ARDSL Association Rail Dauphiné Savoie Léman

Le blog des usagers

Posts Tagged ‘sabotage’

Comment lutter contre les actes de malveillance ?

Posted by ardsl sur 10 août 2012

Dans la gestion et la prévention des actes comme celui de mercredi 25 juillet, SNCF fait face à un défi.

Le sectionnement dans l’Yonne d’un câble sur la ligne à grande vitesse Paris – Lyon, a entraîné mercredi 25 et jeudi 26 juillet d’importants retards pour 60000 voyageurs entre Paris et le Sud-Est.

Le câble coupé a pu être réparé plus vite que prévu, dès 13h30 jeudi 26 juillet. Des retards de rames perduraient mais ils se sont résorbés en fin d’après-midi. Cependant, quasiment tous les TGV du Sud-Est et une partie des TGV Rhin-Rhône ont été touchés dans la matinée par des retards d’une heure à une heure trente. L’incident n’étant pas le premier du genre, SNCF a été confrontée à l’immédiate impatience de vacanciers excédés. À plus long terme, se pose la question de la sécurisation du réseau.

30000 km de voies à sécuriser

Les perturbations ont débuté mercredi 25 juillet peu après 20h, lorsque les systèmes automatiques de sécurité, détectant une anomalie, ont bloqué les trains à environ 90 km au sud de Paris. Un TGV en direction de Lyon, parti peu avant 20h de Paris, a subi près de trois heures de retard.

Un câble en cuivre enterré à environ 30 centimètres de profondeur, servant à alimenter la signalisation sur une portion importante de la ligne à grande vitesse, avait été coupé à Cuy, près de Sens. Les voleurs « sont venus avec un gros outillage », franchissant les clôtures entourant les voies avant de s’attaquer au câble, a déclaré Jean-Christophe Archambault, directeur de l’axe TGV Sud-Est, lors d’une conférence de presse à Lyon, dénonçant « un acte de malveillance très grave, de sabotage. […] Ça peut être aussi une préparation à un vol », a-t-il indiqué, alors qu’une enquête de gendarmerie a été ouverte et qu’il n’y a apparemment pas de cuivre manquant. « On travaille sur des plans de sécurisation des voies, pour des millions d’euros, mais face à des gens très motivés c’est difficile » sur les 30000 km de voies en France, selon le responsable SNCF. Les vols de cuivre et actes de malveillance sont réguliers mais peu engendrent autant de perturbations .

Mercredi 25 juillet, une cinquantaine de cheminots ont travaillé toute la nuit sur l’incident et sont restés à pied d’œuvre jeudi 26 juillet. Pour l’information et la prise en charge des voyageurs, « les cheminots de tout le Sud-Est » ont été mobilisés, d’après Jean-Christophe Archambault, qui a assuré que la garantie voyage s’appliquait, avec reports et remboursements possibles.

Une recrudescence depuis 2009

C’est un parmi de nombreux autres actes de malveillance auquel la SNCF a dû faire face mercredi 25 et jeudi 26 juillet. Ils sont souvent liés au vol de câbles de cuivre, dont les prix ont atteint des taux historiques.

  • 15 octobre 2009. Le vol de 200 mètres de câbles de cuivre dans le Val-de-Marne perturbe la circulation des TER et TGV pendant plus d’une journée.
  • 24 octobre 2009. Le trafic est interrompu plusieurs heures à la gare de l’Est, à Paris, à cause de barrières métalliques jetées sur les voies à Pantin (Seine-Saint-Denis).
  • 23 janvier 2011. Le trafic de la gare Lille-Flandres, la première en France en termes de trafic TER, est paralysé plusieurs heures en raison d’un important vol de câbles de signalisation.
  • 8 février 2011. Le trafic des TGV Nord et des Thalys est perturbé par un important vol de câbles et de fibres optiques.
  • 26 février 2011. Des câbles de signalisation et d’alimentation sont sciés près d’Albertville, sur la ligne Chambéry – Bourg-Saint-Maurice (Savoie), provoquant des retards pour 40 000 voyageurs en un week-end de vacances très chargé (lire).
  • 19 avril 2011. Après le vol de 12 câbles dans un tunnel entre Beauvais et Méru (Oise), la circulation des trains reste interrompue pendant plus d’une journée.
  • 3 mars 2012. Le chassé-croisé des vacanciers dans les Alpes est fortement perturbé dans la région de Chambéry (Savoie). La nuit précédente, des câbles électriques avaient été brûlés dans trois communes (lire).

(Avec Le Bien Public).

Posted in Bourgogne, Retards / Suppressions, Savoie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

“Le Lyon-Turin ne passera pas chez moi !”

Posted by ardsl sur 19 mars 2012

Entre Isère et Savoie, la grogne grandit de jour en jour le long du tracé. Après l’Italie, la colère des “No-TAV” a traversé la frontière. Les uns revendiquent la non-violence tandis que d’autres signent d’un coup de peinture leurs actes de sabotage à défaut de les revendiquer. L’enquête d’utilité publique, qui se termine lundi 19 mars, a ravivé les tensions.

Avressieux, son château, ses bosquets, ses marais bordant les champs de maïs, sa tranquillité à peine troublée par le grondement des tracteurs.

“C’est le genre de coin dans lequel tout le monde rêverait d’habiter. Et vous voulez voir passer des trains à plus de 200 à l’heure ?”

Christian Lovet n’est pas un excité. Mais son sang n’a fait qu’un tour quand il a découvert le tracé de la future ligne Lyon-Turin. L’image du village savoyard bucolique a viré au cauchemar le soir de la réunion publique des opposants au projet. C’était il y a deux semaines. Depuis, il ne décolère pas. Tout comme Richard Mangeolle, qui a pris la tête de la révolte depuis l’ancien café devenu le QG du collectif de défense.

L’immobilier aurait déjà baissé de 30%

Sur leur site internet, c’est aussi beau qu’un train électrique sous un sapin de Noël”, ironise-t-il avant de décrire le spectacle d’apocalypse qui attendrait les habitants : allers-retours incessants de camions dans des nuages de poussière, maisons rasées, terrains agricoles rayés de la carte…

En moins d’un mois, la révolte s’est propagée tout le long du tracé : La Tour-du-Pin, Chimilin, Romagnieu, Avressieux, Belmont-Tramonet… C’est le front commun des agriculteurs et des néoruraux venus goûter la verdure et le calme à des prix abordables. Ils risquent de l’être encore plus, prévient Olivier Cabanel, président de la coordination Ain, Dauphiné, Savoie si le train pointe le bout de sa locomotive : “la seule annonce du projet a déjà fait baisser le prix de l’immobilier de 30 % dans les communes concernées.” À vérifier, mais l’argument fait mouche. Tout comme celui de l’exploitant agricole Christian Provent : “on nous demande de produire plus propre tout en répondant aux besoins des habitants. Et on vient supprimer des dizaines d’hectares de terre cultivable.

Un projet inutile, ruineux et dépassé. Leur verdict est sans appel. Contre-enquête à l’appui. Ils disent qu’une modernisation de la ligne historique suffisait largement à répondre aux besoins des voyageurs comme des transporteurs. C’est le fameux plan B qui circule de mains en mains dans les associations d’opposants.

L’enquête préalable à la déclaration d’utilité publique se termine aujourd’hui dans les 71 communes du Rhône, de l’Isère et de la Savoie concernées par le tracé. Mais elle ne changera rien à la volonté des associations de faire capoter le projet. “Nous resterons non violents, mais nous ne lâcherons pas,” prévient Olivier Cabanel, assurant que ses troupes n’ont aucun lien avec les actions récentes. Le 1er mars à Lyon, un groupe interrompait le trafic (lire). Le 10 mars, un commando sabotait la voie ferrée en Savoie avant de signer “No TAV” comme les opposants italiens (lire). Le 12 mars, deux camions étaient incendiés à Saint-Martin-d’Hères pour dénoncer “les collabos du TAV” (lire).

La colère des Italiens du Val de Suze est maintenant bien partagée de ce côté des Alpes.

Ils redoutent un “saccage paysager catastrophique

De Grenay à Chimilin, le tracé de la future ligne nouvelle Lyon-Turin traverse l’ensemble du Nord-Isère, en épousant celui de l’autoroute A 43 quand cela est possible. Ce qui n’empêchera pas la construction de grands ouvrages d’art (ponts et viaducs) et de tunnels pour franchir l’autoroute, les rivières ou les buttes balisant l’itinéraire. Et ce grand chantier qui va bouleverser la vie des riverains est loin de faire l’unanimité.

La commune de Villefontaine, la communauté d’agglomération Porte de l’Isère et la Ville de Bourgoin-Jallieu ont émis un avis favorable au projet, tandis que celui du conseil général de l’Isère n’est que partiellement favorable, sous la condition express que la mise en service de la ligne grande vitesse soit précédée de celle du contournement ferroviaire de Lyon et de réserves concernant l’insertion dans l’environnement.

Mais l’ouverture de l’enquête d’utilité publique n’a fait qu’amplifier la grogne sur toute la ligne. L’association Frontonas Vigilance TGV, créée en 1992, demande notamment la réalisation de protections phoniques.

Un viaduc de 20 mètres de hauteur et de 900 mètres de longueur

Les habitants du Bourg, à L’Isle-d’Abeau, et ceux de Saint-Marcel-Bel-Accueil redoutent la construction d’un ouvrage hydraulique et routier sur les deux communes, qui impacterait 3 000 à 3 500 habitants dans un périmètre de 300 à 1 500 mètres. Des inquiétudes partagées par l’association Saint-Savin Vigilance qui dénonce un projet flou.

À Chimilin, le maire n’hésite pas à parler d’un “saccage paysager catastrophique” avec “la pose d’énormes merlons et surtout la création d’un viaduc de 20 mètres de hauteur et de 900 mètres de longueur” qui, depuis Saint-Didier-de-la-Tour et La Bâtie-Montgascon, va déboucher dans le village.

(Avec Le Dauphiné Libéré).

Posted in Italie, Rhône, Savoie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

Circulation ferroviaire : suppressions et retards constatés vendredi 16 mars

Posted by ardsl sur 15 mars 2012

Acte de malveillance à Saint-Martin-le-Vinoux (Isère)

Le trafic des trains perturbé ce matin sur les lignes Grenoble – Valence et Grenoble-Lyon à cause d’un acte de sabotage.

Un conducteur d’un train a surpris vers 7h un groupe de 5 individus cagoulés en train de jeter des sacs de terre reliés entre eux par une ficelle sur les caténaires au niveau de Saint-Martin-le-Vinoux dans une zone isolée des habitations près de l’autoroute. L’enquête a été confiée a l’antenne grenobloise de la police judiciaire de Lyon.

Le trafic ferroviaire a été interrompu une vingtaine de minutes.

Trains supprimés

  • TER 884558 (Évian 7h34 – Annemasse 8h13).
  • EC 34 (Milan 12h25 – Genève 16h18) : supprimé uniquement entre Domodossola et Brigue, en raison d’un déraillement. Le trajet entre Domodossola et Varzo est assuré en car de remplacement. Le trajet entre Varzo et Brigue est assuré par un train de remplacement.
  • TER 886936 (Saint-Étienne 17h52 – Roanne 19h06) en raison d’un incident de circulation.

Trains et cars retardés

1h45 de retard pour le TER 96630/1 (Genève 6h59 – Grenoble 9h05) en raison de la panne d’un autre train.

1h30 de retard pour le TER 96500/1 (Part-Dieu 6h38 – Genève 8h27) en raison de la panne d’un autre train.

1h15 de retard pour :

  • le TER 96604/5 (Grenoble 6h55 – Genève 9h00) en raison de la panne d’un autre train.
  • le TGV 9248 (Milan 16h10 – Paris 23h24) en raison de l’intervention des forces de l’ordre à Chambéry pour traiter le vas d’un voyageur récalcitrant.
  • le TER 886852/3 (Saint-Étienne 18h50 – Ambérieu 20h25) en raison d’un dérangement d’installation.

1h de retard pour :

  • le TER 96552/3 (Saint-Gervais 5h03 – Part-Dieu 8h22) en raison d’un incident technique sur le train.
  • le TER 96554/5 (Évian 5h34 – Part-Dieu 8h22) même motif.
  • le TER 17721 (Part-Dieu 15h20 – Marseille 18h54) même motif.

50 minutes de retard pour :

  • l’IC 4412/3 (Tours 8h16 – Part-Dieu 13h20) en raison d’un dérangement d’installation.
  • le TER 96634/5 (Genève 9h59 – Valence 13h18) en raison de la panne d’un autre train.

40 minutes de retard pour :

  • le TGV 6806/7 (Genève 6h42 – Marseille 10h16) en raison de la panne d’un autre train.
  • le TER 96556/7 (Genève 7h29 – Part-Dieu 9h22).
  • l’IC 4480/1 (Bordeaux 10h44 – Part-Dieu 18h20) en raison d’un incident technique sur le train à Guéret.
  • le TER 18533 (Part-Dieu 18h40 – Bourg-Saint-Maurice 21h45).
  • le Lunéa 5798 (Briançon 20h28 – Paris Austerlitz 6h48).
  • le TER 96524/5 (Part-Dieu 20h36 – Évian 23h25).
  • le TER 96526/7 (Part-Dieu 20h36 – Saint-Gervais 23h57).

30 minutes de retard pour :

  • le car TER 49890 (Genève Eaux-Vives 16h48 – La Roche-sur-Foron 17h41).
  • le TER 17996/7 (Part-Dieu 21h08 – Annecy 22h59) en raison d’un détournement par Chambéry. Ce train n’a desservi ni Ambérieu, ni Culoz.

25 minutes de retard pour :

  • le TER 17554/5 (Valence 6h14 – Annecy 9h17) en raison d’un acte de malveillance.
  • le TER 885305 (Rives 6h38 – Gières 7h26) même motif.
  • le TER 96608/9 (Valence 6h41 – Genève 9h57) en raison d’un dérangement d’installation.
  • le TER 885611 (Grenoble 14h10 – Gap 16h23) en raison de difficultés lors de la prépération du train.
  • le TER 875740/1 (Part-Dieu 16h40 – Clermont-Ferrand 19h05) en raison d’un incident technique sur le train.
  • l’EC 36 (Milan 17h25 – Genève 21h18).
  • le TGV 5342/3 (Nantes 19h05 – Part-Dieu 23h30).
  • le TGV 5344/5 (Rennes 19h07 – Part-Dieu 23h30).
  • le TGV 9846/7 (Bruxelles 19h18 – Part-Dieu 23h24) en raison d’un incident technique sur le train.
  • le Lunéa 5797 (Paris Austerlitz 22h00 – Briançon 8h30) en raison d’un dérangement d’installation.

20 minutes de retard pour :

  • le TER 17504/5 (Grenoble 7h08 – Valence ville 8h18) en raison d’un acte de malveillance.
  • le TGV 6854 (Nice 7h27 – Part-Dieu 11h54) en raison de la panne d’un autre train.
  • le TER 875708/9 (Clermont-Ferrand 11h56 – Part-Dieu 14h20) en raison d’un incident technique sur le train.
  • le TER 885668 (Gap 13h29 – Grenoble 15h43).
  • le TER 96614/5 (Valence 13h41 – Genève 17h00) en raison de la réutilisation de la rame du 96634/5.
  • le TER 18531 (Part-Dieu 14h40 – Bourg-Saint-Maurice 17h43).
  • le TGV 9249 (Paris 14h41 – Milan 21h45).
  • le TER 17366 (Briançon 15h08 – Romans 19h03).
  • le TER 886191 (Part-Dieu 16h20 – Avignon 18h59) en raison de l’attente d’un personnel.
  • le TER 17361 (Romans 16h23 – Briançon 20h24) en raison de difficultés lors de la préparation du train.
  • le TER 9789 (Paris 20h11 – Genève 23h27) en raison d’un dérangement à l’appareil d’enclenchement.

15 minutes de retard pour :

  • le TER 883600 (Chambéry 5h36 – Ambérieu 6h47) en raison de difficultés lors de la préparation du train.
  • le TER 891801 (Dijon 6h33 – Bourg-en-Bresse 8h16) en raison de l’attente d’un personnel.
  • le TER 18902 (Vallorcine 6h35 – Saint-Gervais 7h54) en raison de l’attente d’un personnel.
  • le TER 18908 (Vallorcine 8h35 – Saint-Gervais 9h54).
  • le TER 96502/3 (Part-Dieu 8h38 – Genève 10h27).
  • le TER 96506/7 (Part-Dieu 10h38 – Genève 12h27).
  • le TER 18528 (Part-Dieu 10h34 – Bourg-Saint-Maurice 13h43).
  • le TER 887117 (Villefranche 10h41 – Perrache 11h15).
  • le TGV 9269 (Paris 11h57 – Lausanne 15h44).
  • le TER 17404/5 (Marseille 12h35 – Briançon 17h13).
  • l’EC 39 (Genève 13h42 – Milan 17h35) en raison d’un dérangement technique.
  • le TER 883748/9 (Chambéry 16h24 – Grenoble 17h23).
  • le TER 17365 (Romans 17h54 – Gap 20h42).
  • le TER 885619 (Grenoble 18h10 – Veynes 20h02).
  • le TER 96784 (Genève 20h59 – Bellegarde 21h24).
  • le TER 886860/1 (Saint-Étienne 22h50 – Part-Dieu 23h36).

(Avec France 3 Alpes et bleuisere.com).

Posted in Retards / Suppressions | Tagué: , , , , , , , , , , | 1 Comment »

Actes de sabotage en Savoie : qui en veut aux trains ?

Posted by ardsl sur 5 mars 2012

Le dernier chassé-croisé de l’hiver a été fortement perturbé samedi 3 mars par une série d’actes de malveillances sur les voies de chemin de fer, en région Rhône-Alpes.

Des câbles électriques ont été brûlés dans trois communes différentes de Savoie. Résultat : de nombreux retards, des trains bloqués, et des milliers de passagers, souvent des vacanciers, contraints de patienter. Cette fois, pas de vol de cuivre en cause. Les gendarmes en sont persuadés : il s’agit d’un sabotage, un acte délibéré. SNCF a porté plainte.

Cent trains, dont 60 TGV, ont vu leur circulation ralentie (lire la liste des retards).

« Acte de sabotage délibéré »

« Des câbles électriques ont été brûlés dans la fin de nuit de vendredi 2 à samedi 3 mars sur trois communes (La Ravoire, Saint-Pierre-d’Albigny et Chamousset) ce qui indique qu’il s’agit d’actes délibérés« , avait un peu plus tôt affirmé le colonel de gendarmerie Jean-Claude Gin. « Il s’agit d’un acte de sabotage et non de vol de cuivre« , a précisé le gendarme.

SNCF a expliqué que les incendies « déclenchés entre 5h et 6h » ont endommagé gravement les câbles du réseau de signalisation qui assurent à la fois la fluidité du trafic et la sécurité du système ferroviaire« .

SNCF a porté plainte

SNCF, qui a mobilisé quelque 150 agents pour effectuer les travaux et prendre en charge les passagers, a porté plainte.

Il y a un an, en pleines vacances de février, environ 30000 voyageurs avaient été stoppés plusieurs heures après un acte de vandalisme commis par un cheminot retraité sur la ligne Chambéry – Bourg-Saint-Maurice.

(Source : rtl.fr et AFP).

Posted in Retards / Suppressions, Savoie | Tagué: , , , , , , , | Leave a Comment »

Les No TAV démentent tout sabotage

Posted by ardsl sur 5 mars 2012

3 incendies volontaires de câbles électriques ont provoqué de fortes perturbations sur les lignes ferroviaires près de Chambéry samedi 3 mars (lire notre article). Le parquet explore la piste des opposants au Lyon – Turin ferroviaire. Interrogé lundi 5 mars, par France Bleu Pays de Savoie les opposants italiens ont démenti toute implication dans les sabotages survenus samedi 3 mars. Une inscription « No TAV » a pourtant été relevée près d’un des lieux sabotés. Le tag fait référence au mouvement italien du même nom.

Des opposants au Lyon – Turin avaient déjà fait irruption sur les voies ferroviaires lyonnaises jeudi 1er mars (lire notre article). Les fauteurs de troubles avaient dégradé les caténaires entre les gares de Perrache et de Jean Macé pour bloquer la circulation des trains, provoquant ainsi de nombreux retards.

Posted in Retards / Suppressions, Rhône, Savoie | Tagué: , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :