ARDSL Association Rail Dauphiné Savoie Léman

Le blog des usagers

Posts Tagged ‘Sylvie Charles’

Fret ferroviaire : bon trafic 2011 mais en trompe-l’œil

Posted by ardsl sur 4 juin 2012

Surprise, le fret ferroviaire en France a redressé la tête en 2011 ! Et pas qu’un peu, comme l’attestent les statistiques récemment publiées par le ministère de l’Écologie mais elles sont en fait biaisées par la chute vertigineuse des trafics marchandises fin 2010. Analyse.

La part modale du fret ferroviaire a été de 9,7% en France en 2011 (contre 8,9%, en 2010).

Le trafic de marchandises passées sur les rails a augmenté de 13,9 % pour atteindre 34,1 milliards de tonnes kilomètres en 2011. « Il se redresse fortement après deux années de fortes baisses » (-6,7% en 2010 et -20,5% en 2009), commente la note du ministère.

En 2010 “annus horribilis“, le train avait touché le fond avec 30,1 milliards de tonnes-kilomètres (Tk), loin du record absolu des 55 milliards de Tk établi dans les années 2000.

Bons résultats mais profil bas

Mais pourquoi diable ces bons résultats 2011 n’ont pas davantage été mis en avant par le gouvernement et les entreprises ferroviaires elles-mêmes ? L’explication à ce profil bas est simple, il s’agit d’un feu de paille, qui plus est, pour partie artificiel.

« Environ la moitié de ce redressement du fret ferroviaire provient du rattrapage en janvier 2011 des perturbations de fin 2010 (grève et perturbations sur le réseau). Sans elle, la hausse aurait été de 7,2% au lieu de 13,9%« , calcule la note du ministère.

Surtout, ce regain du début 2011 a été sans lendemain. « La hausse globale est essentiellement imputable au très bon premier semestre. Au delà, la croissance a été cassée par la rechute de l’économie. Et la tendance a été la même pour toutes les entreprises ferroviaires« , commente Sylvie Charles, directrice de Fret SNCF. En moyenne, tous opérateurs confondus, l’activité a oscillé entre +0,1% et -0,7% aux trois derniers trimestres 2011.

Au final, Fret SNCF a amélioré son trafic « avec 23,3 md de tK transportées contre 22,8 en 2010« , poursuit la patronne de Fret SNCF. Un renversement de tendance qui n’était pas arrivé depuis longtemps. Mais avec une hausse de 2,1%, l’entreprise publique – qui a fini de toiletter son activité de wagon isolé – a donc fait moins bien que le marché, et encore perdu du terrain par rapport à ses concurrents.

29% de parts de marché pour les nouveaux entrants

Les challengers de SNCF ont de leur côté capté 10,3 milliards de Tk. Ils disposaient donc à la fin 2011 d’une part record de 29% du marché en quantité physique. Ils n’en avaient que « 15% en 2009« , rappelle la note du ministère.

Le premier d’entre eux est la filiale de la Deutsche Bahn, Euro Cargo Rail (ECR), qui a conforté sa position et vise la rentabilité en 2012. Consolation pour le groupe SNCF, le numéro 2 des nouveaux entrants est sa filiale VFLI dont le fonctionnement social est régi par la convention collective de l’UTP (à la différence de Fret SNCF soumis au règlement intérieur et au statut cheminot).

VFLI qui a été bénéficiaire de 2 millions d’euros a plus que triplé son trafic en 2011. « Il a atteint 3,3 milliards de tonnes-kilométres contre 1 milliard en 2010« , détaille VFLI.

Le troisième est Europorte. Suivent les opérateurs spécialisés sur des niches de marché comme Colas Rail.

Que peut-on espérer de l’année en cours ? Le début 2012 semble à l’image de l’économie française : plat voire en recul, du moins pour Fret SNCF.

« Circuler moins pour transporter plus« 

Réseau Ferré de France (RFF) fournit un indicateur intéressant qui témoigne d’une certaine mutation du fret, celui des trains-kilomètres. Entre 2010 et 2011, le total global a baissé de 3% passant de 39 à 38 millions trains-kilomètres.

Dans le détail, le trafic de SNCF a reculé de 10% et les nouveaux opérateurs ferroviaires ont réalisé un trafic en augmentation de +35%. Cette évolution traduit, selon RFF, une tendance positive avec une massification du transport, sur fond de disparition du wagon isolé.

D’ailleurs, entre janvier et fin mars 2012, le nombre de sillons-kilomètres a reculé de 7% par rapport à la même période 2011, tandis que le nombre de trains-kilomètres pour le fret a progressé de 1%.

« Les entreprises commandent mieux, gaspillent moins de sillons – la baisse du nombre de trains-km est due en partie à la réduction de la voilure dans le wagon isolé qui en consomme beaucoup – et remplissent mieux leurs trains. On peut penser que le fret ferroviaire va devenir rentable« , commente Vincent Duguay, directeur commercial de RFF. « C’est circuler moins pour transporter plus« , résume-t-il.

Télécharger la note du Ministère du Développement Durable

(Avec mobilicites.com).

Publicités

Posted in Fret | Tagué: , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

DB enfonce SNCF dans le fret ferroviaire

Posted by ardsl sur 14 mai 2012

Alors que Fret SNCF continue sa lente descente aux enfers, la filiale de Deutsche Bahn, Euro Cargo Rail, premier opérateur de fret privé en France, se positionne comme un redoutable concurrent. Décryptage.

Fin avril, Euro Cargo Rail, la filiale française de transport de marchandises de la Deutsche Bahn, et Gefco, leader européen de logistique automobile, ont inauguré leur première gare de triage en France, située à Gevrey, près de Dijon (Côte d’Or). Cette plateforme sera entièrement dédiée au transport des 500000 voitures Peugeot-Citroën qui sortent chaque année des usines de PSA et sont expédiées partout en France et en Europe.

C’est ce maillage européen qui, aujourd’hui, rend la Deutsche Bahn imbattable en matière de logistique et de transport de marchandises : « le fret ferroviaire a toujours été un business européen : chaque jour, 60% de nos trains traversent au moins une frontière », explique Alander Hedderich, le président de DB Schenker. « En fait, c’est un business qui n’est pertinent que si les distances sont longues« .

20% de parts de marché du fret ferroviaire en France dès 2012

De fait, DB Schenker, leader du marché européen, avec 33000 salariés, est désormais le numéro 1 non seulement en Allemagne mais en Grande-Bretagne, en Pologne et aux Pays-Bas. En France, EuroCargoRail est n°2, juste derrière SNCF, avec 16% de parts de marché et 20% prévus en 2012.

Cette puissance, qui lui a permis de rafler le contrat Gefco en septembre dernier au nez de Fret SNCF, dont c’était le premier client, ne produit pas encore des effets tout à fait suffisants : « Nous sommes profitables, mais avec 32 millions d’euros de résultat net pour un chiffre d’affaires de 5 milliards, nous sommes encore très loin d’être satisfaits« , prévient Alexander Hedderich.

C’est un fait, le patron n’a pas l’intention de faire le moindre cadeau à SNCF. Mais il veut encore tenter d’avancer masqué, avec un manque total de conviction, que révèle la faiblesse de son raisonnement : « vous savez, si nous étions vraiment agressifs, nous nous appellerions DB Schenker France. Là, nous sommes Euro Cargo Rail, ce qui signifie que nous ne nous positionnons pas frontalement contre la SNCF, mais que nous nous concentrons sur la compétition avec les routiers…« .

« Des décisions vont être prises » a prévenu la patronne de Fret SNCF

En attendant, Fret SNCF continue sa lente descente aux enfers. Au dernier Comité central d’entreprise, le 17 mars dernier, les syndicats, découragés, ont rapporté une phrase révélatrice de la dirigeante de fret SNCF, Sylvie Charles : « le fret est insoutenable pour le groupe, des décisions vont être prises« . Depuis fin 2011, il y a moins de 10000 cheminots au fret, le trafic est en constante diminution et seules trois grandes gares de triage tournent encore à plein (Le Bourget, Sibelin dans le Rhône et Woippy, en Lorraine). Mais tant que Euro Cargo Rail ne s’appelle pas DB Schenker France…

 (Source : challenges.fr).

Posted in Fret | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :