ARDSL Association Rail Dauphiné Savoie Léman

Le blog des usagers

Posts Tagged ‘Trenitalia’

Trenitalia en grève dimanche 14 octobre

Posted by ardsl sur 14 octobre 2012

Un mouvement de grève à Trenitalia est programmé dimanche 14 octobre. La plupart des trains sont maintenus.

Les TGV Paris – Milan, les EC Genève – Milan et Genève – Venise circulent normalement.

Le détail des perturbations pour le trafic grandes lignes interne à l’Italie est disponible sur le site de Trenitalia.

Publicités

Posted in Grèves, Italie | Tagué: , , , , , , , | Leave a Comment »

iDBUS débarque en Rhône-Alpes

Posted by ardsl sur 24 septembre 2012

Les cars Starshipper (ici à Chambéry) qui relient Lyon à Turin depuis le 6 juillet 2012 devraient bientôt être concurrencés par des cars iDBUS. Photo : Alain Caraco.

SNCF annonce le lancement d’une nouvelle plateforme d’autocars low-cost IDBUS à Lyon. Les premiers autocars iDBUS pourraient circuler en Rhône-Alpes dès novembre 2012. Sur quelles destinations ? Mystère pour l’instant. Décryptage de cette annonce par l’ARDSL.

iDBUS fonctionne depuis le 23 juillet 2013 en reliant Londres, Bruxelles ou Amsterdam à Paris et à Lille.

« En deux mois de fonctionnement, nous avons vendu 27000 billets, c’est à dire touché 16000 voyageurs« , annonce Barbara Dalibard, la directrice générale de la branche SNCF Voyages. La plupart des clients ont donc effectuer un trajet aller et retour. Le taux de remplissage s’élève en moyenne à 79%. « C’est une surprise de constater que plus de 50% des clients n’utilisaient jusqu’alors pas les transports collectifs« , commente Barbara Dalibard. Autrement dit, un client d’iDBUS sur deux n’était jamais monté dans un autocar, ni à bord d’un train.

Dans la foulée de ce démarrage encourageant, SNCF qui se découvre des talents d’autocariste confirme la poursuite de la montée en cadence d’iDBUS, avec à partir du 15 octobre, une augmentation du nombre de liaisons vers les capitales d’Europe du Nord (Londres, Amsterdam et Bruxelles), soit 19 rotations quotidiennes, contre 9 actuellement.

Cap sur l’Italie

« Fin 2012, nous ouvrirons un deuxième hub à Lyon« , indique Barbara Dalibard. Mais concurrence oblige, motus et bouche cousue sur les destinations envisagées. La Suisse, l’Italie, l’Espagne ? Réponse sans doute dans le courant de l’automne.

Des destinations en Suisse, cette hypothèse parait pour le moins farfelue. Cela reviendrait en concurrencer directement la relation TER Lyon – Genève, largement subventionnée par la Région Rhône-Alpes.

Des destinations en Italie, cette hypothèse parait quasi certaine. La Région Piémont s’est désengagée du financement des cars TER Lyon – Chambéry – Turin. La Région Rhône-Alpes pourrait en faire de même. Ainsi la desserte TER Lyon – Chambéry – Turin assurée par autocars pourrait disparaître à compter du 9 décembre 2012. L’exploitant de cette relation, Les Courriers Rhodaniens (membre de Réunir et donc concurrent direct de Keolis), n’a même pas attendu cette date pour lancer des relations Lyon – Chambéry – Turin à ses risques à périls. Il s’agit des cars Starshipper, qui roulent depuis le 6 juillet 2012 (lire). Cette relation connaît un démarrage délicat, selon nos informations (lire).

Visiblement, le groupe SNCF n’entend pas laisser la route libre à Starshipper. Elle devrait donc lancer ses iDBUS entre Lyon, Chambéry et Turin.

Cette offre iDBUS ne concurrencerait pas directement l’offre ferroviaire de SNCF. En effet :

  • il n’existe aucune offre ferroviaire directe entre Lyon Part-Dieu et Turin. Les voyageurs lyonnais voulant se rendre en train à Turin doivent emprunter un TER jusqu’à Chambéry, puis un TGV.
  • les TGV Paris – Milan ne desserviront pas Saint-Éxupéry pendant plusieurs mois en 2013 en raison de travaux entre Grenay et Saint-André-le-Gaz (lire). Ils seront détournés par Bourg-en-Bresse, Culoz et Aix-les-Bains.
  • l’offre ferroviaire entre Chambéry et Turin ne comprend que 3 allers-retours quotidiens.

Autrement dit, le lancement d’iDBUS sur la relation Lyon – Turin ne devrait pas entraîner de report modal du rail sur la route, mais une diminution du transport individuel motorisé au profit d’un développement du transport collectif routier. Pour remplir ses iDBUS Lyon – Turin, le groupe SNCF pourra s’appuyer sur la force de vente de voyages-sncf.com, qui ignore les offres concurrentes.

Une telle stratégie du groupe SNCF en dit long sur l’absence d’ambitions ferroviaires de SNCF sur les relations Lyon – Chambéry – Turin. Ce qui n’est pas une surprise pour l’ARDSL qui s’est heurté aux refus de Guillaume Pépy (président de SNCF) et Josiane Beaud (directrice SNCF en Rhône-Alpes) en la matière.

Il s’agit aussi pour le groupe SNCF de prendre une longueur d’avance sur Veolia Transdev et Trenitalia qui annoncent leur volonté de mettre en place de 2 à 3 allers quotidiens entre Lyon, Aix-les-Bains, Chambéry, Modane, Bardonecchia, Oulx et Turin depuis plusieurs années. Des annonces qui jusqu’à présent sont restées sans lendemain !

Et l’Espagne ?

Les seules relations ferroviaires directes entre Rhône-Alpes et l’Espagne sont actuellement assurées par l’intermédiaire des TGV Paris – Figueras desservant Valence TGV. Autrement dit, bien peu de Rhônalpins prennent le train pour se rendre en Espagne. La route et les compagnies aériennes sont ultra-dominantes sur ce marché.

Le lancement d’une desserte iDBUS Lyon – Barcelone serait avant tout pour l’instant au moyen pour le groupe SNCF de concurrencer Eurolines.

Mais l’ouverture de la LGV Figueras – Barcelone courant 2013 devrait changer la donne. SNCF et RENFE ont constitué une filiale commune, Gala, chargée d’exploiter les nouvelles dessertes transfrontalières. Deux allers-retours en AVE sont prévus entre Lyon et Barcelone. Un aller-retour sera même proposé entre Genève et Madrid. Valence TGV disposera de plusieurs relations quotidiennes avec Barcelone et Madrid. (Lire à ce sujet notre article complet sur la future desserte Genève – Lyon – Valence TGV – Barcelone). Cette LGV mettra Lyon à moins de 4h30 de Barcelone, rendant le train plus concurrentiel face à l’avion ou à la route.

iDBUS pourrait éventuellement proposer des dessertes Milan – Barcelone et Genève – Barcelone alors que les trains hôtels Élipsos (opérés par SNCF et RENFE) vont disparaître (lire).

Des cars construits par Irisbus

Le constructeur Irisbus, l’un des fournisseurs d’iDBUS, doit d’ailleurs dévoiler dans les prochains jours à Annonay (Ardèche) les autocars qu’il livrera à SNCF pour accompagner la croissance de son client.

(Avec AFP, mobilicites.com et rhone-alpes.france3.fr).

Posted in ARDSL, Espagne, Fréquentation, Italie, Rhône, Service 2012, Service 2013, SNCF | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

Déclin de l’eldorado français pour Alstom et Bombardier

Posted by ardsl sur 24 septembre 2012

La Région Rhône-Alpes a acheté 24 tram-trains à Alstom. Photo : Edmond Luca.

Coup de frein sur la grande vitesse et sur les commandes de TER à cause de l’asphyxie des finances publiques, les leaders de la construction ferroviaire ont eu beau afficher un grand optimisme au salon InnoTrans de Berlin, ils se demandent comment alimenter leurs usines françaises dans les prochaines années. L’appel d’offres de l’État pour renouveler les trains Intercités serait un appel d’air, mais il tarde à venir.

Avec un carnet de commandes mondiales de près de 32 milliards d’euros pour Bombardier, et de 6,3 milliards pour Alstom (+11%), les deux leaders du rail affichent un optimisme à toute épreuve. Mais sur l’Hexagone, ils voient fondre leurs carnets de commandes. Si Alstom rafle presque systématiquement la mise avec ses tramways, ce n’est pas le cas de Bombardier qui, lassé de perdre systématiquement les appels d’offres de transport urbain, a renoncé à y répondre.

Reste le marché des trains régionaux et Intercités. « Les besoins identifiés de TER et de TET représentent 400 à 500 trains« , estime Jean Bergé, patron de la division France de Bombardier Transport. Seulement les commandes ne suivent pas.

Manque de financements

Le moindre appétit des régions et de l’État est directement lié aux restrictions budgétaires auxquelles elles sont contraintes. Les régions, autorités compétentes pour les TER doivent se serrer la ceinture, et l’État censé lancer un appel d’offres pour renouveler la flotte des TET, tarde à le faire.

Les constructeurs ferroviaires guettent cet appel d’offres comme le lait sur le feu car cette commande créerait un appel d’air et l’assurance de plusieurs années d’activité dans leurs usines de Crespin (Nord) pour Bombardier et de Reischofenn (Alsace) pour Alstom. Jean Bergé avoue qu’à partir de 2015, « il y a de grande incertitudes sur l’activité de l’usine de Crespin« .

De fortes inquiétudes planent sur la capacité des régions à concrétiser leur méga-commandes de TER : celle des 1000 Regiolis passée à Alstom en 2009 et les 860 Regio2N passée à Bombardier. « À ce jour, nous avons enregistré 171 commandes fermes ce qui nous mène jusqu’à 2016 en terme de production« , explique Henri Poupart-Lafarge. Un retard important par rapport au plan de marche qui « devrait être autour de 400 aujourd’hui« . Mais le patron d’Alstom Transport reste optimiste : « nous avons des signes positifs de certaines régions. Il y aura d’autres commandes, la question est de savoir à quel rythme« .

De son côté, Bombardier n’a écoulé que 80 Regio 2N, sur les 860 en option. 5 régions ont commandé ce TER à deux niveaux : PACA, Rhône-Alpes, Centre, Aquitaine et Nord-Pas-de-Calais.

Un Francilien à Tunis ?

L’autre produit phare de Bombardier sur le marché hexagonal, c’est le « Spacium », plus connu sous son nom commercial « Francilien ». Vendu au syndicat des transports d’Île-de-France (STIF) et à SNCF qui l’exploite sur sa ligne H entre Paris gare du Nord et le Val d’Oise, ce nouveau train aux couleurs acidulées, doté d’un plate-forme haute et de larges baies vitrées, a connu de graves défaillances informatiques au démarrage. Sur les 172 rames commandées, 80 seulement ont été livrées, ce qui vaut de lourdes pénalités à Bombardier. Leur montant gardé bien secret alourdit le coût de développement. Bombardier est donc condamné à le vendre plus pour arriver à le rentabiliser.

La visite du ministre des Transports tunisien à Berlin pendant le salon InnoTrans, venu voir le Francilien de plus près, attise les espoirs de Bombardier de le vendre pour équiper le RER de Tunis. « Si l’on gagne, ce sera contre nos concurrents coréen (Rotem) et suisse (Stadler)« , précise Benoît Gachet, directeur marketing. La réponse de Tunis serait imminente.

Santé insolente des autres marchés

Mais ni André Navarri, président de Bombardier Transport, ni Hubert Poupart-Lafarge, président d’Alstom Transport, n’ont affiché la moindre inquiétude à Berlin, tant d’autres marchés que la France sont bouillonnants. Après le creux de 2009, la croissance de 135% du carnet de commandes enregistrée au premier trimestre 2012 par Alstom transporte le constructeur français sur un petit nuage.

Des chiffres en phase avec ceux révélés par une étude de l’Unife (Union des Industries ferroviaires) qui prévoit une croissance mondiale du secteur de l’ordre de 2,6% par an pendant les six prochaines années. L’Europe et l’Amérique du Nord, qui représentent la moitié du marché mondial devraient connaître des taux de croissance de cet ordre alors que la demande va fortement augmenter dans d’autres pays (+ 7% en Amérique latine, + 8% en Afrique). En Asie, la croissance prévue est de moindre importance (+ 1,9%) mais elle va changer de nature, la baisse du marché de la grande vitesse étant plus que compensée par la forte croissance de l’urbain et du régional.

La croissance attendue du marché mondial, notamment dans les pays émergents, influe sur la stratégie de développement des deux constructeurs qui cherchent à se rapprocher de leur clientèle en créant ou en musclant leurs centres de production locaux. Alstom Transport noue aussi des partenariats un peu partout dans le monde : en Russie avec Promoelectronica, au Kazakhstan avec KZT ou en Algérie ou le Français a créé une coentreprise avec EMA (métro d’Alger) et Ferrovial pour assurer le montage et la maintenance des tramways Citadis.

Et pour finir, Alstom ne veut pas se contenter de simplement vendre des matériels. « Nous voulons être présents pendant toute la durée de vie de nos trains« , explique Henri Poupart-Lafarge. D’où un positionnement de plus en plus affirmé sur les marchés de maintenance et la conclusion de contrats qui peuvent atteindre trente ans comme celui signé avec Trenitalia pour la maintenance de trains à grande vitesse Italo, ou avec le métro de Bucarest.

300 millions pour Alstom en Allemagne

Alstom a profité d’InnoTrans pour annoncer la signature d’un contrat de 300 millions d’euros avec la vente de 63 trains régionaux de type Coradia à la compagnie Netinera Deutschland, filiale allemande du groupe italien Ferrovie dello Stato (FS). Ces trains, qui seront conçus et produits dans l’usine d’Alstom de Salzgitter en Allemagne, doivent entrer en service à partir de décembre 2014 sur le réseau diesel du sud-ouest de l’Allemagne entre Francfort et Sarrebruck, mais aussi Coblence et Kaiserslautern.

Les Coradia Lint sont des unités diesel à deux ou trois voitures. Les rames auront une capacité de 160 à 270 places assises et pourront atteindre 140 km/h.

(Avec mobilicites.com).

Posted in Matériel | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Guillaume Pépy et la dette ferroviaire

Posted by ardsl sur 24 août 2012

Jusqu’à présent, il était communément admis que si RFF et SNCF étaient réunifiés, alors la dette planquée sous le tapis de RFF en 1997 pour éviter à SNCF d’imploser serait requalifiée en dette d’État. Soit 30 milliards d’euros. Certes, ce n’est pas grand-chose par rapport à la dette totale de l’État français, qui dépasse les 1600 milliards d’euros. Mais ce n’est pas exactement le moment le mieux choisi pour en rajouter, et cela semblait régler, jusqu’ici, la question : il était exclu de réunifier les deux frères ennemis.

Or, Guillaume Pépy, président de SNCF, défend une approche habile. « La question de la gouvernance n’a rien à voir avec la question de la dette. La dette du système ferroviaire est de nature parapublique. Donc qu’elle soit ici ou là, cela ne changera pas grand chose« , explique-t-il. Bruxelles aurait vraisemblablement à y redire, mais une ligne de défense commence à se dessiner.

Car Bruxelles, Pépy en fait son affaire :  « notre dette est soutenable si nous l’empêchons de croître et si nous en payons les intérêts rubis sur l’ongle. Nous pouvons le faire, à condition d’étaler un peu les dépenses et de ne plus rien financer par de la dette ». Sous-entendu : les travaux mettront un peu plus de temps, et les nouvelles lignes à grande vitesse les plus controversées seront certainement annulées.

Le patron de SNCF a trouvé des alliés pour défendre sa position, purement industrielle et non pas politique : « si les grands opérateurs que sont SNCF, DB et Trenitalia, ainsi que leurs pays la France, l’Allemagne et l’Italie disent à Bruxelles : oui au règlement de la dette, oui au financement sain, oui à la concurrence, mais lâchez-nous sur l’organisation de la gouvernance, alors la Commission pourra peut-être lâcher du lest ».

(Avec challenges.fr).

Posted in Politique, SNCF | Tagué: , , , , , , , | 1 Comment »

Veolia Transdev réduit sa participation dans la compagnie ferroviaire Thello

Posted by ardsl sur 9 juillet 2012

Actionnaire à 50 % de Thello, à part égale avec Trenitalia, Veolia Transdev va réduire sa participation dans la compagnie ferroviaire qui exploite depuis le 11 décembre 2011 des trains de nuit entre Paris et Venise, et envisage l’ouverture d’une liaison Paris – Rome.

Selon mobilicites.com, Veolia Transdev pourrait descendre aux alentours de 30% du capital de Thello, la coentreprise avec Trenitalia. La décision devrait être formalisée prochainement en interne.

Confronté à d’importants problèmes financiers depuis sa fusion avec Transdev, Veolia préfère donc laisser son partenaire italien, propriétaire du matériel roulant, porter l’essentiel des efforts d’investissements et de développement.

Rien à voir avec le succès de la liaison de nuit entre Paris et Venise inaugurée fin 2011 et qui enregistre une fréquentation satisfaisante. Thello prévoit d’ailleurs l’ouverture d’une liaison Paris – Rome. Ce retrait relatif s’explique par des raisons stratégiques : « en fait, il était programmé depuis longtemps« , indique la direction de Veolia Transdev.

Pas très intéressé par l’open access

Thello a permis à la filiale de Veolia Environnement de mettre un pied dans le transport ferroviaire de voyageurs en France, d’observer le marché et de tester des méthodes commerciales. Mais en réalité, le secteur du train conventionné, beaucoup moins risqué en terme de revenus que l’open access (ouverture d’une liaison aux risques et périls de l’opérateur), constitue la véritable cible de la filiale de la Caisse des dépôts et de Veolia Environnement.

Dans cette optique, Veolia Transdev vise les appels d’offre pour les contrats des trains des équilibre du territoire (TET) qui s’achèvent fin 2013, suivi peut-être de ceux des TER si le marché des lignes régionales est libéralisé.

Reste à savoir si le gouvernement Ayrault renouvellera la convention des TET en mettant en concurrence SNCF. Tout dépendra sans doute de la façon dont seront réglées la question de la réunification de la gouvernance de l’infrastructure et celle de la remise à plat des conditions sociales des cheminots qui s’annoncent très délicates socialement (lire notre article sur ce sujet).

Quant à l’échéance d’accorder la possibilité à des régions d’expérimenter l’ouverture à la concurrence sur les lignes TER, elle reste floue pour la même raison.

La DB à l’action

En tous cas, avec Trenitalia bientôt en première ligne dans la compagnie Thello, une tendance de fond se confirme : le marché des liaisons ferroviaires entre la France et l’étranger – le seul ouvert pour l’instant dans le secteur des transports ferroviaires de voyageurs – reste difficilement prenable par des acteurs privés. La crise économique qui sévit depuis fin 2008 n’arrange rien.

Le prochain challengeur de SNCF sur cette niche devrait être la compagnie nationale allemande. La Deutsche Bahn (DB) a programmé de se lancer sur le marché du Bruxelles – Lille – Londres en 2015, et très certainement aussi sur Paris – Bruxelles.

Posted in Service 2015, Thello, Veolia | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

La Savoie victime des tensions entre SNCF et Trenitalia

Posted by ardsl sur 20 juin 2012

Trenitalia ne vend plus de billets pour les TGV Milan – Turin – Oulx – Bardonecchia – Modane – Chambéry – Lyon Saint-Exupéry – Paris.

Nous ne donnons plus de billet ni d’information sur la France.” Mauvaise surprise pour ce couple de Chambériens en gare de Turin, d’où ils cherchent à regagner la Savoie. « Sur le coup, j’ai pensé qu’il blaguait, j’ai insisté. L’employé au guichet m’a alors conseillé d’aller sur Internet ou dans une agence de voyage. Il ne pouvait nous vendre qu’un billet Turin-Bardonecchia, sans savoir comment nous pouvions continuer notre voyage. »

Bernadette et Michel Bauer ont donc pris le train indiqué, pour apprendre une fois à Bardonecchia qu’un TGV allait passer sans tarder. La mésaventure est paraît-il fréquente. D’autant plus étonnante que la Savoie et le Piémont n’ont cessé de rappeler récemment leurs liens historiques. En 2010, c’était lors des cérémonies célébrant les 150 ans du rattachement de la Savoie à la France. L’an dernier, les 150 ans de l’unité italienne étaient marqués par de nombreux échanges entre Chambéry et Turin.

Bernadette Laclais, députée-maire de Chambéry et vice-présidente de la Région en charge des Transports reconnaît que la situation fait désordre à l’heure où la France et l’Italie sont censées parler d’une même voix pour le projet de ligne à grande vitesse Lyon-Turin. « Déjà l’an dernier, j’ai attiré l’attention de mon homologue à la Région Piémont. J’ai alerté Guillaume Pépy et Josiane Beaud (président et directrice régionale de SNCF) qui ont réagi au quart de tour. Je constate que Trenitalia (l’équivalent italien de notre compagnie nationale) n’a pas la même réactivité. »

Moins diplomatiquement, certains n’hésitent pas à parler de divorce entre les deux compagnies. Rien ne va plus depuis que SNCF a pris 20 % de participation dans la société privée NTV (Nuovo Trasporto Viaggiatori). Dans le même temps, Trenitalia s’associait avec Veolia pour la liaison nocturne Paris – Venise.

SNCF a lancé avec succès trois allers-retours Paris – Milan en TGV qui s’arrêtent notamment à Chambéry et Modane. « Nous avons retrouvé notre clientèle », assure Sylvie Targa, qui dirige la filiale créée par SNCF pour commercialiser cette liaison. Il reste à mieux la faire connaître côté italien. La filiale compte sur Internet et sur des boutiques ouvertes à Turin et Milan pour faire savoir ce que Trenitalia refuse de communiquer aux voyageurs.

L’ARDSL a publié sur ce blog plusieurs billets consacrés aux relations ferroviaires entre la Savoie et le Piémont :

En raison de travaux entre Montmélian et Saint-Pierre-d’Albigny aucun TGV Paris – Milan ne circule samedi 23 mai.

Les Régions Rhône-Alpes et Piémont proposent une desserte Turin – Lyon assurée en autocar (réservation obligatoire).

Un aller retour est assurée les lundis, jeudis et samedis (sauf le 1er novembre) aux horaires suivants :

  • car 17901 : Part-Dieu 7h00 – Chambéry 8h24/25 – Turin Porta Susa 11h19 – Turin Porta Nuova 11h25.
  • car 17930 : Turin Porta Nuova 12h40 – Turin Porta Susa 12h50 – Chambéry 15h39/40 – Part-Dieu 17h10.

Un aller retour est assuré les vendredis (sauf le 2 novembre) et les dimanches (ainsi que le 31 octobre) aux horaires suivants :

  • car 17903 : Part-Dieu 13h00 – Chambéry 14h24/25 – Turin Porta Susa 17h19 – Turin Porta Nuova 17h25.
  • car 17932 : Turin Porta Nuova 19h05 – Turin Porta Susa 19h15 – Chambéry 22h04/05 – Part-Dieu 23h35.

(Avec Le Dauphiné Libéré).

Posted in Italie, Savoie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

Les horaires des TGV et des cars Modane – Bardonecchia

Posted by ardsl sur 6 juin 2012

Depuis le 11 décembre 2011, 3 allers-retours (au lieu 2 auparavant) sont assurés au quotidien en TGV entre Paris et Milan. Ils desservent systématiquement Modane et Bardonecchia. La Région Piémont assure des dessertes routières entre les deux localités en correspondance avec les trains régionaux pour Turin. Présentation.

Depuis le 11 décembre 2011, la SNCF opère seule la liaison TGV Paris – Milan après la fin de sa collaboration avec Trenitalia au sein d’Artesia, filiale commune des deux compagnies (lire). Ces TGV relient Modane et Bardonecchia par le tunnel ferroviaire du Mont-Cenis. La desserte est de 3 allers-retours quotidiens (sauf éventuels impacts travaux).

La Région Piémont a mis en place le cadencement sur la ligne ferroviaire Bardonecchia – Modane depuis le 11 décembre. Il y a un train toutes les heures du lundi au samedi et toutes les deux heures le dimanche (lire). Les trains régionaux n’ont pas été prolongés à Modane, malgré la fin des travaux au tunnel ferroviaire du Mont-Cenis. La desserte autocar par le tunnel routier du Fréjus a été maintenue. Il y a 4 allers-retours du lundi au samedi et 3 allers-retours le dimanche, tous en correspondance à Bardonecchia les trains régionaux pour Turin.

Bardonecchia > Modane

  • car 780 (du lundi au samedi, sauf fêtes italiennes) : Bardonecchia 8h00Modane 8h30. Ce car est en correspondance avec le train R 10002 (Turin Porta Nuova 6h20 – Bardonecchia 7h42), qui dessert Oulx à 7h30.
  • TGV 9240 (tous les jours, sauf les 23 et 30 juin) : Bardonecchia 8h47 Modane 9h10. Ce TGV part de Milan Garibaldi à 6h07. Il dessert Novara à 6h50, Vercelli à 7h05, Turin Porta Susa à 7h46 et Oulx à 8h37.
  • car 782 (les dimanches et fêtes italiennes) : Bardonecchia 9h25Modane 9h55. Correspondance avec le R 10036 (Turin Porta Nuova 7h45 – Bardonecchia 9h10), qui dessert Oulx à 8h58.
  • car 784 (du lundi au samedi, sauf fêtes italiennes) : Bardonecchia 12h00Modane 12h30. Correspondance avec le R 4002 (Turin Porta Nuova 10h20 – Bardonecchia 11h42), qui dessert Oulx à 11h30.
  • TGV 9242 (le week-end, sauf le 23 juin) : Bardonecchia 12h48Modane 13h10. Ce TGV part de Milan Garibaldi à 10h12. Il dessert Turin Porta Susa à 11h40 et Oulx à 12h36.
  • car 786 (les dimanches et fêtes italiennes) : Bardonecchia 13h25 Modane 13h55. Correspondance avec le R 10040 (Turin Porta Nuova 11h45 – Bardonecchia 13h10), qui dessert Oulx à 12h58.
  • TGV 9244 (du lundi au vendredi) : Bardonecchia 13h48Modane 14h08. Ce TGV part de Milan Garibaldi à 11h10. Il dessert Turin Porta Susa à 12h40 et Oulx à 13h37.
  • car 788 (du lundi au samedi, sauf fêtes italiennes) : Bardonecchia 15h00Modane 15h30. Correspondance avec le R 10012 (Turin Porta Nuova 13h20 – Bardonecchia 14h42), qui dessert Oulx à 14h30.
  • TGV 9248 (tous les jours, sauf le 23 juin) : Bardonecchia 18h48 Modane 19h05. Ce TGV part de Milan Garibaldi à 16h10. Il dessert Turin Porta Susa à 17h35 et Oulx à 18h37.
  • car 792 (les dimanches et fêtes italiennes) : Bardonecchia 19h25Modane 19h55. Correspondance avec le R 10050 (Turin Porta Nuova 17h45 – Bardonecchia 19h10), qui dessert Oulx à 18h58.
  • car 790 (du lundi au samedi, sauf fêtes italiennes) : Bardonecchia 20h00Modane 20h30. Correspondance avec le R 10022 (Turin Porta Nuova 18h20 – Bardonecchia 19h42), qui dessert Oulx à 19h30.

Modane > Bardonecchia

  • car 781 (du lundi au samedi, sauf fêtes italiennes) : Modane 7h25Bardonecchia 7h55. Correspondance avec le R 10007 (Bardonecchia 8h18 – Turin Porta Nuova 9h40), qui dessert Oulx à 8h30.
  • car 783 (les dimanches et fêtes italiennes) : Modane 8h05Bardonecchia 8h35. Correspondance avec le R 10039 (Bardonecchia 8h50 – Turin Porta Nuova 10h15), qui dessert Oulx à 9h02.
  • car 785 (du lundi au samedi, sauf fêtes italiennes) : Modane 9h25Bardonecchia 9h55. Correspondance avec le R 4003 (Bardonecchia 10h18 – Turin Porta Nuova 11h40), qui dessert Oulx à 10h30.
  • TGV 9241 (tous les jours sauf les 23 et 30 juin) : Modane 12h02Bardonecchia 12h20. Ce train dessert ensuite Oulx à 12h30,  Turin Porta Susa à 13h25 et Milan Garibaldi à 14h45.
  • car 787 (les dimanches et fêtes italiennes) : Modane 12h05Bardonecchia 12h35. Correspondance avec le R 10043 (Bardonecchia 12h50 – Turin Porta Nuova 14h15), qui dessert Oulx à 9h02.
  • car 789 (du lundi au samedi, sauf fêtes italiennes) : Modane 13h25Bardonecchia 13h55. Correspondance avec le R 10015 (Bardonecchia 14h18 – Turin Porta Nuova 15h40), qui dessert Oulx à 14h30.
  • TGV 9245 (du lundi au vendredi) : Modane 14h58Bardonecchia 15h16. Ce train dessert ensuite Oulx à 15h26, Turin Porta Susa à 16h17, Vercelli à 16h57, Novara à 17h11 et Milan Garibaldi 17h46.
  • car 791 (du lundi au samedi, sauf fêtes italiennes) : Modane 16h25Bardonecchia 16h55. Correspondance avec le R 10021 (Bardonecchia 17h18 – Turin Porta Nuova 18h40), qui dessert Oulx à 17h30.
  • TGV 9247 (le week-end, sauf le 23 juin) : Modane 16h53Bardonecchia 17h12. Ce train dessert ensuite Oulx à 17h23, Turin Porta Susa à 18h22 et Milan Garibaldi à 19h47.
  • car 795 (les dimanches et fêtes italiennes) : Modane 18h05Bardonecchia 18h35. Correspondance avec le R 10049 (Bardonecchia 18h50 – Turin Porta Nuova 20h15), qui dessert Oulx à 19h02.
  • TGV 9249 (tous les jours, sauf le 23 juin) : Modane 18h53Bardonecchia 19h11. Ce train dessert ensuite Oulx à 19h21, Turin Porta Susa à 20h13 et Milan Garibaldi à 21h45.

Aucun TGV ne circulera entre Paris et Milan samedi 23 juin en raison de travaux. De même les TGV 9240 et 9241 sont supprimés le 30 juin.

Tarification des TGV

Le trajet Bardonecchia – Modane coûte (pour un voyageur âgé de 26 à 59 ans) :

  • 23€ au tarif flexi. (Billet échangeable et remboursable sans frais avant départ. Billet non échangeable et non remboursable après départ).
  • entre 16 et 21€ au tarif standard. (Billet échangeable et remboursable avec une pénalité égale à 10% du prix du billet avant départ. Billet non échangeable et non remboursable après départ.)
  • 10€ au tarif éco. (Billet échangeable et remboursable avec une pénalité égale à 50% du prix du billet avant départ. Billet non échangeable et non remboursable après départ.)

Consulter les horaires complets des TGV Paris – Milan. Consulter les horaires complets des trains régionaux Bardonecchia – Turin.

Posted in Italie, Savoie, Service 2012, Tarification | Tagué: , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Oulx : la gare TGV de Briançon et Montgenèvre

Posted by ardsl sur 5 mai 2012

Depuis le 11 décembre 2011, 3 allers-retours (au lieu 2 auparavant) sont assurés au quotidien en TGV entre Paris et Milan. Ils desservent systématiquement Chambéry, Modane, Bardonecchia, Oulx et Turin Porta Susa. Du coup, chaque jour, ce sont six TGV qui se croisent entre la France et l’Italie, avec un arrêt à la gare d’Oulx. Idéal pour desservir le grand Briançonnais.

Sylvie Targa, directrice de la ligne TGV France-Italie s’est rendue à Montgenèvre samedi 17 mars pour présenter cette nouvelle offre de transport. Guy Hermitte, le maire de Montgenèvre, a assisté à cette soirée de lancement. Pour lui, « trois allers-retours par jour, c’est le moins que la SNCF puisse faire pour faire vivre l’économie touristique dans le nord des Hautes-Alpes. Car notre objectif à tous, c’est d’accueillir nos clients le plus rapidement et le moins cher possible ».

Le TGV indispensable pour le tourisme

Guy Hermitte en a également profité pour interroger Sylvie Targa sur la possibilité d’intégrer l’offre TGV dans les packages créés par la centrale de réservation de Montgenèvre. « L’intégration de l’offre TGV directement accessible depuis la centrale de réservation de Montgenèvre, que ce soit pour les clients professionnels (Tour operators) ou les individuels, permettrait d’offrir un service supplémentaire et la création réelle de packages tout compris. L’enjeu est important pour notre station, notamment au regard de la concurrence avec les stations de la Tarentaise ou de la Maurienne. » Sylvie Targa s’est réjouie de cette proposition qui ne demande qu’à être généralisée à tous les opérateurs touristiques du Grand Briançonnais.

S’il y en a bien un également qui s’est réjoui d’avoir récupéré un sillon horaire supplémentaire, c’est Joël Giraud, le député PRG, grand adepte du transport ferroviaire. Notamment pour se rendre à l’Assemblée Nationale à Paris. « La nouvelle offre TGV pour Oulx est de plus en plus empruntée par les touristes mais aussi par les Briançonnais qui préfèrent 4h40 de TGV direct à un changement à Grenoble, Valence ou Gap, mais surtout ceux déroutés par les très aléatoires réservations pour le train de nuit. L’enjeu est donc considérable » a fait savoir le député.

Correspondances à Oulx pour Briançon

Le Conseil général des Hautes-Alpes assure les liaisons en autocar entre Briançon, Montgenèvre et Oulx. Les horaires sont adaptés aux horaires des TGV desservant Oulx (notre article sur la ligne Briançon – Oulx).

À noter que les rames circulant entre Paris et Milan ont été dessinées par le designer Christian Lacroix et qu’elles sont équipées de prises électriques, en première comme en seconde classe.

Depuis le 11 décembre, SNCF opère seule sa liaison avec l’Italie après la fin de sa collaboration avec Trenitalia au sein d’Artesia, filiale commune des deux compagnies.

SNCF et Trenitalia ont décidé de ne plus poursuivre leur coopération en raison de la persistance des difficultés dans la gestion commune des trains et la prise de participation de la SNCF dans Nuovo Trasporto Viaggiatori (NTV), concurrent privé de Trenitalia sur son marché national, à hauteur de 20%.

La concurrence entre les deux groupes publics est désormais d’autant plus franche que Trenitalia, associé à Veolia Transdev, propose depuis le 11 décembre un service de nuit entre Paris et Venise, dans le cadre de la coentreprise Thello, premier opérateur privé à défier SNCF sur ses terres pour le transport des voyageurs.

Milan > Paris

  • 9240 Milan Garibaldi 6h07 – Novara 6h48/50 – Vercelli 7h03/05 – Turin Porta Susa 7h44/46 – Oulx 8h35/37 – Bardonecchia 8h45/47 – Modane 9h11/16 – St Jean-de-Maurienne 9h36/38 – Chambéry 10h15/19 – Saint-Éxupéry TGV 11h26/31 – Paris 13h26.
  • 9242 Milan Garibaldi 10h12 – Turin Porta Susa 11h38/40 – Oulx 12h34/36 – Bardonecchia 12h46/48 – Modane 13h10/15 – Chambéry 14h15/25 – Saint-Éxupéry TGV 15h25/28 – Paris 17h22 (le week-end).
  • 9244 Milan Garibaldi 11h10 – Turin Porta Susa 12h38/40 – Oulx 13h35/37 – Bardonecchia 13h46/48 – Modane 14h08/24 – Chambéry 15h48/16h06 – Saint-Éxupéry TGV 17h13/15 – Paris 19h10 (sauf le week-end).
  • 9248 Milan Garibaldi 16h10 – Turin Porta Susa 17h33/35 – Oulx 18h35/37 – Bardonecchia 18h46/48 – Modane 19h05/18 – Chambéry 20h17/24 – Saint-Éxupéry TGV 21h25/28 – Paris 23h24.

Paris > Milan

  • 9241 Paris 7h49 – Mâcon TGV 9h24/26 – Saint-Éxupéry TGV 9h47/49 – Chambéry 10h52/57 – St Jean-de-Maurienne 11h34/36 – Modane 11h57/12h02 – Bardonecchia 12h20 – Oulx 12h30 – Turin Porta Susa 13h25 – Milan Garibaldi 14h45.
  • 9245 Paris 10h41 – Saint-Éxupéry TGV 12h33/35 – Chambéry 13h35/50 – Modane 14h53/58 – Bardonecchia 15h16 – Oulx 15h26 – Turin Porta Susa 16h17 – Vercelli 16h57 – Novara 17h11 – Milan Garibaldi 17h46 (sauf le week-end).
  • 9247 Paris 12h45 – Chambéry 15h35/42 – Modane 16h40/50 – Bardonecchia 17h12 – Oulx 17h23 – Turin Porta Susa 18h22 – Milan Garibaldi 19h47 (le week-end).
  • 9249 Paris 14h41 – Saint-Éxupéry TGV 16h33/35 – Chambéry 17h35/43 – Modane 18h41/51 – Bardonecchia 19h11 – Oulx 19h21 – Turin Porta Susa 20h13 – Milan Gabaldi 21h45.

(Avec Le Dauphiné Libéré et AFP).

Posted in Alpes du Sud, Italie, Loisirs, Service 2012 | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Les horaires des TGV Paris – Chambéry – Turin – Milan

Posted by ardsl sur 20 janvier 2012

Depuis le 11 décembre 2011, 3 allers-retours (au lieu 2 auparavant) sont assurés au quotidien en TGV entre Paris et Milan. Ils desservent systématiquement Chambéry, Modane, Bardonecchia, Oulx et Turin Porta Susa.

Les horaires des TGV Saint-Éxupéry – Turin – Milan

SNCF a fait un premier bilan de la nouvelle offre TGV Paris – Milan lors d’une conférence de presse jeudi 19 janvier à Turin.  La directrice de SNCF Voyages, Barbara Dalibard, s’est réjouie « d’une hausse du trafic de 50% par rapport à la même période l’an passé et d’un un taux d’occupation de 90%« .

« Le développement d’une telle ligne nous a demandé énormément de travail, c’est pourquoi nous nous focaliserons dans les prochains mois sur les exigences des voyageurs qui l’empruntent« , a-t-elle ajouté lors d’une conférence de presse, aux côtés des responsables des transports de la province de Turin et de la région du Piémont.

Interrogée sur la possibilité pour SNCF d’opérer à l’avenir d’autres liaisons avec la Péninsule, elle a déclaré : « nous verrons, si des opportunités se présentent« .

Les billets de la nouvelle offre TGV sont accessibles à partir de 25 euros (aller simple en 2e classe) pour des réservations anticipées. Le prix maximum est de 110 euros depuis Paris et de 65 euros depuis Lyon, en 2e classe.

« Les titres peuvent être réservés sur www.voyages-sncf.com, www.tgv-europe.com et prochainement dans une boutique en gare de Milan« , a précisé Barbara Dalibard.

SNCF entend séduire la clientèle d’affaires, qui peut rejoindre le coeur du futur quartier d’affaires de Milan, car le TGV arrive en gare de Milano Porta Garibaldi.

Depuis le 11 décembre, la SNCF opère seule sa liaison avec l’Italie après la fin de sa collaboration avec Trenitalia au sein d’Artesia, filiale commune des deux compagnies (lire).

La SNCF et Trenitalia ont décidé de ne plus poursuivre leur coopération en raison de la persistance des difficultés dans la gestion commune des trains et la prise de participation de la SNCF dans Nuovo Trasporto Viaggiatori (NTV), concurrent privé de Trenitalia sur son marché national, à hauteur de 20%.

La concurrence entre les deux groupes publics est désormais d’autant plus franche que Trenitalia, associé à Veolia Transdev, propose depuis un mois des services de nuit entre Paris et Venise, dans le cadre de la coentreprise Thello, premier opérateur privé à défier la SNCF sur ses terres pour le transport des voyageurs.

Les rames ont, par ailleurs, été redessinées par le styliste Christian Lacroix.

(Avec AFP).

Milan > Paris

  • 9240 (sauf les 23 et 30 juin) Milan Garibaldi 6h07 – Novara 6h48/50 – Vercelli 7h03/05 – Turin Porta Susa 7h44/46 – Oulx 8h35/37 – Bardonecchia 8h45/47 – Modane 9h11/16 – Saint Jean-de-Maurienne 9h36/38 – Chambéry 10h15/19 – Saint-Éxupéry TGV 11h26/31 – Paris 13h23.
  • 9242 (sauf le 23 juin) Milan Garibaldi 10h12 – Turin Porta Susa 11h38/40 – Oulx 12h34/36 – Bardonecchia 12h46/48 – Modane 13h10/15 – Chambéry 14h15/25 – Saint-Éxupéry TGV 15h25/28 – Paris 17h19 (le week-end).
  • 9244 Milan Garibaldi 11h10 – Turin Porta Susa 12h38/40 – Oulx 13h35/37 – Bardonecchia 13h46/48 – Modane 14h08/24 – Chambéry 15h48/16h06 – Saint-Éxupéry TGV 17h13/15 – Paris 19h10 (sauf le week-end).
  • 9248 (sauf le 23 juin) Milan Garibaldi 16h10 – Turin Porta Susa 17h33/35 – Oulx 18h35/37 – Bardonecchia 18h46/48 – Modane 19h05/18 – Chambéry 20h17/24 – Saint-Éxupéry TGV 21h25/28 – Paris 23h21.

Paris > Milan

  • 9241 (sauf les 23 et 30 juin) Paris 7h49 – Mâcon TGV 9h24/26 – Saint-Éxupéry TGV 9h47/49 – Chambéry 10h52/57 – Saint Jean-de-Maurienne 11h34/36 – Modane 11h57/12h02 – Bardonecchia 12h20 – Oulx 12h30 – Turin Porta Susa 13h25 – Milan Garibaldi 14h45
  • 9245 Paris 10h41 – Saint-Éxupéry TGV 12h33/35 – Chambéry 13h35/50 – Modane 14h53/58 – Bardonecchia 15h16 – Oulx 15h26 – Turin Porta Susa 16h17 – Vercelli 16h57 – Novara 17h11 – Milan Garibaldi 17h46 (sauf le week-end)
  • 9247 (sauf le 23 juin) Paris 12h45 – Chambéry 15h35/42 – Modane 16h40/50 – Bardonecchia 17h12 – Oulx 17h23 – Turin Porta Susa 18h22 – Milan Garibaldi 19h47 (le week-end).
  • 9249 (sauf le 23 juin) Paris 14h41 – Saint-Éxupéry TGV 16h33/35 – Chambéry 17h35/43 – Modane 18h41/51 – Bardonecchia 19h11 – Oulx 19h21 – Turin Porta Susa 20h13 – Milan Garibaldi 21h45.

Aucun TGV ne circulera entre Paris et Milan samedi 23 juin en raison de travaux. De même les TGV 9240 et 9241 sont supprimés le 30 juin.

Posted in Aéroports, Italie, Rhône, Savoie, Service 2012 | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , | 8 Comments »

 
%d blogueurs aiment cette page :