L’homologation doit être acquise au cours du printemps. Les derniers essais seraient en cours près de Nice et de Chambéry.

(Avec lyonmag.com).

Posted in Matériel, Ouest Lyonnais, Retards / Suppressions, SNCF | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

SNCF : meilleure ponctualité en 2011 qu’en 2010

Posted by ardsl sur 13 janvier 2012

La régularité des trains SNCF, tous réseaux confondus, s’est améliorée l’an dernier, en comparaison avec 2010, a indiqué l’entreprise ferroviaire, le 11 janvier. C’est surtout au niveau des trains régionaux, les TER, que les trains ont été plus à l’heure en 2011. Leur taux de régularité est passé de 89,8% à 92%, soit une hausse de 2,2 points.

90,5% des TGV sont également arrivés à l’heure l’an dernier, contre 88,6% un an plus tôt, soit une hausse de 1,9 point.

Jacques Damas, directeur général délégué sécurité et qualité du service SNCF, explique ses « bons résultats« , par la mobilisation de l’ensemble de l’entreprise. « Toutes les activités ont aussi mené un travail de fond pour améliorer la qualité du service assuré en bout de chaîne par l’ensemble des métiers qui y concourent« , déclare-t-il.

La météo plus favorable de 2011 sur 2010 a également joué un rôle considérable dans l’amélioration de la ponctualité des trains.

Concernant les douze lignes dites « sensibles » en France, pour lesquelles un effort plus important devait être fourni pour améliorer la régularité, le représentant de l’entreprise ferroviaire remarque une amélioration de la ponctualité pour onze d’entre elles.

(Avec Relaxnews).

Posted in SNCF | Tagué: , , | Leave a Comment »

SNCF : régularité et recettes en hausse

Posted by ardsl sur 9 janvier 2012

2012 commence sous de meilleurs auspices que l’année précédente pour SNCF. Guillaume Pépy qui réunissait son Comité exécutif et une trentaine de journalistes autour d’un dîner le 4 janvier 2012 a trouvé des motifs de se réjouir. Meilleure régularité des trains, recettes commerciales en hausse et révolution des horaires pas trop mal réussie. Seule grande incertitude, la future gouvernance du rail français.

Premier motif de satisfaction pour le patron de SNCF, la régularité des trains qui en 2011 a progressé dans une fourchette de « 0,5 à un peu plus de 2 points« . Le détail est le suivant : 1,3% pour les Intercités, 2,2 pour les TER, 1,9 pour les TGV, 1,2 pour le Transilien, 0,5 pour le fret.

Les progrès sont également sensibles sur les 12 lignes TER décrétées « malades » par SNCF (du RER A et D en Île-de-France au TGV Paris-Tours en passant par Nîmes-Perpignan et tous les trains de nuit), car « 3 à 7 points ont été gagnés« .

En revanche, deux points noirs importants subsistent sur des axes très fréquentés, reconnaît Guillaume Pépy, patron de la compagnie ferroviaire : la ligne D du RER et l’étoile lyonnaise du TER, où des grèves tournantes d’agents SNCF empoisonnent l’existence des usagers et tendent les relations avec l’autorité organisatrice, la région Rhône-Alpes.

Autre indicateur en progrès sur le tableau de bord de la SNCF, les recettes commerciales ont progressé « de 5,4% en 2011« , soit davantage que la hausse des tarifs qui avait été appliquée début 2011. En voici la ventilation : + 7,7% pour le TER, 6,5 % pour le TGV, un peu moins de 4% pour le Transilien, 1,5% pour le fret et 1% pour les Intercités.

Moins de grèves en 2011

Sur le plan social, Guillaume Pepy souligne que « 2011 a été l’année où le nombre de jours de grève a été le plus faible depuis 2002« . Et cela explique sans doute en grande partie la réussite, sur le plan technique, du passage aux nouveaux horaires, le 11 décembre, les syndicats ayant joué le jeu pour ne pas affaiblir l’entreprise confrontée à des enjeux importants.

Marquée par l’extension du cadencement et menée avec le pilotage de Réseau Ferré de France (RFF), l’opération n’a pas été le big bang redouté, alors qu’au printemps 2011, l’exploitant ferroviaire plaidait de toutes ses forces pour une modification d’horaires a minima.

Toutefois, sur ce sujet qui constitue un enjeu de pouvoir entre l’opérateur ferroviaire historique et le gestionnaire du réseau, la SNCF veut garder la main. « Il faut déjà penser aux changements d’hiver de fin 2012 et veiller à ce que cela se passe bien« , considère Guillaume Pépy.

Il a annoncé un retour d’expérience avec le lancement d’une enquête d’opinion, pour savoir ce que « les élus nous reprochent ou pas » sur les horaires en cours.

Crispation autour de la gouvernance du rail

Sur les Assises du ferroviaire caractérisées par une puissante lutte d’influence entre RFF et SNCF et au final par l’absence de solution consensuelle sur l’évolution de la gouvernance, le président de SNCF ne s’est pas montré très prolixe. Peut-être parce que sa ministre de tutelle, Nathalie Kosciusko-Morizet (NKM), a rejeté la solution d’une « réunification autour d’une SNCF pivot » prônée par la présidente de la commission chargée du sujet Véronique Morali.

Tout reste donc à faire pour aboutir à la réunification, seul point qui fasse l’unanimité. Mais dans quel sens ?

En off, aussi bien à SNCF qu’à RFF, on considère l’échéance fixée par la ministre de l’écologie peu réaliste et qu’en tout état de cause, rien ne sera décidé avant les élections présidentielles. NKM a demandé à la DGITM et aux présidents des deux établissements publics d’aboutir en mars 2012 à un schéma de gouvernance compatible avec la vision de Bruxelles.

Dans les mois à venir, les tensions risquent donc de continuer au sommet du système ferroviaire car chacun campe sur des positions tranchées. En off, les dirigeants de SNCF considèrent comme impensable un passage de SNCF Infra sous l’égide de RFF, l’actuel gestionnaire du réseau ferré, car les cheminots ne l’accepteraient pas et empêcheraient, en retour, toute négociation d’une convention collective du ferroviaire voyageurs alors que l’ouverture à la concurrence des trains Intercités est programmée pour 2014.

RFF qui plaide pour un gestionnaire de réseau autonome par rapport à SNCF souligne que dans l’immédiat, la ministre a demandé que la Direction de circulation ferroviaire soit rapprochée de RFF.

Pour finir, Guillaume Pépy s’est réjoui des succès de développement de Keolis et de son internationalisation, ce au moment ou son rival français Veolia-Transdev est en pleine incertitude avec le projet de Veolia Environnement de vendre sa participation (lire).

 (Source : mobilicites.com)

Posted in SNCF | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

90% des trains à l’heure selon RFF

Posted by ardsl sur 28 octobre 2011

Nouveau record pour la SNCF : cette année neuf trains sur dix, soit 90 %, sont arrivés à l’heure (avec moins de cinq minutes de retard) lors du premier semestre de l’année, selon le premier Observatoire de la régularité des trains de Réseau Ferré de France (RFF).

Les trois premières causes de retard sont dues à des problèmes externes tels que les intempéries ou les accidents dans 37 % des cas, aux entreprises ferroviaires pour 35 % et enfin à 28 % au gestionnaire d’infrastructure.

Plus précisément, 9% des retards viennent des accidents, 8% des actes de malveillance et 6% des intempéries.

75,8% des TGV étaient à l’heure. 91,6% des TER étaient à l’heure.

91,58% des TER Rhône-Alpes étaient à l’heure en août 2011.

(Avec Agences).

Posted in Retards / Suppressions | Tagué: | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :