ARDSL Association Rail Dauphiné Savoie Léman

Le blog des usagers

Posts Tagged ‘tunnel des Montets’

La ligne du Mont-Blanc Express en travaux depuis le 2 avril

Posted by ardsl sur 15 octobre 2012

Les travaux de modernisation de la ligne ferroviaire du Mont-Blanc Express et du tunnel des Montets ont débuté lundi 2 avril 2012.

Le chantier est mené sur deux années consécutives, avec une interruption de 4 mois en période hivernale.

La desserte ferroviaire est suspendue entre Argentière et Chamonix depuis le 4 juin 2012. Pour se rendre à Vallorcine, il faudra prendre un car entre Chamonix et Vallorcine. Photo : Daniel Zorloni

Pour 2012, le trafic ferroviaire est suspendu entre Argentière et Le Châtelard frontière du 2 avril au 8 décembre. Il est également suspendu entre Argentière et Chamonix du 4 juin au 8 décembre. Une interruption de deux semaines a lieu entre Chamonix et Saint-Gervais du 10 au 27 avril.

Du lundi 2 au lundi 9 avril 2012

Les trains ont circulé entre Saint-Gervais et Argentière sur France et entre Le Châtelard frontière et Martigny sur Suisse.

Un service de cars a été mis en place entre Argentière et Le Châtelard Frontière. Ces cars n’ont pas desservi pas Montroc.

Les correspondances entre les trains et les cars de remplacement étaient assurées à Argentière.

Au Châtelard frontière, les correspondances avec les trains des TMR étaient possibles en 10 minutes dans le sens France > Suisse.

En revanche, dans le sens Suisse > France, les correspondances n’étaient pas respectées. Les voyageurs devaient attendre le car suivant 55 minutes au Châtelard Frontière ! Ainsi il fallait 2h30 pour effectuer un trajet Martigny > Chamonix (contre 1h44 en sens inverse).

Horaires du Mont-Blanc Express du 2 au 9 avril

Du mardi 10 au dimanche 29 avril 2012

Les trains ont circulé entre Chamonix et Argentière sur France et entre Le Châtelard frontière et Martigny sur Suisse.

Des services de cars ont été mis en place :

  • entre Argentière et Le Châtelard Frontière. Ces cars ne desservaient pas Montroc.
  • entre Saint-Gervais et Chamonix. Ces cars ne desservaient ni Chedde, ni Vaudagne, ni Viaduc Sainte-Marie, ni Chamonix Aiguille du Midi. Aux Houches, les cars s’arrêtent à Saint-Antoine. Les cars desservent Chamonix Sud.
  • entre Saint-Gervais et Chedde.

Les correspondances entre les trains et les cars de remplacement étaient assurées à Argentière, Chamonix et Saint-Gervais.

Au Châtelard frontière, les correspondances étaient possibles en 10 minutes dans le sens France > Suisse.

En revanche, dans le sens Suisse > France, les correspondances n’étaient pas respectées. Les voyageurs devaient attendre le car suivant 55 minutes au Châtelard Frontière ! Ainsi il fallait 2h30 pour effectuer un trajet Martigny > Chamonix (contre 1h44 en sens inverse).

Horaires du Mont-Blanc Express du 10 au 29 avril

Du lundi 30 avril au dimanche 3 juin 2012

Les trains ont circulé entre Saint-Gervais et Argentière sur France et entre Le Châtelard frontière et Martigny sur Suisse.

Un service de cars était mis en place entre Argentière et Le Châtelard Frontière. Ces cars ne desservaient pas Montroc.

Les correspondances entre les trains et les cars de remplacement étaient assurées à Argentière.

Au Châtelard frontière, les correspondances étaient possibles en 10 minutes dans le sens France > Suisse.

En revanche, dans le sens Suisse > France, les correspondances n’étaient pas respectées. Les voyageurs devaient attendre le car suivant 55 minutes au Châtelard Frontière ! Ainsi il fallait 2h30 pour effectuer un trajet Martigny > Chamonix (contre 1h44 en sens inverse).

Horaires du Mont-Blanc Express du 30 avril au 3 juin

Du lundi 4 juin au dimanche 27 août  et du samedi 1er décembre au samedi 8 décembre 2012

Les trains circulent entre Saint-Gervais et Chamonix sur France et entre Le Châtelard frontière et Martigny sur Suisse.

Un service de cars est mis en place entre Chamonix et Le Châtelard Frontière. Ces cars desservent Le Châtelard Frontière, Vallorcine, Le Buet, Argentière, La Joux (tennis des Îles), Les Tines, Les Praz (téléphérique Flégère), Chamonix médiathèque, Chamonix place Mont-Blanc et Chamonix gare SNCF. Ces cars ne desservent pas Montroc.

Les correspondances entre les trains et les cars de remplacement sont assurées à Chamonix et au Châtelard Frontière.

À Chamonix, les correspondances sont possibles en 5 minutes dans le sens Saint-Gervais > Argentière et en 41 minutes dans le sens Argentière > Saint-Gervais.

Au Châtelard frontière, les correspondances sont possibles en 15 minutes dans le sens France > Suisse et en 22 minutes en sens inverse.

Ainsi il faudra 1h49 pour effectuer un trajet Martigny > Chamonix (contre 1h43 en sens inverse).

Horaires du Mont-Blanc Express du 4 juin au 8 décembre

Du lundi 27 août au dimanche 30 septembre 2012

Les trains circulaient entre Saint-Gervais et Chamonix sur France et entre Finhaut et Martigny sur Suisse.

Entre Finhaut et Le Châtelard-Frontière, les trains circulaient uniquement entre 5h30 et 18h. Les circulations après 18h étaient assurées par autocar.

Un service de cars était mis en place entre Chamonix et Le Châtelard Frontière. Ces cars desservaient Le Châtelard Frontière, Vallorcine, Le Buet, Argentière, La Joux (tennis des Îles), Les Tines, Les Praz (téléphérique Flégère), Chamonix médiathèque, Chamonix place Mont-Blanc et Chamonix gare SNCF. Ces cars ne desservaient pas Montroc.

Les correspondances entre les trains et les cars de remplacement étaient assurées à Chamonix et au Châtelard Frontière.

À Chamonix, les correspondances étaient possibles en 5 minutes dans le sens Saint-Gervais > Argentière et en 41 minutes dans le sens Argentière > Saint-Gervais.

Au Châtelard frontière, les correspondances étaient possibles en 15 minutes dans le sens France > Suisse et en 22 minutes en sens inverse.

Ainsi il fallait 1h49 pour effectuer un trajet Martigny > Chamonix (contre 1h43 en sens inverse).

Horaires du Mont-Blanc Express du 4 juin au 8 décembre

Du lundi 1er octobre au vendredi 30 novembre 2012

Les trains circulent entre Saint-Gervais et Chamonix sur France et entre Le Trétien et Martigny sur Suisse.

Entre Le Trétien et Le Châtelard-Frontière, les trains circulent uniquement entre 5h30 et 17h41. Les circulations après 17h41 sont assurées par autocar.

Un service de cars est mis en place entre Chamonix et Le Châtelard Frontière. Ces cars desservent Le Châtelard Frontière, Vallorcine, Le Buet, Argentière, La Joux (tennis des Îles), Les Tines, Les Praz (téléphérique Flégère), Chamonix médiathèque, Chamonix place Mont-Blanc et Chamonix gare SNCF. Ces cars ne desservent pas Montroc.

Les correspondances entre les trains et les cars de remplacement sont assurées à Chamonix et au Châtelard Frontière.

À Chamonix, les correspondances sont possibles en 5 minutes dans le sens Saint-Gervais > Argentière et en 41 minutes dans le sens Argentière > Saint-Gervais.

Au Châtelard frontière, les correspondances sont possibles en 15 minutes dans le sens France > Suisse et en 22 minutes en sens inverse.

Ainsi il faut 1h49 pour effectuer un trajet Martigny > Chamonix (contre 1h43 en sens inverse).

Horaires du Mont-Blanc Express du 4 juin au 8 décembre

Desserte de Montroc

Les voyageurs au départ ou à destination de Montroc doivent emprunter la ligne 1 de Chamonix Bus.

Horaires de la ligne 1 entre Chamonix et Montroc

Lire aussi l’avis de l’autorité environnementale et les finalités des travaux.

Posted in Service 2012, Travaux, Valais, Vallée de l'Arve | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

Mont-Blanc Express : point sur les travaux en cours et ceux à venir

Posted by ardsl sur 27 juillet 2012

Le chantier de modernisation de la ligne du Mont-Blanc Express, conduit par RFF, concerne 12 kilomètres sur les 36 que compte la ligne de Saint-Gervais au Châtelard. On est donc loin d’une modernisation « totale ».

Il est prévu en 2012 :

  • renouvellement voie ballast (RVB) sur la section Argentière – Montroc (y compris les voies en gare). Cette portion avait déjà été traitée à 90% par les agents de l’Établissement SNCF du Mont-Blanc (ÉMB) depuis 2009 .
  • RVB entre la sortie des Praz de Chamonix et La Joux incluant la gare des Tines. Cette portion de ligne une fois traitée, les trains pourront à nouveau monter au moins à Argentière l’hiver 2012-2013 comme au printemps 2012. C’est l’entreprise Maïa Rail qui effectue ces travaux. La même société a rénové dernièrement une centaine de kilomètre de la ligne des Chemins de Fer de Provence. Du matériel ferroviaire lourds de travaux doit arriver d’Italie dans les prochaines semaines.

Pour 2013 :

  • RVB sur la section Servoz – Les Houches en priorité au printemps.
  • RVB du tunnel des Montets au Châtelard Frontière à l’automne. C’est l’entreprise Maïa Rail qui effectuera ces travaux.

Lors de ces opérations, les traverses en bois sont remplacées par des traverses métalliques et les rails en barre des 36 mètres ou de 6 mètres pour les plus anciens sont remplacés par des long rails soudés (LRS) pouvant atteindre plusieurs centaines de mètres de longueur. Les zones en gare resteront munies de traverses en bois.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Une nouvelle signalisation

La modernisation passe aussi par le changement du système d’exploitation qui intègre une nouvelle signalisation lumineuse automatique (identique à celle des TMR entre Le Châtelard Frontière et Martigny) qui sera toujours gérée depuis un poste centralisé à Saint-Gervais.

Le réseau filaire souterrain de la ligne sera totalement refait avec création de locaux techniques informatisés dans toutes les gares de croisement (et également au Fayet). Ces opérations ont lieu en même temps que les travaux de voie, de 2012 à 2013.

Les nouveaux signaux lumineux seront implantés de 2013 à 2014.

Vue aérienne de la zone « dans le cadre » du futur pont-rail de 82 mètres à Passy. Photo : Daniel Zorloni.

Les ponts

Deux petits ponts seront remplacés, l’un à Vallorcine, l’autre près des Houches.

Le pont-rail de Passy sera reconstruit avec un nouveau tablier de 82 mètres de long en forme de S enjambant un nouveau carrefour giratoire voulu par le Conseil général de la Haute-Savoie et la commune de Passy. Cette opération génèrera à elle seule la coupure de la ligne Saint-Gervais-les-Bains – Chamonix en 2013 en même temps que la coupure Chamonix – Le Châtelard Frontière soit une fermeture totale de toute la ligne pendant environ 3 mois.

Une plante rare à préserver 

Comme souvent pour des chantiers routiers et ferroviaires, des investigations ont fait ressortir un risque d’impact négatif sur la faune, à savoir une plante rare, la Sélaginella helvetica, une espèce protégée.

Une clôture autour des plants situés en bord de voie mais hors des limites du chantier a été réalisée. Quand aux plans mis en danger directement, une équipe de naturalistes du Muséum National d’Histoire Naturelle est venue les prélever en juillet pour les mettre en culture au jardin botanique de Samoëns. Conservés et multipliés, ils seront réimplantés à la fin des travaux.

Posted in RFF, Service 2012, Service 2013, Travaux, Vallée de l'Arve | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Vallorcine privée de trains durant l’hiver 2012-2013 !

Posted by ardsl sur 27 juillet 2012

Les trains ne pourront pas emprunter le tunnel des Montets avant décembre 2013. Photo : Daniel Zorloni.

RFF vient de confirmer que le tunnel des Montets ne sera pas ouvert au trafic ferroviaire durant l’hiver 2012-2013. Conséquence la commune de Vallorcine sera privée de desserte ferroviaire jusqu’en décembre 2013 ! Explications et décryptage.Initialement, RFF avait annoncé que le trafic ferroviaire au tunnel des Montets serait possible durant l’hiver 2012-2013. Mais le 8 décembre, aucun train ne rentrera dans l’ouvrage. Il faudra attendre l’hiver 2013-2014 pour que les rames du Mont-Blanc Express n’atteignent à nouveau Vallorcine. La desserte ferroviaire de Vallorcine est interrompue depuis le 2 avril 2012.Dès l’interception de la voie entre Argentière et Le Châtelard en avril 2012, la voie ferrée et la dalle routière du tunnel des Montets ont été démontées pour engager sans attendre les travaux de renforcement et d’étanchéification de la voûte en même temps que la reconstruction des réseaux de drainage et d’alimentation en énergie et communications, première phase de l’opération « tunnel ».

Une demie-surprise pour une demie-fonctionnalité

Mais très vite, quelques indiscrétions ont laissé entendre que les premiers travaux sur la voûte avaient mis en lumière des aléas structurels susceptibles de ralentir l’évolution du chantier. Côté RFF cependant rien n’a filtré, ni pour confirmer, ni pour réfuter cette éventualité.

Ce n’est un secret pour personne et de notoriété historique, ce tunnel et sa voûte centenaire en maçonnerie jointée subissent en effet de très fortes pressions hydrauliques par la présence contigüe de cours d’eau de surface et souterrains ; et les infiltrations d’eau dans le tunnel sont parfois conséquentes. Des problèmes géologiques qui avaient déjà généré un retard important lors de la construction du tunnel et même une modification de son tracé qui devait être rectiligne à l’origine, devenu curviligne pour éviter justement de grosses poches d’eau.

À la mi-juillet, RFF a donc enfin annoncé officiellement que le tunnel ne pourra pas être parcouru par les trains pendant tout l’hiver. En revanche, il sera bien ouvert aux voitures suivant les dispositifs existants. À savoir, un alternat pour faire passer les voitures en convois sécurisés à chaque fois que la route du col des Montets sera fermée.

Compte tenu des indices donnés par RFF, on peut vraisemblablement penser que c’est bien la voûte qui donne du fil à retordre à l’entreprise de travaux publics à l’œuvre. D’ici décembre 2012, la nouvelle plateforme en béton (radier) devrait être terminée au moins pour le passage des voitures. En effet, les travaux d’étanchéité doivent être terminés avant ceux d’installation des nouveaux réseaux sous le radier. Et la voie ne pourra être noyée dans la dalle de béton que lorsque les opérations précédentes seront terminées. Ce qui explique pourquoi il est envisagé un accès aux voitures cet hiver mais pas aux trains. On peut estimer à deux mois le retard pris soit le temps de pose de la voie, du rail de contact et l’enrobage béton.

À terme, la dalle intégrera la voie ferrée comme pour une voie de tramway en milieu urbain. La chaussée sera donc plus large et le gabarit au point le plus haut sensiblement augmenté alors qu’avant, la dalle routière de 2,40 m de large était collée contre un coté de la voûte.

La seconde phase 2013 « tunnel » concernera le système de sécurité nécessaire pour la traversée routière de cet ouvrage de 1882 mètres comportant une ventilation, des niches de sécurité et des dispositifs de détections d’incendie. L’ensemble sera à terme piloté par un poste de commande et de secours centralisé en lien avec les services de secours.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Protestations à Vallorcine

En mai 2012, à Vallorcine, un collectif de défense est monté au créneau pour dénoncer un manque de concertation avant les travaux entre RFF et la population. Au cœur du débat, la mise sur route du trajet entre Vallorcine et Châtelard Frontière. Les membres du collectif ont demandé à SNCF et RFF de revoir la copie pour assurer des navettes ferroviaires sur ce tronçon de 2,5 km pour éviter des trajets par autocar jugés dangereux, surtout en hiver.

Selon eux, les TMR exploitants la partie suisse de la ligne seraient d’accord pour assurer ce service comme ils le font déjà en temps normal. Or, pour des raisons de sécurité, RFF a démonté la totalité des réseaux de communication et d’alimentation électrique de Vallorcine au Châtelard.

Près de la frontière, la voie est déjà partiellement démontée.  Photo : Daniel Zorloni.

Près de la frontière, la voie partiellement démontée. La ligne jusqu’à Vallorcine est techniquement impraticable par les trains, sans système de communication et de sécurité reliés depuis Montroc au centre de régulation du Fayet et à cause de règlements de procédures de sécurité incompatibles avec ceux des TMR. À l’automne 2013 elle sera de toute façon totalement démontée pour être refaite à neuf entre le tunnel des Montets et Le Châtelard, pour 3 mois au moins.

L’évocation d’un tunnel restant interdit aux trains pour l’hiver a réalimenté la grogne. L’impossibilité d’assurer des transports collectifs par autocar via le tunnel lorsque le col sera fermé suscite de vives inquiétudes auprès de la population de Vallorcine et Montroc. Les scolaires et quelques usagers employés à Chamonix seraient impactés, obligeant à leur transport par voiture si le col ferme. Si la problématique restera limitée aux seules périodes de fermeture du col soit quelques jours dans l’hiver, c’est surtout l’optique d’une desserte routière autocar sur route enneigée via le col des Montets (à 1461 mètres d’altitude) qui provoque un vif émoi. Des solutions sont de toute façon déjà à l’étude pour pallier à l’écart de capacité entre le train (de 100 à 210 places assises pour le train, jusqu’à 300 voyageurs pour un train long) et d’éventuels véhicules de transports collectifs devant traverser le tunnel.

Posted in RFF, Service 2013, Travaux, Valais, Vallée de l'Arve | Tagué: , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

De gros moyens pour rénover le Mont-Blanc Express

Posted by ardsl sur 4 mai 2012

Le renouveau de la ligne secondaire de la vallée du Mont-Blanc va en faire la véritable épinale dorsale du transport en commun local avec une liaison cadencée à la demie-heure entre Les Houches et Vallorcine.

Le Mont-Blanc Express est tout simplement une ligne unique en France.

Unique de par son cheminement audacieux dans une vallée aussi étroite qu’escarpée présentant pour un train des déclivités hors normes, mais aussi unique du fait de l’empattement de ses wagons. En effet, lorsque la France entière utilise des voies à écartement de 1,44 mètre, le Mont-Blanc Express, lui, se contente d’un petit mètre. À l’époque de sa construction, on avait décidé cela par mesure d’économie. Mais aujourd’hui, cette “économie” coûte cher, puisqu’aucun modèle français ne correspond à ce gabarit !

Un essor phénoménal pour l’économie touristique de la vallée de Chamonix

Cette ligne secondaire est née de la pression touristique. L’engouement pour aller à la rencontre des sommets du massif du Mont-Blanc dès le XVIIIe siècle fut tel que charrettes et diligences ne suffirent plus à la fin du XIXe. Chamonix est à “seulement” 28 heures de Paris, mais pour la dernière étape, de Saint-Gervais à Chamonix, il faut supporter 10 heures de char à bancs ! Aussi un train…

Pour le maire de Chamonix, Éric Fournier, « si RFF n’avait pas accepté le plan de rénovation, cela aurait occasionné la mort de la ligne ! »

La construction fut donc lancée et 63 ouvrages voûtés, 22 tabliers métalliques et deux viaducs plus tard, le 1er juillet 1908, la ligne fut inaugurée. Si les Saint-Gervolains furent déçus de ne pas voir la ligne passer par leur village, les Chamoniards virent dans cette ligne un essor phénoménal pour leur économie, devenue principalement touristique.

Le problème aujourd’hui, c’est que cette ligne plus que centenaire entretenue par RFF (Réseau Ferré de France) se retrouve encore avec des tronçons d’époque ! De même que le tunnel permettant la liaison entre la vallée de Chamonix et celle de Vallorcine (le tunnel des Montets) ne répond plus aux besoins de circulation du XXIe siècle. Et même pire. Selon le maire de Chamonix, Éric Fournier, porteur du dossier de rénovation de la ligne : « si RFF n’avait pas accepté le plan de rénovation, le tunnel ne répondait plus aux normes dès 2014. Cela aurait occasionné à coup sûr la mort de la ligne ! »

Aujourd’hui, après un interminable bras de fer entre les collectivités locales desservies par le Mont-Blanc Express et RFF, la ligne va enfin être rénovée, le tunnel des Montets remis aux normes et modifié, et le cadencement des trains augmenté pour faire de cette simple ligne secondaire, la véritable “épine dorsale” du transport en commun local.

Ce sont 20 années de “combat” qui aboutissent, pour le maire de Chamonix !

(Avec Le Dauphiné Libéré).

Posted in Travaux, Vallée de l'Arve | Tagué: , , , , , , , | 2 Comments »

Le projet et les finalités de la modernisation de la ligne Saint-Gervais – Vallorcine

Posted by ardsl sur 28 mars 2012

La gare d'Argentière devrait être desservie par 2 trains par heure et par sens en haute saison dès 2014. Photo : Daniel Zorloni

Les travaux ont débuté le 2 avril 2012 visent à moderniser la ligne reliant Saint-Gervais-les-Bains à Vallorcine pour supporter avec fiabilité un trafic plus important, sans diminuer pour autant la durée des trajets (30 km/h de vitesse moyenne).

La section Saint-Gervais-les-Bains – Chamonix (19 kilomètres) est ouverte aux voyageurs depuis le 25 juillet 1901. La section Chamonix – Argentière est ouverte depuis le 25 juillet 1906. La section entre Argentière et Le Châtelard est ouverte depuis le 1er juillet 1908.

La nature des travaux

Les travaux consistent en deux ensembles d’opérations complémentaires portant d’une part, sur une partie de la voie (12 km traités sur 36,6 km), et d’autre part, sur l’aménagement du tunnel des Montets (2 km).

Les deux objectifs affichés sont de développer le recours au mode de transport ferroviaire dans la haute vallée de l’Arve et de désenclaver la commune de Vallorcine en sécurisant l’exploitation routière du tunnel « mixte » des Montets.

La voie ferrée est constituée d’une voie unique à écartement métrique, électrifiée en 850 volts par un troisième rail latéral. Cette ligne exclusivement dédiée au transport des voyageurs (TER), aussi appelée « Mont-Blanc Express », sert aux échanges entre le bas et le haut de la vallée, tant pour les habitants permanents que pour les touristes (actuellement : environ un train par heure et par sens). Elle traverse six communes : Saint Gervais-Les-Bains (5800 habitants), Passy (12000 habitants), Servoz (1000 habitants), Les Houches (3100 habitants), Chamonix-Mont-Blanc (9400 habitants) et Vallorcine (400 habitants).

Les travaux comprennent :

  • le remplacement, sur une partie très significative des 36,6 km, des composantes de la voie (soit environ 2 310 rails, 34 500 traverses, 42 000 tonnes de ballast, alimentation électrique), notamment sur tout le tronçon qui va de la gare des Tines jusqu’à la frontière franco-suisse
  • la rénovation d’ouvrages d’art (dont deux ponts : le pont rail des Mouilles au PK 8,023 sur la commune des Houches et le pont route au PK 34,543 sur la commune de Vallorcine, ainsi que la dalle et la voûte du tunnel des Montets)
  • le renforcement de l’alimentation électrique et la création de deux sous-stations électriques
  • la mise en place d’un nouveau système de signalisation, compatible avec celui qui est en place du côté suisse
  • des équipements visant à sécuriser la circulation routière dans le tunnel des Montets, plus ou moins assimilables à ceux d’une plate-forme de tramway avec un système de gestion et de sécurité du trafic.

Les travaux entraînent aussi la réorganisation des stationnements et des circulations aux abords de la gare de Montroc et la création de bâtiments techniques au niveau de chacune des deux têtes du tunnel des Montets ainsi que l’aménagement de « bases chantier », c’est-à-dire de zones de stockage d’engins et de matériels.

Le contexte des travaux

Les travaux ont fait l’objet d’un protocole d’intention signé en 2006 avec RFF, la Région Rhône-Alpes, le SIVOM de la Haute Vallée de l’Arve (devenu en 2010, la communauté de communes de Chamonix) et le Conseil général de Haute-Savoie. Le 29 janvier 2011 a été signée aux Houches une convention de financement concernant la rénovation de la voie et de la signalisation, ainsi que la sécurisation du tunnel des Montets de manière à pouvoir faciliter son double usage rail/route en période de risque d’avalanche qui impose la fermeture de l’accès routier (en moyenne 8 jours par an, mais davantage lors des années de fort enneigement).

Le montant estimé des travaux est d’environ 70 millions d’euros HT. Les aménagements ont vocation à être opérationnels au 8 décembre 2013 (entrée en vigueur des horaires du service 2014).

Au sein du massif du Mont-Blanc, la topographie accidentée et le climat alpin rigoureux imposent des contraintes particulières. Ils s’étaleront sur deux années en dehors des périodes hivernales (de début avril à début décembre).

La voie ferrée s’inscrit à proximité de plusieurs zones d’urbanisation, dont une partie importante, notamment dans Chamonix, est située à moins de 100 mètres de la voie ferrée. De Vallorcine à Saint-Gervais, on dénombre environ 33000 résidents permanents auxquels il est utile d’ajouter la population touristique soit 83000 lits en été. Il convient de noter que les touristes porteurs de la carte d’hôte bénéficient de la gratuité sur la ligne entre Servoz et Vallorcine.

La fréquentation de la ligne en 2010 était de l’ordre de 765 000 voyageurs, dont 4250 par jour en haute saison d’été. En haute saison, le motif loisir représente entre 70% et 80% des voyages. Les trajets domicile- travail ou études représentent seulement entre 10% et 15% en haute saison d’été, et de l’ordre de 30% en basse saison.

Les travaux s’inscrivent dans le cadre du plan de déplacement urbain (PDU) de la Haute vallée de l’Arve et dans la politique de la Région Rhône-Alpes de développer les dessertes en TER. L’organisation des transports prévue dans le PDU repose en grande part sur la ligne ferroviaire. Au-delà de la simple modernisation de la voie qui date de plus d’un siècle, le PDU affiche l’ambition d’en faire un « tramway des neiges », avec l’acquisition de rames supplémentaires et la mise en place de parcs-relais pour favoriser l’intermodalité.

Quelle desserte ferroviaire après la modernisation ?

Les ambitions affichées par le PDU en terme de fréquence (3 trains par heure entre Les Bossons et Vallorcine, et plus tard sur Les Houches et Servoz) n’ont pas été retenues, essentiellement en raison du nombre de sections d’évitement qu’il aurait fallu créer pour gérer les croisements des trains sur cette voie unique, conduisant à un coût qu’il n’était pas possible de financer, dans l’état des intentions des différents co-financeurs.

Le scénario retenu est le suivant :

  • en haute saison (206 jours par an) : 2 trains par heure et par sens sur la section Vallorcine – Les Houches ; 1 train par heure et par sens sur la section Les Houches – Saint-Gervais.
  • en basse saison (159 jours par an) : 2 trains par heure et par sens sur la section Vallorcine – Les Houches en heure de pointe, 1 train par heure et par sens en heure creuse ; 1 train par heure et par sens sur la section Les Houches – Saint-Gervais.

Il est ainsi envisagé de faire passer le nombre de voyageurs à 1 246 800 en 2014. Cela représente une hausse de la fréquentation de 61% par rapport à la fréquentation 2010. Cet objectif n’est atteignable que par un report modal massif de la route vers le train représenterait 71%.

Le tunnel des Montets

L’enjeu de la sécurisation du passage routier dans le tunnel des Montets en période de risque avéré d’avalanche correspond à une forte demande de la population de Vallorcine, tout particulièrement lorsque le trafic ferroviaire ne permet pas certains déplacements indispensables.

S’agissant du tunnel des Montets, les travaux sont prévus en deux étapes :

  • entre avril et décembre 2012 pour la plate-forme
  • entre avril et décembre 2013 pour la réfection de la voûte.

Chacune des têtes de tunnel accueillera une zone de stockage d’environ 2000 à 2500 m2 et un local technique de 70m2. Celui de Montroc, au sud, doit accueillir le PC (poste de commandement) d’exploitation locale. Une plate-forme clôturée de 700 m2 accueillera les bungalows et le parking. Un tronçon de 15 mètres de voirie sera en outre créé au débouché sud du tunnel pour relier la plate-forme mixte à la route existant à l’ouest de la voie ferrée et des bâtiments SNCF. Côté Vallorcine, la plate-forme de 650 m2 sera située dans une fourche entre la D1506 et la voie descendant vers le tunnel. Enfin, le pont côté Vallorcine pourrait être démoli et reconstruit pour être élargi à 5 mètres. Des aires étanches de lavage et d’entretien des engins sont prévues de part et d’autre du tunnel.

Posted in Fréquentation, Service 2014, Travaux, Vallée de l'Arve | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , | 1 Comment »

L’avis de l’autorité environnementale sur la modernisation de la ligne ferrovaire Saint-Gervais – Vallorcine

Posted by ardsl sur 28 mars 2012

Un train à la sortie du tunnel des Montets. Photo : Daniel Zorloni.

L’autorité environnementale a rendu le 22 février 2012 son avis sur les modernisations de la ligne ferroviaire Saint-Gervais – Vallorcine et du tunnel des Montets.

Les travaux commenceront dès lundi 2 avril (au lendemain du lundi de Pâques).

L’autorité environnementale donne des avis, rendus publics, sur les évaluations des impacts des grands projets et programmes sur l’environnement et sur les mesures de gestion visant à éviter, atténuer ou compenser ces impacts, par exemple, la décision d’un tracé d’autoroute, la construction d’une ligne TGV ou d’une ligne à haute tension, mais aussi d’un projet local, dès lors qu’il dépend du ministère de l’Écologie, du Développement durable, des Transports et du Logement (MEDDTL) et qu’il est soumis à étude d’impact.

Elle se compose de 17 personnes dont 12 sont issus du Conseil général de l’Environnement et du Développement durable (CGEDD), instance de conseil et d’inspection du MEDDTL, et 5 sont des personnalités qualifiées externes, choisies pour leur compétence en environnement.

Les législations européennes et nationales prévoient que les évaluations d’impacts environnementaux des grandes opérations sont soumises à l’avis, rendu public, d’une « autorité compétente en matière d’environnement ».

Elle donne son avis sur tous les grands projets (infrastructures d’énergie, de transport, de télécommunications, de tourisme, etc.) et plans ou programmes (schémas nationaux de transports, orientations de l’État en matière d’urbanisme, etc.) relevant d’une décision de l’État (MEDDTL) ou directement pilotés par lui ou un de ses opérateurs (par exemple RFF).

C’est le responsable du projet qui établit le rapport d’évaluation des impacts de son projet sur l’environnement.

L’autorité environnementale, saisie de cette évaluation, analyse le projet, consulte toute personne de son choix, et donne un avis collégial, dans un délai de 3 mois.
L’avis est rendu public, et joint au dossier d’enquête publique

Quelle est la portée d’un avis de l’autorité environnementale ?

L’autorité environnementale n’est pas une « autorité indépendante » au sens juridique et ses avis sont consultatifs. Cependant, le caractère public des avis qu’elle émet, qui sont joints aux dossiers d’enquête publique, leur donne un poids certain vis-à-vis du public, des maîtres d’ouvrage, et des autorités chargés de décider. Cela impose aussi une exigence de qualité élevée pour les avis.
Rendu public à un stade suffisamment précoce (avant enquête publique), il sert à éclairer le public et le commissaire enquêteur, le cas échéant à inciter le responsable du projet à le modifier ou l’améliorer, et à permettre à l’autorité chargée de prendre la décision finale de le faire en toute connaissance de cause.

Résumé de l’avis de l’autorité environnementale

Le projet présenté par Réseau Ferré de France (RFF) concerne la modernisation de la ligne dédiée au transport de voyageurs qui relie Saint-Gervais-les-Bains à Vallorcine puis à Martigny en Suisse, pour supporter avec fiabilité un trafic plus important (doublement de la fréquence des trains). Il consiste en deux ensembles d’opérations complémentaires portant d’une part, sur la réfection des 36,6 km de la voie, et d’autre part, sur l’aménagement du tunnel des Montets (2 km). Ce tunnel ferroviaire présente la particularité de permettre également la desserte automobile de Vallorcine, depuis le hameau de Montroc lors des fermetures du col des Montets en période hivernale. Le passage des voitures est autorisé sous des conditions de sécurité drastiques : passage par convoi de 22 véhicules ou de 48 personnes encadré par la gendarmerie et les pompiers. Trois passages sont organisés par jour (matin, midi, fin d’après-midi) ; la nuit, le passage est régulé par un système de feux automatiques.

Les objectifs sont de développer le recours au mode de transport ferroviaire dans la haute vallée de l’Arve et de désenclaver la commune de Vallorcine en sécurisant l’exploitation routière du tunnel « mixte » des Montets. Le projet s’inscrit dans le cadre du plan de déplacement urbain (PDU) de la Haute vallée de l’Arve et dans la politique de la Région Rhône-Alpes de développer un mode de transport alternatif à la route.

Le projet de modernisation de la voie aura un effet bénéfique pour l’environnement, parce qu’il devrait a priori générer un report modal sur le rail. Le projet relatif au tunnel des Montets aura des effets positifs en termes d’amélioration des conditions de circulation ferroviaire et routière, de meilleure étanchéité de l’ouvrage, et de gestion des eaux circulant dans le tunnel (création d’un réseau séparatif).

Le maître d’ouvrage estimant que l’état actuel des parkings et le rabattement des bus vers les gares sont suffisants pour permettre la hausse de fréquentation envisagée, sans qu’il soit nécessaire de réaliser les aires de stationnement prévues par le PDU, l’autorité environnementale recommande que l’étude d’impact justifie l’absence de prise en compte de ces aires de stationnement dans l’évaluation des impacts de l’ensemble du programme, conformément à l’article R.122-3 IV3 du code de l’environnement : « lorsque la totalité des travaux prévus au programme est réalisée de manière simultanée, l’étude d’impact doit porter sur l’ensemble du programme. Lorsque la réalisation est échelonnée dans le temps, l’étude d’impact de chacune des phases de l’opération doit comporter une appréciation des impacts de l’ensemble du programme. »

L’autorité environnementale recommande, s’agissant des risques naturels, d’actualiser l’étude d’impact avec les nouvelles options retenues pour le local technique et le refuge prévus en tête nord du tunnel des Montets, en justifiant de leurs compatibilités respectives avec une situation en zone rouge du plan d’exposition aux risques (PER) de Vallorcine, et de veiller à ce que les zones de chantier et les sous-stations électriques créées soient compatibles avec les documents d’urbanisme.

Même si la ligne n’est pas significativement modifiée, l’autorité environnementale recommande d’approfondir l’étude des continuités écologiques et de leur enjeu pour les espèces mobiles au regard du risque accru du fait d’un trafic au moins doublé. L’autorité environnementale considère en outre que l’étude d’incidence Natura 2000 mérite d’être complétée par les mesures de réduction d’impact correspondant à la zone de traversée de la voie à mortalité significative identifiée par RFF en protégeant le rail électrifié.

L’autorité environnementale recommande que des plans de circulation optimisent les rotations des camions de chantier pour atténuer les risques de pollution de l’air et de congestion du trafic et d’identifier les méthodes les plus appropriées pour informer les usagers à l’avance des gênes de trafic estimées.

Télécharger l’avis de l’autorité environnementale

Posted in Valais, Vallée de l'Arve | Tagué: , , , , , , , , | 1 Comment »

Vallorcine et Argentière : réunions publiques sur la modernisation du tunnel des Montets

Posted by ardsl sur 12 mars 2012

Réseau Ferré de France organise des réunions publiques sur la modernisation du tunnel des Montets, qui relie Vallorcine à Chamonix, mardi 13 mars.

Des réunions sont programmées :

  • à 18h30 à Argentière à la salle paroissiale
  • à 20h30 à Vallorcine, à la salle de la ruche.

Posted in Vallée de l'Arve | Tagué: , , | Leave a Comment »

Modernisation du Mont-Blanc Express : duel au sommet entre Rhône-Alpes et RFF

Posted by ardsl sur 12 décembre 2011

2 rames du Mont-Blanc Express en gare de Vallorcine

Le projet avait été lancé fin 2006 par la signature d’un protocole d’intention réunissant la communauté de communes de la Vallée de Chamonix, le Conseil général de la Haute-Savoie, la région Rhône-Alpes, RFF, SNCF et le canton du Valais. Portant sur un total de 52 millions d’euros, il a été validé le 29 janvier 2011 aux Houches par la signature d’une convention de financement dans le cadre du plan de transport pour les Jeux olympiques d’Annecy, en 2018. Mais ce projet, antérieur à la candidature de la ville, restait indépendant des grands travaux ferroviaires voulus pour ces JO.

Rebondissement le 11 octobre dernier : une radio locale annonce que RFF se retire du projet Mont-Blanc Express. Information immédiatement démentie par RFF Rhône-Alpes-Auvergne, qui parle plutôt d’un rejet par plusieurs partenaires des deux scénarios de travaux proposés le 6 octobre lors d’un comité de pilotage à Annecy. En cause : un surcoût d’environ 10 millions, découlant des appels d’offres et consultations d’entreprises candidates. Le gestionnaire invite dès lors les partenaires à se retrouver le 18 octobre pour étudier un scénario moins coûteux.

Éric Fournier, le maire de Chamonix a défendu avec passion la modernisation de la ligne du Mont-Blanc Express lors du comité de ligne à Chamonix le 7 décembre

Éric Fournier, maire de Chamonix (Nouveau Centre), conseiller régional à la commission transports depuis près de dix ans, fustige une remise en cause du financement. Il ouvre sur Facebook un groupe nommé « Sauvons notre train » qui fédère en moins de 12 heures près de 2 400 membres. Les soutiens arrivent de partout en France mais aussi de l’étranger. Bernard Accoyer, maire d’Annecy-le-Vieux et président de l’Assemblée nationale y adhère. Éric Fournier assume le nom « dramatisé » choisi pour ce groupe : « Sauvons notre train », donc. Il explique que remettre les travaux en question pour des raisons financières c’est condamner à terme cette ligne, car si elle n’était plus performante, les partenaires risqueraient de s’en désintéresser.

Le 12 octobre, Éric Fournier est reçu en urgence au Conseil de la présidence de la République, à Paris, puis par le préfet de région et par le cabinet de Nathalie Kosciusko-Morizet et Thierry Mariani. À son retour, il donne des nouvelles encourageantes : « Il me semble clair que les parties rencontrées s’attacheront au respect des engagements pris au titre de la convention. […] RFF a donc jusqu’à mardi pour revoir sa copie. » Mais, en fin de journée, Bernadette Laclais, la vice-présidente de Rhône-Alpes, chargée des transports, s’exprimait au nom des partenaires, jugeant « inacceptables » les propositions faites par RFF. Elle ajoutait que les collectivités n’ont pas vocation à financer la régénération d’infrastructures avec les 35 millions qu’elles ont consentis pour le volet « développement des services et cadencement ».

Si, pour Éric Fournier, les mauvais calculs sont dans les choix techniques de réalisation du chantier, RFF refuse catégoriquement tout surcoût et estime in fine que, « dans ces conditions, la probabilité que des travaux puissent débuter en 2012 est faible ». Chacun se renvoie donc la balle. Le 17 octobre, Éric Fournier a fait éditer un communiqué expliquant au public la situation et son point de vue. Il y dénonce entre autres que, en « voulant intégrer dans les opérations des travaux de régénération de la ligne qui relèvent de sa compétence exclusive, RFF fait encourir le risque le plus dramatique qui soit à ce projet » : un abandon pur et simple. Le document évoque des surcoûts réels de 70 % pour la réalisation des travaux de la ligne (soit 23 millions) et de 54 % pour la rénovation du tunnel des Montets, passant de 17 à 26 millions.

Finalement, la réunion du 18 octobre a été annulée, et les partenaires se sont rencontrés début novembre, à Paris, au secrétariat général de RFF, en présence du préfet de région pour trouver une solution. Mais, en vallée de Chamonix, on a préparé, au cas où, un plan B. « On peut accepter un délai d’un an maximum mais pas plus, on peut même être plus rapide mais il faut aller vite, vite, vite », commente Éric Fournier. Et l’ensemble des partenaires semble déterminé à attendre quelques mois, mais surtout pas des années.

Éric Fournier, maire de Chamonix : « Un plan B est possible s’il y a une réelle volonté de l’étudier »

Un plan B parle de laisser la partie travaux de voie du projet aux agents de l’établissement pour faire baisser les coûts, est-ce réaliste ?

Éric Fournier. « Lorsque je vois des coûts sensiblement inférieurs sur la partie valaisanne de la ligne TMR (Transports Martigny et région, exploitant Châtelard-Frontière – Martigny) et des propositions ne s’appuyant pas sur la ressource et les cheminots locaux qui ont pourtant un savoir-faire en matière de maintenance, je m’interroge. J’ai fait passer quelques lignes au préfet de région sur ce sujet, en expliquant qu’il y a une technicité existante, avec près de 17 km de RVB déjà faits au fil des ans. Pour moi, ce plan B est possible s’il y a une réelle volonté de l’étudier. Confier les travaux de voie à l’unité opérationnelle voie de l’ÉMB (Établissement Mont-Blanc SNCF, exploitant multifonctionnel de la ligne Saint-Gervais – Vallorcine) est sans doute la piste la plus sérieuse et la plus solide. Je relayerai cette proposition. »

Le projet : une restauration de la ligne de fond en comble

Pour la ligne 

  • Un renouvellement voie et ballast de 17 km
  • la (re)création d’une voie d’évitement au Buet
  • la réfection de trois ponts-rail
  • l’installation d’aiguillages motorisés dans certaines gares
  • l’automatisation de la signalisation
  • la création de deux nouvelles sous-stations électriques
  • le cadencement à un train toutes les 30 minutes
  • l’amélioration des gares et des services en ligne.

Pour le tunnel des Montets

  • le confortement de la structure du tunnel
  • le ripage et l’enrobage de la voie pour créer une plateforme routière plus large
  • l’aménagement et la sécurisation de la traversée routière avec automatisation de l’alternat pour supprimer les escortes par la gendarmerie et les services de secours et d’incendie. C’est le Conseil général de la Haute-Savoie qui finance cette partie précise.

(Source : Ville, Rail & Transports).

Note : Cet article a été publié par Ville, Rail & Transports avant la tenue du comité de ligne le 7 décembre à Chamonix. Lire le compte-rendu.

Posted in Vallée de l'Arve | Tagué: , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Vers un début des travaux en 2012 au tunnel des Montets

Posted by ardsl sur 1 décembre 2011

Eric Fournier, le 4 avril 2011, lors du comité de ligne Saint-Gervais - Vallorcine

Éric Fournier, maire de Chamonix et conseiller régional, a donné lors d’un point presse, vendredi 25 novembre, plus de détails sur la réunion qui a eu lieu à Paris avec RFF. Sujet central : la modernisation de la ligne ferroviaire Saint-Gervais/Vallorcine et la sécurisation du tunnel des Montets.

Même si le maire de Chamonix « reste très attentif sur ce qui va survenir dans les prochaines semaines, les principes actés lors de la réunion reviennent dans la bonne direction« .

RFF et les élus ont trouvé un accord et bouclé la remise en état et l’amélioration du tunnel des Montets. Le surcoût (après consultation des entreprises, le projet passe de 16 à plus de 22 millions d’euros) sera apporté par les différentes collectivités et par l’État. Un début des travaux en 2012, dès que la neige sera partie, devrait se confirmer dans les tous prochains jours.

La négociation autour de la modernisation de la ligne Saint-Gervais/Vallorcine a été plus difficile. Deux points de vue se sont affrontés : celui des élus voulant que l’intégralité du programme se fasse, et celui de RFF souhaitant que l’argent soit attribué à de la simple maintenance. Les élus ont fait front et « RFF devrait présenter dans les prochaines semaines une variante du projet initial, avec une part de maintenance, mais surtout la confirmation d’une amélioration de la ligne pour passer à un train toutes les 1/2 heure en saison« . Éric Fournier espère encore des travaux sur ce volet-là en 2012, voire 2013. « On n’a pas d’autres issues que de revenir au programme de la convention, ou en tout cas, pas loin » a-t-il insisté. Un nouveau comité de pilotage, en local, pour affiner ce 2e volet devrait avoir lieu d’ici 15 jours à trois semaines. Enfin, les élus ont profité de leur entrevue avec le président de RFF afin d’insister pour que les études portant sur l’amélioration de la ligne entre Saint-Gervais et Annecy soient terminées pour 2014.

(Source : lemessager.fr).

Posted in Vallée de l'Arve | Tagué: , , , , , , | Leave a Comment »

Hausse du coût de la modernisation de la ligne Saint-Gervais – Vallorcine : les élus veulent une contre expertise

Posted by ardsl sur 21 octobre 2011

Une rame TER du Mont-Blanc ExpressLes élus de la communauté de communes de Chamonix demandent une expertise contradictoire sur l’augmentation des coûts annoncée par RFF pour la modernisation de la ligne ferroviaire Saint-Gervais – Vallorcine.

Après l’annonce jeudi 6 octobre par Réseau Ferré de France d’un important surcoût sur le financement de la modernisation de la ligne Saint-Gervais – Vallorcine et de la sécurisation du tunnel des Montets, les élus de la communauté de communes de la vallée de Chamonix demandent une expertise contradictoire sur ces dépassements de coûts. Ils demandent également le respect de la convention signée en début d’année 2011. Un nouveau comité de pilotage devait avoir lieu mardi 18 octobre, mais il a été annulé. Les élus de la vallée attendent désormais les nouvelles propositions de RFF pour le début du mois de novembre. La réunion devrait, cette fois, avoir lieu à Paris, la direction générale de RFF ayant repris le dossier après l’intense lobbying effectué par Eric Fournier, le maire de Chamonix, à Paris où il avait successivement rencontré le conseiller transport du président de la République, puis le directeur de cabinet de Nathalie Kociusko-Morizet.

(Source : Le Messager).

Posted in Vallée de l'Arve | Tagué: , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :